La violence des gilets jaunes

Pourquoi les médias conservateurs font-ils mousser ce thème de la violence des Gilets jaunes ? Pourquoi faut-il soutenir ce mouvement ? Face à la violence visible des manifestants, il y a une violence invisible de la part de "nos" médias conservateurs. Une violence manipulatoire.

Qui de mieux placé pour parler de la violence qu'un psy ? C'est avec l'intimité, l'autonomie et la décision un thème central de la psychologie.

J'ai laissé les semaines passer : les fêtes de Noël, les vacances de février... et le mouvement des gilets jaunes persiste. Il ne s’essouffle pas : il s'organise. Cette durée agace certains de mes proches : c'est trop long. Mais la forme de cette contestation sociale force le respect, dans sa durée d'une part, et dans sa pugnacité et sa créativité d'autre part.

Si je sors de mon silence aujourd'hui, c'est parce que je ressens la nécessité de leur venir en aide, de témoigner de mon soutien. En 2002, nombreux manifestaient contre Le Pen : ils étaient "Tous unis contre la barbarie". En 2005, il n'y avait plus autant de motivation pour soutenir la révolte des banlieues, contre l'infernal Sarkozy et ses "racailles". Les réflexions que j'entendais autour de moi étaient du style : "S'ils ne sont pas content, ils n'ont cas rentrer chez eux". Le mouvement des gilets jaunes a besoin maintenant d'un soutien des centres-villes et des CSP+ comme les nomment les communicants. J'en fais partie et je prends le relais.

Ce qui me motive particulièrement, c'est ce que les gilets jaunes ont très bien analysé : l'acharnement médiatique à casser ce mouvement.

 © Olivier Rouzet © Olivier Rouzet
Les chaines de TV en continu, des télé-poubelles (BFM TV, CNews, LCI...) et la presse conservatrice (Paris Match, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Monde...) n'ont de cesse de titrer uniquement à propos de la violence... des gilets jaunes. Or, la principale violence n'est pas de ce côté là. Elle est avant tout dans les mots employés par ces journaux, par exemple cette question fermée et piégée qui revient sans cesse : "Cautionnez-vous la violence ?". Et cette violence linguistique, peu perceptible pour le quidam, vient servir la violence qu'on devine dans les ordres donnés à la Police et aux CRS, qui font effectivement preuve d'un déchainement de violence arbitraire. Par exemple, des tirs tendus en plein visage à bout portant sur des passants qui n'ont rien à voir avec la manifestation, des cas "pour l'exemple", comme on en pratiquait dans l'armée en 1917.

La France est aujourd'hui épinglée par la ligue des Droits de l'Homme, et par l'ONU. Elle est vue comme une dictature par les jeunes américains... C'est un comble pour le pays inventeur des Droits de l'Homme. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Les gilets jaunes troublent l'ordre public et notre quotidien, j'en conviens. Ils perturbent la bonne marche du jour commerçant par excellence, le samedi. Mais ce sont des gens courageux, responsables, qui travaillent, comme les commerçants. Ils sont en guerre, une guerre médiatique, contre des puissances malfaisantes, qui nous maltraitent depuis plusieurs décennies. Ils portent un message d'espoir et de démocratie, dans notre pays en crise. Ne nous trompons pas d'adversaire.

Je recommande les sources suivantes : 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.