organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2020

HIC! Hirak! Iraq! Chi-raq! Les Mauresques - Lettres à mes soeurs (4/18)

That's life That's life That"s what all the people say james brown (c'est pas de lui mais je préfère sa version)

organizedkonfusion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Attica,

Le 27 décembre 2020

Lettres à mes sœurs (quelque part dans la banlieue de Toulon, qui n’est pas la banlieue de Marseille n’en déplaise à Mourad Boudjellal).

Vous avez quoi 2/3 années d’écarts, deux mère différentes le même impotent de père, et le même impotent de frère. Je pourrais vous écrire en mode d’un côté une lettre à la France, et de l’autre une lettre à l’Algérie. Mais ça ressemblerait trop à la part de gaulois de l’animateur de MJC de Magyd Cherfi. Et je préfère me préserver de ce genre de débilités. Mais pourquoi vous écrire à vous et maintenant ? Je viens de mater le film Antigone, une version rabzouz au Canada de la tragédie de Sophocle. J’avoue que dit comme cela, ça ne fait pas rêver. Mais dans un premier temps, au-delà de la question politique cela m’a fait réfléchir à mon rapport aux femmes. J’ai tendance à dire que je me considère comme misogyne, et non comme machiste. La distinction se fait sur un aspect assez simple. Le machisme c’est un rapport à sa bite, elle est trop grosse, trop petite, faut que j’exerce ma puissance, je n’arrive pas à exercer ma puissance. Au final c’est une question de soi par rapport à soi. La misogynie c’est espérer qu’une femme nous sauve de nous même et se rendre compte qu’aucune ne nous sauvera. Là où je me trompais, ce n’est pas qu’aucune ne nous sauvera mais que l’on ne sera jamais à la hauteur du sacrifice. Ce film est très bien je vous le conseille. Nous partageons le même sang, et je ne peux m’empêcher de vous écrire comme à des étrangères. C’est beau la famille. Vous connaissez la blague sur le couple qui serait résoudre des problèmes à deux  que l’on n’aurait pas eu seul. La famille ce serait résoudre des problèmes par des névroses.

Je rematais une interview de Tricky de Massive Attack, il expliquait sur ses années de prisons qu’étant donné que son père et ses oncles en avait fait il s’y attendait. Et c’est une angoisse que j’ai depuis toujours celle de faire de la prison. Et j ai compris à ce moment là pourquoi. Notre père à fait de la prison, K le frère de F à fait de la prison en Algérie, A son autre frère a fait de la prison en France. Notre grand père paternel, chahid devant l’Eternel, est mort en 55 ou 56 donc au début de la guerre d’Algérie. Du coup les autorités c’est normal qu’elles nous angoissent un peu. Et qu’on ait non pas  peur d’elle mais qu’on pense à juste titre, qu’elles nous sont antagonistes. Idem quand j’étais en Algérie en 97 à mon petit niveau, avec mon âge, et le peu de temps que j’y ai passé j’ai vu l’angoisse de l’houkouma. J’ai vu l’angoisse des faux barrages et de te poser la question qui allait te controler en sachant que ce soit, des mecs du GIA, ou des militaires, tu pouvais prendre cher. Une nuit, chez notre grande-tante B qui vivait près de Notre Dame d’Afrique, une rumeur est descendu comme quoi des terroristes descendaient dans le quartier. J’ai vu donc les enfants de B sortir du « cuir usé d’une valise» des couteaux et autre feuilles de boucher afin de se défendre avec les autres hommes du quartier. Yemma Louisa notre grand-mère m’habilla d’une gandoura et d’une paire de squelette, et j’ai attendu avec elle au bord du balcon qui donnait sur la rue pour voir ce qu’il se passait. Des fois j y repense en me disant que ca aurait été drôle de mourir avec des squelettes aux pieds. C’est pour ça que les gens me font rire en France lorqu’ils évoquent les attentats avec leurs sempiternels atermoiements, ce que j’ai vécu n’est rien par rapport ce qu’on vécu l’ensemble des Algériens durant toute la décennie noire. On dira que j’ai eu un visa touriste dans l’horreur de l’époque. Mais les 400 morts du supposé terrorisme en France ne sont rien non plus comparé à cette horreur là, tout au plus une version démo d’une horreur organisé et voulu par l’Etat Algérien, ici voulu et organisé par l’etat Francais. Et moi je ne garde dans « ce cuir usé d’une valise » que le souvenir de ma seule vraie mère, de L, des sandwiches de quaranteta de Nôtre Dame d’Afrique, de sa chapelle dédié à Sainte Monique ou F m’emmenait, et de sa vue sur le stade du 5 juillet. Une autre rumeur est descendu le lendemain, les personnes qu’avaient choppé les hommes du quartier et remis à la police avaient été libéré.

En parlant de quaranteta, je me suis fais une réflexion débile la dernière fois, on a migré pour la ville de la cade.  C’est con con  hein ?  Et les couleurs originelles du sporting sont les mêmes que celle de la ville où je suis né et dont vous êtes originaires. En parlant du Var je ne sais pas ce que vous en pensez, mais Camélia Jordana m’ est insupportable. Elle qui justement a peur de la police à chaque fois qu’elle n’ a pas fait son défrisage.  On remerciera le comité Adama de nous filer des icônes comme celle là et les inrocks de les encenser. Je comprends mieux l’interdiction des icônes et des images en Islam. C’est pour eviter de se détourner de la proie pour l’ombre. Ca pourrait presque être un principe de base d’éducation aux médias.

On a des icônes de T shirt. Que ce soit les Taha Bouhafs et autre adepte de la « révolution bicot ». Parce que nos idiots des inrocks et d comité Adama ne se rendent pas compte et ne comprennent pas les symboles qu’ils manient. Comprendre que faire chanter « We shall overcome » à Camelinha serait une avancée c’est faire la de l’incompréhension des dynamiques dans la luttes des Afro Américains. Ca se rapproche plus de la mise en scène de Macron lors de son investiture soit un ensemble de symbolisme creux que du discours et de l action militante. Indirectement c’est choisir une vision blanche de l’histoire en répondant à l’injonction blanche de choisir entre Martin Luther King à Malcolm X. Ici pour sans exagerer c’est soit Houria Bouteldja soit Assa Taroré. Du coup il faut rendre explicite ce que recouvre cette injonction. On en a  la réponse dans un discours de Malcolm X ou il oppose révolution noire et révolution nègre. Il fait la liste de toute les révolutions russe, francaise, algérienne toute ont eu pour objet  de disposer de la terre, toutes ont eu pour moyen « l’éffusion de sang » et allez chanter pour désagréger la société est inutile c’est ce qu’il appelle la révolution nègr . Et d’ailleurs on le voit tous les jours la façon dont le statut des noirs n’a pas évolué aux Etats-Unis. Ici allez chanter « We shall overcome » n’a pas de sens dejà du point de vue culturelle, non pas que nous n’avons pas de liens avec les etats unis nous en avons et ils sont nombreux mais il aurait fallu aller piocher dans ceux là. On a plus de lien avec le BPP qu’avec Marthin Luther King. En plus chanter donc « We shall overcome » pour… Pour quoi en fait ? Une réforme de l’IGPN ? Celle de la police? Mais faut qu’ils arrêtent de rêver. Que voulons nous vraiment? Parce que hein c’est pas une réforme de la police qui va nous sauver. On parle de la police mais on ne parle jamais des juges, des procureurs, de ceux qui prononcent les peines et les sentences. Sont ils moins problématiques que la police parce qu’eux n’ont pas de tenue de Robocop? Je vais vous raconter une histoire, c’est dans un livre sur les luttes des syndicats afro americain à Détroit. L’histoire d’un mec sans problème dont le seul objectif est d’acheter une maison à sa sœur. Un jour il est viré, il pète les plombs et tue le contremaître, à juste titre. De mémoire  Il a un premier procés avec seulement un jury blancs il est condamné, le suivant avec seulement des noirs prolétaires il est acquitté. Il a commis le même crime. Mais il est jugé par les siens qui comprennent non seulement la condition noire aux Etats Unis, mais aussi la condition ouvrière en pleine contre offensive du capitalisme. Donc aujourd’hui si l’on veut être conséquent Il ne s’agit plus  de réformer la police ou d’aménagement pour une bourgeoisie racisée non il s’agit de se réapproprier la violence légitime afin de faire advenir une société plus égalitaire. Je les vois d’ici les rencontre en catimini dans des chichas des bar a thés  pour s’organiser s’empowerer eviter tout sauf le sujet principal. J’irais en prison un jour certainement mais sans une once de culpabilité ou de sentiments de celle ci. Je ne peux être jugé que par les miens, que par vous deux.

Mais je m’éloigne de mon sujet, je suis totalement un enculé de vous écrire comme ça alors que ça doit faire quoi au moins 5 ans qu’on ne s’est pas vu, et encore si se voir c’est boire un verre. Pour prendre un exemple Oedipe lorqu’il se rend compte de sa faute il se crève les yeux et il part. C’est un peu ce que j’aurai du faire depuis toujours. Mais je suis là hier comme aujourd’hui  comme un âne entre deux bottes de foin ou bien lâche, craintif et infidèle à ma parole comme l’Ulysse de Giono.

Notre père Sysiphe, fût il violeur n’en est pas moins notre père. Peut être que mon incapacité à être avec vous c’est que malgré tout je continuais de l’aimer. C’est ce que dit Antigone dans le film lorsqu'on lui dit pourquoi tu aimes ton frère ? Elle répond je l’aime c’est tout. C’est peut être ce que j’ai aimé dans la marche de la dignité que tout ces femmes défendaient leurs pères, frères, amis conjoints, malgré toutes les fautes ces hommes qui comme le dit HIFI « mal nègre fonsdé faut toujours qu’on finisse par battre nos femme et chaque jour plus pire que nos pères imagine nos fils ». Mais qu’avons-nous donné en échange rien même pas un peu de justice. Peut être que le début de notre libération est là donner justice à nos femmes et globalement à l’ensemble de nos communautés. On prend souvent l’exemple des irlandais pour expliquer le processus de racialisation des populations indigènes. Inspirons nous de ce qu’ils ont fait instaurons des tribunaux populaires pour regler nos problèmes afin qu’aucune injustice ne s’ajoute au crime. Ils craignent le séparatisme allons y jusqu’au bout. Et certains l’ont déjà fais. Est-ce l’Etat francais qui viré une partie de la came dans les quartiers non il y participait au nom de la lutte contre le terrorisme (déjà) et dans ce cas de L’ETA en utilisant des résidus du S.A.C. Non c’est les gens des quartiers qui se sont organisés. D’ailleurs ca me fait pensé que j’ai vu une interview de Bakhaw ou on lui posait la question de la réalité du traffic de drogue dans les films et les séries. Je trouve le principe de l’interview débile, enfin pas lui je le connais pas, mais ils évoquent dedans Américan Gangster et  je veux juste vous dire que le traffic de drogue repris par Franck Lucas a été mis en place auparavant par l’armée française durant la guerre d’indochine. Les valeurs la morale c’est toujours à géométrie variable.

On a un autre exemple dans la banlieue de Toulon des mecs on réquisitionné un mcdo pallier au manque de justice sociale de leur communauté et ils ont aidé les populations sinistrés lors des deux confinements. Une fois de plus ce n’est pas l’Etat qui les a aidé. Ils ont rebaptisé ce temple du capitalisme  l’apres M. Je vous fais pas le point sur toute leurs aventure mais y a un excellent doc de Julien Brygo là-dessus que je vous conseille. Mais une de leurs aventures c’est qu un propriétaire de franchise Macdonald qui voulait récupérer celui là pour le fermer (la logique du capital) leur a envoyé des petits voyou pour les intimider et les menacer. Ce mec est «racisé». On aurait du lui latter la gueule vu qu’il n’est pas possible d’obtenir justice.  Et y en a encore qui vont nous dire que c’est parce « qu’on a pas assez de noirs et d arabes au cac40 » que ca va mal? D’ailleurs ça s’articule parfaitement avec la macronienne « il n’y a pas assez de milliardaires en France ». Il faut dire ça avec une voix de pimbèche genre Marlène ou l’esprit « mafioso » type Oxmo.  Donc a défaut de lui latter la gueule jugeons le au moins entre nous pour ce qu’il a fait ni plus ni moins et rendre à chacun de ce que droit.

En parlant de Marche de la dignité et de la banlieue de Toulon j ai vu qu on a attrapé la veste  Houria Bouteldja  à propos d’un article qu’elle a écrit en réponse aux analyses des pseudos sociologues et philosophes du dimanche sur le nouvel antisémitisme qui serait propre à vous,  à moi, pour faire vite à l’ensemble des arabes. Mais qui est intéressant dans notre rapport à nous trois aussi. J vais pas vous expliquer en quoi cet article n’est pas antisemite cela n’aurait pas de sens. Mais plutôt ce qu’il y manque ou ce qui en est caché. Et ce qui est non dit caché entre nous 3.  

Y a longtemps que je n’en avais pas parlé,  mais chez Girard la victime de la crise sacrificielle peuvent revêtir un caractère sacré apres sacrfice. C’est le cas d’Oedipe, dans Oedipe roi il est considéré comme impur avant son sacrifice (ici un banissement) et dans Oedipe  à Colone il est  considéré comme un fétiche, le fait d’avoir été banni et que son bannissement d’avoir purifié Thebes il devient un fétiche. Mais on ne peut  être un fétiche qu’en ayant été la victime expiatoire.

Mais là façon dont l’antisémitisme s’exprime dans les quartiers elle est toujours vu à partir d’un reliquat d’anti colonialisme de l’époque glorieuse de leurs grand-parent. Elle n’est jamais vu comme ce qu’elle est vraiment la petite jalousie mesquine du quotidien pour un sous statut qui parait illusoirement plus préférable que le sien.

Il ne s’agit pas de dire ici que les juifs  contrôleraient le monde entendons nous bien. Mais en tant que victime expiatoire des etats nations lors de la seconde guerre mondiale les populations juive sont vu par les population européenne comme des fétiches. Ca ne veut pas dire une personne avec du pouvoir mais une personne jamais perçu dans l’entièreté de son humanité. De ce quel est censé apporté comme supposé bienfait à la communauté fétichisante. Ce n’est pas un statut d’égalité, ce n’est pas un statut supèrieur,  c’est un sous statut à part. Et vivre avec ce statut de fétiche, c’est être obligé pour certains de l’intérioriser et d y être alienné . C’est pour ça que même l’islamophobie de certains commentateurs juifs ne doit pas être integré à l’ensemble des discours islamophobe français. Etre un fétiche c’est savoir intérieurement que ton statut est précaire et que quiconque réclame un peu plus de droit remet en cause l’équilibre précaire de ta survie. Et qu’a tout moment le cycle de violence peut se redéclencher contre soi.

Vous voyez y’a un terme en rwandais pour designer les enfants issus du viols pendant le génocide « kinyarwanda » soit ceux qui rappellent l horreur. Et certainement si je ne vois plus c’est pour ça, ou en tout cas c’est ce que je me raconte, parce que je vous rappelle l’horreur d’un père qui vous a abandonné et du viol de vos mères respectives. J’ai le même sous statut que vous. Et un accord implicite a été trouvé pour que vous puissiez faire vos vies.

 C’est pareil pour les juifs et nous. Notre sous statut en tant que bicot ou nègre leur rappelle leur sous statut nous leurs rappelons l horreur mais ce qui est possible, difficilement, à titre individuel ne peut l’être au niveau social. Et faudra commencer par répondre à la première question comment  cesser cette aliénation qui est d’envier un sout-statut de fétiche? Et par juger entre nous des petits connards anti sémite (coucou freeze). Parce que c’est ça l’anti sémitisme des quartiers c’est juste  envier un statut fantasmé et qui n’existe que dans la mesure du fétichisme d'une populations juives fantasmé, dans l’ensemble des croyances européennes. Il suffit de voir comment l’histoire est enseigne somme un avant et un après la WWII, combien de fois on a vu de gens blanc dire « oui c’est vrai les juifs ils sont méchants mais après ce qu’on leur a fait » (encore une fois les contradictions du monde blancs). Ou dire non mais nous avons compris apres la seconde guerre mondiale l innefable etc etc. Mon cul si vous aviez compris l horreur du génocide juif  il n y aurait pas eu de napalm sur le Vietnam, le Cameroun, le génocide rwandais etc etc. Et les juifs n'auraient pas été obligé d'immigrer en Israel (oui parce que le sacrifice c'est aussi le banissement) a être utilisé comme les colons espagnols ou italiens en Algérie ou bien encore les repris de justice britanniques en Australie.  Mais moi à si j'étais juif  je serai certainement  tout autant terrorisé et peut être que je m accrocherai à ce fétiche comme à une poutre dans l’océan surtout que cette envie, ces violences intercommunautaires, s'articule aujourd hui l'anti sémitisme historique notamment celui issu du racialisme européen quand on voit les déclarations de Macron sur Pétain, Maurras et toute la team d'ailleur aujourd hui je préfère être le fétiche du frère absent et banni celui au quelle on peut penser des fois en s'attendrissant que celui qui rappelle l'horreur  tout le temps et déçoit souvent. 

Apres quand même je pense qu il y a un truc simple. Les miss c’est la foire au bestiaux donc l origine israelienne c’est comme origine argentine pour la côte de boeuf faut pas lui donner plus d’importance que ça n’a. Les concours de Miss c’est pas les concours à la radicalite du discours des bars de Montreuil. Sinon en parlant de miss on va parler de Miss Gims et puis je ne vous parlerai plus jamais des racisés de comptoir. Apres le « we shall overcome » lui il s’est distingué dans paris match, d’ailleurs Booba l’a aussi  affiché en faisant fuiter une vidéo où il expliquait qu’il s’était organisé pour ne plus payer d’impôts en France (encore une fois les contradictions du capital).  En gros dans l article t apprends dans son interview  que la bourgeoisie  basanée ne veut pas lutter contre le racisme mais juste être pote avec M6 et s habiller en Vuitton et que eux lutter contre le racisme c’est en remplissant des stades de France. Et ça m’a fait penser à l’anecdote comme quoi James Brown ce serait fait latté par le B.P.P. pour faire  I’m black and i’m Proud. Les artistes, même les plus talentueux, ca ne comprends que très rarement autre chose les coups de matraques alors les ersatzs de la variétés des années 80 agrémentés du glaçage pop-urbaine. Y a une débile de racisé qui a defendu Gims sur Twitter en disant ouais mais il négocie sa citoyenneté. Vous voyez je vous disais que les hommes n’étaient jamais à la hauteur du sacrifice que vous faisiez. Dans Antigone son frère se fait rattraper par la police et elle de dire  face à la juge lorsqu'on lui propose de troquer son frère contre sa citoyenneté :

Juge : -Ecoutez moi bien mademoiselle! C’est votre dernière chance. La voulez vous un jour votre citoyenneté ?

Antigone : Ma citoyenneté ? Ma citoyenneté.. Ma citoyenneté de de de de papier.

Juge : -Pardon ?

Antigone : Allez vous torchez avec votre citoyenneté.

C’est autre chose que les suppliques des misérables.

Cherdouh Emir

Aka kinyarwanda 

Aka Ulysse

ps : Je crois pas que je vous réécrive un jour. Mais si je peux vous donner un conseil c‘est de ne jamais croire le bougeois. Qui vous dit que vous êtes des merdes car vous finirez par le croire. J’en veux pour exemple le comique gaucher malgres lui qui a dit dans une interview que la génération de nos parents n’avait pas d’ambition. La génération de nos parents a  posé la marmite sur la table, celle de nos grand parents a gagné une bataille essentiel contre l impérialisme et le colonialisme. Nous ne sommes pas des merdes nous ne réinventerons rien, nous serons conservateurs au vrai sens du terme c'est-à dire que nous ne jugerons ni nos pères et mères mais que nous embrasserons notre destin héroïquement quel qu'il soit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Traitements contre le Covid-19 : précipitation et prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.