corse des services p pour

EN CORSE LA FRACTURE TERRITORIALE C'EST LA DEVITALISATION DE NOS VILLAGES ET LA PRECARISATION DES VILLAGEOIS .

EN CORSE LA FRACTURE TERRITORIALE C'EST LA DEVITALISATION DE NOS VILLAGES ET LA PRECARISATION DES VILLAGEOIS .
Il est plus que temps que cesse ce combat d’appareil entre l’État et l’Exécutif de l'assemblée de Corse, car il n’y aura aucun vainqueur mais un seul perdant, la population de Corse et notamment celle de nos villages.
La Corse dans la Constitution, Edouard Philippe confirme. "On met la Corse dans la Constitution, mais Cela ne permet pas de résoudre les problèmes quotidiens des Corses" déclare un député de corse. Les problèmes de la vie quotidienne des Corses sont nombreux. Par exemple pour les villageois des difficultés d'accès aux services publiques et donc l'accès aux droits essentiels pour lutter contre la précarité des populations. Concrètement un habitant de Pietra Di Verde doit faire : 76 km ( 1H30) pour se rendre au centre des impôts de Corte qui depuis le 1er janvier 2019 gère dorénavant les taxes d’habitation et foncière et impôts sur le revenu, 60 km ( 1H) pour accéder a une permanence de la CAF, le dernier service au public du village, le bureau de poste, va fermer en septembre, etc…. ( prix du litre SP95 1,64 €).Or 20 % de la population de Corse,60.000 personnes, est en situation de précarité et vit au-dessous du seuil de pauvreté ; 108.000 ont un revenu mensuel de moins de 1350 € ,( sur une population de 339.000) . Je ne doute pas que l'inscription de la Corse dans l’article 74 de la constitution propose par la majorité territoriale ( au lieu de l’article 72.5 propose par l’état soit de nature a réglé les problèmes de la vie quotidienne et notamment des villageois, mais dans l'attente, il serait peut-être utile pour la vie quotidienne di i paisani de se saisir de la proposition (*) de la ministre Jacqueline Gourault de créé une maison des services publiques par canton notamment dans la Castagniccia.
☑️Interview De Jacqueline Gourault Journal le parisien du 8/6/2019.
Vous parlez d’un panier commun de services. Quels services les citoyens seront-ils sûrs de trouver ?
Concrètement, les maisons France services proposeront aux citoyens d’effectuer des démarches relevant de la Caisse d’allocations familiales, des ministères de l’Intérieur, de la Justice, du Travail, des Finances publiques, de la Caisse nationale d’assurance vieillesse, la Caisse nationale d’assurance maladie, la Mutualité sociale agricole, Pôle emploi et La Poste. C’est le panier minimum de services indispensable pour obtenir le label « France Services ». Ce socle de services pourra être enrichi par les collectivités locales et d’autres partenaires. Pour être labellisées, les maisons France services devront aussi avoir au moins deux personnes à l’accueil du public et être ouvertes cinq jours par semaine. Chaque Français devra y accéder en moins de 30 minutes en voiture.
(*) REPONSE DE JACQUELINE GOURAULT ,
Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.
Monsieur Pancrazi,
Merci de votre message. La thématique que vous soulevez est une question très importante pour le gouvernement, et que nous prenons très au sérieux. Effectivement, comme vous le soulignez dans l'article que vous nous avez partagé, le Président de la République a annoncé le 25 avril dernier sa volonté de créer des maisons France Service qui puissent permettre aux habitants de la ruralité de disposer eux aussi de services publics de très haute qualité. L'objectif fixé est à terme d'avoir au moins une maison France Service par canton, donc théoriquement une pour le canton corse de Castagniccia qui pourrait permettre de remédier à ce phénomène.
En vous souhaitant une très bonne journée,
L'équipe de Mme Jacqueline Gourault.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.