que faire

 

Un milliardaire, ça trumpe, ça trumpe, un milliardaire, ça trumpe énormément. (à chanter sur l'air "un éléphant…" le symbole des Républicains). Lisez l'Huma, le seul quotidien politique, à part La Croix qui n'appartienne pas à une des plus grandes fortunes de France. C'est à dire le seul qui reste conforme à la presse créée par la Résistance en 1944.

«L’humanité n’existe point encore ou elle existe à peine.

 

A l’intérieur de chaque nation, elle est compromise et comme

 

brisée par l’antagonisme des classes, par l’inévitable lutte

 

de l’oligarchie capitaliste et du prolétariat. Seul le socialisme,

 

en absorbant toutes les classes dans la propriété commune

 

des moyens de travail, résoudra cet antagonisme et fera de

 

chaque nation enfin réconciliée avec elles-même une parcelle

 

d’humanité.»

 

Jean Jaurès, premier Editorial de l'Humanité, le 18 Avril 1904

 

Ce que disait Jaurès il y a plus d'un siècle est toujours vrai. Sauf que le problème est maintenant encore plus mondial puisque c'est l'Humanité qui est menacée dans son existence avec quantité d'autres espèces vivantes. Les maîtres du monde sont les grands capitalistes. Ils dirigent à travers les gouvernements. Mais ils sont en train de limiter le rôle de cet intermédiaire : les accords ALENA, CETA, TAFTA, ... permettent/permettront aux grandes sociétés d'annuler toute décision des Etats qui leur auraient déplu. Certains pensent qu'on peut intéresser les grands capitalistes à la protection de l'environnement. C'est absurde. L'expérience le  montre chaque jour, mais les entrepreneurs le disent eux-mêmes : leur but est d'augmenter leur profit. Cela depuis des siècles. Comme les ressources très limitées de la planète n'autorisent d'éviter un immense massacre que moyennant une économie sobre, une décroissance massive, cela implique une décroissance massive des profits en valeur réelle. Des profits fictifs, c'est à dire des "bulles" comme en 2008 mais beaucoup plus grandes ne cachent le problème qu'un certain temps. Moralité, il faut une révolution sociale d'une ampleur inégalée. Mais une révolution sociale de cette ampleur a plusieurs exigences très difficiles à réaliser 1) elle ne peut qu'être mondiale 2) elle doit éviter la faillite stalinienne, à savoir de dégénérer en dictature "pavée de bonnes intentions". 3) elle doit éviter une anarchie qui ne ferait que faciliter la catastrophe. Facile ? Sûrement pas.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.