Yves Bouvier : des ports pas si francs ?

L’homme d’affaire suisse Yves Bouvier, dont le nom est associé à une affaire d’escroquerie présumée, est au cœur d’un mélodrame européen lié à la gestion opaque du Freeport Luxembourg. Un scandale qui éclabousse, par ricochet, Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne.

Yves Bouvier est accusé d'escroquerie dans le cadre de la vente du Salvator Mundi, le tableau le plus cher de l'histoire. Yves Bouvier est accusé d'escroquerie dans le cadre de la vente du Salvator Mundi, le tableau le plus cher de l'histoire.
Yves Bouvier, un milliardaire suisse impliqué dans l’une des plus grandes escroqueries présumées du monde de l’art, ne s’attendait certainement pas à ce que le sort s’acharne. Mais l’infortune est têtue et, plusieurs années après, le marchand d’art vient d’être happé dans une nouvelle affaire : celle des ports francs européens.

À l’origine, le Freeport du Luxembourg n’intéressait que modérément la Commission européenne. Tout juste un écho, un doux clapotis dans les halls carrelés du bâtiment Berlaymont. Mais le clapotis s’est changé en vague, puis en tsunami, après que des enquêtes successives de la presse et du Parlement européen ont dévoilé une face sombre de ses industries portuaires ultra-sécurisées. Selon une enquête du Parlement européen, les ports francs pourraient servir de hubs pour le blanchiment d’argent, le transport de pierres précieuses venues d’Afrique et autres œuvres d’arts acquises dans un but purement spéculatif.

Dans une lettre datée du 8 janvier 2019, le député européen allemand Wolf Klinz signalait là un « angle mort » dans la lutte déterminée du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour la transparence bancaire et contre l’évasion fiscale. L’ironie est mordante quand on sait que l’ouverture du Freeport Luxembourg s’est faite sous la supervision du gouvernement Juncker, alors premier Ministre du pays.

 

Yves Bouvier, un homme au centre de l’affaire

Pour Jean-Claude Junker, le coup porte. Son nom a en effet été, par le passé, associé au « tax rulings » luxembourgeois (ces accords spéciaux ayant facilité l’optimisation fiscale de grandes entreprises comme Google, Apple ou Starbucks). Les critiques s’accumulent désormais contre l’ancien premier ministre luxembourgeois, qui a dû mal à s’en défaire.

Une autre personne se retrouve à tous les étages de l’affaire : Yves Bouvier, un marchand d’arts empêtré dans des accusations d’escroquerie dans le monde de l’art. L’homme d’affaires suisse est le propriétaire du Freeport Luxembourg, qui a été sous le coup d’une enquête du comité Tax3 – un comité en charge des enquêtes fiscales graves – du Parlement européen. Surnommé le « roi des ports francs », Bouvier dispose encore d’un vaste réseau d’infrastructures portuaires dans le monde entier, à Singapour ou encore à Genève, port qui a d’ailleurs servi de modèle économique au Freeport Luxembourg.

Pour l’EPRS (l’European Parliament Research Services), le service d’enquête du Parlement européen, auteur en 2018 d’un rapport sur ces zones économiques à part, les liens entre Yves Bouvier et ceux-ci pourraient poser un problème. « La concentration d’un réseau international de ports francs connectés entre eux pourrait présenter un risque de conflit d’intérêts et de délits d’initiés. Le fait que M. Bouvier est lui-même impliqué dans une affaire supposée d’escroquerie et de délits d’initiés justifie d’ailleurs nos inquiétudes » expliquaient les rapporteurs. Malgré les tentatives d’Yves Bouvier de s’éloigner de leur gouvernance, les auteurs du rapport ont découvert que le marchand d’art demeurait le plus gros actionnaire du port de Genève. Il reste aussi très lié à celui du Luxembourg par le biais de ses associés : Jean-Marc Peretti, un ancien Corse proche du Milieu, et Olivier Thomas, mis en examen pour le vol de deux tableaux de Picasso à leur héritière légitime.

 

Offshore-sur-mer

Souvent qualifiés de citadelles offshore, les zones économiques franches sont des lieux où l’opacité est la règle. « Le nombre d'objets de valeur stockés aux ports francs s'est accru à partir de 2011, dévoile un banquier genevois pour l’Express. La levée du secret bancaire et la volonté affichée de transparence ont affolé de nombreux détenteurs de comptes dans le monde entier. Certains ont retiré des sommes faramineuses en cash. Mais qu'en faire ? Très simple : acheter des Basquiat, des Monet ou des statuettes, et les confier aux ports francs. »

Résultat, le nombre d’infrastructures de ce type a explosé en trente ans, passant de 100 en 1975 à 30 000 en 2008, répartis dans 135 pays différents. Mais le tour de vis de la Commission européenne n’a pas tardé à rattraper ces no man’s land juridiques et ont beaucoup entaché de leur attrait en Europe. C’est le cas du Luxembourg, qui devrait appliquer, en 2020, une loi contre le blanchiment d’argent qui réduira « de façon significative l’opacité opérationnelle du port franc », explique le député Wolf Klinz. Il en va de même pour le port franc de Genève qui, dans la foulée de l’affaire Bouvier, a été dans l’obligation d’adopter des mesures de transparence draconiennes. Il faut dire que la découverte de pièces d’art clandestines dans ses caves avaient fait désordre… Les clients d’Yves Bouvier, « des compagnies offshores basées à Hong Kong », échaudés, ont alors quitté le navire pour des structures similaires, dans des pays moins scrupuleux.

Yves Bouvier, à l’origine d’un effet domino ?

En Europe, l’affaire a désormais tout d’une bombe politico-médiatique.

Dans sa lettre à Junker, le député Klins a mis la Commission européenne sous pression. « Le chemin vers une réglementation adéquate demeure long et semé d'embûches » explique l’élu allemand avant d’appeler, dans des termes sibyllins, à la fermeture pure et simple du Freeport du Luxembourg. « Il m'apparaît évident que le risque de maintenir une installation de la réputation du Freeport Luxembourg sur le territoire douanier de l'UE pourrait l'emporter largement sur les avantages. »

Il est difficile de croire que Pierre Moscovici, Commissaire européen parachuté sur le dossier par un Jean-Claude Juncker peu loquace, puisse résister à la pression médiatique dans ce contexte politique tendu. Tout porte à croire qu’une réglementation plus ferme devrait voir le jour et que le Parlement européen ne baissera pas la garde.

Les ports francs n’en sont pas devenus « has been » pour autant. Certains pays comme Singapour, à la législation plus souple, auraient apparemment bénéficié du départ en catastrophe des clients des infrastructures européennes. Ce qui nous ramène à Yves Bouvier. L’homme, bien introduit au sein des structures asiatiques, pourrait retomber sur ces pieds en Asie et poursuivre sereinement ses activités de négociant. À moins qu’un énième coup du sort ne pousse la justice internationale à enquêter sur ce citoyen suisse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.