Olivia52
Rédactrice, relectrice, correctrice.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2015

Belleville Shangai Express. Roman

Philippe Lafitte est un auteur qui se fait désirer. Son dernier – et très inspiré – roman qui racontait l'improbable vie posthume d'Andy Warhol, resté dans les mémoires, datait de quelques années et on attendait avec impatience le nouveau fruit de son imagination voyageuse. On n'est pas déçu par "Belleville Shangai Express".

Olivia52
Rédactrice, relectrice, correctrice.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Philippe Lafitte est un auteur qui se fait désirer. Son dernier – et très inspiré – roman qui racontait l'improbable vie posthume d'Andy Warhol, resté dans les mémoires, datait de quelques années et on attendait avec impatience le nouveau fruit de son imagination voyageuse. On n'est pas déçu par "Belleville Shangai Express". Cette fois, pas d'interrogation existentielle d'un spermatozoïde ("Etranger au paradis", Buchet-Chastel), pas de plongée dans le post underground new-yorkais ("Vies d'Andy", le Serpent à plume) mais une virée live dans l'un des quartiers les plus chauds et les plus trendy de Paris, Belleville, là où les racismes ordinaires se prennent à la gorge : beurs, nouaches, viets, et les "bananes", ces métis jaunes dehors, blancs dedans. Dans cet arrondissement cosmopolite, les ethnies se mélangent, les gangs s'affrontent.

"Belleville Shangai Express" (Grasset) dont le titre est un hommage au film de Joseph von Sternberg, nous mène au cœur des magouilles d'une mafia chinoise planquée derrière les enseignes de restaurants typiques : Le Dragon céleste ou Le Royal Mandarin.. On y fait sauter les beignets de crevettes, les cervelles et si on peut, les PV parce qu'on a un flic dans sa poche.

Beaucoup de personnages se croisent lors de cette épopée sino-parisienne. D'un côté, un héros, Vincent Chêne, Marie-Paule, sa mère aux yeux bleus, Hang, son père viet-namien disparu mystérieusement, Dao, sa grand-mère presque centenaire, ses copains à la morale élastique, et de l'autre, une héroïne, Line, la délicieuse fille du puissant homme d'affaire, monsieur Li, Yan, un garde du corps sans cœur et ses sbires en pleine chevauchée derrière les vitres teintées d'un Porsche Cayenne. Et pour pimenter la sauce, une lieutenante de police.

Vincent est une "banane", génération boat-people. Cartier-Bresson en devenir, il ne quitte jamais son Leica. Il a dans le viseur la splendide Line, mannequin, érudite, diplômée en économie qui n'hésite pas à se mettre en danger lors d'un séjour à Shangai. Sûre de sa beauté, elle ose toutes les aventures au risque de se perdre. Dès le premier regard, elle forme un couple avec Vincent, prêt par amour, à forcer le destin. Tout en se cherchant, ils débusquent les mensonges de leur entourage, Roméo et Juliette du 21e siècle toujours en but aux mêmes luttes ataviques.

"Belleville Shangai Express" est un thriller, servi par le talent habituel de Philippe Lafitte. Toutefois, en comparaison de ses romans précédents, les situations nous sont plus proches, l'écriture s'assouplit, on nous gratifie d'un soupçon de sensualité, les femmes sont des lianes, objets de désirs, exotiques. Est-ce le cerveau reptilien de l'auteur qui s'exprime enfin ? Tels des photographies, les paysages urbains de Belleville et d'une nouvelle Chine trépidante et cruelle, nous apparaissent à chaque page comme autant de clichés saisis par le héros du roman, ouverture, cadrage, vitesse. Clic clac, c'est dans la boîte.

Au final, une passionnante aventure Est-Ouest où les cultures s'entrechoquent ainsi que les modes de vie, et une belle histoire d'amour pour les romantiques inconditionnels.

 Olivia van Hoegarden

Belleville Shangai Express

280 pages

18 € 

Grasset

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis