Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 juil. 2019

Émirats Arabes Unis: "Avoir honte de la mort choquante d'une femme malade"

Le cas d'Alia Abdulnoor révèle la triste réalité des droits de l'homme pendant l'"année de la tolérance" aux Émirats arabes unis

Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque j'ai appris la mort d'Alia Abdulnoor et les conditions de sa détention, j'ai été à la fois attristé et scandalisé. Détenue injustement aux Émirats Arabes Unis, Alia s'est vu refuser le maintien de sa dignité ainsi qu'un procès équitable. Cette mort en détention devrait tous nous faire honte. Envahie par le cancer, l'ostéoporose et la fibrose hépatique, elle a passé ses dernières semaines enchaînée à un lit, privée de soins adéquats et contrainte de signer un document indiquant qu'elle ne voulait pas de traitement, selon les rapports des observateurs des droits humains.
La liste des droits qui lui sont refusés est longue. Après avoir été arrêtée et détenue par les forces de sécurité de l'État en 2015, elle a été détenue au secret pendant des mois sans inculpation. Privée de tout contact avec sa famille, elle a souffert de conditions dégradantes qui ont pu contribuer à la détérioration de sa santé. Selon sa famille, elle a été forcée de signer des aveux sans être autorisée à les lire. Le 5 février 2017, Alia a été condamnée à 10 ans de prison pour avoir encouragé le terrorisme dirigé par Al-Qaïda, promu son idéologie et apporté une aide financière à ses membres.
Dans une déclaration, le ministère public des Émirats Arabes Unis a affirmé qu'Alia avait reçu un traitement contre le cancer financé par l'État en 2008, et l'a suggéré : "Pendant son incarcération, son cancer a rechuté. Les autorités de la prison l'ont transférée à l'hôpital de la prison, mais elle a refusé le traitement. Non seulement elle a refusé le traitement de classe mondiale qui lui avait été prescrit par les médecins, mais elle a aussi fait des grèves de la faim à l'occasion. Elle a reçu les mêmes soins et traitements médicaux que tous les citoyens et résidents du pays." Telle est l'explication des événements donnée par les Émirats arabes unis, que d'autres experts des droits de l'homme et moi-même rejetons comme une distorsion honteuse de la vérité.
Beaucoup pensent que son arrestation est liée au soutien qu'elle a apporté au peuple syrien après le déclenchement du soulèvement, en particulier sa collecte de fonds qui a envoyé de l'argent aux femmes et aux enfants syriens. Les autorités ont dépeint cette situation comme un soutien aux terroristes à l'étranger. Alors que les lois antiterroristes des Émirats Arabes Unis sont censées exister pour protéger les gens, dans le cas d'Alia - comme dans beaucoup d'autres - elles sont devenues un outil d'injustice, de discrimination et d'abus à des fins politiques.

Bien que les lois soient là pour protéger le pays, elles ont été utilisées contre une personne qui défend les droits d'autres personnes. Toute déclaration extorquée par la torture ne peut et ne doit pas être acceptée comme preuve par les mécanismes judiciaires. La torture est interdite par le droit international, tout comme les nombreuses violations des droits de l'homme qui se produisent aux Émirats Arabes Unis, une question qui préoccupe de plus en plus le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.
Le cas d'Alia nous rappelle comment les droits de l'homme sont perçus aux Émirats Arabes Unis. Hospitalisée lorsqu'il était trop tard, elle n'a reçu que des soins palliatifs. Non seulement le refus de lui donner un traitement médical et le refus de la libérer ont violé les normes internationales, mais ils ont aussi violé la législation des Émirats Arabes Unis.

La loi émiratie prévoit la libération compassionnelle des prisonniers pour des raisons de santé et l'accès sans entrave des membres de leur famille aux détenus en phase terminale. Sachant tout cela, ils ont même rejeté les appels des experts des droits de l'homme de l'ONU pour la libération d'Alia. Les autorités ont également ignoré et rejeté les appels répétés de son médecin, de ses avocats et de la communauté internationale en faveur de sa libération. Alia aurait dû être autorisée à passer ses derniers jours entourés de sa famille. La douleur qu'elle a souffert n'était absolument pas nécessaire. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les Émirats arabes unis portent la responsabilité de sa mort.
Symbole de la cruauté de l'appareil de sécurité de l'État des Émirats Arabes Unis : son propre système judiciaire ne reconnaît pas et ne traite pas les violations de ses propres lois. La torture, le refus d'accès aux droits fondamentaux, l'isolement et d'autres abus ont été signalés par des détenus dans tout le pays. Les lois antiterroristes et les préoccupations en matière de sécurité nationale sont régulièrement citées lorsqu'il s'agit de condamner des militants.
Cheikh Khalifa Bin Zayed a déclaré 2019 "année de la tolérance" aux Émirats Arabes Unies, mais si c'est leur interprétation de la "tolérance", nous devrions tous être terrifiés de ce qui se passe quand l'intolérance se manifeste. Ou l'étiquetage de 2019 était-il simplement un exercice de relations publiques pour jeter les bases de l'organisation de l'Exposition universelle 2020 à Dubaï ?

Rien que cette année, il y a eu de nombreux cas d'intolérance des Émirats arabes unis à l'égard de toute opinion divergente. Ali Issa Ahmad, 26 ans, supporter de football britannique, a été arrêté et torturé pour avoir porté un T-shirt du Qatar. Les autorités des Émirats arabes unis contestent cette affirmation, affirmant que ses blessures ont été auto-infligées pour obtenir de la publicité. La Britannique Laleh Shahravesh a été détenue à Dubaï en vertu de lois controversées sur la cybercriminalité pour des messages historiques sur les médias sociaux concernant la femme de son ex-mari. En appelant à un véritable engagement pour mettre fin aux violations des droits humains commises par les autorités des Émirats arabes unis, nous les exhortons également à enquêter sur les cas en cours et à demander des comptes aux responsables de la mort d'Alia.

Ce serait une véritable démonstration de force que d'autres pays qui croient aux droits de l'homme et à la dignité de la personne retirent leur soutien à l'Exposition Universelle de Dubaï en 2020, qui offre par ailleurs  au régime répressif une nouvelle occasion de peindre une façade pour sa violation continue des lois internationales sur les droits de la personne. Comme tant d'autres, le cas d'Alia attend justice et ne doit pas être oublié, au contraire, il doit inspirer des actions pour éviter qu'une histoire aussi effroyable ne se reproduise.

Source : https://www.theguardian.com/global-development/2019/jul/26/shocking-death-sick-woman-uae-custody

Traduction : Sam GELOBTER

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal
Marioupol, ville martyre
Après trois mois de résistance, le port de Marioupol est tombé le 20 mai aux mains des forces russes, marquant une victoire symbolique pour le président Vladimir Poutine. Plus de 2 400 soldats ukrainiens ont été faits prisonniers, alors que la ville est largement détruite.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter