Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2019

Emirats Arabes Unis : Princesse Haya de Jordanie, en guerre contre l'émir de Dubaï

Le procès de la princesse Haya Al Hussein, épouse de l'émir de Dubaï, a débuté le 12 novembre. La sœur d'Abdallah II de Jordanie avait fui les Émirats arabes unis pour se réfugier dans sa propriété de Londres avec son fils et sa fille. La jeune femme s'est lancée dans une véritable guerre contre son monarque de mari afin d'obtenir le divorce et la garde de leurs enfants

Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La bataille entre la princesse Haya et son monarque d'époux, l'émir de Dubaï, a débuté. Le procès, qui devra statuer sur la garde de ses enfants en vue d'un éventuel divorce d'avec le cheikh Mohammed, va se tenir cette semaine et une première audience a eu lieu le 12 novembre, en huis clos, à la Cour suprême de Londres. La mère de famille, dont la demande d'asile a été refusée, avait sollicité l'aide de son frère, le roi Abdallah II de Jordanie, afin que celui-ci la nomme chef de mission adjointe de l'ambassade de Jordanie en Grande-Bretagne. Ainsi, la princesse Haya peut circuler librement et sans (presque) aucune crainte d'être rapatriée. En plus de la garde de ses enfants, l'épouse du cheikh Mohammed a demandé à être placée sous ordonnance de protection contre un mariage forcé et des brutalités devant le juge aux affaires familiales.
Les 12 et 13 novembre, la princesse Haya Al Hussein était accompagnée de son avocate, maître Fiona Shackleton, qui n'est autre que la conseillère juridique du prince William et du prince Harry. Quant au cheikh Mohammed, qui était absent, il est défendu par Lady Helen Ward, célèbre femme de loi qui a réglé les conflits matrimoniaux d'une panoplie de vedettes dont la comtesse Karen Spencer (l'épouse du frère de Lady Di), le compositeur Andrew Llyod Webber ou encore Guy Ritchie lors de son divorce d'avec Madonna. 

Fuite de la princesse Haya : le jour où tout a basculé

La fuite de l'épouse de l'émir de Dubaï avait fait grand bruit, quelques semaines plus tôt. L'illusion d'un conte de fées qui prend fin. Une histoire où les princesses sont malheureuses et prennent la fuite, pas parce que leur carrosse va se transformer en citrouille, mais parce qu'elles nourrissent l'espoir de mener une existence plus heureuse loin de leur prison aux apparences de palais. C'est ainsi que la princesse Haya Al Hussein, l'une des épouses de l'émir, cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, a fui Dubaï pour trouver refuge à Londres, nous apprenait le Daily Mail en juillet.

Remontons un peu le temps : la jeune femme, demi-sœur du roi de Jordanie, Abdullah II, épouse le cheikh Mohammed en 2004. Ensemble, ils ont deux enfants, Jalila, une fille de 11 ans, et Zayed, un garçon de 7 ans. En tout, l'émir de Dubaï, qui est également vice-président, Premier ministre et ministre de la Défense des Émirats Arabes Unis, est 23 fois père... courtoisie de ses cinq autres épouses. Face à la presse et à l'aune de quelques interviews données, le couple paraît heureux et amoureux, uni par une passion commune pour les équidés... mais on ne le répétera jamais assez : les apparences sont trompeuses.

Fuite de la princesse Haya : l'élément déclencheur

En mars 2018, un incident digne des scénarios les plus rocambolesques met le feu aux poudres : Latifa, l'une des filles de l'émir de Dubaï, fruit de son union avec une autre de ses épouses, tente de fuir Dubaï et de gagner les États-Unis via le sultanat d'Oman… avant d'être interpellée au large des côtes indiennes et rapatriée de force. Selon plusieurs sources, la jeune femme de 33 ans est désormais emprisonnée voire torturée au sein de l'émirat. Pourtant, ce n'est pas la version que le cheikh Mohammed a contée à la princesse Haya. Celui-ci a fait croire à son épouse que Latifa s'était trouvée au cœur d'une tentative d'extorsion avant d'être vaillamment secourue par les autorités de Dubaï. "La princesse Haya a fini par apprendre la vérité à propos de ce que son mari a fait à sa propre fille et a eu peur qu'il ne lui arrive la même chose. Elle a pris conscience de ce qu'elle-même avait subi et s'est demandée quel genre d'homme mettait sa propre fille en prison", lit-on dans le Daily Mail

 Par ailleurs, selon The Times, l'émir de Dubaï découvre une "apparente proximité" entre son épouse et le garde du corps de la famille, ancien officier de l'armée britannique. De simples liens d'amitié ou une romance naissante ? Quoiqu'il en soit, la relation éveille les soupçons et provoque la colère de Mohammed bin Rashid Al Maktoum. Raison supplémentaire, s'il en fallait une, pour que Haya de Jordanie décide de se libérer de l'emprise de son époux. 

Fuite de la princesse Haya : la bataille ne fait que commencer

La demi-sœur d'Abdullah II, âgée de 45 ans, ne se sent plus en sécurité sous la férule de son monarque d'époux. Avec ses deux enfants et une quarantaine de millions de dollars, elle prend la fuite. La princesse Haya transite d'abord par l'Allemagne pour y demander l'asile, avant de trouver refuge à Londres, où elle réside dans la propriété de Kensington Palace Gardens qu'elle avait rachetée en 2017, cloîtrée et terrifiée à l'idée d'être rapatriée aux Émirats Arabes Unis.

La mère de Jalila et Zayed souhaite obtenir le divorce, plus que tout. Furieux et blessé dans son orgueil, l'émir de Dubaï a la ferme intention de récupérer sa fille et son fils. La guerre ne fait que commencer...

Source : https://www.journaldesfemmes.fr/people/evenements/2544066-princesse-haya-de-jordanie-le-proces-a-commence-londres-emir-de-dubai/

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien