Confinement ou stratégie du choc ?

Est-il possible de s'interroger sur la stratégie économique du gouvernement sans tomber dans le complotisme ? Espérons-le.

Dans "la stratégie du choc" Naomi Klein montrait que les politiques libérales profitaient voir déclenchaient les crises pour mettre en place des mesures favorables à leurs principes.

Entre le confinement "quoi qu'il en coûte" de mars, qui pèse sur les comptes sociaux, le relâchement de l'été, et la politique brouillonne de l'automne, n'est-on pas dans une situation similaire ? La prise en charge d'une partie de l'économie par l'Etat, tout aussi légitime et nécessaire qu'elle soit, n'est-elle pas l'annonce d'un démantèlement du pacte social sur l'autel annoncé du déficit qui aura été ainsi créé ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.