Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2019

Emirats Arabes Unis: Maltraitance de la princesse Haya

Un proche de la famille royale de Dubaï a rompu son silence en racontant comment la bataille du divorce de Sheikh Maktoum avec sa femme, la princesse Haya, devant les tribunaux britanniques, exposera les secrets du souverain des Emirats Arabes Unis.

Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Le procès de la princesse Haya contre son époux le Sheikh Maktoum, qui doit se tenir à Londres, pourrait révéler le calvaire subi par les femmes de la famille royale de Dubaï

Grace au témoignage inédit de Marcus Essabri, neveu du tout puissant Sheikh de Dubaï, la réalité des mœurs tyranniques du souverain apparaîtra au cours du procès intenté devant la High Court de Londres par Haya, l’une des épouses du Sheikh, pour divorcer et avoir la garde de ses enfants.
C’est la première fois qu’un membre de la famille royale ose parler, et défier le Sheikh Maktoum. Si de nombreuses informations étaient déjà connues au sujet de la disparition de deux cousines de Marcus, filles du Sheikh, les princesses Latifa et Shamsa, qui avaient manifesté le désir de s’émanciper loin de la cour, on ne sait pratiquement rien sur leur vie aujourd’hui, et sur les conditions dans lesquelles elles sont séquestrées.

S’exprimant dans le cadre de « 60 minutes », une émission d’actualité de télévision australienne, Marcus Essabri a annoncé que les secrets les plus jalousement gardés à Dubaï pourraient être percés au cours du procès : « La princesse Haya est la seule à tout savoir sur la façon dont ont été traitées mes cousines. J'espère qu’elle profitera de son procès de divorce pour le dire, et venir ainsi en aide à ces deux pauvres femmes ».

ENLEVÉE ET DROGUÉE

Afin que  les débats permettent ces révélations  pendant un procès de divorce qui tournera surtout autour  des compensations financières demandées par la princesse Haya, et sur ses revendications pour la garde de ses enfants,  Marcus Essabri , dont la mère est la sœur de l’une des six épouses du Sheikh, a demandé publiquement des nouvelles du traitement réservé à la princesse Latifa, et à sa sœur aînée, Shamsa.
Il affirme que Latifa, 33 ans, qui avait fui Dubaï pour s’offrir une autre vie à l’étranger, a été  droguée, puis séquestrée l’année dernière, après avoir été enlevée au large des côtes indiennes, sur un yacht   où elle avait trouvé refuge.  
Quant à Shamsa, on l’a perdue de vue, depuis qu’elle a tenté de fuir le royaume. Elle n’avait que dix-neuf ans lorsqu’elle est sortie en voiture du manoir que possède le Sheikh Maktoum dans la province du Surrey, en Grande Bretagne, où elle effectuait un séjour.  C’est la dernière fois que des témoins l’auraient aperçue. 

Marcus Essabri précise qu’il avait reçu des appels au secours de Shamsa : « Elle me demandait de l’aide, me disant que cette vie de recluse n’était pas la sienne : le Sheikh lui avait refusé le droit de s’inscrire à l’université ».
Marcus avait informé sa tante, la mère de Shamsa, pour lui confier à quel point elle était malheureuse. Il a de ce fait été rejeté par son oncle, le Sheikh Maktoum.

« La famille n’a pas apprécié mes critiques, et tout contact a été rompu avec eux :  il ne souhaitait pas que quiconque parle avec Shamsa. Pour eux c’était comme un crime de lèse-majesté ».
La princesse avait réussi à rester cachée pendant six semaines, mais les agents du Sheikh avaient fini par la localiser.  On sait que, capturée dans une rue de Cambridge alors qu’elle s’y promenait, elle avait été emmenée dans un aéroport situé au sud-est de l’Angleterre, où un avion privé l’a ramenée à Dubaï. 
Essabri a déclaré que tous ses efforts pour découvrir ce qui était arrivé à Shamsa avaient échoué, tous les membres de la famille s’étant muré dans le silence. Il a compris la gravité de la situation quand il a pu voir la vidéo réalisée par Latifa, dans laquelle elle parle de sa sœur, et des drogues qui lui sont administrées pour la garder sous dépendance de leur père.
Selon une ONG anglaise, la princesse Latifa subirait aujourd’hui le même régime de camisole chimique, dans un palais de Dubaï.
Ces disparitions, et le traitement réservé à Shamsa et Latifa ont sans doute été le motif de la volonté de divorce de la princesse Haya. Elle a d’abord fui à Londres avec ses enfants. Elle y est assignée à résidence dans son hôtel particulier de Kensington en attendant le procès.
Il se dit aussi beaucoup que la princesse Haya aurait ru la force de prendre ses décisions de fuite et de rupture grâce à l’aide de l’un de ses gardes du corps britannique, Russell Flowers. Ce dernier lui aurait indiqué les moyens et procédures nécessaire à sa libération définitive.
Marcus, le neveu maudit, se réjouit du procès à venir. Il pense que la décision de la princesse Haya de fuir Dubaï et de parler fera la lumière sur le mode de vie archaïque et contraire à tous les droits humains, en particulier aux droits des femmes. Il espère que le sort de ses cousines sera enfin mis à jour, et qu’il y aura des possibilités d’exercer des pressions pour leur venir en aide. Il a confié les lettres de Shamsa, où elle exprimait son désir de changer de vie, à l’association « Free Latifa » dirigée par David Haig. Son témoignage, et ces documents, selon le responsable associatif, ont permis un grand pas en avant pour commencer à démontrer la réalité d’un système oppressif digne du Moyen-Âge à la Cour du Sheikh Maktoum.
«  Une fois que la police aura lu ces lettres, dit-il, l’enquête sur la disparition de Shamsa, survenue en Angleterre, pourra reprendre ».

Sources : 

  • https://news-24.fr/le-divorce-de-sheikh-maktoum-devoile-les-secrets-de-la-maison-du-souverain-des-emirats-arabes-unis-selon-un-initie/
  • https://www.dailymail.co.uk/news/article-7265503/Sheikh-Maktoums-divorce-expose-secrets-UAE-rulers-house-says-insider.html?ns_mchannel=rss&ns_campaign=1490&ito=1490

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées