organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2020

HIC! Hirak! Iraq! Chi-raq! Les Mauresques - Lettres à un ami en Irak (3/18)

"Ils m'ont dit, la nuit tombe, demain sera noir L'espoir est un investissement qui n'est pas rentable" AL

organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Attica,

Le 16 décembre 2020

Hop là Chocolat !

T’as vu dans mon projet d’auto-analyse de moi, ma gueule, et ma propre personne, je ne sais pas si tu te rappelles mais j’avais ordonné toute mes stats de travail, périodes de chômage, nombre d’heures travaillées par mois, l’argent gagné etc. J’avais demandé mon dossier scolaire mais j’ai également demandé mon dossier de l’ASE.  Je viens de le recevoir. A Noël faudrait offrir non pas le petit chimiste mais le petit Bourdieu, et les enfants comprendraient enfin que c’est parce que Le Capital « fait des jeux de cons que les gens finissent sous les ponts ! ».

Je n’ai pas de truc précis ou de stats à en sortir, pour le moment. Y’a pas mal de truc purement administratifs, judiciaires. Si j’en ressorts un truc les éducateurs sont des profs sans capital symbolique, genre un mélange de punk-à chien et de profs. Après je ne parle pas d’eux en tant que personnes mais de leurs fonction. En fait ils te font la morale toute l’année mais je ne vois pas comment tu peux empowerer, pour parler comme maintenant,  des gamins si toi-même t’as pas de  pouvoir dans ton taf. En gros eux ils sont là au quotidien mais c’est l’assistante sociale, que tu vois une fois tous les six mois qui décide. La première, Anne-Lise C. , était bien la seconde était à la fois pute et à la fois soumise  et  pensait qu’un rmi me suffisait et en vrai je ne pourrai pas te dire à quoi elle ressemblait. Alors que la première j’ai eu mon petit oedipe.

Sinon la je m’attarde sur les deux analyses psy disponibles, oui pas tout n’est disponible, bon tu sais ce que je pense des psys en général.  Mais lui là en plus il coche toutes les cases. D’ailleurs dans la violence et le sacré Girard défonce les freudiens en leur disant arrêtez personne veut baiser maman. On se construit par mimétisme donc on fait comme papa ou comme maman, ou comme le voisin etc. Mais personne ne veut niquer sa mère, pour niquer sa mère. Sauf un En Marche.  Et il dit un truc succulent sur les psys, genre ils fonctionnent comme les chefs d’états de dictatures qui sont réélus à 98% des voix mais sont tout le temps obligé de composer avec tout le monde et ne peuvent rien faire au final à part redistribuer les pots de vins. Ce qui fait quand même penser à Macron indirectement le mec s’accroche à la légalité de son élection mais pour réussir à garder le pouvoir il est obligé de composer avec l’idéologie de l’extrême droite et les réseaux policier de Sarko, de brader ce qui fait la puissance d’un pays. Paie ton pouvoir, à part celui de nous casser les couilles. Girard disait que les psychanalystes freudiens était pareil, leur théorie sont valable à 98% mais ils composent en échafaudant des échappatoires pour ne pas répondre aux 2% restant qui discréditent leurs théorie entièrement.

Donc ce connard de psy me définit comme psychotique et cela dès l’âge de 12 ans, que j’avais des discours délirant, que j’étais mystique, parce que pendant un mois je suis allé à mosquée, avec la djellabah et tout frère. Mais bon je me suis aussi percée les oreilles 3 trous de chaque côté, ce qui aurait été une forme de scarification selon lui. J’avais aussi un bandeau nike autour de la tête est ce parce que j’étais un ayatollah de Dipset. Bon en tout cas pour l’anecdote  les piercing s’étaient infectés. Donc entre l’infection, mes oreilles décollées à la Di Maria et le bandeau je ressemblais à un Sapin de Noël. C’est quand même con un psy. La seule façon de « tenir à la vie » quand t’es en  foyer c’est justement en te « taillant les veines dans la largeur ». Ce qui m’a fait penser au fait comment auraient réagit les éducateurs si j’étais en foyer aujourd’hui ? M’aurait il dénoncé pour radicalisation, parce je suis allé chercher « un bouclier de communauté et de soupe » ? « D.ieu » c’est toujours le groupe. Je pense que ouais. Ils me semblent que des gamins sous Protection Judiciaire de la Jeunesse (en gros leurs éducateurs c’est des hnouches et ils ont des interdiction de sortis), ont été dénoncés également aux autorités concernés. On en parle peu ou pas également.

Çà m’a quand même mit mon petit coup sur la tête. J’ai jamais mieux compris la phase du poison d’avril que de « trop savoir est dangereux tu n’imagines même pas ». Je crois que c’est le problème de ce pays. Son rapport au savoir et sa façon d’esquiver les « questions à leurs réponses ». Il y’avait eu une émission de Fink avec Renaud Camus et Hervé le Bras, en gros Hervé par des données démographique démontrait en quoi il n’y avait pas de grand remplacement, qu’il n y’avait pas de séparatisme. Renaud le faux, cependant le vrai devrait reprendre l’alcool, répondait en gros que le ressenti prévalait sur le réel.  « On est chez nous » version France Q.

Je ne sais pas si t as lu  les méditations Pascalienne, mais le problème est tout entier là.  La redéfinition de «  l’homme », dont il parle est une révolution copernicienne. Le problème du déterminisme social n’est pas que de remettre en question le pouvoir symbolique, mais si « D.ieu » est le groupe,  la question du déterminisme devient une question  aussi importante que celle de la grâce et du salut de chacun d’entre nous et du rôle du groupe dans cette grâce ou déterminisme social. Un déterminisme suffisant nous a-t-il été donné à tous ? Et peut-il nous suffire pour diriger nos vies, faire le bien et gagner notre salut temporel et spirituel par nos propres actions ou un déterminisme efficace  est-il nécessaire? Et dans ce cas ce déterminisme suffisant n’existe pas et n’est pas suffisant et quand bien même on veut on ne peut pas. Et dans ce cas sans ce déterminisme efficace soit sans les actions positives du groupe nul salut individuel et collectif n’est possible qu’il soit temporel ou spirituel.

En gros c’est comme un homme noir de 40ans qui cherche du travail. Il se rend dans une émission de télé-réalité où vont se trouver  Pascal Praud (économiste connu pour le théorème du 4-3-3), Jean-Mouloud et un révolutionnaire. Il explique sa situation à chacun après avoir traversé les pays -qui ont oubliés qu’ils étaient africain et soumis à l’Union Européenne (l’Algérie en premier lieu), puis la méditerranée et travaillé à la plonge pour un salaire de misère, au noir parce qu’on lui refuse des papiers. Avec la crise du covid il se retrouve sans emploi. Il demande au trois comment faire pour retrouver du travail.

Le révolutionnaire lui dit ben qu’il faut qu’il s’en remette au groupe, faire la révolution mettre à bas le libéralisme, la propriété privé ainsi qu’abolir le concept d’Etat Nation et  le racisme.  Il pourrait si ce n’est lui mais sa descendance travailler où il veut dans le monde mais juste par choix et non par nécessité.

L’économiste grogne et aboie comme le chien qu’il est, insulte le révolutionnaire en lui disant qu’il ne cherche que « la violence ». Puis il se tourne vers notre chercheur d’emploi lui dit que non il ne doit pas s’en remettre au groupe mais qu’a lui même parce qu’il a deux bras deux jambes et qu’il retrouvera du travail en traversant la rue qu’il ne faut pas qu’il désespère et qui sait il est peut être le futur Elon Musk. (En gros il fait ce qu’on appelle chez moi faire le barbot). A moment là à l’écran apparait en petit caractère les conditions aux quelles il sera inclus dans la société, abandon de sa culture, changement de nom, dénonciation de ses camarades non intégré, connaissance par coeur de la marseillaise, un t shirt not in my name, et un vibro je suis charlie. Marlène traduisant en langue des signes, le gouvernement actuel ayant enfin compris qu’elle ne mérite qu’un rôle de speakerine sans le son. Le pire étant chez elle non pas les conneries qu’elle sort mais l’assurance et le ton de sa voix. J’espère qu’elle s’est faite tirer les cheveux et harceler au collège histoire d’avoir été vengé par anticipation.

Là arrive le Jean-Mouloud  très urbain veste en velours côtelé, chemise bleue ciel, col déboutonnée et piercing à l’anus pour y  accrocher sa chaîne mais tout de même une paire de Reebok la haine pour garder un côté urbain. Après une chronique sur la dialectique du piercing à l’anus comme nouveau blinge blinge. Il dit en soutient à l’économiste, en citant l’Abd al Malik, qu’effectivement le révolutionnaire  ne cherche que la violence bla bla bla. L’économiste et Jean Mouloud appelle Bolloré dans leurs oreillettes qui débarque comme par magie avec Sarko, Hollande et Macron en tenu d’ASVP pour exfiltrer le révolutionnaire. Là notre chercheur d’emploi regarde le Jean Mouloud et lui demande :

-Tu ne m as pas dit pour le travail, est ce que je vais en trouver ?

Et Jean Mouloud de lui répondre en citant Eddy Bellegueule

-ben non frère mon frère en humanité  tu vis dans une société capitaliste, et raciste bien sur que non tu ne vas pas retrouver du travail. Mais tu devrais quitter le plateau sinon je vais être obligé d’appeler la police des frontières et ce n’est pas très urbain.

La question de la grâce ou du déterminisme sociale elle est entièrement là. Dire qu’on a des profs sociaux démocrates et  jean-mouloudien  qui se demandent encore si il faut expliquer aux enfants le déterminisme social. Autant se demander si il faut éduquer les enfants.  La  jean-moulouderie c’est comme la gélatine y’en a au poisson mais en général c’est du porc.

Tu vois j’ai utilisé de  grands mots en parlant de révolution copernicienne, mais tout est là depuis Marx nous passons de la croyance d’une société ou l’individu est le libre arbitre de tous ses choix à celle où l’on comprend qu’elle est limité par le groupe et la grâce efficace qu’il accorde à chacun ou pas. C’est dans ces moments là que j’encadrerai bien la phrase de Zemmour « L’islam c’est le communisme avec D.ieu ».

Un des deux  seuls trucs de juste dit à propos des crimes adjectivés de terroriste, le premier c’est un prêtre dans une messe télévisée où il a fait une prière pour les meurtriers. Donc c’est le clerc qui rappelle à la société le rôle du groupe dans la fabrication de ses exclus (au sens de non nous, du barbare). Je le connais pas, je ne suis pas catholique, d’ailleurs est ce que je suis musulman? Mais je voterai pour un type comme ça sans aucun problème les yeux fermés.

Pour en revenir à la phase du Z,. Quand je pense à tous ces connards de rappeurs (re)convertis qui ne l’ont jamais trouvé. Mais il y a aussi ce passage dans le livre d’Appadurai sur l’importance de l’individu et des chiffres dans le libéralisme.  

Déjà il y vient en en expliquant que les rapports majorités / dominés ont ceux-ci de particuliers qu’ils se basent sur la démographie, les recensements et  que c’est au final plutôt récent. Que la majorité est autant que la minorité le produit de l’énumération et du nombre et que les majorités ont plus besoin des minorités pour exister que l’inverse. Que dans la tradition sociologique général la fabrication du nous est expédiée car elle est considérée comme naturelle comme un sous produit de la fabrication du eux. Et qu’en ignorant cela on ignore comment de forment des identités prédatrice (le majoritarisme aigue dont je te parlais dans une précédente lettre, en gros quand le groupe majoritaire se sent menacé, et qu’il pense qu’il n’est pas loin de la pureté de l’ethnos national). Mais il dit aussi en gros que plus la minorité, peut être petite, plus l’identité prédatrice se sent menacé paradoxalement. Et il fait le parallèle avec les juifs dans les années 30 en expliquant que la bourgeoisie allemande se sentait plus germanique que juive. Ce qui devrait nous faire poser la question de la justification permanente de notre intégration étant donné que si l’on suit son raisonnement cette justification exacerbe les identités prédatrices. Et on peut noter que cette identité prédatrice française s’est d’abord orienté sur les minorisés des minorisés, les 400 femmes portant le Niqab en France, les enfants etc

Ensuite donc il définit le rapport du libéralisme dans son  rapport à la collectivité (leurs légitimité politique) ainsi qu’au nombre.

En gros le chiffre le plus important dans la théorie économique libéral c’est le 1, car c’est le signe numérique de l’individu et que c’est son corps normatif. Et qu’il est le seul chiffre qui compte avec le zéro qui est la clef numérique pour convertir les nombre entiers en centaines milliers, millions etc.

Et il la met en exergue, comme point de rupture entre la pensée libérale et la pensée démocratique,  avec une phrase attribuée à Lénine : « les masses se compte par millions ; or, la politique commence là où il y a des millions ;  elle devient sérieuse là ou seulement l’on compte par millions, et non par milliers.» Or Arjun nous explique que pour la théorie libérale les groupes sont des agrégats d’individus, soit des combinaisons infini du chiffre 1.

Du coup je te fais une petite disgression rapide on se fout de la gueule de Macron avec ses numéro verts mais ces numéros permettent non pas une prise en charge politique mais agissent comme un palan, un démultiplicateur de force, nous n’auront plus le problème des violence conjugales ou encore celui des violences policières mais la réclamation numéro F315122020B de Madame Michu. Ce qui veut dire nous n’apporteront pas de réponse politique aux problèmes des violences conjugales ou des violences policières. Et que nous y sommes habitués, quand des services publics comme la  caf, le pôle emploi, la CPAM, fonctionnent déjà de cette façon on est de la baise. Idem lorqu’ils font un numéro vert pour signaler les pseudos radicalisés, c’est à la fois un outil de délation dans la plus pur tradition française, mais c’est aussi et surtout dire nous n’apporteront pas de réponse politique  au terrorisme. Politique s’entend ici comme la fin du cycle de violence pour trouver un accord qui satisfera tout le monde.

Pour Arjun la pensée libérale à un problème avec la démocratie car elle encourage une politique des grand nombres, qui selon eux, l’individu au sein de la masse deviendrait un non individu qui perdrait sa rationalité et cela nous mènerait au totalitarisme et au fascisme. Ce serait donc à cause de l’affinité des grands nombres avec les masses que les libéraux y sont réticents.

Or on peut poser la question si la chute de l’URSS et l’échec communiste du XXème siècle est l’echec d’une tentative de politique démocratique des masses, le recours à l’Islam, au sein des pays arabisant n’est pas juste une roue de secours  et un rejet de la modernité mais aussi  de retrouver une politique démocratique des masses? Mais pour cela il faudrait sortir de l’ornière libérale comme quoi le fait religieux, D.ieu, donc le groupe « c’est pas bieng ».

Ce refus  autour de la masse se voit aussi dans le libéralisme de l’anti terrorisme.  L’anti terrorisme fabrique des terroristes imaginaires ou des cellules individuels, autonomes séparéeés  de toute « masse » mais qui au moment d’agir composent un numéro vert pour adhérer à Daesh. Bref,  la boucle a bouclée.

Sinon je sais pas si t as vu mais Ivan Segré à défoncé Alain Brossat sur Lundi AM en réponse au défonçage de Rancière par Brossat suite à un article de jacquot sur Médiapart. Déjà ça sent la consanguinité leur histoire là. En plus Segré il arrive pas à s’empêcher de tacler Houria, à croire comme le dit la Tantine qu’il a un sentiment contrariée. Bon déjà je comprends rien quand iBrossat ou Segrè parle et à dire vrai je m’en bat les couilles. Mais le point de débat c’ est en gros est ce que les prétendu terroristes sont à exclure ou non de l’humanité. Bon déjà ne serait ce que de poser la question ça te place le niveau de l’extrême gauche c’est un peu le cercle des cerveau disparu. Tu vois leurs conneries de parloter tout le temps de stratégie ça me fait penser à un cours en philo des science que j’ai eu. En gros si demain  tu as un outil de mesure qui peut être toujours plus précis, et genre tu dois mesurer une table basse. A mesure que tu remesures ta table  basse de façon de plus en plus précise en fait tu perd ta table basse à la fin. Parce que de ne pas la définir à un moment la rend indéfinissable. C’est pareil avec la gauche ça pense, repense,  compense pour finir par tous nous faire décompenser. Je vais finir par croire que c’est des techniques pour refuser d’être conséquent à un moment donné. Il ne faut pas s’étonner que le mièvro-masochisme de la LFI ait un boulevard ensuite. Bon en tout cas sur cette histoire de méchant et de barbare je vais en venir à un petit écrivain et petit texte publié aux éditions Allia, Sentiments filliaux d un parricide c’est sur l’histoire d’un ami de Proust qui tue sa mère peu après le décès de son père. ProusT était en contacte avec lui et il apprend le parricide par le Figaro. Et en fait au lieu d’en faire un crime de folie, inhumain, incompréhensible il...et là vaut mieux que je laisse Marcel te le dire :

« J’ai voulu montrer dans quelle pure, dans quelle religieuse atmosphère de beauté morale eut lieu cette explosion de folie et de sang qui l’éclabousse sans parvenir à la souiller. J’ai voulu aérer la chambre du crime d’un souffle qui vînt du ciel, montrer que ce fait divers était exactement un de ces drames grecs dont la représentation était presque une cérémonie religieuse, et que le pauvre parricide n’était pas une brute criminelle, un être en dehors de l’humanité, mais un noble exemplaire d’humanité, un homme d’esprit éclairé, un fils tendre et pieux, que la plus inéluctable fatalité — disons pathologique pour parler comme tout le monde — a jeté — le plus malheureux des mortels — dans un crime et une expiation dignes de demeurer illustres. »

La question est vite répondue en fait. Nos supposés terroristes sont des héros au sens neutre, (être un héro c’est accepter son destin, sa fatalité, ce n’est pas être juste ou bon ou sympa), Et ce qu’il y a d’hallucinant c’est que nos penseurs en général veulent toujours réinventer la roue. Nous faire chier avec leur quête de capital symbolique et leur petit moi à titiller a grand renfort de godemichet et incorpore dans leur paradigme, leur prisme d’analyse le discours médiatico policier. Ils font comme les gens qui parle d’eux en des termes d’anarcho-autonome ultra gauche etc. Peut  être qu’Ivan Segré est le Alain Bauer de l’extrême gauche?

Mais tu vois le deuxième truc d’intelligent que j’ai entendu sur les attentats c’est une blague « Faire un attentat à Charlie Hebdo sans Phillipe Val ni Caroline Fourest c’est du travail d’arabe ». Elle est quand même mieux que celle d’Hortefeux.  C’est vrai que quand même les arabes depuis le 11 septembre y’a pas masse d’idée. Mais si on pousse plus loin cette idée d’héroïsme au sens neutre, Je crois qu’il y avait déjà le doc Hollywood et les arabes et Conessa a fait le même truc en faisant un historique depuis les Indiens jusqu au méchants Iraniens. En se concentrant sur les série b. Et c’est vrai que nos djihadiste ressemble à des méchants de série B. Et certainement que Fourest avec son navet à fait plus pour la radicalisation. Un peu comme dans le morceau d’akh :

« On nous a fait croire que l'on était des merdes et à force on l'a cru Le stéréotype a pris le dessus Aucun héros (au sens positif là) à notre image, que des truands L'identification donne une armée de chacals puants Donc le métèque est un pur produit génétique De réactions racistes et de pays pompes à fric Méfiez-vous de l'eau qui dort ou vous dormirez dans l'eau Inimitiés sincères du plus cruels des "Zingaros' »

Donc ces héros sont un pur produit occidental. Et ils ont autant leur place dans un film d’Harmony Korin, de Gus Van Sant, pour parler de nos imaginaires moderne, que dans un mythe grec. Ceux ne sont pas juste des « autres ».  Mais il n’y a pas que ça. Ce n’est pas juste une question de sont ils méchant, très méchant, affreux, abominables où inhumains à la folie. Sinon Rouillan il n’aurait pas pris 18mois de prison avec l’acharnement qu’on connait. Ca veut dire on les définit eux comme des barbares ok, mais du coup faut poser la question quel est le nous qui se construit par rapport à ce eux ? Ce n’est pas une question de mode de vie de détestation de mode de vie ou de discours pseudo philosophique genre ils aiment la mort on aime la vie. Putain ça me fait penser qu’une fois j’avais même entendu une émission dur la sexualité des djihadiste je sais pas quoi présenté par l’actrice d’Emmanuelle. Ce fil de pensée mène juste au caniveau. Raa ça me dégoute rien que d’y penser. Même pas je développe.

Et là vas y même pas je te le cite, je l’ai trop cité déjà dans mes précédentes lettres, mais dans son livre théorie du drone il évoque la façon dont l’armée a dû se repenser avec l’utilisation des drone. Au sens de repenser la construction de son imaginaire, ses valeurs et sa morale. Et qu’effectivement, en caricaturant passer de Rambo qui va tuer seul 150 soldats seul en corps à corps à celle d’un geek d’un forum pour adolescent qui actionne un  bouton pour bombarder un berger et ses chèvres c’est encore une révolution copernicienne. Et donc  faut non pas abandonner les idées de courage etc mais les remodeler. Donc première étape on dit fait des guerres propre maintenant des guerres morale, effectivement on est moins sur le terrain mais on est plus précis, moins de perte civils etc. Alors qu’ils ont comme je te le répétais déjà dans une précédente lettre juste élargit la cible (devient combattant non pas un homme d’une troupe adverse armée mais tout homme de plus de 13ans de mémoire ça en fait des ennemis). Ensuite ce qui va être important c’est non pas le nombre d’ennemi tué mais le peu de perte occasionnée dans ses troupes. Et donc une forme de sacralisation des qu’un soldat meurt alors qu’un soldat s’engage pour mourir en fin de compte. Donc forcément un mec qui vient et qui dit je vais me faire péter et occasionner le maximum de pertes. Ça ne peut pas et ça ne doit pas être un héro (ni neutre, ni positif, ni négatif), même pas un humain sinon il remet en cause toute la légitimité morale de la guerre soit de l’anti terrorisme, prétexte à toute les interventions militaire à l’étranger. Donc intégrer au nom d’une morale utilitariste, avec une sorte d’esprit victimaire, le fait que ces gens sont des barbares et non pas hommes ayant leur pleine place au sein de l’humanité c’est accepter une militarisation des esprits qui ne dit pas son nom

Sinon bon t’as le harki de l’intérieur qui vient et qui nous fait du la république est plus grande que D.ieu et Castex qui nous sort oui en fait la guerre contre le radicalisme islamique c’est une guerre pour la libération de l’Islam. Je crois que les synapses des communiquants qui leurs donnent leurs éléments de language ont sautés. J’arrive pas à savoir à quel moment les gens n’ont aucune perspectives sur ce qu’ils disent ne comprennent pas le sens même de ce qu’ils disent ils essaient d’adoucir une connerie par une phrase encore plus conne. En fait c’est les premières personnes à avoir réussit à faire que du négatif multiplié par du négatif donne du négatif. C’est une dimension parallèle à ce stade. Ils ont  aussi sorti une nouvelle proposition de loi d’un énième futur guantanamo à la française avec des embastillements administratifs à la clef. En gros si tu penses mal ou que tu t’identifie un tant soit peu ou proue, ou que t’es un peu déviant tu gagnes ton séjour gratuit. Et ça me fait revenir à Yvon Crever (que celui qui ne comprend pas la référence me jette la première pierre) il tacle Houria parce qu’elle dit dans un texte Mohamed Merah c’est moi suite au meurtre de l’école juive de Toulouse. Outre le fait qu’il ne cite pas le texte en entier et que du coup il l ampute de son sens, et qu’en plus Houria excommunie pour le coup Mohamed Merah de la communauté des musulmans fondamentaux (en référence au mot de Césaire je suis un nègre fondamental) et de l humanité du fait qu’il ait tué des enfants. Donc ne serait ce que pour avoir laissé un con dire un truc faux et vérifiable aisément lundi matin devrait  fermer. Ils ambitionnent quoi d’être le cnews anarcho-autonome? Quoi que ca pourrait être drôle une émission ou les gens font les marionnettes pour réclamer la parole. Mais on a une piste en fait, çà veut dire qu’on a fait avant l’extrême gauche la même chose, on a exclu sous des prétextes fallacieux ces personnes qui étaient nos frères en humanités. Nous étions les plus proches d’eux et nous les avons abandonnés.

Tu vois si je t’en parle c’est que je me sens moi même parricide, et je posais la question pourquoi ? Et en fait elle est ou plutôt n’est pas dans mon dossier de l’ASE.  Lorsque je vivais en foyer je suis coupé de mon reup. Il redébarque et je me dis je vais repartir au bled. Et je crois que le foyer en avait tellement marre de moi qu’ils étaient presque à céder. Bref avec mon père on fait le projet de partir sans qu il le sache et le matin ou je dois partir à l’aéroport je laisse une lettre d’adieu au foyer, c'était des gens avec qui j avais tissé un lien tout ça. Et donc le mec à qui je confie la lettre ne la donne pas au bon moment ce qui fait que quand on est dans le taxi pour l’aéroport avec mon reup le foyer appelle. Arrivée à Marignane mon père me dit de dégager. Derrière il se fait arrêter et prend sa peine pour enlèvement d’enfant vu qu’il n’avait plus de droit sur moi, et qu en plus y avait déjà eu la même histoire quand j’avais 9ans ou j’étais parti un peu moins d’un an au bled. Après je ne sais pas si il s’est pris une expulsion ou pas, une interdiction de territoire la double peine. Ce qui me fait dire que c’est arrivée c’est un peu le climax de ce que j’ai vécu au foyer et qu’il n’y en a pas une seule évocation dans le dossier. Il y a des lettres de prisons de mon père mais pas d’évocation administrative ou de rapport de cet incident dirons nous.  Mais tu vois j aurai du naître catholique j’aime bien le sentiment de culpabilité. Et là moi si on me dit demain va faire un attentat évidemment que je ne le ferais pas. Mais de par ce vécu je me sens proche de chez gens. Ceux chez qui y a eu une rupture la mienne c’est quand l’Etat interrompt ma relation avec mon père. C’est simple. Et d’autant plus importante quand il faut reconquérir un honneur bafoué et perdu. Parce que quoi qu’on en dise je suis impliqué dans la peine de prison de mon père.  Si je pouvais j’irai franchement dans un commissariat en leur disant bon emmenez moi directement dans votre Guantanamo. Qu’on en finisse c’est réglé on passe à autre chose. Ou avec encore plus d’emphase, un peu comme Anglade dans la reine Margot quand il est acculé par ses frère et sa mère à tuer les chefs des protestant alors que sa sœur vient de se marier avec Henri de Navarre. Il leur dit d’accord mais tuez les tous qu’il n’en reste pas un pour me le reprocher. Tuez nous tous mais qu’il n’en reste pas un pour vous le reprocher.

Cherdouh Emir

aka Stakhanov X

aka l'orthographe approximative

j'arrive pas à trouver la foi d'écouter ton dinosaure là. Et puis sinon faut que je trouve le moyen de parler à cette meuf c'est triste d'avoir plus le temps d'insulter Jean Mouloud que de déclarer sa flamme. Bordel de merde. J'ai pas oublié le bif que je te dois.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau