Complément à «Iconogrammes».

Au billet local de ce titre, et non au blog de ce nom. Même si le blog intervient dans ce billet-ci.

J'ai lu la citation qui suit dans le billet «Le Dr Raoult et le monde d’après», publié le 27 mars 2020, ce qui démontre qu'on pouvait dès ce moment comprendre la logique à l'œuvre et l'évolution prévisible du contexte:

«Pour les journalistes, les politiques et Gérald Bronner, complots et fakes news sont des problèmes qui concernent la populace, et qui sont faciles à corriger, par l’administration de la Vérité par les autorités. Puisque la Terre est ronde, tous ceux qui pensent qu’elle est plate sont des imbéciles.
Pour le chercheur en sciences sociales, en revanche, le complot est la manifestation d’un conflit, qui porte justement sur la remise en cause de l’autorité des pouvoirs. Toute élaboration complotiste indique la perte de confiance dans la bienveillance de ceux qui dirigent le monde, et se traduit par la remise en question des récits établis. Décrire ces récits comme des croyances, c’est instiller un soupçon qui manifeste leur caractère construit. Dans cette logique, le problème est moins de croire que la Terre est plate que de douter qu’elle est ronde, voire de montrer qu’on doute. Contester l’un des faits les plus indiscutables correspond au choix de s’attaquer aux fondements mêmes de la rationalité dominante. Le sentiment de scandale éprouvé par les gatekeepers devant cet irrespect vient apporter la preuve du caractère sacré d’une connaissance imposée».

Cette proposition spécialement me semble d'une grand pertinence:

«Toute élaboration complotiste indique la perte de confiance dans la bienveillance de ceux qui dirigent le monde, et se traduit par la remise en question des récits établis».

Et bien sûr celle qui suit:

«Décrire ces récits comme des croyances, c’est instiller un soupçon qui manifeste leur caractère construit».

********

Pour mention, le billet local est «Iconogrammes, le blog d'André Gunthert».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.