Olivier Hammam
Humain patenté mais non breveté.
Abonné·e de Mediapart

781 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2020

Qui achète du vent récolte ce qu'il mérite.

Connaissez-vous le point commun entre les sociétés Google, Amazon, Facebook et Apple ? Outre le fait de composer les initiales de l'acronyme GAFA, elles vendent du vent. Et le plus incroyable, elles en vendent à brassée, à milliards. Je me demande comment elles y arrivent...

Olivier Hammam
Humain patenté mais non breveté.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En fait non, je ne me le demande pas puisqu'elles le font explicitement. Sans le jurer je pense que celles du milieu le font “à l'ancienne”, celles du début et de la fin de l'acronyme, “à la moderne”. Ce qui ne signifie pas que leurs inventeurs étaient “à l'ancienne” ou “à la moderne” en cohérence avec leurs sociétés. On associe souvent la société Microsoft avec les quatre autres, au point d'avoir inventé l'acronyme “GAFAM” – que mon correcteur orthographique admet, alors qu'il me signale ne pas reconnaître “GAFA”. Je ne crois pas que Microsoft soit de cet ensemble, il me semble que cette société est celle “du futur”, qu'elle utilise les moyens ”à l'ancienne”, s'en sert “à la moderne” mais ne vise ni l'ancien ni le moderne, ce qui est encore le meilleur moyen d'aller vers le futur sans se fatiguer. En outre, Microsoft ne vend pas du vent, ou n'en fait pas son produit phare, mais des logiciels et des matériels très utiles et très efficaces, et bien sûr, comme tout, très imparfaits, à un prix dérisoire relativement aux dépenses pour les réaliser.

Comment vendre du vent ?

En faisant semblant d'en être la source : on se place dans une zone où le vent souffle souvent et puissamment, on invite des potentiels acheteurs, on les chouchoute, on dépense et on se dépense beaucoup, et on leur annonce qu'il y aura incessamment sous peu une surprise. Des complices sont un peu en amont dans le sens du vent pour prévenir avec un outil de communication à distance que la bourrasque prévue arrive, on réunit alors ses invités au lieu de la surprise, on fait des passes magiques et quelques secondes avant qu'arrive la bourrasque on crie « Abracadabra ! », on lève les bras, on lance les yeux au ciel et un vent violent “se soulève” (en fait, descend) et bouscule tout. Si en plus il y a de la pluie, du tonnerre et des éclairs, c'est la totale.

Les spectateurs ébahis s'écrient « C'est un miracle ! », ce que vous confirmez humblement ou fièrement selon les circonstances, et voilà, plus qu'à vendre le miracle en précisant que vous seul êtes en état de le réaliser à la demande. Du moins pour l'instant. Mais si vos acheteurs acceptent un long enseignement très pénible (ou très gratifiant, selon circonstance) et très coûteux, peut-être que... Et ils acceptent de payer pour que peut-être... Eh ! Qui ne voudrait pouvoir maîtriser les éléments et convoquer les tempêtes ou le calme plat à la demande ?


Republication d'un vieux truc écrit sur mon site personnelle en janvier 2018. Ce texte aurait aussi pu s'intituler «Miracle économique» mais j'ai craint qu'on ne le prenne alors au sérieux car même chez les plus incrédules beaucoup croient à ce genre de miracles...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail ? Vos échanges avec la rédaction
Retrouvez le dialogue organisé avec Dan Israel, Khedidja Zerouali et Ana Ferrer autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l’actualité.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
Corruption : un nouveau front potentiellement dévastateur pour Netanyahou
Jugé depuis deux ans pour « corruption », « fraude » et « abus de confiance » par un tribunal de Jérusalem, l’ancien premier ministre israélien devra aussi affronter une commission d’enquête chargée d’établir ses responsabilités dans la plus dévastatrice affaire de corruption de l’histoire d’Israël.
par René Backmann

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette