Fukushima, un accident de civilisation

A l'occasion du 9ème anniversaire, retour sur un article du journal Le Monde

L'article du Monde
Fukushima, un accident de civilisation

le-monde-11042011-fukushima

 

Quelques remarques et commentaires :
- cet article crédite la technophobie, ce qui est en lui-même un retournement médiatique : habituellement, les médias dominant, qui appartiennent à des groupes industriels, peuvent difficilement faire autre chose que de vanter la techno-science, érigée en quelques décennies en un dogme indépassable, voire comme une religion de substitution;

- le terme technophobie est lui-même tendancieux, puisqu'il place d'emblée les technophobes, ceux qui pourraient être séduit par la technophobie, dans le camp des malades, atteint d'une nouvelle forme de phobie. Quel terme utiliser pour désigner ceux, de plus en plus nombreux, qui nourrissent une réflexion intellectuelle critique à l'égard de la techno-science ? Des techno-critiques ? Des techno-dissidents ?

- ce glissement sémantique est d'autant plus tendancieux lorsqu'on se questionne sur la maladie psychique : est-elle du côté des citoyens qui tentent de réfléchir et prennent des décisions parfois contraires aux intérêts industriels, ou du côté de ceux qui font encore confiance à un système qui fait tout pour masquer son effondrement ?

- il s'agit en partie d'un article sur les médias : un média parle des médias (et tente de faire oublier qu'il est lui-même un média, avec les mêmes travers), ce qui est toujours cocasse,

- l'image de la page originale permet de constater que la pub occupe plus des 2/3 de la surface : a-t-on envie de lire un article ainsi coincé dans son espace ?

 

Evénement pour le 9ème anniversaire, 11 mars 2020 à Paris : Rassemblement pour Fukushima et contre les JO radioactifs

A lireNucléaire: le débat qui n’a pas lieu

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.