organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2021

HIC! Hirak! Iraq! Chi-raq! Les Mauresques - Lettres à un ami en Irak (6/18)

"Dis nous tous tu taffes pour l etat comme un barbouze? Ou te fait faire les seufs dans une partouze? Le Bavar Classic antidote rmx

organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Attica, 

Le 7 Avril 2021

Espèce d’enfoiré !!

Ça va ou quoi ? Je suis devenu co-animateur de mon comité de chômeur avec un autre type S, il déchire. J’espère que ca va le faire. Merci pour l’avocat, ton mandat! Santé! A cette grosse conasse de salariat!

L’insolent de représentant de la S.A.R.L. ou tient je vais l’appeler Ernest comme le Monsieur Ernest, dans Nedjma. J’enlève le juste monsieur vu que les méthodes managériales ont changé. Par contre ce qui n’a pas changé c’est que les Mr Ernest faut les cogner pour qu’ils marchent droit.

Donc Ernest a vrillé au moment où je lui ai dit dans une réunion, que son taf j’en trouve quand je veux parce que  dans ce secteur je bénéficiais de la blanchité. Comment est-ce que ces connards du XIème peuvent ne pas comprendre que diviser le travail en catégorie raciale, avec des sri lankais, maliens, sénégalais, et toute la bougnoulerie internationale à la plonge et en cuisine et  les serveurs serveuses blancs en vitrine ce n’est pas du racisme? Ils peuvent jouer les castors mais ils seraient plus cohérent en prenant leurs carte au Rassemblement National. Et quand il me voit arriver les mecs ils sont contents parce que je parle français, avec mes lunettes de premier de la classe, ma blancheur traîtresse de byleka, je suis sûr qu’ils voient en moi un allié, un malek bouthy. Nique leur mère la grosse pute sans oublier leur père le chien  par charité non binaire.

J’ai demandé une augmentation c’n’était même pas pour l’oseille.  Juste que mes périodes de plein emploi correspondaient à des emplois subventionnés, que ce soit par les stage, l’apprentissage, le régime d’intermittents etc. Et c’était encore le cas là avec ces histoires de chômage partiel. Comme tout le monde j’ai besoin d’être aimé. Et pour cela je veux savoir combien tu m’aimes ?  Je suis une salope éthique, mais est ce que ce n’est pas la meilleure condition que le salariat puisse nous offrir? Tu veux me baiser ok, mais faut que je jouisse. Je sais même pas s’il fait jouïr sa grosse Ernest, et le salariat ne me fait même pas bander. Le salariat c’est comme l’érotisme façon 50 nuances de gris, c’est surtout 50 nuances d’Ennui pour pas grand choses, Y a qu une pucelle ou une ménagère pour trouver ça excitant. C’est dire comme il part de loin ma grosse pute de responsable de la S.A.R.L. va falloir qu’Ernest il arrête de mettre les dents quand il suce parce que je vais lui casser.

Le type tente une procédure de mise à pied conservatoire, parce que j’ai demandé une augmentation en assumant les rapports de force au travail. Le mec il n’arrive même pas à mener un licenciement proprement tellement il est incompétent. Du coup il se retrouve sur un pauvre licenciement pour faute entre les jambes parce que je n’accomplirai pas « mon travail de bonne foi ». Il est aussi sérieux dans ses affaires que Mathias Cassel dans sa connerie.

Tu connais, tu sais combien de fois j’ai pété les plombs en disant je vais les envoyer aux prud’hommes, mais pour rien faire. Mais du coup ça m’a fait réfléchir et je suis en train d’élaborer un théorème, le théorème Reda, en référence à Reda. Tu sais là il y a eu la série En thérapie que je n’ai pas maté mais j’ai écouté la critique de Bégaudeau. Je te le donne en mille à quoi ça m’a fait penser ben notre ami René Girard. La critique de Bégaudeau sur le personnage de Reda Kateb repose sur le fait que le personnage arabe, refoulé, mais arabe qu’il joue est le seul personnage qui meurt dans la série. T façon dans leurs cinéma les arabes ont toujours un truc de refoulés, leur arabitude, leur homoïtude, leurs robespierritude. Nique leurs mères par habitude. Mais bon du coup il dit que dans le contexte actuelle (soit pour ma part un régime anti-terrorisme qui se structure autour de l’exclusion des musulmans), cela ne peut pas être anodin. Y a un autre aspect aussi à montrer que Bégaudeau n’a pas souligné il me semble, bon après c’est un podcast. C’est que dans le triangle amoureux entre Reda, la petite Mélanie Thierry, qui est au passage un pur trauma de désirs inassouvis. On le savait déjà que le cinéma francais était consanguin, mais ce qui se passe dans ce film c’est le retour à un cinéma pétainiste et incestueux. Dans un entretien avec la formidable Laura Raim, Genevieve Sellier évoque une disposition récurrente de ces années-là celle du « couple incestueux ». En gros un vieux dégueulasse doit mettre des disquettes à une jeune femmes en lui expliquant que la société est dure qu’elle doit se trouver un mâle alpha, qui a du pouvoir et les jeunes n’en n’ont pas. C’est ce qui se passe dans cette série, ou la petite Mélanie réclame le psy, en termes de capital social dans notre époque quoi de mieux qu’un psy. (C’est un prêtre qui aurait le droit de fourrer en gros, avec la même sensation d’interdit, et qui aurait de l’oseille) pour la détourner de son mec et de l’arabe. Mais bon ça reste encore l’arabe qui meurt. Ce qu’il y a de bien, et qui est clairement jouissif c’est que cette série. C’est qu’elle nous montre que le progrès est bel et bien devenu le pont de retour à la barbarie ou peut être que l’illusio de civilisation est en train de s’effondrer de tous les côtés. Et que l’opposition fictive entre société primitive dépourvu d’administration judiciaire et la nôtre serait peut-être une fable grotesque? Ou qu’en tout cas on y revient (ou qu’on ne l’a jamais quitté) A cause de cette crise sacrificielle que nous traversons. D’ailleurs, je suis allé devant le théâtre de Montreuil (pour les histoires d’occupations). Les mecs en action politique ils crient tous les soirs à 17h. Un peu comme les applaudissements pour les infirmiers à 20H. Est-ce que ca ne ressemble pas plus à une sorte de danse de la pluie qu’à une réelle action politique? Idem pour une fête du printemps en Russie ils ont brulé un château en bois symbolisant le coronavirus. Putain de sauvages! Ça ne comprend rien à rien, va falloir civiliser tout ça.

Mais du coup j’ai pensé aux derniers parisiens. J’avais été embêté avec le premier visionnage parce que j’avais l’impression que la rédemption du héro passait par une reconnaissance de son statut de victime. Vu qu’à la fin du film après s’être fait escroquer le bar on le voit dans le bureau de son avocate qui lui explique que l’arnaque dont il est victime est courante que la procédure sera longue tout ça. Mais là où j’étais passé à côté dans ce film c’est qu’il y a tout un problématique autour du droit globalement dans ses acceptions.

-Le droit de Reda sur le bar de son frère Slimane Dazi on comprend qu’il a financé le bar avec l’argent des fraises tagada.

-Le droit de Slimane Dazi sur le bar car les papiers sont à lui.

Le droit de Slimane Dazi de vivre une histoire d’amour avec Mélanie Laurent qui est la spip (ou je sais plus qu’elle rôle elle a) de Reda.

-L’employé de Slimane qui est sans papiers donc sans droit et cherche à obtenir un passeport Schengen.

-Le droit ou en tout cas le cadre juridique dans lequel Reda se fait arnaquer en nommant le gérant de son bar parce qu’il ne le peut pas être gérant vu qu’il sort de prison. Ce qui va permettre à l’arnaqueur de vendre le bar. Mais qui lui aussi à ses propres problématiques, qu’on voit quand il achète le t-shirt de Lumumba ou Sankara je ne sais plus, et qu’il va arnaquer Reda pour revendre le fond de commerce à une enseigne type sushi shop ou autre  et qu’il n’est qu’ simple maillon d’ un  cadre légal qui permet aux grandes chaînes de gentrifier des quartiers, des économies, des populations.

Je ne pense pas que cet aspect-là du film soit à ignorer, surtout quand on connait le harcèlement judiciaire qu’a connu le groupe et la façon dont ils se sont défendus. Ce film ne démontre qu’une chose que la justice n’est que la guerre par d’autres moyen. Et que justement en portant plainte Reda s’empowèrent comme disent les émo non binaire.  Donc il ne devient pas une victime mais au contraire s’empare des moyens de productions de la violence légal.

On se retrouve donc avec en premier un Réda, en acceptant d’être la victime émissaire d’une société primitive etc. Et puis peut être que choisir le cadre de la psychanalyse qui serait on va dire une illusion de civilisation, de confort, c’est aussi un effet pour masquer cette primitivité. Un peu comme les nouveaux riches qui ne savent pas comment afficher leur luxe ou en tout cas de masquer leur ancienne pauvreté. Ici on cherche à masquer cette pauvreté civilisationnelle, par un excès de position symbolique. Faudrait d’ailleurs poser la question si le crime de Reda n’est pas d d’être un arabe mais d’être un arabe qui a baisé la blanche le soir des attentats (il me semble). Ah les arabes toujours primaires. Et les cistera toujours en galère avec leur teub.  Et en deuxième un Reda civilisé au sens de qui agit rationnellement dans un cadre qui ne relève pas de la pensée magique. Le choix est fait.

Mais tu vois le recours au droit peut être complexe. Que l’on soit pauvres ou riche ce n’est pas le même droit qui nous oblige. On pourrait nommer le droit comme le cadre normatif de notre violence ou à l’inverse notre impuissance. Tu vois le qg décolonial ils ont fait un article sur l’importance du droit administratif et de l’expérience coloniale dans son élaboration. Bravo pour une fois ils ont fait un truc intéressant mais peut largement mieux faire. Ils ont fait un article, sur un autre problème de droit, la question du dépôt de plainte du rappeur alphonsebrownien, et du journalisme néo malekbouthyste en gros les deux ont porté plainte pour diffamation parce qu’ils se sont faits traiter « d’islamiste ». La position du QG c’ets de dire attention y a différents islam politique. Mais ce n’est pas le problème, quand Alphonse et Dennis Crouille porte plainte c’est en tant que bourgeois. Je NE pense pas qu’il y est beaucoup de prolo qui porte plainte en diffamation. C’est un droit de bourgeois et donc quand ils portent plainte ce n’est pas en tant que population ou individu opprimé, mais en tant que bourgeois. Ils ne défendent pas le droit d’une population mais d’individu, et le djihadiste du dimanche quand il évoque l’idéologie mortifère du djihadisme il s’aligne sur l’enfant de putain catalan. Et donc Islamo gauchiste ce ne serait pas grave, on pourrait le revendiquer par contre juste islamiste non. Perso si y a quelqu’un qui m’insulte de gauchiste je lui laverais sa mère. Mais bon tu connais la phase…« taffe t-il pour l’état comme un barbouze ? ou se fait il faire les seufs par les keufs dans une partouze ?».

Au passage sur les décoloniaux du cul, j’en ai marre avec leurs tropismes palestiniens. En fait les gonzs c’est juste pour éviter la « question sociale ». Ils ne s’en emparent pas et tu vois le colonialisme si’il faut le chercher il commence là. Par cette prudence à ne pas s’emparer de cette question. De toute façon ça finira dans les poubelles de l’histoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie