Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 août 2019

Emirats arabes unis : L’accord secret d’armement avec Israël

C’est fortuitement, en épluchant la partie concernant Israël des Panama Papers (1) que les journalistes de Haaretz affiliés à l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) ont découvert une énorme transaction d’armes entre un homme d’affaires israélien et les Émirats arabes unis (EAU). Une enquête du site Middle east Eye

Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une enquête publiée le 21 août, Haaretz révèle ainsi les dessous d’une affaire complexe. L’homme s’appelle Matanya « Mati » Kochavi. À 57 ans, ce natif de Haïfa a fait fortune dans l’immobilier aux États-Unis lors du boom des années 1990.

L’empire Kochavi: une pieuvre

En réalité, l’homme est connu dans le milieu de la défense comme un « intégrateur de solutions » et un bon intermédiaire dans les transactions internationales d’armement.

À la tête de nombreuses entreprises domiciliées en Israël, Suisse, Grande-Bretagne ou à Chypre, Kochavi profite de la paranoïa sécuritaire de l’après-11 septembre 2001 pour proposer des solutions de surveillance et de gardiennage. Elle y installe un système électronique de détection d’intrusions sur les dizaines de kilomètres de clôtures qui ceinturent ces infrastructures ultrasensibles.

C’est justement les données d’une des sociétés de l’empire Kochahvi qui ont été divulguées à l’occasion de ces nouvelles révélations sur le petit paradis fiscal des Caraïbes.

L’ARMÉE DES ÉMIRATS ARABES UNIS, A VOULU SE DOTER DE CE TYPE DE CAPACITÉS AÉRIENNES EN PRÉVISION D’UNE GUERRE CONTRE L’IRAN

Les documents obtenus par Haaretz en 2017 révèlent une transaction d’un montant de trois milliards de shekels (plus de 760 millions d’euros) dont une partie aurait été versée en espèces. Cette somme implique une des filiales du groupe et des personnalités émiraties.

Des montages financiers discrets

Un examen approfondi des correspondances divulguées de la firme juridico-financière Appleby révèle que l’armée des Émirats arabes unis, très impressionnée par les performances des avions de renseignement électroniques israéliens et britanniques, a voulu se doter de ce type de capacités aériennes en prévision d’une guerre contre l’Iran.  

La réflexion qui a débuté il y a une dizaine d’années consistait en l’acquisition et en la customisation de deux jets d’affaires civils en appareils d’écoutes et de collecte d’information.

Les documents retrouvés décrivent précisément la structure mise en place pour l’achat et la modernisation de ces appareils. Sur les documents, l’utilisateur final est clairement indiqué : ce sont les forces armées émiraties.

Le montage financier passe par de nombreuses entreprises – c’est la méthode aux EAU – on achète rarement directement aux fournisseurs étrangers.

On attribue d’abord le marché à une entreprise locale appartenant toujours à un proche des familles princières, histoire de bien répartir la rente de l’énorme budget de la défense émiratie qui tourne autour de seize milliards de dollars pour une armée microscopique de 65 000 hommes.

Dans le cas des avions espions, l’armée choisit une entreprise d’Abou Dabi, créée en 2006 et détenue par Abdullah Ahmed Al Balooshi, un proche des services de renseignements.

Son nom : Advanced Integrated Systems (AIS). Sa spécialité : la fourniture des systèmes de sécurité et de surveillance. 

Les archives du site internet de cette société indiquent qu’AIS gérait de nombreux projets aux Émirats et à l’international, son chiffre d’affaire avoisinerait le milliard de dollars.

D’emblée, la vérification des documents fait ressortir une facture datée de 2015, d’un montant de 629 millions d’euros pour les deux avions équipés et leur maintenance, soit 80 millions de plus que l’arrangement initial entre l’armée émiratie et AIS datant de 2010.

Un équipement technologique de pointe

On y découvre les aménagements et les équipements qui seront installés sur les deux avions achetés en 2012 nus pour 86 millions d’euros.

Des capteurs et leurs logiciels dédiés à l’interception de signaux électroniques (ELINT) pour 65 millions d’euros, des antennes à longue portée et des logiciels de décryptage pour l’écoute et l’interception de communications (COMINT) pour 80 millions d’euros, un système d’autoprotection des avions pour 42 millions d’euros, deux caméras obliques à longue portée LOROP pour plus de 40 millions d’euros, et la bagatelle de 35 millions d’euros pour le support et la maintenance.

AIS confie le projet d’intégration à l’entreprise suisse AGT International, qui appartient à Mati Koshavi. C’est AGT qui achète les deux appareils (des jets canadiens Bombardier) et les immatricule dans le paradis fiscal de l’île de Man, au large de l’Angleterre, en 2012.

L’entreprise de Koshavi achète les équipements puis confie à son tour le marché de leur intégration à la firme britannique Marshall pour la coquette somme de 100 millions de dollars.

L’entreprise est connue, c’est elle qui avait, dix ans auparavant, préparé les appareils britanniques R1-Sentinel, grands cousins des avions émiratis.

L’obsession de la surveillance 

Il y a un an, le premier des deux appareils a pu effectuer ses tests de vol en Grande-Bretagne, le second est encore en construction et devra voler prochainement. Les deux appareils seront livrés probablement en 2020.

En plus de cette transaction, on retrouve l’entreprise de Koshavi dans un domaine des plus sensibles aux EAU.

C’est AGT International qui a fourni des milliers de caméras, de lecteurs de plaques d’immatriculation et toute l’infrastructure informatique pour la gestion de la sécurité urbaine à Abou Dabi et sur l’ensemble des frontières et postes d’entrée aux Émirats. 

OFFICIELLEMENT IL N’Y A PAS DE RELATIONS DIPLOMATIQUES ENTRE ISRAËL ET LES ÉMIRATS ARABES UNIS

Toute cette infrastructure est gérée par un système d’intelligence artificiel livré par l’Israélien appelé Wisdom, qui brasse en temps réel des millions de vidéos et d’images prises sur l’ensemble du territoire, sans aucune garantie que ces données ne soient pas aussi sous contrôle d’autres entités que l’État émirati.

Pour rappel, officiellement il n’y a pas de relations diplomatiques entre Israël et les Émirats arabes unis. En revanche, ils partagent un ennemi commun, l’Iran.

(1) Il s’agit de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca détaillant des informations sur plus de 214 000 sociétés offshore

Source : https://mondafrique.com/laccord-darmement-entre-israel-et-mbz-le-prince-heritier-des-emirats/

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77