Oznur et les kurdes

Oznur sirene est une militante pro turque.Elle a créé son média, Turc Red’Action,  après le coup d’état turc en 2016. La création de son média viendra du fait que les médias français auraient une mauvaise vision de la Turquie et Erdogan. Son but sera de montrer l’autre côté de la médaille, montrer le point de vue des turcs sur la situation de la Turquie.
Dans le texte , je  vais critiquer l'analyse de Oznur  dans son soutient de l’offensive turc en octobre 2019.

Théorie des relations internationales :

On va claire sur un point, dans les relations internationales, les pays n’ont pas ami, ils n’ont que des intérêts. Tous les pays veulent augmenter la puissance diplomatique (solf power) et leurs puissances militaires. Chaque pays veut être la puissance soit régionale ou soit international. Les alliances se forment pour soit assurer un équilibre dans le monde ou soit pour le dominer. Les relations entre la Turquie et le reste du monde est lié à cette dynamique, tous les pays essayaient de dominer la Turquie et inversement, la Turquie essai d’imposer dans le monde comme une puissance mondiale.  Il n’y a pas de Turquie victime ou de Turquie impérialiste, il y a juste un pays qui joue le jeu des puissances, un jeu que l’humanité joue depuis des millénaires.

Oznur et l’opération source de paix :

La source vient un article que Oznur a écrit le 17 octobre 2019 dans le TRT, le lien sera dans la biographie. Je vais prendre points par points ses propos et les démonter.

Le premier point sera que OTAN soutient cette offensive, Accord et? C’est un argument d’autorité qui ne concerne pas ceux qui sont touché (les kurdes). Surtout que OTAN est une organisation impérialiste qui a envahir l’Afghanistan et détruit la Lybie. Au niveau du respect des peuples, on ne vole pas haut.

Le deuxième point sera que les kurdes soutiennent cette offensive pour être libérer des PYD. Dans un sondage de Gallup, 77 % des kurdes de Syrie n’approuvent pas l’invasion de la Turquie. Ce sont les arabes qui soutiennent cette intervention a 64%, dû au fait qu’il soutient les rebelles syriens. Le 23% est dû qu’une partie soutient les rebelles et il n’aime pas Assad (reproche au PYD ses liens avec Assad) et un autre parti parce qu’il n’aime pas l'idéologie des PYD. Aussi les 250 000 réfugiés syriens n’ont pas fui les PYD mais la guerre et Assad , comme par exemple , la famille de Alan Kurdi qui a fui la guerre et l’état islamique.

Le troisième point sera que les PYD libère les prisonniers de ISIS. On pourrait juste dire que on n’est en avril 2020 et que les PYD ont toujours des milliers de prisonniers de ISIS. Que aussi, ça n’a pas de sens, c’est eux qui ont combattue l’état islamique, ils ne vont pas les libérer. Le vrai point est que, il n’y a jamais eu de preuve solide a cette affirmation, seule la Turquie affirme ceci.

Le quatrième point est que la Turquie va ramener a la maison 2 millions de réfugié syriens. Oui , effectivement les réfugiés syrien ont une influence dans  les interventions de la Turquie en Syrie.  Le problème est que la zone que la Turquie devait prendre est trop petite pour 2 millions de réfugiée et que ceux-ci ne viennent pas de cette zones. Sur 4 millions de réfugiée syrien en Turquie, les kurdes sont de 250 000 donc ils sont très minoritaires. Mettre des populations (les réfugiés) a majorité arabe dans les zones kurdes, c’est faire un changement démographique, une façon assimiler les kurdes. La Turquie n’a pas exécuté ceci mais cette idée reste dangereuse. Deux scénarios possibles à cette opération, soit Erdogan fait une erreur, soit ils veulent dissoudre les kurdes via les populations arabes. 

La protection de la Turquie et la libération du peuple kurde contre YPG :

Dans le texte de Oznur, elle écrit :

« Selon les Chrétiens de Syrie, les YPG déstabilisent le nord-est de la Syrie »

 « La Turquie tuerait des civils en Syrie : La Turquie libère plutôt les civils des griffes du terrorisme tout en assurant leur sécurité tant sur son propre sol qu’en Syrie. Ce sont plutôt les YPG qui sont en train de tuer les civils en Turquie par des tirs au mortier depuis le nord de la Syrie, ce qui n’est jamais communiqué dans les médias occidentaux »

« Les Kurdes syriens, combattant aux côtés de l’Armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie, ont pour objectif d’expulser les YPG, affiliées au groupe terroriste PKK, de toutes les régions de la Syrie, afin de mettre fin au régime oppressif de l’organisation terroriste sur les habitants. »

Premièrement, l’idée d’attaquer quel qu’un parce qu’il représente une menace n’est un stratège pour l’attaquer. Aussi, l’idée de libérer un peuple par la guerre, je la vois comme un film de Hollywood, Erdogan dans un cheval blanc va libérer les princesses chrétienne, kurde et turc contre le méchant dragon PYD/PKK. Je vais montrer des exemples dans l’histoire de l’humanité, pourquoi je me méfie de ces histoires de libération.

Les américains sont experts dans cette matière :

Quand ils ont envahi l’Irak, le prétexte, c’était pour libérer les minorités et le peuple Irak contre la dictature de Saddam et que celui-ci avait des armes destruction massive (menace les USA). Dans les faits, le contrôle du pétrole était leur objectif et Irak va très mal depuis leur intervention.

Quand ils ont attaqué la Lybie avec la France sous la pression de BHL, l’objectif était de libéré le peuple de la Lybie contre la dictature de Kadafi. Dans les faits intervention était lier a des intérêts politiques et à plonger la Lybie dans la guerre et le désordre. 

La guerre en Afghanistan avait deux principes, éliminer les talibans (qui ont attaqué les USA) et libérer le peuple de l’oppression de ceux-ci en particulier les femmes. Dans les faits, était pour augmenter son influence en Asie, de protéger les pipelines de pétrole.Au bout de 20 ans de guerre, les états-unis négocie avec les talibans pour la paix, le pays a gagné plus de destruction et de misère avec l’intervention américaine. 

On peut aussi faire mention des guerres coloniale ou on voulait libérer le peuple par la civilisation :

Les interventions militaires en Afrique aux 19 siècles était faite sous l’idée que ses peuples avaient besoin de l’Europe et sa civilisation pour se développer et devenir moderne. Dans les faits, c’était un prétexte pour prendre leurs terres pour leur économie et augmenter le prestige des nations européennes, plus de terre égalent plus de prestige.

Durant la deuxième guerre mondiale, le japon justifia la conquête de la chine par des incidents entre ses soldats et les chinois (fausse accusation) et aussi que l’Asie (la chine) avait besoin de la culture supérieur du japon.

 Une idée traverse tous les exemples, l’idée qu’un peuple pense ce qui est bon pour l’autre en imposant quelque chose par la guerre ou que ce peuple représente une menace à leur existence. Les intérêts politiques sont tous derrière ces interventions et leur prétexte est faux. Les pays ne diront jamais les vraies causes de la guerre et tenteront de rendre leur guerre noble avec par exemple le principe de libérer les peuples ou de se défendre. Humain aiment donner une morale ou une raison durant leur guerre.

Les minorités au Rojava sont très bien traité, c’est un des seuls endroits au moyen orient ou les minorités sont bien traité. Aussi le Rojava n’est pas une menace pour la Turquie et celle-ci a essai de trouver des prétextes pour lancer son opération. Voici les vraies raisons de l’intervention Turc :

Monter sa cote de popularité :

La Turquie est dans une crise économique depuis 2018, le taux inflation est dans les deux chiffres et le chômage est de 13.6% en octobre 2019 (France est 8.3%). Dans le texte Patrice Rötig et Deniz Ünal , 2019 , cette crise va commencer avec le coup d’état manqué et embargo sur l’acier de Trump , ces événements ont déstabilisé la confiance des investisseurs étrangers donc la Turquie dépends fortement. La monnaie Turc a perdu beaucoup de valeur (estime une perte de 40%) dans la crise économique et le taux inflation était en juin 2019 de 15,7%. L’Opposition est de plus en plus en colère contre la mauvaise gestion économique et de la situation diplomatique du pays, du provocation Erdogan dans la scène international. Erdogan pour rallier tout le monde derrière lui et faire oublier la crise, il fallait trouver une guerre pour monter le nationaliste, l’attaque contre le Rojava sous prétexte qui menace la nation Turc , était idéal.

La peur de l’idéologie et de l’autonomie du Rojava :

Un Rojava réussit pourrait alimenter l’identité kurde en Turquie et faire renaître les revendications kurdes.  Dans l’histoire, les kurdes se sont auto-influencer. La révolte de Barzani dans les années 60-70 à influencer les kurdes de Turquie dans leurs revendications culturelles et à influencer le PKK. Quand le Kurdistan Irak a eu leur première autonomie dans les années 90, la Turquie voulait l’envahir sous prétexte de protéger les minorités turques mais , la vraie raison est la peur de contagion chez sa population kurde. Un Rojava réussit va fortifier la cause kurde dans le monde et donner un modèle de réussite. La Turquie, qui dans son idée l’état-nation unitaire turc, à toujours régler la question kurde par les armes, ne veut pas un élan identitaire kurde en Turquie. Plutôt de régler la question kurde par des droits cultuelles aux kurdes et remettre la légitimité de l’état nation unitaire turc, la Turquie emploie le militaire. La Turquie veut assimiler les kurdes en Turc, un kurde qui abandonne l’identité kurde est un bon kurde pour les nationalistes.

Le plus important :

Les kurdes de Syrie veulent une autonomie, par respect a la souveraineté des peuples, on doit respect les kurdes à avoir une autonomie. Chaque peuple de cette terre a des droits et que ses droits soit respecter.

 

Biographie :

La statistique pour soutient de l’opération :

https://www.gallup-international.com/wp-content/uploads/2019/11/Gallup-International-Poll_Syria_2019-7.pdf , Gallup, consulté le 27 avril 2020.

Le texte de Oznur :

https://www.trt.net.tr/francais/moyen-orient/2019/10/17/source-de-paix-ce-que-les-medias-occidentaux-vous-cachent-etude-1289778 , TRT , Oznur sirene , Source de paix , ce que les médias occidentaux vous cachent , consulté le 27 avril 2020

Rötig Patrice, Ünal Deniz, « VII. L’économie turque dans la tourmente », dans : CEPII éd., L’économie mondiale 2020. Paris, La Découverte, « Repères », 2019, p. 105-118. URL : https://www-cairn-info.proxy.bib.uottawa.ca/l-economie-mondiale-2020--9782348045707-page-105.htm

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.