Mémoire de poisson rouge.

Les médiateurs, les personnes supposées nous informer, ont une mémoire de poisson rouge, ce qui date de plus de deux secondes dépasse leur capacité mémorielle. Pour pallier ils s'étonnent avec les accents de la sincérité ou certifient vrai ce qui ne l'est vraisemblablement pas.

Le cas du moment, un parmi une infinité (j'écris “le cas du moment” mais c'est un des cas du moment, le plus visible, sans plus) est l'élection législative en Allemagne – ce moment est la fin septembre 2021. J'ai entendu à plusieurs reprises sur une radio et une télé réputées sérieuses, France Culture et Arte, et par des personnes réputées sérieuses et informées qui discutaient de la récente élection, que les négociateurs des divers partis susceptibles de former une coalition envisageaient la fin de ces négociations alentour de noël 2021, et sauf dans un cas ces médiateurs mentionnaient le fait avec émotion et surprise, car de leur point de vue trois mois pour former une coalition de gouvernement leur apparaissait un temps extrêmement long. Le cas différent fut celui où la médiatrice ou le médiateur qui en parlait rappela qu'après les élections fédérales allemandes de 2017 il fallut près de six mois pour que les négociations débouchent sur la constitution d'un nouveau gouvernement. Soit précisé, sur Arte j'ai entendu deux émissions produites par sa branche allemande où le fait ne fut même pas mentionné. C'est que, dans les démocraties parlementaires, et plus spécialement celles où la désignation des parlementaires est en majorité ou en totalité à la proportionnelle, on a l'habitude du fait: rares sont les cas où un parti devance nettement les autres au point de se passer de devoir former une coalition post-électorale, les cas où ces négociations durent trois, quatre, six mois et plus (jusqu'à au-delà de quinze mois) avant d'aboutir ou de conduire à une élection anticipée faute d'aboutir sont donc habituels. Je suis certain qu'en Allemagne et pour d'autres pratiques post-électorales propres aux démocraties ou autres régimes où l'exécutif a une large autonomie pour former son gouvernement, on mentionne avec émotion et surprise une information que dans ces régimes on mentionne à peine et sans s'en émouvoir spécialement.

Voilà l'ennui avec les médiateurs: trop d'entre eux ont du mal à relier deux faits appartenant à une série dès que ces faits ont une distance temporelle de plus de six mois. Bref, à leur insu (et parfois à leur su) ils font de la “désinformation” et produisent une représentation de la société assez ou très différente de la réalité sociale observable. Et après ils s'étonnent qu'on leur prête peu de crédit en matière de sérieux...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.