ADRESSE AUX ÉLUES NATIONALISTES DE L'ASSEMBLÉE DE CORSE.

Nos VILLAGES ont été IGNORÉS par le plan de développement de "la" Corse (PTIC). (500 millions d'euros sur 5 ans).

ADRESSE AUX ÉLUES NATIONALISTES DE L'ASSEMBLÉE DE CORSE.

Nos VILLAGES ont été IGNORÉS par le plan de développement de "la" Corse (PTIC). (500 millions d'euros sur 5 ans).

Ce plan prévoit la répartition de ces 500 millions d’euros, entre 4 COMMUNES : Bastia, Ajaccio, Porto-Vecchio et Bonifacio.

LA CORSE C'EST 366 COMMUNES !!!

Comment peut-on ignorer l’existence de nos villages dans un plan de DÉVELOPPEMENT DE LA CORSE !!!

Comment IGNORER que nous sommes un PEUPLE DE BERGER, que nos villages sont les SENTINELLES de notre mémoire, de notre histoire, de notre peuple.

C’est pourtant ce qui a été récemment acté entre l’état et la CDC, une instance de liaison(*) associant État et la Collectivité de Corse (CDC) à été mise en place pour assurer la mise en œuvre de ce plan.

Nos villages sont OUBLIÉS, Ignorés, MÉPRISÉS, par ce plan « dit » de développement de LA CORSE.

UNE CORSE SANS NOS VILLAGES !!!

Nul ne peut croire qu’une MAJORITÉ DE NATIONALISTE CORSE accepte de mettre en œuvre ce plan en l’état sans imposer à L’ETAT une NOUVELLE RÉPARTITION de ces 500 millions d’euros.

Un NOUVEAU plan de développement pour nos villages doit être élaboré et mis en œuvre. Nos élues doivent agir pour cela dans le cadre de l'instance de liaison (*) mise en place par l'Etat.

500 millions d’euros, c'est le budget prévu par le PTIC : quelle part affectée À U SVILUPPU DI I NOSTRI PAESI ?

À titre d'exemple, si un (seul) tiers de ce plan (166 millions d’euros) était affecté au développement de nos villages, cela représenterait 453.000 euros par village (366 villages).

Alors qui peut douter une seconde qu’avec une assemblée de Corse où siègent 70 % D’ÉLUES NATIONALISTES il puisse demain en être autrement !

TOUS ensemble, élues et peuple, agissons pour la défense et le développement de nos VILLAGES, qui sont CONSTITUTIF du PEUPLE CORSE.

Résistons face à un Etat qui veut notre disparition en tant que peuple .

Gilles SIMEONI : « Nous sommes issus d’un combat qui n’a été que résistance et opposition, et nous devons continuer à résister face à un Etat qui veut notre disparition en tant que peuple ». CUSÌ SIA.

Copie Aux : Président des groupes nationalistes de l'assemblée de Corse, Maires des communes, Présidents des intercommunalités, médias Corse.

Pancrazi pierre-François, paisanu chì stà in Petra Di Verde.

Peut être une image de ciel et nature

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.