olivier pene
perdre mon temps avec Mediapart
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2016

les moutons de Panurge

olivier pene
perdre mon temps avec Mediapart
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il fut un temps ou le parti socialiste chantait l'internationale

dans ses congrès, mais les paroles sont totalement démodées,

pensez, ce chant prenait le parti des pauvres !!!

Alors, pour aider nos camarades socialistes à chanter leur chanson

sans violenter leur nouvelle ligne, nous proposons une version

de ce chant adaptée au monde moderne :

Faisons table rase (17/3/16)

A g'noux ! les damnés de la terre !
A g'noux ! les forçats de la faim !
La finance tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule d'esclaves, à g'noux ! À g'noux !
Le monde va changer de base :
Nous sommes les riches, et voulons tout !


Cassons les lois sociales,

Le monde entier demain

c'est notre but final
Deviendra inhumain.

Salariés, Paysans, mal nés
foule obscure des travailleurs ;
La terre est aux fortunés,
vous irez loger ailleurs.

Votre sueur nous engraisse

Nos profits grimpent tous les jours

vous créez notre richesse

il nous en faut plus chaque jour !

Les moutons de Panurge

Les travailleurs sont trop protégés en France, les pays voisin

sont en avance sur nous vers la restauration de l'esclavage, le monde

a changé, il est mondialisé, partout les riches s'enrichissent et

les pauvres s'appauvrissent, il faut faire comme partout.

Le progrès c'est là où vont les autres moutons.

D'ailleurs les pauvres ont intérêt à cela, la richesse

des riches retombera sur eux, on vous le dit depuis 200 ans,

écoutez ce qu'on vous dit, soyez patients, bon dieu !

Tous les économistes sont d'accord, presque tous, enfin

les bons, le démontrent, le grand capital œuvre pour le bonheur de tous.

Un prétendu économiste, Bernard Marris, prétendait que l'économie

n'est pas une science qu'ils construisent des modèles pour confirmer leurs préjugés.

Les frères Kouachi, subventionnés par nos amis les riches capitalistes saoudiens,

l'ont tué. Nous le déplorons, le MEDEF n'y est pour rien.

Mais tout de même cela montre qu'il ne faut pas trop dénigrer

le grand capital. On ne doit pas s'opposer à sa marche triomphale,

économistes atterrés, réfléchissez-y !

Le problème c'est le coût du travail. Ils veulent garder des lois sociales !

Ils ne comprennent pas où va le progrès, vers la réduction du coût du travail et

la hausse du gain du capital. Nous dirigeons le monde vers le progrès.

Des esprits chagrins prétendent que nous polluons, que nous détruisons l'environnement et la moitié des espèces vivantes, que nous épuisons les ressources de la terre, que cela va provoquer des conflits terribles, que nous préparons une épouvantable catastrophe.

Foutaises, le profit c'est maintenant, leur catastrophe c'est au moins dans dix conseils d'administration ! Et puis nous avons des scientifiques que nous payons très bien qui nous ont certifié que toutes ces prédictions alarmantes sont fausses, qu'on peut encore s'enrichir et s'entretuer pendant des siècles et que nos descendants seront mille fois plus riches que nous, et que ce sera merveilleux.

Alors, souriez !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux