odette rolland
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2021

Kabylie : manipulation et diversion. Un grand classique.

Connu pour son intégrité intellectuelle et son soutien au mouvement berbère depuis toujours, Salem Chaker nous livre une analyse des méthodes des autorités algériennes qui se sont illustrées depuis 1962 par la stigmatisation de la Kabylie à chaque fois que le régime est confronté à des situations où l’équilibre de ses forces est menacé. Ci-après sa déclaration publiée sur Tamazgha.fr.

odette rolland
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Salem Chaker © Masin Ferkal

Kabylie : manipulation et diversion. Un grand classique.

Un communiqué du Ministère de la défense nationale algérien (MDN), en date du 25 avril 2021, annonce le démantèlement d’un groupe terroriste lié au mouvement autonomiste kabyle (MAK). A l’évidence cette annonce relève d’une manœuvre de diversion et de manipulation tout à fait classique de la part des autorités algériennes et de leurs services de sécurité. Depuis 1962, de manière très régulière, le pouvoir algérien a eu recours à ce genre d’opérations en Kabylie lorsqu’il se trouvait en situation difficile soit en raison de crises politiques internes liées notamment aux luttes des clans qui détiennent le pouvoir, soit lorsqu’il a été confronté à des protestations populaires de grande ampleur, ce qui est le cas actuellement. La tactique du gouvernement, à travers ses services de sécurité, consiste dans ce type de circonstances à désigner soit un ennemi intérieur, toujours localisé en Kabylie, soit un ennemi extérieur en particulier le voisin marocain. Cette technique moult fois utilisée depuis l’indépendance permet aux autorités de créer une diversion, de désigner un ennemi autour duquel on tente de ressouder l’‟unité nationale” et de faire taire toute contestation. Les exemples d’utilisation de cette technique sont multiples : on rappellera notamment l’affaire des poseurs de bombes (1976), l’affaire de cap Sigli (1978), les tensions et répressions fomentées en Kabylie à de très nombreuses reprises à partir de 1980, etc. La technique a d’ailleurs été utilisée en dehors de la Kabylie, on pense naturellement aux sanglants évènements d’octobre 1988. La liste serait longue, allant du démantèlement de pseudo-groupes terroristes à la répression sanglante de manifestations pacifiques ou aux assassinats ciblés. Dans tous les cas, il s’agit pour le pouvoir algérien de reprendre la main sur une situation politique et sociale qui risque de lui échapper ou de régler sur le dos de la population des conflits internes aux clans qui détiennent le pouvoir.

L’hypothèse d’un groupe terroriste en Kabylie est une plaisanterie fumeuse. Et ceci pour plusieurs raisons fondamentales :

 - En premier lieu, depuis des décennies le mouvement berbère de Kabylie, dans toutes ses composantes, a toujours refusé le recours à la violence, affirmé son caractère pacifique et lié son combat à la revendication démocratique et aux droits de l’Homme.
 - D’autre part, tous les militants berbères de quelque obédience qu’ils soient, autonomistes ou non, et je dirai même tous les Kabyles, savent que le pouvoir algérien n’a jamais hésité et n’hésitera pas à réprimer de la manière la plus violente et sanglante toute tentative d’opposition armée ; la Kabylie en a fait la triste expérience dès 1963 et, plus récemment, avec les 130 morts du Printemps noir de 2001-2002. Elle sait à quoi s’en tenir quant aux capacités de répression du pouvoir algérien qui n’hésitera jamais à employer les moyens les plus extrêmes s’il sent que le contrôle de la situation lui échappe. Je suis convaincu, pour en avoir discuté avec tous les responsables kabyles importants, que les militants berbères ont conscience que toute tentative d’insurrection armée en Kabylie serait réprimée avec les mêmes types de moyens que Saddam Hussein a utilisés contre les Kurdes. En conséquence, l’idée d’une action armée berbériste en Kabylie ne peut relever que d’une invention pure et simple des services de sécurité algériens. Le communiqué officiel du ministère de la défense algérien doit être replacé et analysé dans ce contexte.

En effet, il faut rappeler, en particulier pour les observateurs extérieurs et tous ceux qui se font, depuis la guerre de libération nationale, des illusions sur la réalité de l’Algérie, que le régime politique de ce pays est depuis 1962 une dictature militaire dont l’instrument d’action politique principal et permanent demeure ses services de sécurité et de renseignement. La manipulation, l’infiltration, la neutralisation et, quand il le faut, la liquidation physique ont été leurs moyens d’action permanents depuis 1962. Certes, à différents moments ce pouvoir militaire s’est offert le luxe de se donner une devanture civile. Mais il ne s’est toujours agi que d’une façon de se donner une façade présentable au niveau international. En interne, le pouvoir réel a toujours été détenu par l’armée et ses services de sécurité, qui ont toujours fait et défait les dirigeants successifs.

Pour ce qui est de la Kabylie, dès 1995 j’ai publiquement pris personnellement position en faveur de l’autonomie de la région et de toutes les régions berbérophones. Je considère en effet que dans le cadre des Etats-nations nord-africains actuels, sans un statut de très large autonomie, les Berbérophones sont condamnés à disparaître. C’est très explicitement ce qu’ont d’ailleurs programmé, dès les indépendances, les différents régimes en place en Afrique du nord, à travers leurs politiques linguistiques, culturelles et économiques. La revendication de l’autonomie par des moyens pacifiques est non seulement légitime mais la seule voie possible de survie des Berbérophones sur la longue durée. Même si je ne partage pas nécessairement toutes ses positions et n’ai jamais fait partie du MAK, je suis en accord avec son projet et apporte ma plus totale solidarité à ses militants et à mon ami Ferhat Mehenni dont on peut craindre qu’il soit désormais dans le collimateur des services algériens.

Manifestement, toute cette opération a pour seul but de liquider une opposition déterminée et bien implantée en Kabylie et, en même temps, de neutraliser, de tétaniser la puissante protestation populaire qui s’est développée depuis deux ans au niveau national.

« Le Kabyle, voilà l’ennemi, vous devez donc serrer les rangs derrière le pouvoir pour sauver la nation ! »

Je ne serai pas étonné que l’on évoque très rapidement l’intervention des services secrets israéliens, marocains ou de la CIA. En un mot, le régime algérien, ses services et leurs techniques ne se renouvellent pas.

Salem Chaker,
Professeur émérite des Universités (Langue berbère)

Aix-Marseille, le 27 avril 2021.

Lire la déclaration sur Tamazgha.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua