Piètres expériences avec les croyants (protestants, cathos)

Quand j'étais dans l'état de presque SDF j'ai eu à faire avec des organisations chrétiennes diverses : église réformée de France, église pentecôtiste, église catholique.

Quand j'étais dans l'état de presque SDF (1) j'ai eu à faire avec des organisations chrétiennes diverses.

1- Église pentecôtiste

1996 - Devant mon étalage sur un marché de puces, après avoir fait l'achat d'un lot de vêtements chez un fripier, je bavardais avec ma voisine, elle vendait des tas de trucs des plus divers, mais attractifs, de plus bien que dans la trentaine, elle paraissait être à son affaire depuis "toujours". Je me dis qu'elle pourrait m'apprendre le métier.

Elle était agréable à regarder et parlait facilement pour aider au lien avec l'autre. Je lui exposais brièvement mon état. Très vite elle me conseilla une chose essentielle à faire rapidement : contacter l'Église pentecôtiste (je ne vous certifie pas le nom) et elle m'indiqua qu'il y en avait une proche dans telle commune, pas loin, facile de s'y rendre.

Athée de conviction et d'expérience, je restai sceptique ! Elle m'informa que toute sa famille y était affiliée depuis "longtemps" et qu'elle-même y avait trouvé soutien et réconfort. Après coup je suis surprise car elle avait une origine Rrom et il me semble qu'ils étaient plutôt catholiques.

Je passais intentionnellement devant cette église plusieurs fois, mais ne me décidai jamais à y entrer. Je ne saurai jamais si j'ai eu tort ou raison !

2 - Église réformée de France

1998 - Vint me voir pour me soutenir moralement, en m'écoutant avec attention et compassion, moi pleurant tout en parlant de mon passé et de mon présent, un prêtre protestant. Il vint un après-midi par semaine durant 2 à 3 heures, plusieurs semaines d'affilée durant plusieurs mois.

Ce fut la seule personne (à part un médecin généraliste) qui prit attention à ma détresse tant morale que financière. Ma famille (dont mon fils) m'ignorait totalement. Quant aux ami.e.s ce fut identique. Les chômeurs de longue durée sont infréquentables… puisque c'est forcément de leur faute…

Habitant le Gard à cette époque, région de France de longue et grande tradition protestante, il m'incita à fréquenter le temple, ce que je fis. Là et dans des associations dont de soutien scolaire je trouvais des gens à qui parler, et des enfants à aider dans leur scolarité.

Au Noël de cette année-là je ne fus pas seule parce qu'inviter par une famille à partager le repas et la soirée. Malencontreusement le sujet vint à porter sur Israël : discussion d'incompréhension réciproque, moi la seule pro-palestinienne ! Ça ne tourna pas au pugilat mais la soirée en fut très détériorée pour tous, j'étais très embêtée mais il m'était impossible de, tout à coup, défendre les gouvernement d'Israël. Ils ne me parlèrent plus jamais.

Je trouvais un logement meilleur grâce à ces contacts protestants. Un bel appartement, loyer raisonnable, un responsable laïc de l'église réformée en était le propriétaire. Là encore je liais connaissance avec une femme jeune qui habitait dans l'immeuble et avait le même propriétaire que moi. Elle me le décrivit comme un voleur… Quand je pris congé de ma location, dans les formes légales (2) j'attendis après l'état des lieux de sortie sans rien de particulier à signaler à mon encontre, mes 2 mois d'avance légale versée à mon entrée. Rien ne venant malgré mes demandes réitérées, je pris contact avec un avocat. Très vite je vis que les pièces de mon dossier en ma faveur disparaissaient… je finis donc par laisser tomber mes droits, et ne revis plus jamais cet avocat foireux. J'en informai par courrier, n'habitant plus la commune, la congrégation de l'église réformée de la ville de la malhonnêteté de ce responsable…

3 - Église catholique, ou plutôt association catholique pour aider les pauvres

1999 - ATD Quart Monde - Toujours dans l'esprit de ne pas rester isolée, je pris contact avec cette association. Les premiers contacts furent positifs : activité, échanges de paroles, d'expériences de la pauvreté.

Un jour, à l'occasion d'un tour de table où chacun racontait/expliquait d'où il venait et comment il en était dans la pauvreté, j'expliquais mon chômage de longue durée.

Alors "le chef" m'interpella vivement pour me dire en substance :

- donc vous n'êtes pas pauvre depuis la naissance ?

- non, c'est "seulement" depuis quelques années…

- donc vous ne faites pas partie de nos buts, ici les gens sont pauvres depuis la naissance

… je n'y remis plus jamais les pieds.

________________

(1) au chômage à partir de 50 ans pcq "trop qualifiée", mais non inactive, au bout d'une dizaine d'années, après refus du RMI par une AS parce que "vous avez été commerçante donc vous avez de l'argent de côté" malgré mes comptes bancaires montrant un état de surendettement, et la Sécu avait perdu mon dossier, soit plus de couverture médicale non plus.

(2) ce que je ne fis plus jamais après

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.