"Quand les éboueurs font grève, les orduriers sont indignés"

"Quand les éboueurs font grève, les orduriers sont indignés" - J. Prévert

Depuis le premier novembre, les bacs à ordures de 21 communes du SIOM (syndicat intercommunal de la vallée de Chevreuse, regroupant Orsay, Bures/Yvette, Longjumeau, Palaiseau, Saclay ...) ne sont plus traités.

A la suite d'un appel d'offres, remporté grâce à une offre inférieure de 650 000 € à celles de ses concurrents, la société SEPUR a décidé d'imposer aux 85 salariés du SIOM une forte baisse des rémunérations:

- suppression des primes (de 2000 à 3000 € annuels par salarié)
- annualisation du temps de travail (travail le dimanche, diminution ou suppression des heures supplémentaires)
- clause de mobilité sur toute l'Ile de France et les départements voisins
- éviction de 12 salariés (longues maladies et représentants syndicaux)

Depuis leur grève du premier novembre, la société SEPUR ne fournit plus de matériel, plus d'encadrement, plus de camions pour effectuer le travail, puis argumente de l'absence de travail des salariés pour prétendre qu'ils sont en grève et effectuer des retraits de salaires.

La société SEPUR, détenue à 60% par le fonds Fondations Capital (Morgan Stanley, Rothschild...) est déjà connue pour les conflits déclenchés par ses méthodes (Bessancourt, Saint Amand les Eaux, Nantes, Neuilly sur Marne, ...).

Les employés du SIOM vous appellent à signer la pétition en leur faveur, et à les aider en versant à leur cagnotte en ligne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.