354: Structures et processus.

Que doit faire un auteur qui a souci qu'on le prenne au sérieux: exposer ses idées de manière distanciée, neutre, sans la présence d'un narrateur, où s'y impliquer à la première personne? choisir ses verbes, éviter d'user trop des trois ou quatre qui servent d'auxiliaires, ou selon l'usage commun se cantonner à un nombre limité de verbes?

Je n'ai pas de réponses et à dire vrai je m'en fiche. Ma préférence va à l'honnêteté et l'accessibilité, à la fois un choix politique et une facilité d'auteur. Sauf rares cas il y a dans mes textes l'indice d'un narrateur-auteur car je n'apprécie pas la tradition académique d'un “nous” qui convoque toute l'Université sur les épaules du rédacteur, ou celle de son effacement, un texte sans auteur, un texte qui s'est écrit tout seul; j'ai un style relâché qui use et abuse des verbes être et avoir, des chevilles, des formules toutes faites, non pour donner l'impression d'un texte simple, à la portée de tout le monde, mais par souci ne pas donner l'impression fausse d'un texte savant parce que d'une écriture cauteleuse et un peu contournée, par cette fausse équivalence, “bien écrire c'est écrire bien”, avoir un style serré c'est avoir une pensée juste – Gabriel Matzneff qui en ce début d'année 2020 a brièvement fait l'actualité est un “styliste” et à un “styliste” on excuse tout même le pire, car «le style c'est l'homme» donc le bon style fait l'homme de bien. Et pour la facilité d'auteur, il ne s'agit pas de dire que “je donne dans la facilité”, ça n'importe quel auteur, même ou surtout un “styliste”, peut le faire, mais pour écrire de manière fluide et rapide, facilement, pour privilégier le fond sur la forme. Comme toute réalité sociale l'écriture est à la fois une structure et un processus; en s'attachant surtout au processus on construit son texte beaucoup plus vite, il n'est pas joli mais sa structure sera tout aussi solide que si on s'attache d'abord à elle; et, une jolie structure ne garantit pas la validité du processus de construction.

Il en va donc ainsi pour tout objet social, à la fois structure et processus. Il en va ainsi pour les sociétés, qui sont aussi des objets sociaux.

(publié pour compléter la série des billets numérotés)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.