« Forever virus »

Le virus sans fin, l’extension du pass sanitaire votée au forceps, l’imminence de la 4èmevague déferlante annoncée by « l’Institut Météo Covid Pasteur », Véran pas encore parti en congés, la bataille judiciaire autour de l'hologramme de Johnny Hallyday... Manque juste une tornade tropicale Bretonne et des cahiers de vacances pour parfaire ton « été pourri ».

« La liberté où je ne dois rien à personne n’existe pas ». « Si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté ». Bousculant la syntaxe mais arborant un très, très ridicule collier de fleurs autour du cou comme le veut la tradition de cette terre d’hospitalité choisie pour accueillir 193 essais nucléaires français menés de 1966 à 1996, « Grand chef qui marche et qui va loin » t’a délivré une énième leçon de morale en direct de Polynésie avant de se rendre aux îles Marquises sur la tombe de Jacques Brel « l’anarchiste » dont le refrain : « Les bourgeois c'est comme les cochons » laisse à penser qu’il n’a peut-être pas été ravi de cette visite inopinée. 

 Hey Manant ! Au nom de ta liberté chérie, tu ne voudrais pas tout de même engorger l’hôpital et emmerder les ex-applaudis du 20 heures qui ont déjà pas mal de soucis en ce moment !

Non Manant, « Ce n’est pas ça la liberté, ça s’appelle l’irresponsabilité, l’égoïsme », t’a expliqué le « Saigneur des hôpitaux », pote de Mac-Fly qui a avoué s’être pissé dessus lors d’un vol avec la Patrouille de France offert gracieusement pour services rendus à la Nation.

Non, non Manant... Tu n’auras ni le beurre, ni l’argent du beurre. Et encore moins la crémière.

 Oulàlà que passa ! Tu te rebiffes ? Quoi, des manifs avec une participation record en 2021 (selon la Préfecture) ? Mais diantre quelle est la composition exacte de cette « galaxie hétéroclite possiblement radicalisée des réfractaires aux mesures sanitaires » ? A-t-on aperçu le spectre des GJ rôder du côté de ces anti-vax prêts aux faux-pas(s)...  Les adeptes du libre-arbitre vaccinal sont-ils forcément des dangereux complotissss qui pensent que la terre est plate ?

 Bon, plutôt que de regarder des images d’ours blancs en perdition sur un glaçon qui fond et de lister par ordre décroissant tes motifs de désespoir dont tu as perdu le compte, tu as sorti ton kimono pour suivre les JO 2020 sans public de Tokyo, un des marqueurs anxiogènes de cet été 2021. Ah les belles histoires d’or et de rêve olympique : un d’Artagnan surgi de nulle part et une judokate très attendue hissent le drapeau main sur le cœur au son de la Marseillaise.

 Rien de tel qu’une bonne pipe d’opium du peuple pour oublier ton « été pourri ». Le temps d’une éclaircie.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.