Dire “racisme systémique” et non “racisme d'État”

Comme le dit une association dans son intitulé, les mots sont importants, et importe notamment de ne pas verser dans l'excès, par exemple parler pour la France de 2019 de racisme d'État c'est à coup sûr se voir contester, parce que c'est inexact.

Brouillon daté du 17/04/2019 02:43

Le racisme d'État, on a connu, spécialement de la fin des années 1930 au milieu de la décennie suivante mais même avant et après ça, ne serait-ce que du fait que dans le cadre d'un empire colonial il y a presque nécessairement un racisme proprement d'État, c'est-à-dire un racisme établi et mis en œuvre par la loi et les règlements, et plus largement une discrimination qui s'appuie, contrairement à ce que disait il y a peu la Constitution française, sur la «distinction d'origine, de race ou de religion». Un récent changement de cette sentence me fait songer à cette blague juive mais à l'inverse, vous savez, celle où un magasin précise que l'entrée est interdite aux juifs et aux coiffeurs et où quelqu'un demande, pourquoi les coiffeurs? On a supprimé les mots “de race”, avec probablement une sorte de croyance magique assez orwellienne, croire que supprimer les mots supprime la réalité: si la logique est bonne, alors dans cet article premier, «La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances», on devrait supprimer toute la séquence «sans distinction d'origine, de race ou de religion», qui laisse entendre qu'il serait possible de ne pas assurer l'égalité selon d'autres distinctions: que l'on soit religieux ou non, il est bon de ne pas faire de distinctions, préciser que l'égalité vaut “sans distinction de religion et dans le respect de toutes les croyances” ne laisse-t-il pas apparaître en creux une possible distinction (positive ou négative) pour les non religieux et les incroyants? La logique d'ordre magique a la base de la proscription du mot race devrait aller au bout, l'article devrait se limiter à «La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens», ce qui induit nécessairement qu'il n'y aura de distinction, positive ou négative, d'aucune sorte.

Cela dit, il existe tout de même (...)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.