Impair et pass

« Les Français attendaient ce petit coup de pression », pipeaute Christophe Castaner, l’expert en coup de matraque le soir même de l’allocution du Monarque qui vient de nommer l’humaniste « Didier grande casquette Lallement » à la légion d’honneur dans la même promo qu’Edgar Morin, « l’homme siècle » qui n’aura donc pas eu le panache de la refuser.

« Quelques instants après la fin de son intervention télévisée, le Freluquet est monté tout guilleret sur une petite scène sous les applaudissements de plus de 300 parlementaires de la majorité convoqués au Palais. Pour entrer à l'Élysée ce soir-là, il fallait parait-il un pass sanitaire.

Les nouvelles mesures dictatoriales de « Volte-face » bousculent le contrat social et l’agenda de l’été. En décidant de pourrir la vie des non-vaccinés, il en fait des boucs-émissaires ! A quand le droit de vote réservé aux vaccinés ? Et dire que ce mec qui enrichit les riches et appauvrit les pauvres s’était engagé à apaiser la société et réconcilier les Français !

Mains jointes, yeux au ciel, en état d'extase, sur le chemin de la sainteté... voilà le « chef pèlerin » à Lourdes sur les pas de Pétain, soignant sa popularité auprès de cet électorat catholique dont les sondages t’assurent mordicus qu’ils vouent un amour inconditionnel à leur champion.

Allez, console-toi ! Tu n’auras pas besoin de pass sanitaire pour aller mettre un cierge devant Sainte Rita, la patronne des causes désespérées à qui tu as quelques mots à dire.

Heureux de ne plus avoir d’amis, tu n’auras pas à te prendre la tête sur les plans de tables de tes dîners estivaux pour savoir où placer « moutons vaccinés » et « traîtres à la patrie non-vaccinés ».

Tu n’auras pas à expliquer qu’un vacciné peut-être un anti-pass !

Tu n’auras pas à t’expliquer sur l’emploi du mot dictature qui ne renvoie plus seulement à la Chine.

Quel titre donner à cette nouvelle série orwelienne de l’été où tous les protagonistes vont s’écharper ? Au nom de la liberté, les uns pousseront des hauts cris pour pouvoir continuer à faire leurs emplettes chez LVMH comme dans le monde d’avant.

Les autres refuseront obstinément l’injonction à participer à cette expérimentation sécuritaire grandeur nature.

« C’est la vax que je préfère »... Non tu ne danseras pas sur le tube de l’été de DJ Manu !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.