Je me permets tout, je suis une personne hardie.

Ces mots ne sont pas de moi mais je les prends à mon compte. Ils sont de Christiane Taubira.

Je les ai entendus pour la première fois il y a un peu plus d'un an, dans Matière à penser sur France Culture, précisément dans la série de Patrick Boucheron «Consistance du nous», dans l'épisode 5, «La politique du Tout-monde». J'avais à l'époque rédigé un billet que je présentais ainsi:

«Je l'aime, je l'adore. Elle grandit tout ce qu'elle touche. Elle dit, un grand sourire dans la voix comme un soleil: Mais je me permets tout, je suis une personne hardie. Elle est moi, je suis elle, nous nous permettons tout, nous osons tout. Nous n'avons d'autre crainte que de ne pas oser. Nous sommes des personnes hardies».

Le billet se résumait à ceci: À écouter, à réécouter, ici: Consistance du nous (5/5) – La politique du Tout-monde.

Écoutant en ce moment même une rediffusion de cette émission je renouvelle ma recommandation. Et vous invite à suivre cette voie, tout se permettre et être une personne hardie. Sauf si vous n'avez pas de morale, en ce cas vous oseriez n'importe quoi, autant dire rien...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.