Olivier Hammam
Humain patenté mais non breveté.
Abonné·e de Mediapart

722 Billets

3 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2021

Des Zelig par milliers.

Ou par millions, enfin, un gros paquet de Zelig, de personnes qu'on voit partout et avec tout le monde – et n'importe qui.

Olivier Hammam
Humain patenté mais non breveté.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette image, figurant dans l'article «La chute de l’“ami” syrien de Macron et Hollande» par Antton Rouget 

Izzat Khatab avec François Hollande, Emmanuel Macron, Angela Merkel, le roi du Maroc Mohamed VI, Martin Schulz. © Photomontage Mediapart

m'a incité à rédiger ce billet. Qui est Izzat Khatab? Tout le monde, n'importe qui, “un type”. De loin en loin, “un type à côté d'une sommité”. Dans ce photomontage il y a trois cas “non douteux” et deux “douteux”. De fait tous le sont ET aucun ne l'est. Aucun ne l'est car (peut-on espérer) chacune de ces images n'est pas en elle-même un photomontage, à la Zelig justement, film où est inséré le personnage qui porte ce nom dans des documents d'actualité sur des sommités du XX° siècle, ici on peut supposer que Khatab était réellement à proximité de ces personnes quand la photo fut faite, on peut donc dire que “ça ne fait pas de doute”. Maintenant, comment, pourquoi y est-il? Apparemment, dans les cas de Hollande, Macron et Schulz ce n'est pas fortuit, il pose à leur côté, ils sont volontairement ensemble; pour Mohammed VI c'est déjà plus douteux, et plus encore pour Merkel, disons, ils sont dans le même lieu mais sont-ils volontairement ensemble en ce lieu et à cette date? Et les cinq sont douteux car ça ne signifie pas grand chose: combien de personnes plus ou moins en rapport avec des “sommités” se retrouvent dans les mêmes lieux de convivialité, profitent du moment pour se faire prendre en photo avec elles et échanger quelques mots. Que le dénommé Khatab soit “du même monde” que ces cinq-là, rien de plus évident: moi aussi, vous aussi, sommes du même monde que ces cinq “sommités”, et même en se limitant aux personnes de la même sociabilité, celle des “élites”, ça fait encore un paquet de personnes, des dizaines ou centaines de milliers dans le même cas. Plus ou moins “dans les élites” mais en tout cas pas loin d'elles.

Même si l'envergure n'est pas la même, ça me fait beaucoup penser au cas d'Alexandre Benalla: un escroc qui a su saisir des opportunités. Remarquez, je ne sais pas quelle est l'envergure réelle des entourloupes de Khatab, ce n'est pas parce qu'on s'agite beaucoup qu'on agit beaucoup, probable qu'il agite surtout du vent. Tiens ben, j'avais inventé un petit apologue en forme de blague sur cette question, «Qui achète du vent récolte ce qu'il mérite». On peut en tirer diverses leçons, ou aucune, toujours est-il, l'idée à la base de cet apologue est: pour réussir une arnaque il importe avant tout de se trouver au bon endroit au bon moment. Ah ça! En lançant une recherche sur Izzat Khatab, oh surprise! Je tombe sur Benalla. Et au passage j'apprends que ledit Khatab “chute” depuis quelque temps déjà en France – en gros, depuis que Benalla fut lâché par ses “amis”, dont beaucoup sont les mêmes que ceux de Khatab. De ce que je peux en savoir l'une n'est pas cause de l'autre, bien plutôt on est alors dans un contexte très problématique pour l'exécutif, alors celui-ci fait un peu de nettoyage...

Être très proche physiquement d'une “sommité” n'implique pas pour autant une intimité, le p'tit père Macron, il en a des dizaines, des centaines, de “proches” de cette sorte, de personnes “de son entourage”. Mon voisin de palier est proche de moi, et si par hasard l'un de nous faisait l'objet d'une enquête par quelque administration, c'est sûr qu'on interrogerait l'autre à son propos mais bon, nous n'aurions pas grand chose à dire. Sauf s'il nous avons de l'imagination, beaucoup même.

À comprendre que je n'ai aucune opinion sur le degré d'intimité de Bouvard et Pécuchet Khatab et Benalla avec ces “sommités”, spécialement les cinq du photomontage (pour Benalla, seulement trois des cinq), ni sur leur intégration dans ce milieu des élites “politiques” internationales (cela dit, pour Benalla encore on peut sans grand risques la supposer assez faible), je fais juste ce constat très ordinaire: plus une personne est éminente plus elle étend son “cercle de relations”, sans que ça étende significativement le nombre de ses intimes, de ce fait il y a significativement plus de “Zelig” que d'intimes dans ces cercles, beaucoup plus de personnes sur la photo par circonstance que par le choix des “sommités” présentes. Et qu'en toute hypothèse mais avec assez de vraisemblance, ces deux-là semblent plus proches d'un position de “Zelig” que d'une position d'intimes.

Que fait un “Zelig”? Il capte un peu de lumière. Certes, souvent une lumière artificielle mais ça lui importe peu, il cherche à être “illuminé”, cela quelle que soit la source de lumière et quelle que soit sa qualité, de manière à obtenir une plus large visibilité sociale que par ses seuls moyens. Pour en connaître un certain nombre (et même un nombre certain) j'ai pu constater que ces personnes qui “captent la lumière”, d'une part le font innocemment le plus souvent ou au moins honnêtement, d'autre part “paient en retour”, elles recherchent une petite rétribution narcissique mais auprès de personnes qu'elles admirent sincèrement, en elles-mêmes ou par leur travail, leur proximité n'est pas circonstancielle. Les “Zelig” c'est autre chose, le premier et souvent seul motif de leur présence est la rétribution sociale qu'ils en tireront, quelque considération aient-ils des “sommités” présentes. Ils vont de quelque manière monnayer cette “illumination”. Avec ces deux-là, d'évidence ça leur a servi à se donner l'apparence d'une “surface sociale” dont ils ne disposaient pas réellement, et pour le pire des motifs, monter des escroqueries ou des opérations pas très propres et plus ou moins (plutôt moins) respectueuses des lois.

Pourquoi j'en cause? Parce que ça m'ennuie qu'on utilise des cas très périphériques et très communs (toute “sommité” a son lot de parasites) en tant qu'arguments pour disqualifier un groupe idéologique qu'on souhaite voir disparaître ou au moins perdre beaucoup en surface sociale. J’exècre les escrocs et les simulateurs mais comme il y en a partout ça ne constitue pas un motif suffisant pour disqualifier tout un groupe, sauf si ces escrocs et simulateurs font réellement partie des “élites” de ce groupe – ici, être un membre du gouvernement, un député, un haut responsable de parti ou de groupe parlementaire. Pour relier à un récent billet, j'ai une déconsidération certaine des fouille-merde qui croient pouvoir trouver de l'or dans la merde...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn