paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 janv. 2022

Curaçao : naissance et mort d'un paradis fiscal

Que se passe-t-il dans un paradis fiscal lorsque les lois sur la transparence changent ? Un exemple troublant aux Antilles néerlandaises...

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque, après des heures de vol, vous descendez à l'aéroport international de Curaçao (le plus grand et le plus beau d'Amérique centrale), la première impression indélébile est celle d'être au bord de la mer au mois d'août, les sens emplis de la délicieuse odeur du sel et dans les yeux une plage de sable fin et une étendue d'un vert émeraude éblouissant. Ensuite, la ville de Willemstad, située au bord de l'eau, est une succession de belles maisons hollandaises, mais sorties d'un tableau de Vincent Van Gogh : pas de rouge brique et de brun foncé du bois patiné de la campagne brabançonne ou limbourgeoise, mais toutes peintes de couleurs vives et de pastels, comme si nous étions dans une version chic de Cuba.

Bienvenue à Curaçao, la perle des Antilles, une province néerlandaise d'où viennent les musiciens, les footballeurs et les contrebandiers, une terre où il faut parler le papiamento, qui est un mélange de néerlandais, d'espagnol et d'on ne sait quoi d'autre, passer devant les iguanes qui se promènent librement dans les rues, et vous vous sentirez toujours étranger. Un pays que l'on fuit si l'on est jeune et à la recherche d'un emploi, vers lequel on revient par nostalgie, ou parce que l'on a besoin non pas d'un paradis terrestre, mais d'un paradis fiscal, dans lequel on peut mener à bien, sans être dérangé, des affaires qui, ailleurs, pourraient vous causer de gros problèmes.

Mais Curaçao n'est pas seulement cela : c'est une île pleine de contradictions et de tensions sociales qui, à bien des égards, si ce n'était la force de la Hollande à soutenir l'économie locale, pourrait être comparée à Cuba, Haïti ou la République dominicaine. Une terre où l'agriculture et le pastoralisme sont en difficulté, et où la pêche, qui a été pendant des siècles la principale activité de la population locale, est empêchée par les puissants navires des multinationales. Un paradis pour le tourisme qui, malheureusement, est de plus en plus ruiné par le taux de criminalité élevé et l'explosion des intérêts miniers et pétroliers qui, au cours du dernier quart de siècle, ont complètement changé son visage. C'est pourquoi, si vous demandez l'avis d'un Antillais, il vaut bien mieux échanger les dollars des évadés fiscaux que de voir les îles détruites à petit feu.

Qu'est-ce qu'un paradis fiscal ?

Mais qu'est-ce qu'un paradis fiscal ou, plus exactement, un OFC (Offshore Financial Centre) ? Pourquoi la simple mention de l'un d'entre eux suscite-t-elle l'indignation, parce qu'il évoque (à juste titre) des images de pays exotiques où une élite corrompue déplace des milliards couverts par une législation conforme qui rend légaux les capitaux d'origine criminelle ? Un OFC est une juridiction où les transactions sont légalement favorisées entre des personnes et des entreprises qui ne résident pas sur son territoire et qui échappent à tout contrôle fiscal et policier tant qu'elles se limitent à faire des affaires qui ne touchent pas le territoire de l'OFC lui-même[2]: pour cette raison, il s'agit de petites zones, étroitement liées aux pays occidentaux, organisées pour augmenter les revenus de l'État en attirant des entreprises et des investisseurs étrangers[3].

Curaçao confirme ce préjugé : un groupe d'îles des Caraïbes, au climat aride[4], situé juste en dehors de la ceinture des ouragans[5] et qui, avec Aruba et Saint-Martin, constituent les nations autonomes du Royaume des Pays-Bas (et donc membres de l'Union européenne en tant que territoires d'outre-mer)[6]. La Constitution actuellement en vigueur date de 2010. Avant cela, Willemstad était la capitale de toutes les Antilles néerlandaises, une région semi-autonome créée en 1954 à partir de la dissolution partielle de l'union des colonies néerlandaises des Antilles, dont la plus importante est le Suriname - ou Guyane néerlandaise, qui borde le Brésil au sud[7].

L'idée de générer des recettes fiscales à partir des riches étrangers remonte au XIXe siècle. En 1856, Charles III de Monaco, dont la population est affamée et le ménage ruiné, fait construire un casino dans lequel des jeux comme la roulette, interdits en France, sont autorisés. Le prince n'est pas déçu : les recettes du casino de Buoyant, après la construction d'une liaison ferroviaire avec Nice (1868) et l'interdiction des jeux d'argent en Allemagne (1872), lui permettent de supprimer tout impôt direct sur les gains[8] et, en 1911, après avoir transformé l'État en monarchie constitutionnelle[9], d'encourager l'ouverture de banques spécialisées dans la gestion de portefeuilles privés[10].

Les Américains sont enthousiastes : le New Jersey, afin d'attirer les entreprises new-yorkaises, introduit une législation similaire en 1889, peu restrictive en matière de monopoles, de fusions, d'acquisitions et de trusts, ce qui entraîne la délocalisation de l'autre côté de l'Hudson, entre autres, du géant Standard Oil Trust[11]. Le Delaware, poussé par l'effondrement du budget de l'État, a imité son voisin en promulguant des lois très permissives qui échappent à tout contrôle, si bien que le nombre de sociétés enregistrées à Wilmington est passé de 1400 en 1902 à 4800 en 1919, contribuant à hauteur de 40% aux recettes de l'État[12].

La raison en est simple : en étant basé au Delaware, vous économisez entre 15 et 24% d'impôts (selon le pays d'où vous venez) et la loi permet au bénéficiaire réel de l'argent de rester anonyme[13]. En 2011, le Delaware comptait plus de sociétés (945 000) que de résidents (898 000), chacune payant un impôt forfaitaire quel que soit son chiffre d'affaires, pour des recettes fiscales totales d'environ 860 millions de dollars, soit environ 25 % du budget de l'État[14]. Mais la croissance exponentielle des CFO a eu lieu entre 1919 et 1944, lorsque la finance et l'industrie de l'Allemagne d'abord, puis progressivement celles de toutes les autres grandes nations, ont eu besoin de cacher, avant même le capital privé, le commerce secret des armes et des ressources minérales[15].

Les petits paradis agrandis : naissance et développement de l'offshore de Willemstad

L'histoire de Curaçao en tant que CFO est beaucoup plus récente : elle a commencé en 1951, lorsque les Antilles néerlandaises ont introduit une législation visant à imposer les bénéfices des sociétés étrangères à un taux compris entre 2,4 % et 3 %, soit environ un dixième des impôts payés en Europe et en Amérique[17]. La décision a été prise sous l'influence de la plus grande institution de crédit néerlandaise, la NHM Nederlandsche Handel-Maatschappij[18], afin d'attirer l'argent étranger dans une petite juridiction politiquement stable, autonome en matière fiscale et proche des États-Unis : déjà pendant la Seconde Guerre mondiale, Willemstad était le siège de plus de 140 sociétés fictives qui utilisaient l'île pour effectuer des formalités administratives[19].

Après la fin de la guerre, ces établissements ont été fermés, mais l'idée que Curaçao était un lieu propice aux activités spéculatives est restée intacte : selon une note de la direction du NHM datant de mai 1950, afin de protéger les capitaux qui fuyaient en raison des impôts très élevés dans les années de reconstruction d'après-guerre, il était nécessaire de rompre le lien entre l'investissement et le propriétaire, en plaçant un trust ou une société holding dans un pays tiers ; dans ce cas, les Hollandais qui investissaient aux États-Unis avaient besoin d'un refuge sûr, ils ont choisi Curaçao, où tout le monde parlait leur langue[20]. À l'automne de cette année-là, le directeur adjoint Willem A. Van Ravesteyn est envoyé à Willemstad pour étudier la faisabilité de l'opération[21].

Le gouvernement de l'île n'est pas en reste : depuis 1912, il négocie avec Royal Dutch Shell, qui a installé à Curaçao les holdings qui contrôlent son activité pétrolière au Venezuela, un pays situé à seulement 50 km des Antilles néerlandaises[22]. Grâce à un accord avec la société américaine General Asphalt, qui détenait la concession et les droits de gestion de ces champs, Shell a formé le Burlington Investment Group en 1913, acquérant ces droits (par l'acquisition de la CPC Caribbean Petroleum Company[23]) en échange des fonds nécessaires à General Asphalt pour commencer le forage[24].

Après la découverte du premier puits, Henri Detering, directeur de Shell, décide d'installer une raffinerie dans un lieu proche de celui de l'extraction, mais hors du Venezuela, car le port de Maracaibo est trop peu profond pour accueillir des pétroliers[25] et le Venezuela est politiquement très instable[26]; la raffinerie "Isla" est construite à Curaçao en 1915[27], grâce aussi à l'exemption des droits d'importation, d'exportation et de transit que le gouvernement local garantit à Shell[28]. En 1938, Isla est la plus grande raffinerie du groupe et la troisième au monde[29].

En février 1940, Royal Dutch installe son propre bureau à Willemstad afin de conserver sa liberté en cas d'attaque militaire allemande, qui aura lieu le 10 mai suivant ; le responsable des affaires juridiques, A.S. Oppenheim, s'installe alors à Curaçao et, avec l'aide du notaire local Anton A.G. Smeets, déplace le siège de Shell de La Haye à Willemstad, puis 140 filiales du groupe entre l'été 1940 et l'hiver 1942[30]. Toutes ces participations et sous-holdings, qui servent à empêcher les nazis de mettre la main sur l'argent de Shell, sont liquidées après la fin de la guerre[31].

Mais, comme mentionné ci-dessus, personne à Amsterdam n'oublie cette expérience. Moins d'une décennie plus tard, lorsque van Ravensteyn est envoyé sur l'île, en plus de rencontrer les politiciens les plus influents, il va s'entretenir avec le notaire Smeets, qui a fondé la Nederlandsche Handel-Maatschappij Trustkantoor Curaçao, la première société locale exclusivement dédiée à l'évasion fiscale[32]. En avril 1951, le gouverneur de l'île a présenté un projet de loi garantissant une exonération fiscale de 90 % sur les dividendes des entreprises[33]. À partir de 1952, à l'initiative d'Anton Smeets, l'impôt sur les participations des sociétés est réduit à 2,4 %[34].

Ces lois ne suffisent pas : il faut des accords internationaux qui acceptent le fait que les grandes entreprises échappent à l'impôt dans les grands pays et peuvent continuer à opérer sur le marché mondial[36]. Le tournant s'est produit en 1955, lorsque Curaçao a ratifié une réforme de la convention fiscale en vigueur depuis 1948 entre les Pays-Bas et les États-Unis, en vertu de laquelle les paiements d'intérêts aux sociétés de Curaçao étaient exemptés de la retenue à la source de 30 % appliquée par les États-Unis[37] et le taux pour les paiements de dividendes était réduit à 15 %[38]. À partir de ce moment, le nombre de sociétés offshore à Willemstad passe de 180 en 1956 à environ 400 l'année suivante[39].

En 1955, le gouvernement néerlandais approuve une proposition négociée en 1951 selon laquelle les Antilles néerlandaises recevraient une autonomie administrative complète tout en conservant les lois des Pays-Bas[40]. Cet agrément est essentiel pour donner à Willemstad une aura de confiance et permet à Curaçao d'adhérer aux conventions fiscales conclues par les Pays-Bas avec d'autres États[41]. En 1965, la loi néerlandaise interdit la double imposition entre les Pays-Bas et Curaçao[42]: une exonération de la retenue à la source est accordée pour les dividendes versés des Pays-Bas à Curaçao[43]. Cette nouvelle mesure ouvre de nouvelles possibilités d'optimisation fiscale : les multinationales peuvent choisir de concentrer leurs paiements de dividendes ou de redevances à l'échelle mondiale dans une société holding située à Amsterdam et, de là, envoyer l'argent en franchise d'impôt à Curaçao[44].

Grand succès en Amérique

Dans les années 1960, l'augmentation des dépenses sociales et les coûts de la guerre au Vietnam ont exercé une pression sur le marché financier américain[46]. La "retenue à la source" de 30 % sur les paiements d'intérêts à des entités étrangères[47] est un obstacle majeur à la tendance des multinationales à utiliser les options et les prêts gouvernementaux (comme les euro-obligations aujourd'hui) pour financer leurs activités[48], une tendance créée par une hausse incontrôlable des taux d'intérêt sur le marché bancaire[49]. La convention fiscale avec les États-Unis annule les paiements d'intérêts aux sociétés antillaises pour cet impôt : ainsi, la succursale de Willemstad d'une société américaine pourrait, par exemple, vendre les obligations qu'elle a achetées sur le marché de Londres et restituer les revenus à la société sans avoir à payer les intérêts dus si une société américaine, néerlandaise ou londonienne vendait les obligations[50].

Pour accroître l'attractivité de sa juridiction, le ministère des finances de Curaçao introduit les "actions au porteur anonymes" : il n'y a plus de registre des actionnaires, mais seulement des contrats secrets entre avocats, qui sont les seuls à savoir qui sont les véritables propriétaires d'une société donnée - un élément clé, par exemple, pour les investisseurs du Moyen-Orient inquiets des conséquences possibles de l'embargo pétrolier de 1973 sur leurs propriétés aux États-Unis[51]. Les Pays-Bas aident : chaque florin gagné par Willemstad est un florin de moins dans les subventions néerlandaises. Il signe autant de conventions fiscales bilatérales que possible, dirigeant un flux croissant d'argent vers Curaçao[52].

Au fil des ans, le département du Trésor américain s'est rendu compte que les avantages de la convention fiscale avec les Antilles néerlandaises profitent aux entreprises du monde entier : où que vous soyez, il vous suffit d'envoyer les gains réalisés en Amérique à Curaçao pour éviter la fameuse retenue à la source[53]; cela entraîne l'échec de toute négociation de convention par Washington avec d'autres pays[54]. En 1965, le gouvernement américain a obligé Willemstad à réviser la convention fiscale ; il en est résulté un document stipulant que, dorénavant, les avantages fiscaux américains ne s'appliqueraient qu'aux dividendes, intérêts et redevances versés à des sociétés entièrement détenues par des résidents néerlandais[55]. Quand on fait la loi, on trouve la faille : les entreprises ont désormais besoin d'un document officiel des autorités fiscales néerlandaises attestant qu'elles ont droit aux avantages fiscaux américains conformément à la nouvelle législation : ces documents sont délivrés alors que les autorités ne sont pas en mesure de vérifier qui possède réellement les entreprises concernées en raison des règles de secret existantes[56]. Donc, rien ne change.

En 1979, les États-Unis ont demandé une nouvelle révision du traité, motivée par deux questions fondamentales : la faible valeur du dollar et les rendements boursiers élevés augmentent les investissements dans le secteur immobilier américain, ce qui suscite des inquiétudes quant à la propriété étrangère des terres agricoles, étant donné qu'une part importante de ces investissements est réalisée par l'intermédiaire de sociétés immobilières et financières de Curaçao qui profitent des exonérations fiscales américaines et antillaises sur les plus-values immobilières[57]. La deuxième raison est la découverte que les quelque 230 000 habitants des Antilles ont reçu, en 1978, pas moins de 13 % de tous les intérêts payés par les emprunteurs américains aux créanciers étrangers : on soupçonne qu'une grande partie de cet argent va dans les poches de ceux qui n'ont pas le droit de le recevoir[58].

Curaçao se défend, car elle a le monopole de l'émission d'obligations de l'UE à des sociétés américaines, pour une valeur de 10,3 milliards de dollars en 1982[59]. Pour sortir de l'impasse, en 1984, le Congrès a abrogé la retenue à la source de 30 % sur les paiements d'intérêts aux investisseurs étrangers, rendant ainsi superflues les sociétés fictives des Antilles qui avaient été créées pour éviter cet impôt[60]. En août 1986, une limitation des avantages de la convention pour les citoyens et les sociétés d'autres pays a été ajoutée[61]: les fonds communs de placement internationaux créés aux Antilles ou aux États-Unis[62] et les sociétés immobilières étrangères ont profité de la convention et ont pu choisir entre être exemptés de la retenue à la source sur les dividendes ou être traités comme des sociétés nationales[63]. L'obligation de fournir des informations sur la propriété est introduite : de cette manière, Curaçao cesse, en pratique, d'être un paradis fiscal[64].

La fin de l'âge d'or

Bien sûr, tout le monde n'est pas heureux à Willemstad. Un exode des entreprises exigeant un secret absolu a commencé à se déplacer vers les îles voisines d'Aruba et de Sint Maarten, qui ont maintenu les anciennes lois et renoncé aux traités internationaux[66]. Washington a lancé un ultimatum au gouvernement des Antilles : la non-acceptation du nouvel accord aurait entraîné l'annulation du traité, qui a été ratifié le 29 juin 1987[67]. Après tout, il n'y avait pas d'alternative : le pourcentage d'argent provenant des économies d'impôts des multinationales était devenu dérisoire face au capital criminel, et les Etats-Unis luttaient contre ce capital dans le monde entier, notamment en Suisse[68].

Si les nouveaux traités conclus avec la Suisse donnent des résultats encourageants[69], à Curaçao, la loi sur la transparence ne permet pas de connaître les véritables propriétaires d'une entreprise, qui se cachent désormais, grâce à un système de boîtes chinoises, dans d'autres paradis fiscaux[70]. Le gouvernement néerlandais a mis le holà, faisant passer l'impôt sur les dividendes de 0 à 10,5 % afin d'endiguer à la fois les pertes fiscales néerlandaises et les plaintes d'autres gouvernements[71]: Willemsted reste toujours un OFC commode, car le taux en Hollande reste à 25 %[72].

En 1989, le gouvernement des Antilles tente d'attirer les retraités étrangers en offrant des taux d'imposition autour de 5%[73]: de nombreux Néerlandais âgés émigrent à Curaçao - réellement, ou seulement sur le papier - dont certains qui transfèrent leurs pensions dans des sociétés offshore sur l'île[74]. La Haye réagit : d'abord, en 1994, elle promulgue une loi portant à 60 % les taxes sur les fonds de pension perçus à l'étranger[75], puis, en 1997, elle impose de nouveaux changements pour freiner l'exode des retraités[76]. La partie était alors perdue : avec l'entrée en vigueur en 1992 de la directive de l'Union européenne sur les "filiales mères", les clients ont déménagé au Luxembourg ou à Dublin et les revenus financiers de Willemstad sont passés d'un milliard de florins néerlandais en 1993 à 200 millions dans la seconde moitié des années 1990[77]. Enfin, en 1997, le gouvernement néerlandais adopte une loi qui encourage les multinationales à rapatrier leurs avoirs aux Pays-Bas[78].

Curaçao ne se remet pas de ce coup dur. Comme le gouvernement a investi massivement dans les infrastructures, l'État se retrouve endetté jusqu'au cou[79]. La dépendance vis-à-vis des subventions néerlandaises augmente considérablement, de plus en plus de jeunes quittent l'île pour les grandes villes industrielles de Hollande[80]: en 1986, Aruba s'est séparée des Antilles et a obtenu le statut de pays autonome du Royaume des Pays-Bas[81]. Les citoyens de Curaçao ont été invités à se prononcer sur le sort de l'île. En 1993, 74 % des électeurs ont choisi de rester au sein de la Fédération des Antilles néerlandaises[82], mais la détérioration de la situation économique a conduit à un second référendum en 2005 demandant la dissolution de la fédération des Caraïbes[83]. Après ratification par le parlement néerlandais, Curaçao est devenue quasi-indépendante le 10 octobre 2010, laissant la gestion de la diplomatie et de la justice à La Haye[84]. Saint-Martin suit la même voie que Curaçao, tandis que les îles de Bonaire, Saba et Saint-Eustache deviennent des municipalités spéciales au sein des Pays-Bas[85].

L'effondrement de la société antillaise

L'effondrement économique des années 1990 a amené de plus en plus d'Antillais aux Pays-Bas[87], dont beaucoup ont cherché du travail dans l'Union européenne[88]. Le taux de chômage à Curaçao en 2005 est de 18%, avec des pics de 44% chez les jeunes, qui sont parmi les principaux acteurs des processus migratoires[89]; mais il n'y a pas que la crise économique : depuis les pays voisins, comme le Venezuela, la Colombie, Haïti et la République dominicaine, Curaçao se remplit d'immigrants illégaux affamés[90]. Ils n'ont aucune chance, et soit ils rejoignent les rangs du crime organisé, soit ils forment une sous-classe, proche de l'esclavage, travaillant dans le tourisme et le commerce du pétrole - tandis que le peu d'argent qu'ils ont est entièrement entre les mains des Blancs[91]. À partir de 2014, des vagues de Chinois et d'Indiens arrivent[92], et les prix des maisons et des biens de consommation s'envolent[93].

Le nombre de personnes pauvres augmente, de plus en plus de parents (surtout les mères célibataires) sont obligés de laisser leurs enfants dans la rue parce qu'ils doivent occuper deux emplois mal payés pour joindre les deux bouts[94]. En 2009, plus de 33 % des enfants ont abandonné l'école[95]. La prostitution juvénile, l'alcoolisme et la toxicomanie sont devenus une tragédie nationale : une enquête menée en 2010 par la Fondation Maneho de Adikshon (FMA) en collaboration avec le service de santé publique de Curaçao confirme que 79 % des élèves du primaire et 76 % des élèves du secondaire consomment régulièrement de l'alcool[96].

Les Antilles sont devenues l'une des principales régions du monde pour les saisies de cocaïne ; environ 100 fois plus qu'aux États-Unis en 2004 - plus de neuf tonnes, soit 50 grammes de cocaïne pour chaque homme, femme et enfant[97]. Environ 60 % de toute la cocaïne saisie dans les Caraïbes l'est à Curaçao[98]. La drogue arrive par la mer de Colombie et du Venezuela et continue par la mer vers la Hollande et les Etats-Unis[99]. Des bandes de mineurs violents apparaissent[100] et le Centre d'études latino-américaines et caribéennes de l'université d'Utrecht affirme qu'en 1999, 25 000 personnes vivant dans des quartiers pauvres vivaient dans des conditions épouvantables - dans des taudis sans installations sanitaires, sans eau potable, sans électricité et sans chauffage[101].

Le seul marché qui fonctionne est celui de la drogue[102]. Afin de se défendre contre les étrangers désespérés, certains jeunes de Curaçao ont créé un gang impitoyable, les NLS (No Limit Soldiers) [103].  D'abord gang de rue, le NLS est aujourd'hui une organisation criminelle complexe qui se consacre au trafic international de drogue, au meurtre pour le compte de tiers, au trafic et à la vente d'armes, à la prostitution, à l'extorsion, aux jeux d'argent illégaux et au blanchiment d'argent - en collusion avec certains des gangs les plus violents d'Amérique : Miami Zoe Pound en Haïti, les cartels de la drogue de Colombie et les Zetas du Mexique[104].

Profitant de leur statut de citoyens européens, les membres du NLS font la navette entre Willemstad et les Pays-Bas : le gang a des cellules à Rotterdam, La Haye, Amsterdam, Lelystad et Dordrecht, agissant de concert avec le redoutable gang local appelé Penose[105] et d'autres groupes criminels actifs sur le sol néerlandais[106]. Les membres de la NLS portent des médaillons incrustés de diamants, s'habillent comme les gangs américains les plus notoires et parlent la même langue dans les vidéos musicales qu'ils produisent[107]. Ils tirent surtout sur leurs rivaux dans le commerce de la drogue, représentés par le gang de Buena Vista City, avec lequel ils ont une querelle permanente qui a coûté des dizaines de vies[108].

Les meurtres à forfait constituent un marché florissant, comme dans le cas de Helmin Wiels, leader du parti indépendantiste Pueblo Soberano et député, qui a été assassiné à Willemstad le 5 mai 2013[110]; en 2016, le tueur de la NLS Elvis "Monster" Kuwas a été condamné à la prison à vie pour ce crime[111]. Le procureur Gert Rip décrit Wiels, qui s'est engagé contre la corruption et les jeux d'argent illégaux, comme représentant les espoirs d'une grande partie de la population[112]. En 2018, Burney "Nini" Fonseca a été condamné en appel à 26 ans de prison pour avoir servi d'intermédiaire entre les instigateurs et l'auteur du crime[113], et en mars 2021, George Jamaloodin, ancien ministre des Finances du gouvernement dirigé par Gerrit Schotte, a été condamné à 30 ans en tant qu'instigateur du meurtre[114].

L'enquête montre que Jamaloodin et Schotte ont tous deux des liens avec la corruption et les jeux d'argent : par exemple, Robbie Dos Santos, le demi-frère de l'ancien ministre des finances, est le propriétaire de Robbie's Lottery, la plus grande chaîne de paris de Curaçao[115]. Peu avant sa mort, Wiels a annoncé la publication de documents prouvant l'implication de Dos Santos dans les jeux d'argent illégaux : Dos Santos a été arrêté à deux reprises, en 2014 et en 2019, en tant qu'instigateur présumé du meurtre, mais a été libéré[116] jusqu'à ce qu'il soit blanchi de toute accusation en novembre 2021[117]. Elmer Wilsoe, ministre de la justice du gouvernement Schotte, a également fait l'objet d'une longue enquête, avant d'être acquitté en 2020[118].

L'adversaire de Wiels, qui profite le plus de sa mort, est Gerrit Schotte, chef du parti MFK : le 10 octobre 2010, le jour où le nouveau statut de nation autonome est devenu exécutif, Schotte a été nommé premier ministre de Curaçao, appelé à diriger un gouvernement de coalition comprenant les partis Movementu Futuro Kòrsou (MFK), Pueblo Soberano et MAN[119]. Schotte est resté en fonction jusqu'au 3 août 2012[120]. En 2016, il a été condamné en première instance à 3 ans de prison et 5 ans d'interdiction d'exercer une fonction publique pour faux, corruption et blanchiment d'argent[121], une peine confirmée en appel l'année suivante[122], et en 2019, son siège au parlement a finalement été révoqué[123].

Liens avec la mafia sicilienne

Le procès contre lui montre qu'il a reçu plus de 213 000 dollars du Sicilien Francesco Corallo pour financer le MFK, en échange de sa participation aux décisions du nouveau gouvernement[125]. Corallo, surnommé le "roi des machines à sous", est le fils de Gaetano Corallo, le bras droit du parrain Nitto Santapaola, le patron de la mafia des perdants, qui, depuis les années 1980, pour échapper à la capture et aux ennemis, se cache à Saint-Martin, où Gaetano a fondé des sociétés qui gèrent des hôtels, des centres de villégiature et, surtout, des maisons de jeu[126].

Suivant les traces de son père, Francesco possède plusieurs casinos à Saint-Martin, où il réside et d'où il contrôle son empire criminel[127] par le biais d'Atlantis World NV/BetPlus, une société de Curaçao qui, en 2004, est devenue concessionnaire pour l'Italie de l'exploitation de machines à sous et de loteries vidéo[128]. Elle contrôle ainsi 30 % d'un secteur qui a généré un chiffre d'affaires de plus de 15 milliards d'euros au cours des six premiers mois de 2010[129]. Les ennuis de Corallo ont commencé en 2012, lorsque sa concession des monopoles d'État a été révoquée sur ordre de la préfecture de Milan, en raison de ses condamnations pour association criminelle de nature mafieuse et corruption dans le cadre d'une enquête sur la Banca Popolare di Milano[130].

En août 2014, BetPlus a été placé sous commission par le préfet de Rome, Giuseppe Pecoraro, sur les instructions de l'ANAC, présidée par Raffaele Cantone, tandis que Corallo était mis en examen dans l'enquête de la BPM[131]. Afin d'éviter la faillite, Corallo s'est associé à la société britannique Global Starnet, dont l'un des dirigeants, le Néerlandais Rudolf Baetsen[132], est à la tête d'Atlantis World Group of Companies, une société de droit chypriote[133] d'où sont partis 85 millions d'euros d'impôts impayés, qui ont atterri sur un compte bancaire au nom de l'une des sociétés de Corallo à Saint-Martin, avant d'être réinvestis, avec 150 millions d'euros supplémentaires versés par Atlantis, sur des comptes à Curaçao, Saint-Martin et Sainte-Lucie[134].

En décembre 2016, Corallo a été arrêté à Sint Maarten en même temps qu'Amedeo Laboccetta, un député italien du PdL[135] et ancien représentant légal d'Atlantis, et Rudolf Baetsen[136]. Il est accusé d'être un chef de la mafia[137]. Giancarlo et Sergio Tulliani, respectivement beau-frère et beau-père de l'ancien président de la Chambre des députés italienne Gianfranco Fini, font également l'objet d'une enquête : Selon ce qui a été établi par les magistrats, Giancarlo Tulliani aurait créé pour Baetsen deux sociétés offshore par lesquelles aurait transité l'argent destiné aux Antilles, plus 2,6 millions d'euros d'origine illégale destinés à Corallo[138]; Baetsen lui-même aurait acheté un appartement à Monte Carlo au nom et pour le compte de deux des sociétés Tulliani, Printemps SA et Timara SA[139], en payant avec l'argent de Corallo[140]. En décembre 2021, le procès, dans lequel Gianfranco Fini, sa compagne Elisabetta Tulliani, son frère Giancarlo et son père Sergio, Francesco Corallo et Amedeo Laboccetta sont accusés de blanchiment d'argent, est toujours en cours[141].

Fin 2010, Corallo a proposé au Premier ministre Schotte de nommer Rudolf Baetsen à la tête du conseil de surveillance de la Banque centrale de Curaçao[142]. Au fur et à mesure que le scandale se développait, Baetsen se retirait, mais la police enquêtait alors sur Schotte et sa partenaire Cicely van der Dijs pour un transfert bancaire de 800 000 dollars de International Financial Planning Services Ltd (une autre société de Corallo) vers le compte bancaire suisse de No Brand Ltd, une société des îles Marshall appartenant à Schotte[143]. Selon les magistrats antillais, le meurtre d'Helmin Wiels a été décidé afin d'endiguer cette avalanche judiciaire : grâce à ce meurtre, la mafia sicilienne et les No Limit Soldiers ont gagné en influence.

Le gouvernement américain met en place un centre militaire FOL (Forward Operating Locations), dont le but est de combattre militairement les trafiquants de drogue antillais, colombiens et vénézuéliens[144]. La population en est effrayée : les gangs sont si puissants qu'il n'est pas impossible d'imaginer qu'ils attaquent la FOL à l'aéroport de Hato[145]. A quelques brasses de mer de là, ou l'affrontement entre le président Nicolas Maduro et le leader de l'opposition Juan Guaido a conduit le Venezuela, dans la misère et dépendant des revenus du pétrole[146], épuisé par la pandémie[147] et les sanctions imposées par le gouvernement Trump[148], à la famine et au bord de la guerre civile[149].

Un pays à la souveraineté limitée

Alors que Guaido est reconnu par les États-Unis et d'autres pays comme le dirigeant légitime du pays[151], Maduro peut compter sur le soutien de la Russie, de l'Iran et de la Turquie[152]. Le taux de pauvreté à Caracas atteint 94,5% de la population, qui gagne en moyenne moins de deux euros par mois[153]; les gens fuient. Plus de sept millions de citoyens ont quitté le pays l'année dernière[154]: Colombie, Pérou, Équateur, Chili, Brésil, Panama, République dominicaine, Mexique - et Curaçao, qui accueillera plus de 16 000 migrants vénézuéliens en octobre 2021[155]. Amnesty International pointe du doigt le fait que le gouvernement local n'a jamais pensé à une telle éventualité et, par conséquent, ne permet pas aux gens de demander officiellement l'asile et n'a qu'une seule réponse : l'emprisonnement et l'expulsion[156]. Après l'abandon du camp par la Croix-Rouge en 2017, ceux qui atterrissent à Curaçao sont détenus au SDKK (Sentro di Detenshon i Korekshon Korsou) ou dans les cellules des commissariats de police, en attendant d'être rapatriés[157]. Les conditions de vie des réfugiés, telles que révélées par le nouveau rapport d'Amnesty International intitulé "Still no Safety - Venezuelans denied protection in Curaçao" (2021), sont définies comme inhumaines : surpopulation, manque d'intimité et d'hygiène, séparation forcée des enfants, abus et violence[158].

En octobre 2021, Amnesty International a intensifié la pression et demandé au gouvernement néerlandais d'intervenir, lorsqu'il a été découvert que les garde-côtes étaient encouragés à repousser les migrants en mer[159]. Le gouvernement de La Haye est responsable du mépris total[160]. Cela ne sert à rien : Curaçao continue à ériger un mur, les immigrants illégaux, malgré les rapatriements et les expulsions décidés par les tribunaux[161], continuent à arriver - même ceux qui ont été condamnés à une interdiction de séjour de trois ans sur l'île[162]. En 2016, la gouverneure de Curaçao Lucille George-Wout accuse les migrants vénézuéliens d'être porteurs de délinquance, de travail illégal et de prostitution[163] - les mêmes mots que les populistes néerlandais utilisent contre les migrants de Curaçao[164].

Dans ce climat de négligence, la politique aux Antilles est faite par les États-Unis, qui maintiennent des bases militaires à Curaçao et Aruba, un avant-poste pour d'éventuelles actions d'ingérence politique et militaire en Amérique latine[165], comme c'est aussi le cas en Colombie, et en tout cas en accord avec le gouvernement néerlandais[166]. En ce qui concerne la surveillance des frontières, elle est déléguée à l'US Navy, qui agit en accord avec les agents de FRONTEX, les troupes spéciales contre l'immigration clandestine, tandis que la possibilité de créer des hotspots sur les îles des Antilles néerlandaises est envisagée, comme cela a été fait en Grèce et en Italie[167].

Avec un gouvernement aussi faible, maintenant que Willemstad n'est plus un OFC, et avec un tourisme gravement endommagé par la pandémie, l'instabilité politique et sociale et le fait que la plupart des hôtels appartiennent à la mafia sicilienne ou à des gangs sud-américains, Curaçao est un pays à la souveraineté limitée, obligé d'accepter toute imposition de l'UE, des États-Unis ou du crime organisé. Il resterait encore la possibilité d'exploiter les gisements de minerais, mais même celle-ci a été jouée en faveur d'autres acteurs : en premier lieu le consortium Interoceanmetal, basé en Pologne, dont les principaux actionnaires sont en Russie[168].

Le consortium dispose d'une licence d'exploration et d'exploitation dans l'océan Pacifique délivrée par l'Autorité internationale des fonds marins - une licence qui a expiré en 2016, a été prolongée jusqu'en 2021 et attend maintenant une autre prolongation[170]. Interoceanmetal est un projet énorme, divisé en secteurs, dont l'un est coordonné par Spec Partners Ltd, une société britannique avec des actionnaires norvégiens[171] qui, pour le moment, est inactive[172].

Spec participe à un second consortium : GWL Geology Without Limits[173], créé pour l'exploitation de la mer des Caraïbes. Transparence : zéro. En 2015, ses actionnaires, en plus de Spec Partners, sont Geofisicos Marinos Ltd. Belize City[174], GWL Technologies LLP Sheffield[175] et Projectos Ecologicos Ltd. Belize City[176] - toutes les entreprises dont les propriétaires ne sont pas connus. En 2016, les sociétés du Belize ont été remplacées par Global Geophysical Research N.A. Limited Limassol[177] et GWL Overseas Ltd. Limassol[178] - apparemment contrôlé par l'oligarque russe Egor Krasinskiy[179]. En bref : quelles que soient les richesses cachées dans les eaux autour de Curaçao, ce ne sont pas les insulaires qui en profiteront.

Mieux seul ou mieux mal accompagné ?

Dans un tel contexte, la question de l'indépendance devient presque sans objet, même si la question est sur la table depuis 2010. Le Mouvement pour l'avenir de Curaçao (MFK), fondé par Gerrit Schotte, est un parti populiste à forte vocation indépendantiste, qui ne s'est pas arrêté à la condamnation de son fondateur : aux dernières élections, en mars 2021, la formation dirigée depuis 2017 par Gilmar Pisas s'est affirmée comme le premier parti, remportant neuf sièges au Parlement[181]; l'autre grand parti indépendantiste, Pueblo Soberano, qui se situe à gauche, ne parvient pas à maintenir le consensus obtenu du vivant d'Helmin Wiels (et qui était le premier parti aux élections de 2012[182]). Aux dernières élections, il n'est même pas entré au Parlement[183]; le même sort a été réservé à la formation indépendantiste Kòrsou di Nos Tur (KNT), qui a obtenu trois sièges en 2016[184], deux en 2017[185] et aucun en 2021[186].

La position de Pisas est très claire : l'entité caribéenne pour la réforme et le développement (COHO), un programme de réforme convenu avec La Haye, que le Premier ministre sortant Rhuggenaath s'est engagé à signer en échange d'importants prêts sans intérêt, est la bouée autour de laquelle tourne le débat politique[187]. Avant le vote, M. Pisas s'était élevé contre l'accord, affirmant qu'il voulait renégocier le droit du peuple de Curaçao à faire cavalier seul, mais en septembre, il a changé d'avis et a soutenu la COHO, trahissant la confiance des électeurs qui souhaitaient moins d'ingérence des Pays-Bas dans les affaires intérieures[188].

Pisas l'a admis sans hésitation : sans l'aide du Royaume, il n'y avait pas de fonds pour répondre aux besoins de l'État, maintenir les entreprises à flot, fournir des cartes d'alimentation à 26 000 personnes pauvres et maintenir 2 000 fonctionnaires dans leur emploi[189]. La situation économique, sociale et politique de l'île (ainsi que d'Aruba et de Saint-Martin) ne permet pas d'envisager de manière réaliste l'indépendance, comme l'a confirmé le secrétaire d'État à l'intérieur Raymond Knoops[190].

Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, parle d'une aide non due aux pays en difficulté, dont les conditions ne sont pas négociables[191]; la crise pandémique met à genoux les économies, comme celles des anciennes colonies des Caraïbes, déjà éprouvées par des décennies de déclin inexorable[192], de sorte que l'indépendance est très, très loin, même si elle ne peut être qu'imaginée. Le véritable problème est commun à tous les paradis fiscaux : que se passe-t-il si les lois et traités internationaux les empêchent soudainement de prospérer ? Et si le seul secteur économique qui fonctionne est le crime organisé, ou une industrie extractive qui a toujours été aux mains de propriétaires étrangers ?

Cette question est d'une importance capitale pour l'avenir de l'ensemble de la région des Caraïbes, qui regorge de CFO : Bahamas, Turks & Caicos, Bermudes, Saint-Kitts-et-Nevis, Antigua, Guadeloupe, Montserrat, Barbade, Grenade, Îles Caïmans et Îles Vierges britanniques, autant de CFO en concurrence qui couvrent une zone maritime représentant seulement un tiers de la taille de la Méditerranée. En analysant la situation avec sang-froid, on ne peut que comprendre que le choix du castrisme à Cuba était la seule solution viable à l'époque pour éviter que cette île ne subisse le même sort - étant donné qu'au moment de la révolution, Cuba était contrôlée par l'industrie, la finance et, surtout, le crime organisé américains.

[1] http://www.bizarrejournal.com/2015/03/the-suicide-table-of-monte-carlo.html

[2] Christian Chavagneux, Ronen Palan and Richard Murphy, “Tax havens: How globalization really works“, London: Cornell University Press, 2010, p. 45

[3] Christian Chavagneux, Ronen Palan and Richard Murphy, “Tax havens: How globalization really works“, London: Cornell University Press, 2010, p. 151 e pp. 124-125

[4] https://www.meteo.cw/climate.php

[5] https://abcnews.go.com/Lifestyle/caribbean-islands-generally-hit-hurricanes/story?id=40407011

[6] https://www.netherlandsandyou.nl/your-country-and-the-netherlands/united-states/about-us/curacao-and-you/about-curacao

[7] https://www.bbc.com/news/world-latin-america-11511355

[8] Thierry Godefroy and Pierre Lascoumes, «Le capitalisme clandestin: l'illusoire régulation des places offshore«, La découverte, 2004, p. 29

[9] https://www.conseil-national.mc/linstitution/histoire-du-conseil-national/

[10] Ronen Palan, The offshore world: sovereign markets, virtual places, and nomad millionaires. Cornell University Press, 2006, pp. 112-114

[11] Christian Chavagneux, Ronen Palan and Richard Murphy. Tax havens: How globalization really works. London: Cornell University Press, 2010, pp. 109-110

[12] Ronen Palan, “The offshore world: sovereign markets, virtual places, and nomad millionaires“, Cornell University Press, 2006, pp. 101, 102; Christian Chavagneux, Ronen Palan and Richard Murphy, “Tax havens: How globalization really works“, London: Cornell University Press, 2010, pp. 110-111

[13] [13] Christian Chavagneux, Ronen Palan and Richard Murphy, “Tax havens: How globalization really works“, London: Cornell University Press, 2010, p. 110

[14] https://www.nytimes.com/2012/07/01/business/how-delaware-thrives-as-a-corporate-tax-haven.html

[15] Robert Liefmann, “Die Geldvermehrung im Weltkriege und die Beseitigung ihrer Folgen. Eine Untersuchung zu den Problemen der Übergangswirtschaft“, Deutsche Verlag-Anstalt, Stuttgart / Berlin, 1918; Robert Liefmann, „Kartelle, Konzerne und Trusts“, Deutsche Verlag-Anstalt, Stuttgart 1927; Stefanie Knetsch, „Das konzerneigene Bankinstitut der Metallgesellschaft im Zeitraum von 1906 bis 1928“, Frank Steiner Verlag, Stuttgart 1998, pp. 227-240

[16] https://nl.pinterest.com/pin/631700285213435818/

[17]Financial Secrecy Index 2020 – Narrative Report on Curaçao”, Tax Justice Network, p.1

[18] https://historiek.net/nederlandsche-handel-maatschappij-nhm-1824/83034/

[19] https://www.ftm.nl/artikelen/society-notaris-en-nederlandse-bank-lieten-de-zon-opkomen-op-belastingparadijs-curacao?share=841WV8PdbG6AJXCCa34bq1huKlTawHH9gud91yI2Kyv0ydfGauH8OSFtKniAKA%3D%3D

[20] Nationaal Archief, Den Haag, Nederlandsche Handel-Maatschappij (NHM), nummer toegang 2.20.01, inventarisnummer 13887, vertrouwelijke nota Trustmaatschappij Curaçao, 15 mei 1950

[21] https://www.ftm.nl/artikelen/society-notaris-en-nederlandse-bank-lieten-de-zon-opkomen-op-belastingparadijs-curacao?share=i3MyOjJtfvq%2BF%2BbuyH%2BDofqZkyWF2OEshmvKFJbr19pzUCwKbsEFvEC7R5qrHA%3D%3D ; https://pure.uva.nl/ws/files/26111338/2.pdf ; https://www.cambridge.org/core/services/aop-cambridge-core/content/view/9553E156539D00E52F8EC687EBBBD39E/S096856502000013Xa.pdf/div-class-title-a-perfect-symbiosis-curacao-the-netherlands-and-financial-offshore-services-1951-2013-div.pdf ;

[22] https://www.curacaohistory.com/

[23] Tomás Straka, Guillermo Guzmán Mirabal, Alejandro E. Cáceres, “Historical Dictionary of Venezuela”, Rowman & Littlefield, 2017, p. 317

[24] https://www.curacaohistory.com/

[25]Venezuela Up-to-date”, vol. III, n°1, December 1951, p. 3

[26] https://www.curacaohistory.com/

[27] https://www.ejatlas.org/print/shells-toxic-legacy-in-curacao

[28] https://www.ftm.nl/artikelen/society-notaris-en-nederlandse-bank-lieten-de-zon-opkomen-op-belastingparadijs-curacao?share=i3MyOjJtfvq%2BF%2BbuyH%2BDofqZkyWF2OEshmvKFJbr19pzUCwKbsEFvEC7R5qrHA%3D%3D

[29] J. L. Van Zanden, J. Jonker, S. Howarth & K. Sluyterman, “A History of Royal Dutch Shell" OUP Catalogue, 2007, pp. 447-449

[30] J. L. Van Zanden, J. Jonker, S. Howarth & K. Sluyterman, “A History of Royal Dutch Shell." OUP Catalogue, 2007, p. 29

[31] Melinda N. Whyte, "De offshore sector op Curaçao: niet alleen een begrip in zee" Katholieke Universiteit, Sociologisch Instituut, 1985, p. 22

[32] NL-HaNA, NHM, 2.20.01, inv. no. 13887: Notities, rapporten en correspondentie betreffende de oprichting van de NHM, Trustkantoor Curaçao NV, 18 Okt. 1950

[33] https://www.cambridge.org/core/journals/financial-history-review/article/perfect-symbiosis-curacao-the-netherlands-and-financial-offshore-services-19512013/9553E156539D00E52F8EC687EBBBD39E#fn8

[34] https://fee.org/articles/the-rise-and-fall-of-curaaos-offshore-financial-sector/

[35] https://historiek.net/nederlandsche-handel-maatschappij-nhm-1824/83034/

[36] https://www.cambridge.org/core/journals/financial-history-review/article/perfect-symbiosis-curacao-the-netherlands-and-financial-offshore-services-19512013/9553E156539D00E52F8EC687EBBBD39E#

[37] https://www.irs.gov/pub/irs-trty/nether.pdf ; “Financial Secrecy Index 2020 – Narrative Report on Curaçao”, Tax Justice Network, p.2

[38] https://www.cambridge.org/core/journals/financial-history-review/article/perfect-symbiosis-curacao-the-netherlands-and-financial-offshore-services-19512013/9553E156539D00E52F8EC687EBBBD39E#

[39] https://www.ftm.nl/artikelen/society-notaris-en-nederlandse-bank-lieten-de-zon-opkomen-op-belastingparadijs-curacao?share=TGezH485dPnIh9BMnHBac15fW0V1ddDaiRqsDkLl8%2BJVhwhK8uBqTVqLiu2UCQ%3D%3D

[40] https://www.britannica.com/place/Netherlands-Antilles

[41] https://www.ftm.nl/artikelen/society-notaris-en-nederlandse-bank-lieten-de-zon-opkomen-op-belastingparadijs-curacao?share=TGezH485dPnIh9BMnHBac15fW0V1ddDaiRqsDkLl8%2BJVhwhK8uBqTVqLiu2UCQ%3D%3D

[42] https://www.eerstekamer.nl/wetsvoorstel/33955_belastingregeling_nederland

[43] https://www.ftm.nl/artikelen/society-notaris-en-nederlandse-bank-lieten-de-zon-opkomen-op-belastingparadijs-curacao?share=TGezH485dPnIh9BMnHBac15fW0V1ddDaiRqsDkLl8%2BJVhwhK8uBqTVqLiu2UCQ%3D%3D

[44] https://www.cambridge.org/core/journals/financial-history-review/article/perfect-symbiosis-curacao-the-netherlands-and-financial-offshore-services-19512013/9553E156539D00E52F8EC687EBBBD39E#

[45] https://knipselkrant-curacao.com/oud-notaris-gerard-smeets-overleden-antilliaans-dagblad/

[46] https://www.barrons.com/articles/what-happened-in-1968-can-show-us-why-the-market-is-rising-now-51591178401

[47] https://taxsummaries.pwc.com/united-states/corporate/withholding-taxes

[48] John A. MATHIESON, Paul A. Laudicina, and W. B. Bader, "The Netherlands Antilles: The Impact of Offshore Financial Activities", SRI International, 1982, p. 5

[49] https://www.macrotrends.net/2015/fed-funds-rate-historical-chart

[50] https://www.leidenlawblog.nl/articles/the-antilles-route-is-back

[51] https://fee.org/articles/the-rise-and-fall-of-curaaos-offshore-financial-sector/

[52] Cornelis Abraham (Flip) de Kam, "Betalen is voor de dommen: over de miljardenmazen in ons belastingstelsel", Bakker, 1978,

[53] M. J. C. van Beurden, "De Curaçaose offshore: Ontstaan, groei en neergang van een belastingparadijs, 1951-2013", PhD dissertation, University of Amsterdam, 2018, p. 97

[54] Scott B. Macdonald, “Handbook of Caribbean Economies”, edited by Robert E. Looney, Routledge, 2021, pp. 451-52

[55] John A. MATHIESON, Paul A. Laudicina, and W. B. Bader, "The Netherlands Antilles: The Impact of Offshore Financial Activities", SRI International, 1982, pp. 67-68

[56] M. J. C. van Beurden, "De Curaçaose offshore: Ontstaan, groei en neergang van een belastingparadijs, 1951-2013", PhD dissertation, University of Amsterdam, 2018, p. 100

[57] “Statement of William J. Anderson, Director General Government Division before the Subcommittee on Commerce, Consumer and Monetary Affairs, Committee on Government Operations - House of Representatives on federal efforts to define and combat the Tax Haven problem, United States General Accounting Office – Washington D.C. 20548, April 12, 1983, pp. 38-39 ; Anton A. G. Smeets, "Opstellen ter gelegenheid van het 100-jarig bestaan van de Kamer van Koophandel en Nijverheid te Curaçao" edited by O. B.Linker, Curaçao 1984, pp. 241-43

[58] “Statement of William J. Anderson, Director General Government Division before the Subcommittee on Commerce, Consumer and Monetary Affairs, Committee on Government Operations - House of Representatives on federal efforts to define and combat the Tax Haven problem, United States General Accounting Office – Washington D.C. 20548, April 12, 1983, pp. 38-39 ; Anton A. G. Smeets, "Opstellen ter gelegenheid van het 100-jarig bestaan van de Kamer van Koophandel en Nijverheid te Curaçao" edited by O. B.Linker, Curaçao 1984, pp. 241-43

[59] M. J. C. van Beurden, "De Curaçaose offshore: Ontstaan, groei en neergang van een belastingparadijs, 1951-2013", PhD dissertation, University of Amsterdam, 2018, p. 157-58

[60] Marilyn Doskey Franson, “Repeal of the Thirty Percent Withholding Tax on Portfolio Interest Paid to Foreign Investors”, 6 Nw. J. Int'l L. & Bus. 930, 1984-1985, p. 930

[61] Press Releases of the United States Department of the Treasury: Volume 275, p. 135

[62] Press Releases of the United States Department of the Treasury: Volume 275, pp. 135-36

[63] Press Releases of the United States Department of the Treasury: Volume 275, p. 136

[64] Mark B. Schoeller, "The Termination fo the United States-Netherlands Antilles Income Tax Convention: a Failure of U.S. Policy", Journal of international business law, Vol. 10, 1988, p. 369

[65] https://www.marxist.com/uprising-in-curacao-against-vicious-austerity.htm

[66] https://fee.org/articles/the-rise-and-fall-of-curaaos-offshore-financial-sector/

[67] Frith Crandall, “The Termination of the United States-Netherlands Antilles Tax Treaty: What Were the Costs of Ending Treaty Shopping”, 9 Nw. J. Int'l L. & Bus. 355, 1988-1989, p. 355

[68] Mark B. Schoeller, "The Termination fo the United States-Netherlands Antilles Income Tax Convention: a Failure of U.S. Policy", Journal of international business law, Vol. 10, 1988, p. 496

[69] Mark B. Schoeller, "The Termination fo the United States-Netherlands Antilles Income Tax Convention: a Failure of U.S. Policy", Journal of international business law, Vol. 10, 1988, p. 496

[69] Mutual Assistance in Criminal Matters, May 25, 1973, United States-Switzerland, 27 U.S.T. 2019, T.I.A.S. No. 8302 (entered into force Jan. 23, 1977)

[69] Memorandum of Understanding, Aug. 31, 1982, United States-Switzerland, 22 I.L.M. I.; Mark B. Schoeller, "The Termination fo the United States-Netherlands Antilles Income Tax Convention: a Failure of U.S. Policy", Journal of international business law, Vol. 10, 1988, p. 504; Mark B. Schoeller, "The Termination fo the United States-Netherlands Antilles Income Tax Convention: a Failure of U.S. Policy", Journal of international business law, Vol. 10, 1988, p. 496; Mutual Assistance in Criminal Matters, May 25, 1973, United States-Switzerland, 27 U.S.T. 2019, T.I.A.S. No. 8302 (entered into force Jan. 23, 1977); Memorandum of Understanding, Aug. 31, 1982, United States-Switzerland, 22 I.L.M. I.

[70] Mark B. Schoeller, "The Termination fo the United States-Netherlands Antilles Income Tax Convention: a Failure of U.S. Policy", Journal of international business law, Vol. 10, 1988, p. 504

[71] “Financial Secrecy Index 2020 – Narrative Report on Curaçao”, Tax Justice Network, p.2

[72] Steve R. Vanenburg, Arne Kattouw, "Het nieuw fiscaal raamwerk op de Nederlandse Antillen 1: de Antillen als" nieuwe" vestigingsplaats voor de internationale financiële dienstensector", Kluwer, 2002, p. 15

[73] “Financial Secrecy Index 2020 – Narrative Report on Curaçao”, Tax Justice Network, p.2

[74] M.J.C. van Beurden, „De Curaçaose offshore. Oorzaken van ontstaan, groei en neergang van een belastingparadijs, 1951-2013“, University of Amsterdam;  https://aihr.uva.nl/binaries/content/assets/uva/en/research/phd/summaries/2018/06/summary-beurden-van-tijn.pdf

[75] Parliamentary Papers, the Netherlands, Second Chamber 1994/95, 23046, no. 18

[76] Faroe Metry, "De geschiedenis van de belastingen in de kolonie Curaçao en de Nederlandse Antillen: een onderzoek naar historische gegevens omtrent de wording van de belastingen in eerst de kolonie Curaçao en daarna de Nederlandse Antillen omvattende de periode 1634-2005: tevens een vastlegging van gebeurtenissen op het gebied der belastingen, de bronnen daarvan en conclusies hierover" Stichting Publicaties KPMG Tax and Legal Services, 2006, p. 686

[77] M. J. C. van Beurden, "De Curaçaose offshore: Ontstaan, groei en neergang van een belastingparadijs, 1951-2013", PhD dissertation, University of Amsterdam, 2018, p. 212

[78] M. J. C. van Beurden, "De Curaçaose offshore: Ontstaan, groei en neergang van een belastingparadijs, 1951-2013", PhD dissertation, University of Amsterdam, 2018, p. 219-20

[79] T. J. Haan, "Antilliaanse instituties. De economische ontwikkeling van de Nederlandse Antillen en Aruba 1969-1995", 1998, pp. 218-19

[80] https://fee.org/articles/the-rise-and-fall-of-curaaos-offshore-financial-sector/

[81] https://www.aruba.com/us/our-island/history-and-culture/history

[82] Rose Mary Allen, “The Complexity of National Identity Construction in Curaçao, Dutch Caribbean”, in European Review of Latin American and Caribbean Studies 89, October 2010, p. 118

[83] Rose Mary Allen, “The Complexity of National Identity Construction in Curaçao, Dutch Caribbean”, in European Review of Latin American and Caribbean Studies 89, October 2010, p. 118

[84] https://www.netherlandsandyou.nl/your-country-and-the-netherlands/united-states/about-us/curacao-and-you/about-curacao

[85] https://www.government.nl/latest/news/2010/10/10/10-10-10-a-new-start-for-the-islands-of-the-netherlands-antilles

[86] https://www.tripadvisor.de/Restaurant_Review-g147278-d1046226-Reviews-Iguana_Cafe-Willemstad_Curacao.html

[87] Evelyn Ersanilli, “Focus Migration”, Country Profile n°11 – Netherlands, November 2014, p. 2

[88] https://what-europe-does-for-me.eu/en/portal/1/NL998

[89] Josine Junger-Tas, Ineke Haen Marshall, Dirk Enzmann, Martin Killias, Majone Steketee, Beata Gruszczynska, "Juvenile Delinquency in Europe and Beyond: Results of the Second International Self-Report Delinquency Study", Springer Science & Business Media, 2009, p. 411

[90] Josine Junger-Tas, Ineke Haen Marshall, Dirk Enzmann, Martin Killias, Majone Steketee, Beata Gruszczynska, "Juvenile Delinquency in Europe and Beyond: Results of the Second International Self-Report Delinquency Study", Springer Science & Business Media, 2009, p. 411; https://esa.un.org/miggmgprofiles/indicators/files/Curacao.pdf

[91] Josine Junger-Tas, Ineke Haen Marshall, Dirk Enzmann, Martin Killias, Majone Steketee, Beata Gruszczynska, "Juvenile Delinquency in Europe and Beyond: Results of the Second International Self-Report Delinquency Study", Springer Science & Business Media, 2009, p. 412

[92] https://www.cbs.cw/population-tables

[93] https://www.numbeo.com/cost-of-living/compare_countries_result.jsp?country1=Netherlands&country2=Curacao

[94] Josine Junger-Tas, Ineke Haen Marshall, Dirk Enzmann, Martin Killias, Majone Steketee, Beata Gruszczynska, "Juvenile Delinquency in Europe and Beyond: Results of the Second International Self-Report Delinquency Study", Springer Science & Business Media, 2009, p. 412

[95] "The Situation of Children and Adolescents in Curaçao", United Nations Children’s Fund (UNICEF), 2013, p. 49

[96] "The Situation of Children and Adolescents in Curaçao", United Nations Children’s Fund (UNICEF), 2013, p. 43

[97] "Crime, Violence, and Development: Trends, Costs, and Policy Options in the Caribbean", A Joint Report by the United Nations Office on Drugs and Crime and the Latin America and the Caribbean Region of the World Bank, March 2007, p. 94

[98] "Crime, Violence, and Development: Trends, Costs, and Policy Options in the Caribbean", A Joint Report by the United Nations Office on Drugs and Crime and the Latin America and the Caribbean Region of the World Bank, March 2007, p. 94

[99] "Crime, Violence, and Development: Trends, Costs, and Policy Options in the Caribbean", A Joint Report by the United Nations Office on Drugs and Crime and the Latin America and the Caribbean Region of the World Bank, March 2007, p. 101

[100] http://curacaochronicle.com/columns/curacao-small-island-big-problems-part-3-war-against-drugs-or-the-curacao-connection/

[101] http://retro.nrc.nl/W2/Nieuws/1999/11/16/Vp/05.html

[102] http://retro.nrc.nl/W2/Nieuws/1999/11/16/Vp/05.html

[103] https://eenvandaag.avrotros.nl/item/wie-zijn-de-no-limit-soldiers/

[104] http://nazaritze-lionzman.blogspot.com/2016/06/the-no-limit-soldiers-organized-crime.html

[105] https://soualigayouth.wordpress.com/2021/04/07/shurendy-tyson-quant-and-his-no-limit-soldiers/

[106] https://ocindex.net/country/netherlands

[107] https://www.youtube.com/watch?v=g_sQKNf1mJE

[108] https://revu.nl/artikel/2827/de-gangs-buena-vista-city-en-no-limit-soldiers-voeren-oorlog-op-curacao

[109] http://curacaochronicle.com/main/half-million-guilders-for-murder-helmin-wiels/

[110] https://www.bbc.com/news/world-latin-america-22424009

[111] http://curacaochronicle.com/judicial/life-sentence-for-murder-helmin-wiels-stands-in-court-of-cassation/

[112] https://magazines.openbaarministerie.nl/opportuun/2018/01/de-zaak

[113] http://curacaochronicle.com/judicial/fonseca-gets-26-years-in-prison-on-appeal-for-the-murder-of-helmin-wiels/

[114] https://netherlandsnewslive.com/former-minister-curacao-gets-30-years-in-prison-on-appeal-for-the-murder-of-helmin-wiels/104862/

[115] https://stmaartennews.com/judicial/insufficient-evidence-robbie-dos-santos/

[116] https://caribischnetwerk.ntr.nl/2019/11/18/loterijbaas-aangehouden-voor-betrokkenheid-moord-helmin-wiels/ ; https://www.thedailyherald.sx/islands/robbie-greeted-upon-his-release

[117] https://blazetrends.com/justice-in-curacao-stops-prosecution-of-lottery-king-in-helmin-wiels-murder-case/

[118] https://www.curacaochronicle.com/post/local/elmer-wilsoe-once-a-suspect-in-murder-case-helmin-wiels-wants-compensation/

[119] http://caribbeanelections.com/knowledge/biography/bios/schotte_gerrit.asp

[120] http://curacaochronicle.com/fs/schotte-mfk-will-not-participate-in-elections-anymore/

[121] https://www.ieyenews.com/former-curacao-pm-appeals-corruption-conviction-and-sentence/

[122] https://apnews.com/article/007da10b9ecb4391b048ba655433c79b

[123] https://stmaartennews.com/dutch-news/schotte-loses-appeal-no-longer-mp/

[124] https://sxmgovernment.com/2015/06/05/francesco-corallo-owner-of-starz-beach-plaza-casino-in-st-maarten-to-be-prosecuted-june-16th-with-13-other-defendents/

[125] https://stmaartennews.com/dutch-news/supreme-court-upholds-schottes-conviction/

[126] https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/1988/07/01/preso-il-manager-della-mafia-braccio-destro.html

[127] https://www.laregione.ch/cantone/luganese/1221211/estradato-in-italia-francesco-corallo-aveva-conti-anche-in-banche-di-lugano

[128] http://enricodigiacomo.org/2010-10-linchiesta-quel-paradiso-delle-slot-machine-che-i-monopoli-italiani-ignorano-coincidenze-la-atlantis-ha-sede-a-saint-lucia-con-un-fatturato-di-30-miliardi-di-euro-lazienda-off-shore-supera-an/

[129] https://www.senato.it/japp/bgt/showdoc/showText?tipodoc=Sindisp&leg=16&id=509369

[130] https://www.huffingtonpost.it/2012/12/07/i-monopoli-ritirano-la-concessione-per-le-slot-machine-alla-bplus-di-francesco-corallo_n_2256063.html?utm_hp_ref=it-francesco-corallo

[131] https://st.ilsole24ore.com/art/notizie/2014-08-08/giochi-bplus-commissariata-063848.shtml?uuid=ABZNuRiB

[132] https://www.lettera43.it/corallo-limpero-del-re-delle-slot/?refresh_ce

[133] https://opencorporates.com/companies/cy/HE288055

[134] https://www.ilcorrieredelgiorno.it/riciclaggio-chiesto-processo-per-gianfranco-fini-e-la-famiglia-tulliani/

[135] Il partito guidato da Silvio Berlusconi

[136] https://roma.repubblica.it/cronaca/2016/12/13/news/roma_riciclaggio_arrestati_il_re_mida_dei_giochi_e_amedeo_laboccetta-154013735/ ; https://nicolettaforcheri.wordpress.com/2013/08/04/roma-si-consegna-il-re-delle-slot-machine-francesco-corallo-era-latitante-dal-2012/

[137] https://curacaochronicle.com/tag/francesco-corallo/ ; https://www.occrp.org/en/daily/5894-italy-s-king-of-slots-arrested ; https://sxmgovernment.com/2016/12/14/full-story-the-richest-dutch-citizen-francesco-corallo-mob-boss-arrested-warrants-issued-by-the-italian-authorities-early-morning-raids-baestsen-also-arrested/ ; https://knipselkrant-curacao.com/blog-jr-the-real-corallo-story-call-me-francesco-or-call-me-the-godfather/  ; https://international.sp.nl/nieuws/2019/08/another-threatening-letter-from-a-gambling-boss-in-curacao

[138] https://www.lettera43.it/corallo-limpero-del-re-delle-slot/?refresh_ce

[139] https://www.avvenire.it/attualita/Pagine/arrestato-re-delle-slot-ai-caraibi

[140] https://www.ilprimatonazionale.it/cronaca/la-casa-di-montecarlo-era-dei-tulliani-fini-allora-sono-un-coglione-54468/; https://www.ilreggino.it/cronaca/2021/04/21/rinascita-scott-la-pubblicita-non-richiesta-al-coimputato-di-fini-tulliani-e-corallo/

[141] https://www.pressgiochi.it/rouge-et-noir-il-6-dicembre-si-decide-sulla-richiesta-di-stralcio-presentata-dai-legali-di-fini/96610

[142] https://stmaartennews.com/dutch-news/supreme-court-upholds-schottes-conviction/

[143] https://drugtrade.wordpress.com/2018/12/03/the-saga-of-gerrit-schotte-and-francesco-corallo-2018-curacao-and-sint-maarten/

[144] https://www.southcom.mil/Media/Special-Coverage/Cooperative-Security-Locations/

[145] https://www.law.ox.ac.uk/research-subject-groups/centre-criminology/centreborder-criminologies/blog/2021/04/breaking-borders

[146] https://www.ispionline.it/it/tag/venezuela

[147] https://globalmonitor.us/product/venezuela-oil-and-gas-market-report

[148] https://www.nytimes.com/2019/08/06/us/politics/venezuela-embargo-sanctions.html

[149] https://www.reuters.com/article/us-venezuela-politics-idUSKBN1W100J

[150] https://www.bbc.com/news/world-latin-america-42657370

[151] https://www.venezuelablog.org/interactive-map-degrees-of-diplomatic-recognition-of-guaido-and-maduro/

[152] https://sicurezzainternazionale.luiss.it/2021/12/22/turchia-venezuela-discutono-dei-futuri-sviluppi-della-cooperazione/

[153] http://www.vita.it/it/article/2021/10/11/venezuela-lesodo-del-25-della-popolazione/160695/

[154] https://www.europapress.es/internacional/noticia-venezuela-supera-umbral-seis-millones-migrantes-refugiados-20210910101210.html

[155] https://www.r4v.info/en/refugeeandmigrants

[156] “Detained and Deported – Venezuelans denied protection in Curaçao”, Amnesty International, 2018, p. 9

[157] “Detained and Deported – Venezuelans denied protection in Curaçao”, Amnesty International, 2018, pp. 11, 24

[158] “Still no Safety - Venezuelans denied protection in Curaçao”, Amnesthy International, 2021, pp. 36-37

[159] https://www.dolfijnfm.com/tweede-kamer-wil-dat-regering-curacao-aanspreekt-op-mensenrechtensituatie/?fbclid=IwAR3qhbAifUkMCMdUsc_kQCh28AaDiCv3gHfYcazN0vFKcka9tZUL3dRs3QM ; https://www.facebook.com/dolfijnfmnieuws/photos/a.479047102265709/1756660387837701/

[160] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2021/10/curacao-authorities-continue-deny-protection-people-fleeing-crisis-venezuela/ ; government.aw/news/news_47033/item/the-netherlands-helps-aruba-with-109-million-florins-to-cope-with-venezuelan-crisis_44593.html ; https://www.facebook.com/dolfijnfmnieuws/photos/a.479047102265709/1756660387837701/

[161] https://www.law.ox.ac.uk/research-subject-groups/centre-criminology/centreborder-criminologies/blog/2021/01/welcome-reception

[162] https://www.independent.co.uk/news/world/americas/venezuela-shipwreck-latest-updates-curacao-dead-missing-sink-boat-sank-a8154106.html ; https://www.bbc.com/news/world-latin-america-48607330

[163] https://curacaochronicle.com/local/venezuelans-in-curacao-respond-to-governors-remarks-during-opening-parliamentary-year/

[164] https://www.law.ox.ac.uk/research-subject-groups/centre-criminology/centreborder-criminologies/blog/2021/04/breaking-borders

[165] https://mronline.org/2019/04/23/intervention-in-venezuela-a-tour-of-u-s-military-bases-in-curacao-and-aruba/

[166] https://www.tni.org/es/art%C3%ADculo/bases-avanzadas-de-los-estados-unidos-en-aruba-y-curacao

[167] https://ibiworld.eu/2021/12/25/grecia-nascono-i-nuovi-campi-di-concentramento/ ; https://www.etiasvisa.com/etias-news/frontex-regulation-european-border ; https://nos.nl/artikel/2358807-baas-europese-grensbewaking-in-het-nauw-door-illegaal-terugzetten-migranten ; https://www.etiasvisa.com/etias-news/eu-hotspot-system

[168] https://ibiworld.eu/2021/04/27/basi-militari-e-miniere-il-volto-nuovo-del-fondo-delloceano/

[169] https://www.mdpi.com/2072-4292/11/6/680/htm

[170] https://www.isa.org.jm/exploration-contracts/interoceanmetal-joint-organization

[171] http://www.specpartners.net/aboutus.html

[172] 2019.12.31 Spec Partners Ltd. Bedford

[173] http://www.specpartners.net/files/GWL_Pan-Caribe_2015.pdf

[174] 2011.04.12 GWL Technologies LLP Sheffield, page 3

[175] http://www.specpartners.net/files/GWL_Pan-Caribe_2015.pdf

[176] 2013.04.21 GWL Technologies LLP Sheffield, page 3

[177] 2016.08.13 GWL Technologies LLP Sheffield

[178] 2018.02.17 GWL Technologies LLP Sheffield

[179] https://www.rosgeo.com/subdivision/ymg/#popup-person-enterprise-1904 ; 2016.02.03 Geology Without Limits Ltd. Horsham

[180] https://www.curacaohistory.com/detail/1969-trinta-di-mei

[181] https://atlanticsentinel.com/2021/03/curacao-election-result-will-set-off-alarm-bells-in-netherlands/

[182] http://www.caribbeanelections.com/cw/elections/cw_results_2012.asp

[183] https://atlanticsentinel.com/2021/03/curacao-election-result-will-set-off-alarm-bells-in-netherlands/

[184] http://www.caribbeanelections.com/cw/elections/cw_results_2016.asp

[185] http://www.caribbeanelections.com/cw/elections/cw_results_2017.asp

[186] https://atlanticsentinel.com/2021/03/curacao-election-result-will-set-off-alarm-bells-in-netherlands/

[187] https://caribbeannetwork.ntr.nl/2021/03/20/mfk-leader-pisas-brings-upon-major-shift-in-politics-on-curacao/

[188] https://www.curacaochronicle.com/post/main/pisas-cabinet-officially-agrees-with-coho-has-voter-fraud-been-committed/

[189] https://www.curacaochronicle.com/post/main/pisas-cabinet-officially-agrees-with-coho-has-voter-fraud-been-committed/

[190] https://caribischnetwerk.ntr.nl/2021/09/05/kabinet-pisas-officieel-akkoord-met-coho-is-er-kiezersbedrog-gepleegd/

[191] https://caribischnetwerk.ntr.nl/2020/09/11/premier-rutte-geen-onderhandeling-over-coronaleningen-aruba-diep-teleurgesteld/

[192] https://caribischnetwerk.ntr.nl/2020/08/10/coronaleningen-komen-de-eilanden-en-den-haag-er-toch-samen-uit/ ;https://caribischnetwerk.ntr.nl/2020/08/13/coronacrisis-legt-verslechterde-relatie-curacao-en-nederland-bloot/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette