Afrique : Ebola ou Marc Vella ?

L'Afrique est notre avenir

Fin 2014, j’entamais la lecture d'un livre de critique sociale terriblement pessimiste, mais aussi tellement jouissif : « La vie sur terre », de Baudouin de Bodinat (nom d’emprunt) aux Editions de l’Encyclopédie des nuisances, sous-titré : « Réflexions sur le peu d’avenir que contient le temps où nous sommes ».

Ce livre m'a tellement inspiré que j'ai écris un essai, une critique du Progrès. Oui, le rêve américain (non négociable) n’a pas tenu ses promesses. Et nous assistons jour après jour à la perte progressive de notre humanité, de notre animalité, de notre nature. Oui, il y a encore une bonne majorité d’abrutis, blottis dans le déni, qui y croient : les vieux crocodiles qui ne jurent que par le progrès, les jeunes arrogants qui bouffent régulièrement au Mc Do en faisant semblant d’être rassasiés, un bon paquet de « socialistes », qui ont cru en DSK, en Hollande, en Moscovici... et la plupart des LREM, traditionnellement fidèles au progrès, ainsi que leur président fantoche, qui remplace "Liberté, Egalité, Fraternité" par "Liberté, Protection, Progrès" pour les européennes de 2019.

J’ai aussi feuilleté dans les toilettes de mon ami Seb « la Chinafrique » de Serge Michel et Michel Beuret, où au détour d’une page je me suis souvenu que le FMI avait littéralement ruiné l’Afrique, provoquant famines et déstabilisations politiques, et que bizarrement son président, DSK, s’en était pris à une femme de ménage noire. Est-ce un hasard ?

Maintenant nous savons, et chaque jour nous approfondissons la connaissance du désastre qui nous entoure : climatique, énergétique, social, alimentaire, sanitaire. Alors que faire ? « A quoi penser ? », comme dirait l’auteur de la vie sur terre. Déprimer ensemble, ou chacun chez soi ? Moi qui me suit promis d’aider et de soulager la souffrance psychique, c’est délicat. Déprimer un peu de temps en temps, quoi de plus sain ?

Mais non, nous ne céderons pas à la peur généralisée, servie en millefeuille, en purée, en tube, par les médias de masse, spectaculairement vides de sens : Djihad ou Ebola. Il y a de bonnes nouvelles. Elle viennent de ça et là. Par exemple, une rémission spectaculaire de Parkinson chez un adulte par les jus de fruit et légume frais. Par exemple, le parcours d’un pianiste virtuose, Marc Vella, à travers l’Afrique, avec son piano dans un bus.
http://www.youtube.com/watch?v=z0_rpLub6yg
http://www.youtube.com/watch?v=AJhhYjfx5kA

L’Afrique souffre, elle résiste, refuse le capitalisme et sa promesse impossible ; certains y voient un continent perdu ; elle est l’origine de l’humanité, et sans doute aujourd’hui… notre avenir. En Afrique, c'est tous les jours la décroissance. C'est tous les jours la fin du monde que nous redoutons. Quelle liberté. Quelle Egalité (dans la pauvreté et le dénuement). Quelle fraternité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.