Olivier Hammam
Humain patenté mais non breveté.
Abonné·e de Mediapart

834 Billets

3 Éditions

Billet de blog 27 janv. 2022

Apories des “règles covid”.

Y a-t-il une obligation vaccinale pour le SARS-COV-2 en France? Non. Y a-t-il des obligations “sanitaires” concernant le COVID-19 autres que les trois élémentaires, porter un masque “sanitaire” dans les lieux fermés et dans certaines zones très densément fréquentées, l'usage de gel hydro-alcoolique dans les lieux ouverts au public et détenir un “pass” pour accéder à certains lieux? Non.

Olivier Hammam
Humain patenté mais non breveté.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre autres choses, il n'y a pour l'heure (au 27 janvier 2022) aucune obligation de se tester pour déterminer si on est porteur du SARS-COV-2 ou si on a été contaminé par lui si on n'a pas l'intention d'accéder à des lieux ou des services (notamment certains transports publics) où un “pass sanitaire” est requis. Or l'actuelle propagande gouvernementale est entre autres axée sur les cas où on doit se tester ou se faire tester et ceux où on doit décider par soi-même de “se confiner”, de rester enfermé chez soi ou en tout autre lieu dans lequel on réside à ce moment-là. Dans tous ces cas, qui bien sûr ne sont pas ceux où un “pass sanitaire” (et bientôt un “pass vaccinal”, ce qui posera d'autres problèmes, similaires mais différents) est requis, la décision découle d'un sentiment et non d'un fait vérifiable, le sentiment d'être possiblement contaminé par le SARS-COV-2. Comme dans tous les cas où on mobilise un sentiment on “cherche des signes”. Par chance la propagande gouvernementale nous informe sur les signes à chercher. Problème: ce sont les signes de n'importe quelle maladie de type rhume, bronchite ou grippe. Problème second, on peut les trouver sans les chercher, et de ce fait ne pas les voir comme signes autres que d'eux-mêmes: les signes d'une maladie de type rhume, bronchite ou grippe. Sans détermination autre. Possiblement “COVID-19”, possiblement non. Est-ce que, trouvant des signes “genre COVID-19” je me dois d'avoir un “sentiment de COVID-19”? Je ne suis pas sentimental en matière de maladie, donc non, je ne me suppose pas devoir éprouver un tel sentiment. Est-ce que je devrais cependant décider de me confiner? Selon moi non puisque ce n'est requis que si on a la la preuve d'une infection de SARS-COV-2 ou le sentiment d'un “COVID-19”. N'en cherchant pas la preuve et n'étant pas sentimental en matière de maladies, il me semble que non.

Je me demande quand viendra le moment où mon gouvernement m'obligera à prétendre éprouver un sentiment que je ne ressens pas et prétendre que des signes valant pour un large spectre d'infections sont “les signes”, ceux qui obligent à s'enfermer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey