Le blog de Christophe Gervot

Tout pour ne pas me plaire, ce blog. Son mainteneur rappelle dans tous ses billets qu'il est psychanalyste et pas qu'un peu! Un CV de psychanalyste long comme un billet! (de logement?)

Je recommande cependant «Le blog de Christophe Gervot». D'abord parce qu'il est plaisant, ensuite parce qu'il y a quelques lapsus qui forment une bonne base pour une “auto-analyse” (pour mon compte, je ne suis pas certain que les lapsus révèlent grand chose...), enfin pour ce billet: «Position du psychanalyste: les bonheurs inattendus de la vie». Et spécialement ce passage:

«Ces associations de situations ont lieu avec des mots pour les autistes, mais dans leur versant phonétique, de sons reconnaissables et mémorisables. Cependant, à la différence des sujets psychotiques, les sujets autistes ne peuvent pas ressentir dans leur corps, au cours de leur vie, l’effet de ces mots dans leur versant signifiant. Ils ne comprennent pas le sens des mots et des paroles que nous leurs adressons même si nous semblons converser avec eux. Un conversation avec un sujet autiste ne fait pas sens pour lui. Tout au plus, si nous répétons deux fois un mot dans cette conversation qui n’a pas de vérité effective dans sa dimension d’échange, le sujet autiste pourra l’associer avec la situation présente à ce moment-là pour lui. Il tentera de le mémoriser. Mais s’agit-il de ce que nous voulions lui dire ou de la lumière dans la pièce à ce moment ou autre chose?».

Comme il m'est arrivé de l'écrire, la différence principale entre le rapport “psychotique” ou “schizophrénique“ à la réalité et celui “autistique” est ce rapport au langage: celui “psychotique” est uniquement métaphorique, celui “autistique” uniquement littéral, dans les deux cas le langage n'est pas un moyen d'accès au réel mais d'une manière diamétralement opposée.

Christophe Gervot et Ma Pomme divergent dans leur rapport à la psychanalyse? Pas grave s'ils convergent et peuvent s'entendre sur le réel, le langage, et le rapport au langage des humains, et des humains au réel...


Addendum au 14 juin 2020. Désolé, je viens de penser à un jeu de mots douteux:

La position du psychanalyste est-elle plus intéressante que celle du missionnaire?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.