A vous messieurs

Ce texte, il m'est inspiré  par toutes ces attrocités que l'on entend, que l'on voit, que beaucoup de personnes subissent, tous les jours, vous en connaissez, vous en voyez sans vraiment faire attention à elles. Elles vivent dans l'indifférence générale, souvent dans l'incompréhension, mais srtout elles vivent dans la violence, celle qui les détruit qui les empêche même des annnées pls tard de redevenir complètement elles-mêmes. 

A vous messieurs donc,

A vous ces hommes courageux, le cœur vaillant et le poing fermé. A vous ces hommes virils au regards d'acier. A vous ces hommes aux muscles bandés qui le soir venu, lorsque la souffrance d'un Œdipe non résolu vous fait serrer les mâchoires et contracter le bras, attaquez vos démons à la force de vos mains nues. A vous qui le cœur battant et la poigne virevoltante imprimez dans la chair de vos amantes la chaleur de la rage qui habite votre âme.

 

A vous qui un après-midi de printemps lorsque qu'une ombre vient voiler vos prunelles et masquer le soleil, vous élevez un point vengeur sur celle de vos yeux et qui dans un grondement bestial déchaînez la souffrance qui vous hante sur les regards de ceux qui vous sont chers.

 

A vous ces hommes au courage qui parfois fléchit, qui laissez couler dans un moment de faiblesse douleurs et peines dans vos larmes de culpabilité.

A vous ces hommes à qui trop souvent l'on pardonne.Pensez à ces chairs que vous meurtrissez. Songez à ces esprits que vous mutilez. Pensez à ces corps qui plus jamais n'oseront être touchés, pensez à ces âmes à qui l'amour véritable vous interdisez,

Qu'à jamais en votre âme la honte élise domicile. Que vos bras faiblissent que vos cœurs fléchissent.

 

Vous êtes si abjects et si vils que nous vous prendrions presque en pitié.

 

Je vous salue messieurs qui ne méritez pas d'exister mais qui nous rappelez jour après jour de quoi notre monde est aussi fait.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.