oussama sbaï-2
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Présidentielles 2022 : Bloc populaire contre bloc identitaire

La campagne présidentielle 2022 se déroule dans un climat médiatique hystérisant les questions identitaires et les fractures nées de la gestion de l'épidémie par le gouvernement. Face à l'hégémonie des pensées raciste et autoritaire de l'ultra-centre à l'extrême-droite une seule solution : un bloc populaire à opposer au bloc identitaire.

oussama sbaï-2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2002, 2007, 2017, depuis 20 ans les élections présidentielles se rejouent sur un mode tragi-comique. En 2002 comme en 2017, l'extrême-droite parlementaire arrive au second tour et nous sommes sommé-es de "faire barrage" pour sauver la Démocratie. Pourtant en 20 ans, notre Démocratie a subi des assauts mortels contre les principes fondamentaux issus de la pensée des lumières, au premier rang desquels se trouve le principe de sûreté.

Le principe de sûreté a vocation à protéger les individus de l'arbitraire de l’État. Un long chemin historique depuis l'Habeas Corpus de la Magna Carta jusqu'aux révolutions américaine et française a conduit penseurs et acteurs politique à proclamer qu'outre l'égalité devant la loi, il était nécessaire de limiter les pouvoirs de l'administration, notamment en terme de police.

Or, de lois anti-terroriste en état d'urgence, de pass-sanitaire en conseil de défense les principes fondamentaux du libéralisme ont été reniés. Les lois sécurité globale et séparatisme imposent la vision d'un néolibéralisme autoritaire, disqualifiant et criminalisant les mobilisations sociales et citoyennes. Au nom d'une obsession jamais assouvie, la sécurité a remplacé la sûreté dans la parole politique, le parti socialiste emboîtant le pas à la droite lors du fameux discours de Villepinte en 1997 où Lionel Jospin proclamait la sécurité comme première des libertés.

25 ans plus tard nous avons perdu pour beaucoup de notre sûreté face à l'arbitraire de l’État. Des milliers de militants syndicaux, écologistes ou libertaires sont fichés S, subissent des mesures telles que les assignations à résidence et interdictions de paraître sans décision de justice. Le droit de manifester ne semble plus pouvoir s'exercer sans une présence agressive et oppressante de la police lorsqu'il s'agit de mobilisations de gauche, quand l'extrême-droite la plus violente peut défiler tranquillement le bras tendu dans les rues de Paris de Lyon ou de Toulouse.

Jean-Luc Mélenchon lors d'une interview récente a déclaré qu'élu président il entendait restaurer un climat de liberté dans un pays qui souffre et bouillonne dans la marmite sécuritaire. Retrait de la loi de sécurité globale, retrait de la loi séparatiste, instauration de vraies négociations avec les syndicats, et d'un vrai dialogue avec les actrices et les acteurs des mouvements sociaux et environnementaux, amnisties des condamnés des mouvements sociaux, voici quelques mesures politiquement libérales du programme de l'union populaire.  

C'est aussi à cela que s'opposent ceux qui contre Jadot et Mélenchon entendent semer le trouble et la confusion dans l'électorat. Tels d'aveugles funambules les caciques du Parti socialistes, qui ont voté contre leur propre candidat en 2017, pourtant élu par une primaire, se mobilisent à quelques semaines du scrutin pour faire échouer la réponse électorale et populaire aux politiques liberticides auxquelles ils ont pleinement participé.

Les mêmes qui criaient au barrage républicain et au vote utile sont prêts aujourd'hui à franchir le rubicon dans un mouvement qui rappelle les mots d'ordre tels que "Mieux vaut Hitler que le Front populaire" avec cette idée "tout sauf Mélenchon".

Aujourd'hui pour sortir de la nuit sécuritaire et de l'ultra-libéralisme, le vote utile c'est celui du seul candidat de gauche capable de se qualifier au second tour. L'histoire jugera ces hommes et ces femmes qui face au danger le plus mortel que nous ayons connu depuis 1961 auront préféré attaquer Mélenchon que Macron, Le Pen et consorts.

Autour des pensées progressistes et des promoteurs de l'émancipation humaine et sociale participons au bloc populaire face aux attaques du bloc identitaire si choyé des grands médias privés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin