paolo-fusi

Rome - Italie

Sa biographie
Né à Rome en 1959, il a vécu à Zurich, Locarno, Leipzig, Erfurt, Bologne, dans la Maremme toscane. Musicien, essayiste, journaliste d'investigation en Italie, Suisse, Allemagne, Liechtenstein de 1987 à 2003, auteur des essais "Il cassiere di Saddam" (Bellinzona, 2003) et "Prominent scheitern" (Leipzig, 2005), depuis lors business intelligence conseiller et propriétaire d'IBI World Ltd. Londres
Son blog
11 abonnés Le blog de paolo-fusi
Voir tous
  • La guerre secrète pour l'océan Arctique

    Par
    aaa
    La guerre en Ukraine n'est pas le seul point de friction entre la Russie, la Chine et le reste du monde. Il y a un point où la tension, si possible, est encore plus grande...
  • Viktor Orbán, l'épine dans le cœur de l'Europe

    Par
    aaa
    La victoire d'Orbán aux élections législatives hongroises a été une gifle pour l'Union européenne et pour tous ceux qui, comme moi, ont du mal à comprendre le peuple hongrois. C'est pourquoi j'ai essayé de l'expliquer
  • Voyager Labs : l'arme contondante de l'intelligence artificielle

    Par
    aaa
    De plus en plus de sociétés cybernétiques proposent des logiciels pour améliorer les résultats des enquêtes policières. En réalité, ces programmes attribuent l'étiquette de criminel à des citoyens innocents, choisis presque au hasard.
  • Celui qui contrôle Twitter peut diriger le monde

    Par
    aaa
    Le multimilliardaire sud-africain Elon Musk a racheté, pour 44 milliards de dollars, le réseau social Twitter, qui compte plus de 200 millions d'abonnés dans le monde. Il a immédiatement expliqué que le but de son opération n'est pas de gagner de l'argent, mais d'influencer le débat démocratique, en ouvrant à Twitter de nouvelles voies qui permettront la libre expression de tous.
  • Seychelles : la tirelire des oligarques

    Par
    aaa
    Tous les paradis fiscaux ne sont pas identiques : aux Seychelles, par exemple, une petite élite s'enrichit alors que la quasi-totalité de la population meurt de faim - et leurs plages sont remplies de touristes russes, arabes et indiens, qui utilisent également le pays comme base de contrebande