« Et vous ça va ? »

« Vaccinez-vous pour vos parents et pour la France », t’a enjoint ton Monarque dans une belle formule patriotique claquante comme un slogan publicitaire. « Et pour Pfizer aussi », songes-tu en apprenant que cette très belle entreprise philanthropique vient d’augmenter de 25% ses tarifs.

Au fait, il est devenu quoi le million de doses Astra boudées par les Français. En Afrique ?

Après une année pleine de (co)vides, l'exécutif part en vacances. Seuls, P’Tit Gabi et Véran ont été priés de renoncer aux tongs ! De retour de Polynésie où il a bien failli être étouffé par une attaque de colliers de fleurs (bien tenté les gars), le chef des armées rejoint le Fort de Brégançon pour retrouver son jet-ski, jouer au VRP « Big cool Pharma » sur tik-tok et engueuler les Libanais qui continuent à merder. Jeannot a filé dans les Pyrénées-Orientales pour retrouver sa femme et partir en tournée en écoutant du Daniel Guichard dans leur camping-car transformé en centre de vaccination mobile.

Records de vaccination, courbes exponentielles du Delta, retour des masques en extérieur qui ne servent à rien, épée de Damoclès du confinement brandie par les « renfermistes », manifs anti-pass du samedi avec un monde de dingue jusqu’à Limoges et Châteauroux... Les news du monde-Covid rythment ton été sur un fil et ton quotidien sous-pass.

« Sur ton lieu de vacances (ton domicile), la seule discothèque rouverte du coin a déjà refermé ses portes. Le ciné avec 3 personnes masquées, pas gai, gai non plus.

Pas gai, gai non plus, la fonte « massive » des glaces au Groenland bientôt sans calotte vu à la TV en zappant à 3 heures du mat pour te remettre de tes émotions Olympiques et du ippon manqué en individuel qui ne t’offrira pas la gloire éternelle.

Vomir, prier ? Tu hais la Macronie, ce pays où les gens n’habitent plus leurs vies, où chacun va et vient de son côté, où l’aventure se dilue dans le rien, où les ados flippent avec gravité, où les agriculteurs sont renommés « entrepreneurs du vivant ».

Ou, même en unité de soins palliatifs, tu es prié de « construire ton projet ».

Ou même ta mort ne t’appartient plus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.