Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

321 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2018

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

En prison, « c’est l’abandon du contact humain qui pousse au suicide »

Trop occupée à vouloir empêcher le passage à l’acte, l’administration pénitentiaire en oublie de considérer le besoin d’aide des personnes en souffrance. Et échoue, depuis plus de vingt ans, à prévenir le suicide en prison. Entretien avec Philippe Carrière, ancien psychiatre en prison. [Dossier Morts en prison, 6/11.]

Observatoire international des prisons - section française
Organisation non gouvernementale de défense des droits et de la dignité des personnes détenues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Philippe Carrière a exercé comme chef de service au service médico-psychologique régional (SMPR) du centre pénitentiaire de Châteauroux-Saint-Maur. Il a participé au premier groupe de travail mixte Santé/Justice sur la prévention du suicide en prison, en 1996. Vingt ans plus tard, rien n’a changé, ou presque, pour ce psychiatre. Propos recueillis par Laure Anelli et Pauline De Smet de l'Observatoire international des prisons-section française.

Vous avez participé à la rédaction d’un rapport sur la prévention du suicide en prison en 1996. Que pensez-vous de la situation aujourd’hui, plus de vingt ans après ?

Philippe Carrière : En matière de prévention, les choses n’ont pas beaucoup avancé. Au lieu de considérer le besoin de soutien psychologique des personnes détenues, c’est toujours l’idée d’empêcher le passage à l’acte qui domine. J’ai connu l’époque où un détenu soupçonné de vouloir se suicider pouvait être mis à nu et envoyé au quartier disciplinaire avec seulement deux matelas, l’un devant faire office de couverture – ils appelaient ça « le sandwich ». Je me souviens d’un directeur de prison qui regrettait que l’on n’officialise pas ce genre de pratiques : « Dans certains pays, on les met dans une cellule avec des caméras, nus, sans rien qui leur permette de se suicider. Mais nous on n’ose pas faire ça. » C’était effectivement le cas dans certaines prisons au Canada, mais ça n’empêchait pas les gens de se jeter contre les murs ! Il faut comprendre que l’on n’arrivera jamais à écarter tout risque. Ou alors c’est l’escalade : la camisole de force, la cellule capitonnée, etc. Mais traiter les gens comme ça, c’est inhumain, alors que la tentative de suicide est justement un appel à être plus humain. Si on met les gens dans un pyjama en papier complètement inconfortable, qu’ils sentent qu’on veut juste les empêcher de se tuer mais qu’on ne les écoute pas, ça ne fonctionne pas. Il faut retourner cette logique et trouver le juste équilibre entre humanisation, écoute et prévention. Prenons par exemple l’intensification des rondes de nuit : on casse le sommeil des détenus. Sur le plan de la santé mentale, c’est très mauvais. Nous on disait qu’il fallait respecter leur sommeil. Si on se contente de regarder par l’œilleton, ça va, mais s’il s’agit d’allumer et de faire en sorte que toutes les deux heures, le détenu fasse un geste, c’est aberrant. Et puis de toute façon, dans le cas d’une pendaison, la ronde, même deux heures après au lieu de quatre, c’est trop tard. Mais les recommandations du rapport de 1996 n’ont pratiquement pas été suivies et ce rapport n’était en réalité même pas connu. Cela tient surtout à l’indifférence qui règne en prison à l’égard des problématiques psy : ça n’est pas leur souci. Leur affaire, c’est que les choses se passent bien, que ça circule comme il faut.

C’est un véritable changement d’approche que vous proposiez.

Oui, face à un comportement suicidaire, la réaction devrait être d’essayer de comprendre pourquoi pour ce détenu le suicide est devenu le seul moyen d’expression. On fait une tentative de suicide quand on a perdu ce fil qui nous relie à la vie et à la société et qu’il ne reste plus que l’auto-agression pour exprimer la violence de ce qui nous arrive et la colère que cela génère. Parfois, ça peut paraître étrange, et les rumeurs les plus folles peuvent se répandre, très vite, parce qu’on ne peut pas croire que ça arrive à cette personne-là, à ce moment-là. Mais s’il y a eu une surenchère disciplinaire, par exemple après une altercation avec des surveillants, il devient possible que la personne retourne toute sa frustration et sa violence contre elle-même, puisqu’elle ne peut pas s’exprimer autrement. Elle est prise dans une espèce de vertige, de gouffre. Mais si elle a la possibilité de voir sa famille, de garder un lien avec les gens en qui elle a confiance et auprès de qui elle peut se raconter, se plaindre, ce n’est pas du tout pareil que si elle est réduite au silence total. Il ne faut pas perdre de vue que c’est le contact humain qui permet d’éviter le suicide. Et c’est donc l’abandon du contact humain qui pousse au suicide.

© Grégoire Korganow/CGLPL

Pensez-vous que l’on puisse parler d’une responsabilité du personnel pénitentiaire ?

C’est l’un des grands problèmes en prison : les syndicats de surveillants ont un poids énorme. Et certains sont réellement dans une espèce d’escalade sécuritaire, avec un leitmotiv selon lequel le personnel ne serait pas bien traité parce que tout serait fait pour les détenus. Ils ont constamment l’impression qu’une amélioration des conditions de détention va les mettre en danger, ils s’y opposent donc de manière systématique. J’ai connu un directeur qui nous expliquait que la première chose qu’il avait faite en arrivant dans sa prison avait été d’améliorer le quartier disciplinaire [QD] et de mettre l’eau chaude aux lavabos. Le personnel lui en a terriblement voulu. « J’aurais dû faire d’autres améliorations avant d’amener celle-là. Mais le QD étant dans un tel état… », se désolait-il. Je me souviens aussi d’un détenu qui délirait complètement et qui s’était retrouvé au QD parce qu’il avait complètement barricadé et calfeutré sa cellule. Quand je l’ai vu, je l’ai fait transférer à l’unité pour malades difficiles, où il est resté quelques mois, le temps de se remettre. Mais à son retour en détention, le directeur l’a renvoyé au QD pour qu’il finisse d’exécuter sa sanction. Ça n’avait aucun sens, si ce n’est garder le dernier mot et envoyer un signal rassurant au personnel. Car si c’est bien le directeur qui décide des entrées et sorties au QD, il doit faire très attention à l’équilibre politique dans son établissement, et ça peut se révéler très compliqué de sortir quelqu’un, même s’il met sa vie en danger…

Comment agir pour améliorer la prévention ?

Aujourd’hui, on constate que la sur-suicidité en prison demeure, malgré les plans de prévention successifs. Or, quand les gens sont dans des endroits surpeuplés et insalubres, où il n’y a pas de travail, pas d’activités, ça n’est pas sans conséquences sur leur état psychologique. Alors dans l’immédiat, que faire ? Que les locaux soient corrects d’abord : saleté, promiscuité et insalubrité rendent les conditions de détention indignes et très inhumaines. Il faut aussi venir à bout de cette question de la surpopulation, qui empêche tout contact individualisé entre les détenus et les surveillants et limite ceux avec les soignants, les psychologues, etc. Il faudrait également favoriser les liens des détenus avec l’extérieur et notamment avec leurs proches : faciliter les parloirs, éviter les transferts réguliers d’une prison à une autre, généraliser les UVF [unités de vie familiale] bien sûr, etc. Enfin, il faut lutter contre l’oisiveté et proposer des activités qui ont du sens. La plupart des détenus sont dans l’inactivité totale. Et s’ils ne font rien, ils rentrent dans des combines, ils ruminent... C’est toute la qualité du séjour en prison qu’il faut revoir.


Découvrez les articles du dossier "Morts en prison", déjà parus ou à paraître:
- Édito · Leur place était-elle en prison ?
- Morts en prison : silences et défaillances
- Fleury-Mérogis, quinze morts en neuf mois
- "S'intéresser à leur vie" : grand entretien avec Jean-Marie Delarue
- Suicide en prison : quand prévention rime avec coercition
- Les codétenus de soutien en prison, la fausse bonne idée
- La Santé sur la touche
- "Mon codétenu est mort dans mes bras"
- Après la mort : quand le tabou accroît la souffrance
- Un impossible deuil
- "Mon fils devait sortir cinq jours plus tard et on le trouve mort"

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez