Paco Tizon
Canard aux figues
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 juin 2022

Pour les réfugié·es aux portes de Paris : on interpelle les pouvoirs publics

Suite au démantèlement d'un camp à Pantin (93), début mai, une centaine de personnes réfugiées s'est installée aux portes de Paris. Mais dans quelle situation d'urgence, et avec quel avenir ? Les pouvoirs publics doivent exercer leur responsabilité.

Paco Tizon
Canard aux figues
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je relaie ici la lettre adressée aux pouvoirs publics, que plusieurs associations et individus ont signé cette semaine.

Lettre d’interpellation aux pouvoirs publics, juin 2022

Depuis plus de dix jours, des exilés se sont installés sur le terrain vague du 25 rue de la Marseillaise, Paris 19e. Afghans, iraniens, irakiens, syriens, marocains, roumains, soudanais, ils rejoignent ainsi des primo-habitants érythréens, éthiopiens et somaliens du terrain.

Ce ne sont pas des exilés anonymes et des statistiques de tentes qui apparaissent au hasard dans les espaces vides du grand Paris. Pour la majorité d’entre elles, ce sont des personnes qui ont été remises à la rue suite à l’évacuation du camp du parc du Cheval Noir à Pantin, le 11 mai 2022. Ce sont des personnes qui ont subi, pendant les trois semaines suivantes, un harcèlement policier constant qui les a contraintes à se déplacer presque tous les soirs et à se réfugier jusqu’au parc de la Bergère à Bobigny sans pouvoir installer de tentes plus d’une nuit.

Certaines d’entre ces personnes exilées ont aussi connu les évacuations et expulsions à répétition du camp de Delphine Seyrig et du quai du canal de l’Ourcq de janvier 2021 à janvier 2022 ainsi que l’évacuation catastrophique du camp de porte de Paris le 17 novembre 2020. Le harcèlement policier après évacuation a pour but de disperser, repousser et invisibiliser toute personne n’ayant pas été prise en charge.

Parce qu’à la crainte de cette pression policière constante s’opposent des principes de réalité – tels que la nécessité de dormir et celle d’être proche des associations pour pouvoir manger, s’équiper et être orienté –, ce sont enfin des personnes qui ont fait le choix de revenir en groupe dans Paris pour habiter sur ce terrain qui appartient à la ville, en installant une boîte aux lettres portant les noms de deux des habitants et des affiches rappelant le cadre légal trop souvent oublié des expulsions.

Depuis 2015, Paris se définit elle même comme une ville-refuge. La ville est adhérente de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants depuis avril 2019.

En 2018, dans un texte interministériel intitulé « Instruction du Gouvernement visant à donner un nouvelle impulsion à la résorption des campements illicites et des bidonvilles » et à destination des préfectures, Gérard Collomb, alors ministre de l’intérieur, Nicole Belloubet, alors garde des Sceaux, Jean-Yves le Drian, alors ministre des affaires étrangères, Jacques Mezard, alors ministre de la cohésion des territoires, Agnès Buzin, alors ministre des solidarités et de la santé, Muriel Penicaud, alors ministre du travail, Jean-Michel Blanquer, alors ministre de l’éducation nationale et Marlène Schiappa, alors secrétaire d’état chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, enjoignaient à « dépasser l’approche centrée sur les évacuations » en « apportant des réponses différenciées en fonction des caractéristiques des campements et des personnes », en tenant compte de « leur situation personnelle, leur état de santé, leurs parcours, leurs compétences et leurs aspirations ».

En conséquence de quoi, les habitants du camp et les associations et collectifs de soutien demandent pour tous les habitants du 25 rue de la Marseillaise :
- la résorption de leur procédure Dublin et leur régularisation
- un accompagnement individualisé
- un logement pérenne, digne et adapté

De toute urgence, les associations et collectifs de soutien demandent à la mairie de Paris un aménagement complet du terrain avec eau, douche, électricité, abris, nettoyage régulier, et l’instauration d’une aire de premier accueil à destination des primo-arrivants.

Signatures :

DES RÉFUGIÉ.E.S
LES HABITANTS DU 25 RUE DE LA MARSEILLAISE, 75019 PARIS
LES RENARDS
PANTIN SOLIDAIRE
MÉDECINS DU MONDE | Délégation IDF
UTOPIA 56
LE PRÉ SOLIDAIRE
ASSOCIATION UNITED MIGRANTS
ASSOCIATION TENDRE LA MAIN
PARIS D’EXIL
OBSERVATOIRE DES CAMPS DE REFUGIÉS
CAUSONS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart