organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2020

HIC! Hirak! Iraq! Chi-raq! Les Mauresques - Lettres à un ami en Irak (0/18)

Lettre à un ami en Irak ; le 12 novembre 2020 (Qui n'est ni terroriste ni musulman prolégomènes nécessaire pour éviter l'accusation d'islamo gauchisme) Sur la question de la définition du terrorisme. Mais aussi ou l'on apprend que l'on ne vit pas un glissement fasciste ou autoritaire mais nous vivons simplement dans le régime de l'anti terrorisme et que c'est juste le problème.

organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Frère,

J’ai plus trop de nouvelles de toi. Du coup je t’envoie celles de l’ouest où les lumières se couchent définitivement. Je ne sais pas si tu as eu des échos mais, comme lors de l’après Charlie, sur proposition du ministère de l’éducation nationale,  ils ont foutu en « garde à vue » des gamins pour blasphèmes. Il se dit que certains appellent cela « apologie du terrorisme ». Comme tu l’imagines déjà, les réactions ici sont toutes sauf de circonstances.

Les bougnoules, comme le dit l’autre, sont toujours à sucer, toujours en train de ramper, toujours en train de s’excuser. Certains  pensent que « prendre en otage » d’autres enfants ou d’autres personnes en disant « oh, les parents d’élèves blancs sont racistes » comme le fait l’actuel gouvernement est la solution. Pour d’autres, ce serait de s’associer a des partis réactionnaires – en imaginant une possible alliance - alors qu’ils restent silencieux. Et pour cela, ils finissent par exclure des opprimés. Ils ressemblent à ces vieilles bourges qui font l’aumône mais veulent s’assurer de la bonne moralité du bénéficiaire. D’autres se prennent pour la nouvelle génération spontanée, génération ceci, génération cela, pourquoi pas génération S tant qu’on y est ? D’autres encore, ça en fait de l’incompétence, pensent les terrains de luttes, comme une plateforme de lancement de carrière. Ceux qu’on n’aime bien n’ont pas réussi à se débarrasser de leur négrophobie latente de prendre de haut les gens parce qu’ils n’ont pas lu Gramsci ou Trotski et de continuer à parler aux « M2 socio pôle emploi ». Il doit y avoir d’autres trucs mais ce qui est sûr, c’est qu’ils n’arrivent pas à agir si ce n’est intelligemment au moins, pas trop bêtement (big up à Rolland Courbis).

Ah, et oui, ils n’arrêtent pas de se cacher derrière les gamins, y’en a un il a appelé à la communauté internationale encore un peu, il va appeler la SDN. Et puis, y a l’extrême gauche  qui croit en sa connerie, qui n’a pas compris que sa pseudo radicalité n’était qu’un rite initiatique. Un peu comme dans la chanson de Rocé, j ai plus de feeling où il dit « ils contrôlent notre musique en tant que ex rockers et quand ca passera à autre chose il y aura des ex rappeurs ». L’extrême gauche fait comme si les maoïstes, les militants de la fraction armée rouge n’avait pas été intégrés définitivement à l’ordre du monde, comme si leur subversion n’était en fait pas seulement le vaccin pour s’en préserver vraiment. Bon après, tu les connais « ouais mais Deleuze, les rhizomes » etc. Oui et puis la gamine embrigadée dans cette histoire qui a/aurait balancé des conneries sur le prof, elle personne ne s’en soucie.

Ensuite, y’a ceux d’en face. J’ arrive toujours pas à savoir si ils sont stratèges ou bêtes. Tu vois, j’ai enfin fini « La violence et le sacré de René Girard. Dedans, il dit un truc d’assez intéressant : en gros, pour aller vite, il énonce que la société c’est l’organisation de la violence. Cette volonté de contrôle, de limitation de la violence qui serait une forme d’instinct de survie de l’espèce. Les animaux d’une même espèce quand ils se battent entre eux évitent de se tuer. Face à notre incapacité de ne pas nous tuer entre nous, on a mis en place des rites, des façons de contenir la violence, de régler les conflits. Par des rites sacrificiels, par exemple, dans les sociétés primitives, qui sont un artifice pour évacuer la violence ou par une administration judiciaire dans les sociétés modernes. Une administration judiciaire, qui en fin de compte, ne serait pas là pour punir mais pour endiguer la violence.

Dans certaines tribus, il serait impensable de punir l’auteur du crime. Il faudrait par exemple, si quelqu’un a tué le frère d’un homme tuer son propre frère. Punir le coupable signifierait s’enliser dans un cycle de violence. Il évoque un autre fait que la victime du rituel sacrificiel se choisirait toujours parmi « une caste », une catégorie d’individus qui ne pourraient pas provoquer d’enchainement de violence. Ce qui au final rejoint assez bien notre situation actuel les personnes qui vont en prison sont les gens de peu, ceux qui n’ont en aucun cas les moyens  de se révolter contre cette décision et de déclencher un cycle de violence. Résultats, la question de la culpabilité devient secondaire et la raison pour laquelle les gens sont en prison, ce n’est qu’en raison de « leur handicap social ». 

Mais pourquoi je m’égare là dedans ? Oui à cause de leur guerre contre le terrorisme. Je me disais donc si la société est l’organisation de la violence, notre société qui se caractérise par un état ayant le monopole de la violence légitime comme a essayé de se le réapproprier, sans en comprendre la portée notre harki de l’intérieur. C’est là que cela devient intéressant. Le terrorisme se définit par la négative, si l’état est le monopole de la violence légitime, le terrorisme est la contestation de la légitimité d’un pouvoir légal dans ce qui le fonde, c’est à dire le monopole de la violence. Ce qui signifie que le terrorisme est hors la loi par nature. Ce qui pose une question : pourquoi édicter des lois anti terroriste si l’illégalité du terrorisme est sa substance ? C’est que les lois anti terroristes ne sont jamais des lois qui définissent, c'est-à-dire au sens de le contenir, mais au contraire qui l’élargissent. Mais élargir le champ de ce que l’on nomme terrorisme, c’est élargir celui de sa propre illégitimité. A bon entendeur…

Cela fait penser au livre de Grégoire Chamayou, la Théorie du Drône, où il explique que le recours à cette nouvelle arme à dû faire repenser la catégorie de l’ennemi, ainsi, au lieu d’être sur la définition des conventions de Genève, c'est-à-dire un combattant adverse et armé, on est passé à tout homme âgé de plus de 13 ans. Cela en fait des ennemis, cela en fait des terroristes et dès l’âge de 9ans… C’est aussi en cela que le procès en islamo gauchisme est pernicieux. Ce n’est pas une disqualification morale, c’est une menace physique qui dit « nous avons les moyens des vous reléguer au rang de ceux sur qui la violence peut s’abattre afin de d’unifier le groupe ».  S’il n’y avait pas cette dimension de menace physique, l’extrême gauche ne commencerait pas tous ses articles par « oui, on sait la menace islamiste ». Même le mec de Judith, il a fait ça. Non mais je t’assure, il a même commencé un article de son blog en évoquant un éventuel impérialisme islamique. Concept qui est repris en ce moment par tout les souverainistes.

L’Islamo-impérialisme est-il l’Islamo-nazisme de gauche ?  

Bientôt on va avoir un axe spinozo-antifreudisme et je ne sais pas si je ne préfère pas le mec de Mélania tu vois, enfin Mélania, c’est sûr. En plus sont-ils bêtes ou imbéciles ? Les frères muz, y a l’impératrice à moustache qui s’en occupe. L’Iran, ils ont d’autres shahs à fouetter, hein. En Irak, en Syrie, en Lybie enfin ce qu’il en reste, pareil, ils ont d’autres choses à faire que de s’occuper des bidochons salafistes en djellabah et Nike Air. Le Sahel encore une fois est-ce la France qui terrorise les populations ou les organisations politiques armées « autochtones »? La question peut se poser. Et tout le reste est acquis aux puissances occidentales (d’ailleurs faudrait arrêter de parler d’occident mais plutôt des pays de l’Otan, je pense) même si les autres pays arabes financent ici et là des groupes terroristes. Mais du coup, c’est du terrorisme d’état, non ? Et ces même puissances occidentales en sont complices de fait.

Donc on peut comprendre que l’extrême gauche, si ce terme à un sens, ait peur. Tout en reconnaissant leur peu de courage et de lucidité. Même ceux qui fantasment sur le rojava avec leurs verges gonflées d’orientalisme. 

Ah oui, et la meilleure d’entre nous, la greluche amoureuse de déodorant, a fait valoir ses origines corses pour parler de « Vendetta » bon je pense que là on atteint des sommets de bêtises et comme le dit Girard la violence se retourne toujours contre ceux qui pensent la maîtriser. Ca me fait penser que j’ai vu une émission de Karl Zéro sur l’affaire Colonna. Apparemment une centaine de personnes avaient été arrêtées arbitrairement à l’époque. J’étais jeune et je ne m’en souviens pas, il faudrait que je m’y intéresse.

Bon après, y a les laïcs de la nuance islamophobe mais ils sont pas intéressants. Poubelle de l’histoire. Ils sont bons qu’à prendre des subventions auprès de l’UE, ce qui est déjà un exploit compte tenu de leur connerie. Au final, ce sont les nouveaux jésuites capables de s’accommoder avec toutes transgressions de leur propre morale.

Mais bon, y a un autre truc qui m’intrigue le méchant tchétchène comme dirait notre CPE national est-il un terroriste ? Parce que je n’arrive pas à bien définir le terrorisme quand même. Le terroriste doit remettre en cause la légitimité de l’état du quel il fait parti sinon ca s’appelle un crime et puis faut une raison politique. La raison politique, elle est plutôt abstraite et il n’y a pas de guerre entre la Tchétchénie et la France. Certains diront que oui, il s’est allié à DAESH en prononçant une fatiha sur ZOOM. Payes ton projet politique. Que c’tait pour « venger le prophète » pour reprendre l’argumentaire consacré. Là encore, payes ton projet politique. Mais la question de punir un blasphème m’intéresse car si – il me semble que c’est Claude-Levi Strauss qui le disait- « Dieu, c’est le groupe » insulter le prophète serait comme insulter les gens. Donc la motivation terroriste tombe.

 Englober toute forme de violence sous l’angle du terrorisme, c’est absurde, encore une fois. Et puis, imaginons les attentats de la mafia en Italie dans les années 80 terrorisme? FLN terroriste ou pas? Terroriste au début, pouvoir légitime et légal ensuite, enfin pouvoir légal et illégitime et ça depuis trop longtemps. Bon Carlos terroriste. Georges Ibrahim Abdallah ? Pour moi non car il tue des agents américains et israéliens en pleine guerre civile au Liban. D’ailleurs, pourquoi est-il encore en prison ? Mais du coup si demain je craque et que j ai une lecture radicale de Oui-Oui et qu’en son nom je tue quelqu’un suis-je un terroriste? Colombine terrorisme? Le crétin d’Avignon ? Crime raciste mais pas terroriste, c’est sûr.  L’assassinat de Yann Piat? crime politique? crime crapuleux? les deux? Terrorisme? L’attentat de la Piazza Fontana ? Terrorisme d’extrême-gauche? d’extrême-droite? Ou terrorisme d’état?

Et puis y’à là, cette histoire de liberté d’expression. Je ne sais pas si tu te rappelles quand je bossais avec Freddy la frite, on avait fait une émission assez pourave pour celle consacrée à Charlie. K était venue. Donc je ne sais pas si je te l avais bien raconté mais quand on a commencé à recevoir les premières notifs de l’AFP sur des tirs à Charlie. Tout le monde se marrait dans la rédaction. Littéralement. Et puis les premiers morts sont arrivés. Et là, très vite y’a une chape de plomb qui est tombée. Il n’était plus possible de ne rien dire. RB a rappelé quand l’OTAN avait bombardé la chaîne de télé nationale Yougo. Mais rien à faire, et même elle s’est rangée avec eux. L’équipe était rentrée dans une forme de trans ou c’était culture, liberté, stylo contre kalash et je ne sais pas quoi d’autre encore. Et là France tv, par l’intermédiaire d’un certain F.T., qui bosse sur cnews maintenant, rajoute son grain de sable et oblige la rédaction à présenter l’angle par lequel on aborderait le sujet mais aussi pour valider les invités. Paye ta liberté d’expression, ta morale et tes moralistes. Enfin tout ça pour te dire qu’alors que j’étais stagiaire, toute cette ambiance m’a agressé et je pense que le soir même j’avais vraiment envie d’hurler et de pleurer de rage. Et que je comprends qu’un gamin puisse dire une dinguerie parce que j’imagine que dans les établissements, ça devait être un peu la même ambiance. On somme des gamins a s’exprimer sur un sujet et dès que les gamins dévient un peu et qu’ils sont muz, on les envoit en garde à vue. Je veux dire, à 10ans, comment tu veux discuter de concept, et de leur influence sur le monde réel, comme la laïcité, le terrorisme, ou le fait religieux. Et qu’en plus, on en voit plein à la télé des adultes avec des diplômes longs comme le bras, qui n’ont pas les capacités cognitives d’y réfléchir. Alors, des enfants, soyons sérieux ! Et puis une actrice pourrait dire le «11 septembre, c’était beau » ou une écrivaine dire des évènements de Charlie « Je les ai aimés pour leur maladresse - quand je les ai vus les armes à la main semer la terreur en hurlant « On a vengé le Prophète ». Mais des enfants torturés moralement toute une journée n’auraient pas le droit de craquer et de dire une bêtise. C’est que ce n’était pas de l’éducation civique (si tant est que ca existe), c’était de la vengeance. Les professeurs, les responsables d’académie qui se sont livrés à la délation de ces élèves se sont livrés à un pur acte de vengeance. Une sorte de sacrifice, tentative pour retourner la violence qu’ils avaient subie. Ces enfants ont été littéralement des bouc-émissaires. Mais bon la violence on ne sait jamais où elle s’arrête. Si les profs légalement étaient dans l’obligation de le faire, ils ont perdu toute légitimité. Un peu comme l’Etat, quoi.

Et peut-être que cette guerre contre le terrorisme est aussi une immense crise sacrificielle ou chacun cherche la victime qui pourra endiguer le cycle de violence par peur de l’être. Pour les auxiliaires de sécurité scolaire (nouveau nom pour les profs) ce sera  les élèves muz, pour un jeune homme de 18 ans un prof, pour les basanés des chinois à cause du covid.

Ah, je m’arrête là-dessus deux secondes, l’éventualité d’un  lien entre Covid 19 et la façon dont s’interprète le terrorisme. René Girard évoque,  compare les méthodes mises en place dans certaines tribus pour contenir la violence à des méthodes sanitaires. Comme si les rites pour contenir la violence avaient précédé la bactériologie. Et peut-être que c’est là, la seule comparaison valable avec les années 30 - au passage. Et c’est pour ça que je ne cracherais pas sur Pinçon Charlot, car il faut faire le lien entre épidémie et extrême violence

Il y a aussi un problème sémantique ou conceptuel car crier à la laïcité ou au fascisme constamment est anachronique et inutile. Ce qui reviendrait à  emmener une voiture à réparer chez un maréchal-ferrant. Les concepts politiques sont des outils quand ils ne marchent plus on les jette ou on les modifie. S’y accrocher relève du dogmatisme. Et certainement, nous avons affaire à autre chose que du fascisme mais il faudrait encore le nommer pour commencer à s’en débarrasser. Idem pour la laïcité, l’invoquer au sujet de crimes crapuleux ou des attentats terroristes alors que ces gens n’ont ni le même pouvoir que l’église à l’époque, ni la même place dans la société. 

Bref, pour en revenir à mon point Godwin, les années 30 ont aussi été celles suivant  la grippe espagnole. Et - si on se réfère à un antisémite célèbre, Louis-Ferdinand Céline, il a fait sa thèse sur Semmelweis. En gros, il disait aux médecins qui faisaient les accouchements de se laver les mains. Parce qu’à coté des accouchements, ils réalisaient aussi des autopsies et que de ne pas le faire provoquait une surmortalité post-accouchement des femmes  importantes. On retrouve également cette obsession de l’hygiène dans l’idéologie Nazi. C’est le parrain du fils de Freddy la frite qui évoque ce lien entre Céline et le Nazisme. Alors autant le traumatisme de la première guerre mondiale a été documenté (et là, je me dis aussi que c‘était la première guerre bactériologique). De la même façon, un article de la Fed établit que le vote pour le parti nazi a été impacté par une restructuration de la démographie dûe à la grippe espagnole mais aussi le fait que les lieux où le vote nazi avait été le plus fort, ce sont des villes qui, au Moyen-Âge, auraient rejeté la causes des épidémies sur les étrangers.

Inconsciemment ou pas, dans le cas où il y aurait un lien entre l’épidémie de la grippe espagnole et le nazisme, est-ce que la crise du covid 19 pourrait nous structurer, préparer, être un antécédent au pire? Même si tout brûle déjà. On a vu une explosion d’acte sinophobe, et des théories complotistes antisémites. Mais ces idéologies racistes ne structurent pas les gouvernements actuels. Cependant, on peut dire que l’islamophobie oui. Mais si, le projet nazi s’est structuré autour de l’antisémitisme, quel projet politique se structurerait autour de l’islamophobie ?

Est-ce qu’on ne pourrait pas dire, comme les anarcho-autonomes - comme les définit Vidocq du XXIème siècle - que le régime qui se structure autour de l’islamophobie est l’anti terrorisme et qu’il se construit sur la chasse aux musulmans ? Par des génocides Ouighours, Rohynghias, des assassinats si bien ciblés qu’ils visent l’ensemble des hommes dès l’âge de treize ans sur des théâtres d’opérations extérieures. Par la volonté de les effacer physiquement et symboliquement. Et ça même les djihadistes verts, ils ne s’en rendent pas compte parce que, dès que le fait religieux est évoqué dans ce pays y’a une disruption de synapses. Ca fume de tous les côtés.

Tu vois le spinoziste en alexandrin, dans son article de blog, inconsciemment, il fait une dichotomie entre musulman et arabe. Moi je suis pas contre une lecture profane des conflits. Mais dans ce contexte avec cette évocation d’impérialisme musulman. Ca veut dire, les arabes on veut bien vous aider, mais ne nous faites pas chier avec l’islam. Alors qu’en fait, on a rien demandé, nous. Et pour revenir sur la question de vers quel régime va-t-on ? La réponse est antiterroriste. Et qu’il est stupide et anachronique de parler de glissement fasciste parce que comme le disait Giorgio Agamben dans le même journal que le chevrotant de plateau télé (ah oui, quand il vient débattre faut lui donner un tocard et si ca se passe mal pour lui dans le débat ça invoque, Pierrot, les conditions du débat ne sont pas réunies,  etc. il a bon dos, Pierrot, Pierre Bourdieu). Les lois anti-terroristes entrées en vigueur au cours des années de plombs sont plus liberticides que celle du régime fasciste, et les lois actuelles édictées en France sont pires encore.

Si mon raisonnement est juste et que nous vivons tous dans un régime liberticide qui s’appelle anti-terrorisme, il y aurait une deuxième question et capitale. Un régime c’est le monopole de la violence légitime c’est aussi la définition d’un nous et d’un autre, le barbare au sens de « non-nous ». Tout comme le régime fasciste ou nazi ont pu le faire. Quelle redéfinition de la citoyenneté apporte l’antiterrorisme? Une fois posé ce problème, on peut en revenir au bouquin de Grégoire Chamayou Théorie du Drône, technologie élémentaire de toute bonne lutte contre le terrorisme. Il dit que le drône redéfinit la notion de guerre et la notion d’espace des conflits. On peut être étonnés de leur utilisation même juste à des fins de surveillance sur le territoire national. Si on suit la piste de ce petit indice jusqu’au bout, la citoyenneté que propose l’antiterrorisme est une citoyenneté flottante.

C'est-à-dire que celle-ci ne devient plus un droit indéniable en fonction de certaine règle de droit mais la fluctuation de règle de droit indépendamment d’une appartenance, d’un rattachement territoriale, ethnique ou religieux mais en accord avec une politique dominante, néolibérale dans ce cas. Et la redéfinition de la citoyenneté fait peser sur le citoyen la responsabilité individuelle,  morale et politique de sa non-appartenance au « communautarisme » dominant. Qu’il faudrait définir ? Et que celui-ci ne peut ni se penser en terme de religiosité, d’ethnie ou de nationalité ou en en empruntant la forme sans jamais en faire une caractéristique figée afin de se mouvoir si nécessaire. C’est une hyper-classe sociale universalisée afin de pouvoir agréger et rejeter en fonction des intérêts politiques à un instant T. Le sens d’universel doit être compris dans ce cas, en corrigeant, si je peux me permettre de paraphraser la définition d’Alain Naze : L’universel est le communautarisme des dominants, et non pas celui de la majorité.

Mais l’exclusion s’exprimera toujours sur des modalités religieuse, ethnique et politique. Du coup, qu’on soit gilet jaune, islamiste, islamien, policier, banlieusard, indigène, souverainiste, européiste, Africain, écolo, de droite ou de gauche, ou un crétin de mélenchoniste et leur pendant macroniste, blanc noir, beurette à chicha, queer, pd, homonationaliste, bicot de services on est surtout des terroristes potentiels. Terroriste s’entend ici au sens suivant : celui dont la légitimité à participer à la vie de la cité, bouc émissaire sur lequel la violence du groupe peut s’abattre. Et c’est cette citoyenneté mouvante qui nous mène, non pas à une guerre civile, mais à une crise sacrificielle permanente. A la violence de tous contre tous sans distinction ni intelligence.

Au fait, je me radicalise, j’ai arrêté le halouf [porc] et tu peux me dénoncer si tu veux y’a un numéro vert ou y a un compte twitter. Ils ont failli l’appeler, je suis partout, mais vu qu’il y avait un copyright, ils l’ont appelé onvousvoit2020. On dirait des militants antiracistes décoloniaux, bon qu’à faire des threads.

J’arrête de te faire chier avec les mauresques qui commencent à bien me taper dans le cerveau et  mes arabesques semi-philosophiques que je ne pourrais même pas vendre un pascal. J’allais oublier, les irakiennes sont-elles belles parce qu’au final c’est plus intéressant que toute cette logorrhée, non?

Cherdouh Emir

Aka Docteur ès plonge

Aka Cornelius Jansen

Aka Selfmadman

PS : Tu sais que je suis amoureux d’Anna Mouglalis et  je me suis rematé Baron noir,  bon même là ils vrillent avec la laïcité mais du coup j’ai renchainé avec le bureau des légendes et le truc des méchants yéménites qui ressemblent à Iznogoud et le gentil régime égyptien même si ils sont un peu bourru c’est quand même fort de café. La revue du crieur a publié un article sur l’utilisation de cette série comme soft power pour donner une bonne image de la DGSE, je sais pas si ils ont analysé l’angle de la propagande politique pur. Et t’as raison, Marina Loiseau est fraîche elle a trop un truc. Et faut absolument que tu mates Terminal Sud si ta connexion internet te le permet. Le film défonce, il place les « évènements » de la décennie noire algérienne en France mais sans rien nommer explicitement. Et résultats, ca donne vraiment un film très traumatisant. Ce qui me fait penser que j’ai oublié un truc sur le gouvernement algérien,  terroriste,  gouvernement légitime et légal, puis gouvernement légal mais illégitime mais aussi  terroriste en lous-dé quand les enfants de troupes ont pris le pouvoir avec la bénédiction du gouvernement français de l’époque.

Je suis allé à l’avant première il nous avait demandé de regarder le film en s’accrochant et en lâchant prise, je crois que c’est le programme de ces prochaines années. J’aurai pu placer résilience mais je ne suis ni macroniste ni journaliste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro