olivier schwartzbard
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2021

Mélenchon Zemmour Onfray : make France great again

De la confrontation Mélenchon Zemmour, je garde l'impression désagréable d'un évitement de gauche sur les thèmes du "déclin" et de la "civilisation". Onfray a déjà conforté une vision opportuniste de ces questions, collant à un ressenti populaire mêlant immigration, terrorisme islamique, crise, délinquance...Ces notions sont à prendre à bras le corps ; avec un prolongement politique de gauche.

olivier schwartzbard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a environ une cinquantaine d'années, je voyais des jeunes de mon collège-lycée, plus agés, militants de la Ligue Communiste, aller batailler physiquement contre les futurs membres du Front National qui tenaient des meetings publics contre le "déclin de la civilisation occidentale" et contre l'"immigration sauvage" (sic). Peu d'années auparavant, quelques personnalités (dont le malheureusement très doué Duprat), avaient étoffé le projet politique de rassembler les masses populaires, un peu trop phagocytées par les communistes, sur le thème fondamental du nationalisme. Depuis, quelques détails marquent notre histoire : les crises diverses, l'effondrement de l'idéal communiste, l'Europe, la Chine, l'affadissement des débats philosophiques et idéologiques (au moins ceux accessibles au public) puis politiques, la montée idéologique et politique de forces islamistes, des guerres et un terrorisme changeant de visage sous cette influence....Aujourd'hui, ce genre de meetings rassemblerait bien plus que des militants fachos, et il n'y aurait que quelques antifas exaltés pour tenter de les empêcher physiquement. A quel titre peut-on sérieusement dire qu'il n'y aurait aucun fondement à une émotion populaire, cad du peuple, qui fasse place à de tels slogans? Sur ce terrain il faut aller, sans tabous, combattre l'obscurantisme.

Une guerre de civilisations versus de religions? C'est loin d'être tout faux. Comme du roman de Houellebeck -Soumission-, de celui de Schwartzbrod -Lumières de Tel Aviv-, on peut dire que toute "science-fiction" exacerbe certains éléments de la réalité, y trouvant des racines. Et ici, non des moindres. On parle ici non seulement de pays-nations, mais aussi de corpus idéologiques basés sur une croyance, qui rassemblent au delà des frontières géo politiques. Soyons brutaux : le Coran, contient bien l'idée de guerres nécessaires contre les mécréants. Et comme les tenants d'une bible -arbitre suprême- il y a 700 ans, les "islamistes" sont bien prêts à admettre une guerre à l'ancienne (violente et armée), ou au moins aujourd'hui modernisée -idéologique et culturelle- grâce aux outils de communication et d'influence. Comme les catholiques (voir ceux qui ont participé à la révolution française républicaine), les musulmans d'aujourd'hui peuvent garder leur croyance fondamentale en Dieu sans être de ces partisans. Mais les germes de ces textes de référence sont ancrés et peuvent conduire à certaines formes d'obscurantisme très dangereux pour nos sociétés. Des catholiques on retiendra les tendances fortes aux USA ou en Pologne, qui amènent encore à rejeter l'évolution au rang d'une hérésie et l'avortement au rang d'un crime. Les débats politiques sur ces questions peuvent s'alimenter à la fois de débats théologiques et de ce qui est dans l'interaction entre religion et société. Ce n'est que peu le cas pour ce qui touche à l'Islam. Car pour les sunnites en particulier (et les plus extrèmes salafistes), il n'y a aucune vérité, ni scientifique ni sociale, en dehors du Coran, vérité directement divine, qu'il faut toujours chercher à comprendre. Et c'est bien à ce titre que l'école et la science ne peuvent être que soumises au Coran, et que l'organisation sociale n'a pas à être définie par un peuple non savant. A fortiori le régime politique, notion absente d'une société guidée par le Coran. L'obscurantisme démontré par Renan il y a 130 ans reste ainsi totalement d'actualité. Avec l'internationalisation globale, des échanges et de la communication, la croissance du nombre de musulmans sinon d'arabes en occident dévoyé, l'Islam doit être défendu : voilà qui n'est qu'une simple mise en perspective des idées de Qtub et Yassine, références des islamistes actuels du Maroc à l'Egypte et plus loin à l'est. Quant aux chiites, minoritaires, une différence est que loin d'être prêts à détruire des bibliothèques, musées et universités, c'est l'utilisation des connaissances, et leur encadrement politique, qui permet de sauvegarder l'Islam face à l'occident dévoyé. Et pour tous, on conviendra ici qu'il n'y a pas de pertinence à ajouter "toutes", la culture doit être contrôlée au plus haut point, que les esprits ne puissent offrir la moindre faiblesse à tout non-coranique. Heureusement, on trouvera des failles, come toujours.

Dans ce contexte, réduire cette confrontation de civilisations à leur noyau religieux est quand même une hérésie. D'abord l'orthoxie catholique, juive religieuse ou musulmane est presqu'homogène sur beaucoup d'aspects (le monde n'a commencé que depuis quelques milliers d'années, la femme est peu ou prou dépendante de l'homme, certains rites alimentaires sont proches, la culture éloignée du respect de dieu est à proscrire...) Mais en plus, l'Islam est un tout ; c'est la vie, un cadre-guide pour l'homme universel dans tous les aspects individuels et collectifs de sa vie ; comme si la terre n'était que l'équivalent d'un immense couvent musulman. Or "l'Occident" s'est construit avec et aussi en dépassant le judéo-christianisme, ramenant au fil des siècles, la croyance et sa discipline à une religion et une église, admissibles et respectables mais séparées du reste et non-totalitaire. Le libéralisme économique en est né, stimulé autant par les juifs que par les catholiques les anglicans et les protestants, mais en est aussi devenu largement autonome. Particulièrement en France. Car à écouter les USA, et nombre de pays européens, Dieu est toujours une référence dans ces sociétés et même certains hymnes nationaux, à l'instar de beaucoup d'autres pays, quelque soit la religion qui y domine. Et c'est sur ce point aussi que la question de la souveraineté doit être évoquée. La laïcité redevient un thème de combat et de réflexion majeur. Mais autant cela a pu être idéologiquement-culturellement-socialement mené face à nos églises et leurs dogmes (rappelons que pour ce qui est du "judéo", la société Israélienne reste politiquement très marquée de dogmes religieux), autant face à l'Islam, il ne s'agit plus de batailler face à une église, mais avec un ou des peuples maintenus dans l'obscurantisme, sans autre "expérience" équivalente à la nôtre de quelques siècles. Et si la France a pu, en grande partie grâce aux Lumières du siècle éponyme, rayonner par sa révolution puis longtemps par son particularisme culturel, social et même politique par intermittence, on cherchera malheureusement ce qui peut ressembler à de tels mouvements de fond dans les pays-nations qui se référent à l'Islam. Il y a eu des signes, du Maroc jusqu'en Iran ; soyons optimistes sur le fait qu'il y aura des suites, mais pas sur le timing. Et du Maroc à l'Afghanistan en passant par la Turquie, des régressions se multiplient.

Nous sommes en conflit ouvert, et ce depuis très longtemps, en termes idéologiques, sociaux et culturels, autant sur la place des saintes écritures que sur celle des femmes.

La souveraineté est à défendre. Mais pas au titre d'une vague civilisation judéo-chrétienne. Notre souveraineté au titre des Lumières, de la Laïcité, de la Culture, de la Philosophie, des Idées, et des trois termes de la devise républicaine. Le prolongement politique de cela, n'est pas le refus de l'immigration et la fermeture des frontières, ni le strict opposé d'ailleurs. La vérité est ailleurs comme dirait l'autre. Mon fils qui est converti musulman, doux comme un agneau heureusement, comme plus de 100 000 autres (estimations diverses non encore vérifiées), s'est ouvert à l'Islam par internet et avec des copains, bien français même si d'origines arabe ou maghrébine. Ses premiers pas avec mes deux petits enfants ont été de les détourner de l'école publique ; sans contrevenir à la loi d'ailleurs  : apprendre à lire, écrire, compter, et quelques autres trucs, ça va ; au delà, qu'ils ne se laissent pas bourrer le crâne par n'importe quoi, à commencer par une préhistoire imaginaire ; certains sites et réseaux sociaux redresseront leur éducation, comme lui même, et son épouse, musulmane française! Eux aussi ont besoin d'idéaux, d'espérances, et rejettent, parfois sans le voir comme tel, les effets négatifs du libéralisme et de l'argent-roi, ce qu'ils ont tendance à attribuer à la perte de valeurs religieuses.

La Laïcité protège les Lumières, leur développement et leur diffusion. Et le voile n'est qu'un petit symptome des obstacles à celà. Ne serait-ce pas un souverainisme de gauche que, prioritairement, d'accroître et protéger le développement et la diffusion des sciences, dures et humaines, de la philosophie, de la culture, dans une guerre ouverte contre l'obscurantisme, autant que l'écologie, dans la guerre contre le dépérissement de l'environnement et les bouleversements climatiques? La nouveauté est qu'il faut des moyens pour tenir sur la durée, contre vents et marées, l'éducation et la culture aussi là où sont les essaims d'obscurantisme :  les cités, les banlieues, et le web. Voilà un enjeu politique ; ce n'est pas le seul  pour battre les soi disant souverainistes, de droite jusqu'aux néo-obscurantistes qui flirtent avec le racisme, l'ostracisme, et le radicalisme religieux (catholique de ce côté).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo