Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2019

ÉMIRATS ARABES UNIS : entre contes de fée et méfaits

Après la médiatique fuite avortée de sa fille Latifa, l’année passée qui accusait son père, le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum de torture, c’est autour de sa 6ème épouse, la princesse Haya, fille du Roi Hussein de Jordanie d’aller chercher refuge en Europe avec ses deux enfants, Zayed (7 ans) et Al Jalila (11 ans).

Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Décidément rien ne va plus aux Émirats Arabes Unis. Alors que la crise régionale est à son paroxysme avec les tensions dans lesquelles le pays est fortement impliqué comme celle qui oppose l’Iran et les états Unis, ou la guerre au Yémen dans laquelle elle est partie prenante, alors que nombre d’expatriés alors attirés par l’eldorado émirati quittent le pays où la situation économique semble aujourd’hui se retourner, alors que des millions de dollars sont investis pour gagner la guerre de l’image sur le plan régional et international, le royaume s’enfonce dans des scandales familiaux à répétition.

Il ne fait visiblement pas bon être une femme dans cet émirat contrairement à l’image de tolérance que souhaite donner le pays en décrétant l’année 2019 comme année de la tolérance. A en croire les tentatives réussies ou avortées des femmes de la famille royale de fuir cet environnement patriarcal opprimant, c’est une toute autre réalité qui est à l’œuvre dans le pays.

Après la médiatique fuite avortée de sa fille Latifa, l’année passée qui accusait son père, le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum de torture, c’est autour de sa 6ème épouse, la princesse Haya, fille du Roi Hussein de Jordanie d’aller chercher refuge en Europe avec ses deux enfants, Zayed (7 ans) et Al Jalila (11 ans).

Après une escale en Allemagne, elle s’est rendue en Angleterre où elle possède une demeure prestigieuse à proximité du palais de Kensington, où elle a ses entrées. C’est en femme éclairée, qu’elle se rend dans ce pays où elle a ses habitudes et dont elle maitrise la culture (elle a étudié à l’Université d’Oxford) aussi bien que les ressorts juridiques et géopolitiques qui lui permettront de tirer le meilleur parti de la demande de divorce qu’elle a introduit devant les autorités judiciaires d’outre-manche. Son objectif est de réussir à soustraire ses deux enfants à l’autorité de ce père que tous ses enfants en particuliers les filles semblent vouloir fuir.

Crise géopolitique sur fond de crise conjugale

En effet, bien que les deux monarchies soient proches, l’Angleterre ne représente pas un partenaire stratégique et économique de premier plan pour les émirats, contrairement à la France ou aux États-Unis sur le plan des partenariats militaires par exemple.Cet imbroglio judiciaire qui s’annonce sera un véritable dilemme pour Londres qui cherchera à ne pas brusquer son allié émirati sans pour autant céder sur ses propres valeurs puisque l’Angleterre ne reconnait pas le mariage polygame.

Du côté d’Amman, il en est de même puisque les émirats arabes unis constituent un soutien financier de poids pour le Roi Abdallah qui sera sans doute tiraillé entre sa solidarité de cœur vis-à-vis de sa demi-sœur, très appréciée du peuple jordanien et son éthique de responsabilité par rapport à son agenda politique et économique qui doit beaucoup à l’Émir Al Maktoum.

Franck BALARD

Journaliste Indépendant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal
Marioupol, ville martyre
Après trois mois de résistance, le port de Marioupol est tombé le 20 mai aux mains des forces russes, marquant une victoire symbolique pour le président Vladimir Poutine. Plus de 2 400 soldats ukrainiens ont été faits prisonniers, alors que la ville est largement détruite.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter