FREHA-KARIBU les échanges au point mort

Il n'y aura ni entente, ni compromis entre le bailleur Freha et l'association Karibu sur l'avenir de la résidence sociale Karibu a Meudon dans les Hts de Seine. Malgré l'intervention de deux anciens Préfets de région, dont M. Daniel CANEPA, ancien Préfet d'Ile de France, malgré le soutien du Maire de Meudon, Freha refuse toujours un compromis au bout de trois ans

Les choix de société doivent toujours chercher à être exemplaires, surtout quand on appartient à la mouvance d'Emmaus, ce qui est le cas de notre propriétaire Freha, l'action sociale doit toujours rester fortement reliée aux valeurs humanistes, sous peine de perdre son âme, la coopération entre acteur sociaux doit toujours être forte, pour être exemplaire, faire sens, être utile, être efficace, pour porter les valeurs humaniste dont notre société a tant besoin au moment ou des vents bien discutables traversent les esprits

Sur le plan de la mixité sociale de la résidence rien à redire si l'on observe la diversité des origines

Sur la réussite humaine et la cohérence avec les politiques publiques, rien également ne peut être contesté, les anciens sont la pour le témoigner ainsi que le collectif des associations citoyennes et fraternelles du 92

Sur l'enracinement dans le quartier rien non plus ne peut être reproché

Sur le plan technique, sur le taux de sortie, sur la sécurité des personnes, sur la maintenance des locaux il n'y a rien a reprocher, et un organisme agréé est venu l'attester

il n'y a que la rénovation et la mise aux normes qui est nécessaire, mais tous en sont d'accord

Mais alors ou est le problème?

L'association Karibu a fait le choix de l'habitat partagé et c'est probablement ce qui ne plait pas, habiter avec des migrants vous n'y pensez pas!

Ce qui ne plait pas probablement aussi c'est de maintenir le principe des résidences sociales : une logique d'hébergement collectif à l'âge de la recherche de l'autonomie des personnes, alors que les personnes isolées sont 35% des ménages en France, et 50% des demandeurs de logement social, et que cette orientation peut rester une solution appropriée

Ce qui ne plait pas c'est que le loyer perçu par le propriétaire n'est que de 950 € alors que les redevances, prises globalement,  perçues par l'association elles sont plus élevées et que la reprise des locaux doublerait les revenus

Les meudonnais ont indiqués clairement qu'ils n'étaient pas d'accord avec ces menaces de fermeture et l'ont fait savoir: une pétition a circulé qui a recueilli 900 signatures.  Elle a été signée aussi bien en milieu résidentiel au marché Maison Rouge qu'en milieu populaire à Meudon la foret

Aujourd'hui, notre avocat nous a indiqué que nous n'étions plus expulsable et nous restons viable grâce à la solidarité des amis du collectif des associations départementales et..... des commerçants qui nous font des réductions

Il nous faut trouver un médiateur, un vrai, qui mettra à plat toutes les données sans nuire aux intérêts de chacun et recadrer au service des usagers toujours prioritaires et qui soufrent de cette attente indéfinie

Il nous faut obtenir que la Préfecture s'engage vraiment mais le peut elle?

il aurait fallu qu’Emmaüs France face respecter ses valeurs mais ils nous ont répondus qu'ils ne se mêlaient pas de la gestion des adhérents

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.