Savoir lire (billet inchoatif).

J'ai rédigé plusieurs billets où je discute cette question. En sachant que c'est d'une utilité très limitée. Car pour comprendre un texte expliquant comment savoir lire, et bien, il faut savoir lire...

Mmm... Encore une fois je me perds en digressions. Je supprime tout ça et je reprends.


Deux ou trois billets récents où je définis les notions d'exégèse, de commentaire et de glose en parlent. Celui intitulé «Exégèse» ne comporte que ces définitions, ça peut donner à réfléchir, sans plus.


Il n'est pas important de savoir lire, ni de savoir entendre, rien n'est important en cette vie, sinon vivre.


La modification du titre de ce billet m'oblige à une définition: dans certains courants linguistiques et par la suite dans les domaines du savoir qui ont adopté une approche structuraliste, “inchoatif”, qui à l'origine est un aspect verbal indiquant un commencement, désigne un processus “en cours de réalisation”. Ce billet est donc déterminé par son auteur, Ma Pomme, comme définitivement “en cours de réalisation”. Un ouvrage sans fin...


Une société est constituée de points et de liens. Les points sont ses membres, les liens sont les relations entre les points.

Une société est un espace donc intègre en elle les quatre dimensions perceptives. Ses membres se répartissent dans les trois dimensions topologiques et la société même détermine la dimension temporelle. Les membres de la société s'y répartissent à la fois effectivement et symboliquement, et tous “évoluent dans la société”, leurs déplacements chronologiques sont déterminés par la société et l'ensemble de ces déplacements détermine la société. Les relations entre membres, à la fois déterminent la position fonctionnelle de chacun de ses membres et leur position symbolique.

Un lien peut être réciproque ou unilatéral, il peut être égal ou inégal, il peut être ascendant ou descendant, il peut être effectif ou objectif. Chaque espèce sociale a ses modalités propres pour déterminer les positions symboliques de ses membres, chez les humains le moyen principal est ce qu'on peut nommer “langage”, qui ne se limite pas aux seules langues orales, est “langage” tout ce qui constitue un système de signes. Pour exemple, les vêtements sont en soi des objets fonctionnels mais par leurs aspects ils signalent; comme ils font système ils signalent des choses diverses et entre autres la position sociale, à la fois fonctionnelle et symbolique, de ses membres. Bien sûr, comme tout lien ce genre de signes peut être trompeur: dans une société d'ordres, censément les porteurs de certains vêtements ou de certaines formes de vêtements appartiennent à un certain ordre (ou classe, ou caste, ou corporation, ou...) ou à un certain groupe, mais comme le dit le proverbe, «l'habit ne fait pas le moine». Ce qui est censément faux dans une société d'ordres: l'habit y fait le moine. Ce proverbe peut avoir deux interprétations: le membre d'un ordre, par exemple celui des moines, n'agit pas nécessairement tel qu'on l'attend de la part des membres de cet ordre; n'importe qui peut se revêtir de l'habit d'un moine. Il signifie aussi, mais c'est secondaire, qu'un individu peut se comporter en moine sans être de cet ordre, ou appartenir à cet ordre sans porter son vêtement. Un signe est un signe, en soi il ne signale que lui-même.

La polyvalence d'un lien rend l'interprétation d'un signe ambivalente, donc sa signification ambigüe. Comme dit, il n'est pas important de savoir lire, ni de savoir entendre, sauf si on souhaite avoir une action efficace dans le cadre de la société. Si on ne le souhaite pas ça n'a donc aucune importance. Mais ça a des conséquences, entre autres en ce qui se rapporte aux liens inégaux et unilatéraux.


Bon. Tout est dit il me semble. Si tout n'est pas dit, tant pis. En tout cas, pour moi tout est dit. Qui sait lire lira.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.