PALEVEQUE

Terrien trentenaire atterré, féru de résilience et pas vraiment génie de la littérature

France

Sa biographie
Né en 84, ce macro-organisme de type Homo Sapiens (Consumeris Orwellianis), a été élevé à grands coups de déceptions politiques (18 ans en 2002...), drogué aux sucres, aux séries et aux jeux vidéos dès son plus jeune âge. Attendu de longue date par le personnel enseignant, il a étudié et lu le livre d'Orwell à plusieurs reprises, ce qui a modifié irrémédiablement sa perception de l'Histoire. Vous parlez de "fake news", il entend "avènement de la novlangue". Il a cependant eu la chance inouïe de voir le jour au sein d'une famille aimante, agnostique et éduquée, bien que décimée par le duo solitude+alcool. Il a pu suivre une scolarité dans un des meilleurs établissements publics de France. Il grandira avec l'humilité qu'apporte le privilège d'être né français, dans un des derniers autoproclamés états "providence", et d'avoir un patronyme permettant d'éviter les discriminations. Pas Yéménite, pas Syrien, pas Libyen, pas Sierra-Léonais, Français. Conscient de cette chance, il n’oubliera jamais ce qu'il doit à la démocratie, ce qu'il doit à l'AFPA, ce qu'il doit à ses proches, ce qu'il doit au Canard, à Charlie, à Médiapart, à Howard Zinn, ce qu'il doit à la Terre, à la communauté européenne et à son pays, aussi imparfait(e)s soient-ils/elles. Il n'oubliera pas non plus ce que la Terre doit à Monsanto, à Bayer-BASF, à IG Farben, à Halliburton, aux "sept sœurs". Il n'oubliera pas ce qu'il s'est passé le 11 septembre 1973. Il n'oubliera pas que la dette grecque pourrait être payée par le CIO, en échange d'un cadastre, si vous insistez. Adolescent au moment de l'avènement du système de partage de culture mondiale (internet + p2p), grâce à cet outil, il n'aura de cesse d'étudier les énergies renouvelables et la résilience (permaculture / EnR / écoconstruction) révolté par un constat simple : on fête la 250° génération qui sait lire et écrire, on fait des déchets pour les 900 000 prochaines. On a désormais foi dans la science, cette même science qui nous avait émancipé de la foi. Sauve-nous de nos déchets nucléaires, Ô futur savant génial hypothétique ! Vive le néo-obscurantisme ! Vive le mélange d'oxydes ! Non, petit, je ne rêvais pas d'être milliardaire, je rêvais de devenir un Léonard de Vinci, un Albert Einstein, un Nicolas Tesla, un Noam Chomsky, une Marie Curie, un Pierre Desproges, un Albert Camus... Non, petit, je ne rêvais pas d'être milliardaire, je rêvais d'éradiquer la pauvreté, la faim, le racisme et le SIDA. Ce dont on rêve, petit, c'est de marquer l'Histoire, pas de piétiner nos congénères et la biosphère pour pouvoir se payer un yacht. Croyez-vous vraiment que M. Arnaud ou Mme Bettancourt laisseront une trace comparable à celle de Platon, à celle d'Alan Turing ? A quand la fierté fiscale ? A quand de véritables personnes morales ? Messieurs les représentants physiques des 500 personnes (im-)morales qui captent 50% de la richesse chaque année, vous pensez qu'on va pouvoir se payer vos gadgets longtemps si vous continuez à détruire les démocraties modernes à grands coups d'optimisation fiscale ? Non la justice sociale ne vient pas de la prospérité, c'est la prospérité qui vient de la justice sociale. Non, un être humain ne peut pas rester toute sa vie assis sur ses fesses à ne rien faire, il ferait des hémorroïdes, des escarres, des phlébites. Arrêtez de prétendre adresser la cause, quand tout ce que vous faîtes, c'est mentir par omission sur les symptômes. Arrêtez d'essayer de nous faire croire que l’État est un frein au développement, qu'il empêche le business, qu'il menotte la main invisible et "bienveillante" du marché. Il est notre seul rempart (haut comme le mur d'Hadrien) contre les abus du Privé, qui saigne et humilie nos républiques à la moindre occasion. Un président est élu pour un peu plus de 1500 jours à la fois (si quinquennat), pour subir les assauts et/ou céder au Privé (en fonction de son réseau), et tenter de gérer des pays qu'Apple ou Google pourraient racheter en quelques exercices comptables...arrêtez, par pitié, nous ne sommes pas dupes. Combien de milliards pour éradiquer la faim dans le monde ? 50. Combien de milliards injectés dans les banques pour les sauver de leurs propres filouteries abjectes ? Des centaines et des centaines. Il va même falloir créer un mot en français pour le mot anglais "trillion". "Milliers de milliards" ça fait beaucoup de syllabes. La clé : un réseau de SCIC en charge de la production, de protéines animales par l'aquaponie, d'énergies renouvelables, de recycleries, catalysé par les imprimantes 3D, l'opensource ecology, la permaculture. L'Humanité, seule personne morale autorisée à industrialiser des ressources. La clé : la résilience socio-écologique pour, telle la Fondation d'Asimov, minimiser la période de chaos inévitable qui nous guette. Debout les "useless eaters", debout la chair à canon/lobby/chomdu. Debout les LGBT, debout les crevards, les punk-à-iench, les CLD, les kaïras, les rebuts, les vauriens, les brigands... Boycottez le complexe militaro-agro-saccharoso-chimico-tabaco-[...]-énergético-industriel. Un IV° pouvoir, civil, pour une VI°république. En 2017, votons COLUCHE :)
  • 5 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 2 contacts
Voir tous
  • La résilience : notre problème c'est l'énergie, c'est également la solution

    Par
    Le feu nous fait prospérer. Il pollue, oxyde et consume, mais nous fait croître. Le feu de diesel, de charbon, de méthane, d'uranium, le feu chimique de lithium, le feu rend possible notre confort moderne. Ne conviendrait-il pas de ménager, pour nous est les x générations à venir, notre minuscule planète ? Serait-il possible d'obtenir un "dimanche" pour la Terre ?
  • L'austérité, ou comment affaiblir le service public pour justifier son démantèlement

    Par
    Depuis mon plus jeune âge, j'entends que la concurrence fait baisser les prix et améliore la qualité de services. Quand je regarde le prix du kWh, le prix du km sur l'autoroute, le LIBOR, l'évasion fiscale, impossible d'y croire encore. Dès qu'un bien public peut rapporter de l'argent, c'est toujours aux mêmes qu'on le cède. S'il en perd, c'est toujours les mêmes qui payent.
  • Manu, va vers Bernie pour éviter de finir en Hillary

    Par
    Et le vote anti-Hillary (bientôt anti-Macron) dans tout ça ? A part le mode de scrutin, je ne vois pas beaucoup de différence. Voici mon plaidoyer pour que notre candidat malgré nous, fasse de gros efforts à la Sanders, s'il veut éviter de faire sa Hillary…
  • Ôde à la Princesse de St Cloud

    Par
    La génération Orwell, celle qui a voté la première fois en 2002, celle qui parle de double IPA, d'Utopia, et de permaculture, cette génération à laquelle j'appartiens, a déjà des grands poètes. Je ne suis pas l'un d'entre eux !
  • Non, petit, je ne rêvais pas d'être milliardaire

    Par
    Non, petit, je ne rêvais pas d'être milliardaire. Sans doute grâce à des professeurs d'Histoire et d'économie compétents, sans doute grâce à l’État providence. Non, monsieur, petit, on rêve de marquer l'Histoire, d'être le prochain Léonard de Vinci.