La haine indomptable du converti

La guerre froide qui vise à anéantir le Qatar se déroule aussi en France - le pays dont l'économie entretient la relation la plus profonde avec le golfe Persique - d'autant plus que les Émirats arabes unis ont acheté une partie de le fonds de pension national. Cette guerre a besoin de combattants - comme Mohamed Louizi, l'inspirateur des livres contre le Qatar et les Frères musulmans.

001

 

Comme le dit l'adage, il n'y a personne de plus radical qu'un converti. Mohamed Louizi en est un exemple clair : selon sa propre biographie, il a commencé sa carrière de militant (en 2002)[1] en tant que membre de l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) : une organisation proche des Frères musulmans[2]. Eh bien, il a changé d'avis. Dans son pays d'adoption, il est l'un des militants politiques les plus prospères : dans les écrits ou à la télévision, il tonne contre quiconque, dans sa perception de la réalité, soutient, encourage, tolère le fanatisme islamique - à partir d'une position extrémiste, bien sûr, ce qu'il suppose parfois exagérant de façon sensationnelle.

Lorsque Louizi est arrivé à Lille en 2002, peu après avoir obtenu son diplôme du Maroc, il a (à juste titre) cherché des contacts et les a trouvés au sein de l'UOIF - l'association qui rassemble toutes les composantes de la vaste galaxie du monde islamique, y compris les Frères musulmans. Cependant, après une décennie d'activiste passionné, l'illumination arrive : Louizi quitte l'UOIF en 2012 et devient l'un des principaux ennemis de cette organisation et un ennemi de la Fraternité et du Qatar car, à ses yeux, ces entités sont comparables à l’organisation néo-nazie PEGIDA[3] et comment PEGIDA, ils devraient être interdits. Ils sont (à son avis)[4] le fer de lance du salafisme[5], qui (à son avis) est le principal opposant à la paix mondiale et le principal soutien au terrorisme religieux[6]. Une thèse au goût de Marine Le Pen et des extrémistes de droite française pour justifier l'une de leur obsession : l'expulsion des musulmans de l'Union européenne[7].

Mohamed Louizi s'est présenté sur la scène du débat politique français avec son livre « Pourquoi j'ai quitté les Frères Musulmans » [8]: son départ d'un parti (les Frères musulmans), qu'il aurait rejoint à l'âge de 19, c'est ce qu'il a regretté plus tard[9]. Ce livre était le premier d'une série de nombreuses publications dont le principal message est que la France ne peut accepter que les musulmans soient autorisés à être politiquement actifs dans ce pays.[10] Curieusement, selon ses déclarations, il devrait être le premier à arrêter toute activité politique dans le pays (France) qui l'a accueilli comme jeune ingénieur et lui a donné l'opportunité de s'établir comme ingénieur électricien, de fonder sa famille, et devenir l’un des idéologues les mieux payés de la droite politique française.[11]

Bien sûr, ce n'est que l'opinion de l'auteur de cet essai. D'un point de vue idéologique, Louizi soutient une thèse acceptable qui a été une question ouverte même dans le christianisme pendant des décennies, car la naissance de la démocratie chrétienne italienne et de partis similaires à travers l'Europe a fait face à deux points de vue, qui sont d'optiques diamétralement opposées[12]: elle a-t-il raison d'avoir un parti laïc fortement inspiré par des critères religieux (comme la démocratie chrétienne[13] ou les Frères musulmans[14]), ou devrait-on demander à ceux qui sont profondément religieux de rester en dehors de la politique, comme le prétend Louizi ?[15]

Quoi qu'il en soit, il est juste que vous changiez d'avis au cours de votre vie. Louizi l'a fait à plusieurs reprises : sa carrière politique n'a pas commencé en 1991 à l'âge de 17 ans lorsqu'il s'est inscrit à la Faculté des Sciences et Technologies de l'Université Mohammadia (Maroc), où il a obtenu son diplôme en 1999 (à seulement 21 ans[16]), mais, comme il l'écrit dans son livre, bien des années auparavant, alors qu'il n'avait que 13 ans[17]. Il était un activiste du mouvement Harakat al Tawhid wal Islah[18] - un parti anti-monarchiste fondé par Abdelilah Benkirane, dont le but était de contrer la volonté du roi Hassan II de persécuter les extrémistes musulmans, car le roi les considérait comme une menace pour son pouvoir.[19]

Histoire du PJD, de l'extrémisme au conformisme

Abdelilah Benkirane est né en 1954 et était membre de la jeunesse musulmane (Chabiba al Islamiya), un mouvement clandestin radical fondé en 1969. Le chef du mouvement, Abdelkrim Mouti, inspecteur scolaire, a été fortement influencé par les écrits du chef des Frères islamiques Sayyid Qutb[20], récemment condamné à mort (1966) et pendu en Égypte[21]. Le but initial du groupe était d'influencer un changement dans les universités qui étaient alors sous la domination de la gauche et pour lesquelles Chabiba al Islamiya avait une vision radicale de l'importance de la religiosité dans la science[22]. La peur de la monarchie (y compris du Maroc) à l'égard des jeunes musulmans politiquement actifs a commencé avec certaines attaques de ce mouvement universitaire contre les syndicalistes en 1975, d'autant plus après la révolution iranienne qui a porté les ayatollahs au pouvoir en 1979 et a transformé la Perse en théocratie[23].

Au début des années 1980, le Maroc a changé sa stratégie et a accompagné l'oppression des militants les plus féroces avec la cooptation des modérés - à ce moment-là, Benkirane s'est détaché des jeunes musulmans et, avec Louizi et d'autres militants, a « épousé » la monarchie et a fondé le MUR (Harakat al Tawhid wal Islah - Mouvement pour l'unité et la [24]), sachant que le roi soutiendrait son projet : Entre-temps, un nouveau mouvement clérical radical est né (appelé Al 'Adl wal Ihsane), de sorte que Benkirane , ainsi que le roi Muhammad VI, avaient un grand intérêt à empêcher les jeunes radicaux d'entrer dans une formation révolutionnaire[25].

Le manifeste politique MUR de 1994[26], intitulé « Al-Mithaq », qui est parsemé de citations du Coran, contient une référence à la moralité musulmane et un rejet de la corruption dans l'administration publique, la monarchie et l'armée, considérée comme la cause d'une profonde et crise économique. Benkirane, qui a déjà un accord avec le roi, doit tenter de concilier les rêves et les aspirations de la haute bourgeoisie, de tous les intellectuels du panarabisme au socialisme, mais aussi la religiosité des Frères musulmans, ainsi que l'extrême nationalisme qui grandissait au cours de ces années. L'Algérie voisine saignait, le Maroc était prêt pour une réforme de la monarchie, que MUR ne remet jamais en cause en tant que chef du pays[27]. En réalité, il y a deux atouts dans sa manche : l'alliance publique avec les Frères musulmans, qui signifie argent et aide organisationnelle, et la plus secrète avec le roi Mohammed VI[28].

L'élection a échoué après cinq ans, mais a été un succès politique : Benkirane et le roi Mohammed sont désormais clairement alliés. Louizi fait partie d'un parti pro-monarchiste qui a tourné le dos aux Frères musulmans depuis 1999 : en effet, Louizi suit Benkirane dans la formation d'un nouveau parti politique, le PJD (Parti de la justice et du développement), toujours au pouvoir[29] à ce jour. Dans les années entre la graduation de Louizi et son déménagement en France, le PJD sera une partie active du gouvernement du pays[30], en partie grâce à sa modération et au fait que son lien avec un monarque avec une vision plus moderne du Maroc (et de son engagement envers la radicalisation religieuse) leurs apportent une réputation internationale.[31]

Un agent monarchiste à Lille

Cela signifie que le jour où il a déménagé en France (en 2002) et est devenu membre exécutif du bureau de l'UOIF à Lille[32], Louizi avait tourné le dos aux Frères musulmans depuis près de trois ans[33]. Non pas parce qu'il a choisi de mettre fin à sa carrière politique, comme il le dit, mais à cause du contraire, comme l'exigeait le chef de son mouvement, Abdelilah Benkirane.[34]

L'UOIF, qui a pour mission de rassembler tous les musulmans quelles que soient les divisions politiques et théologiques, sera contrainte de mettre fin à tout lien avec les Frères musulmans en 2017 afin de ne pas mettre en danger leur survie en France, et son nom dans « Musulmans de France » (MdF)[35] pour changer. Une organisation qui est maintenant membre établi de l'UOIE (Fédération des organisations islamiques en Europe[36]), qui appartient à un cartel soutenu financièrement et politiquement par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis[37]. Donc pour Louizi : Mission accomplie.

Evidemment, ce résultat n'est pas suffisant pour l'activiste pro-monarchiste marocain ou pour ses partisans dans le golfe Persique. Il y a une guerre contre le Qatar, considéré comme l'allié le plus dangereux des Frères musulmans, et contre ceux qui, selon Louizi, veulent anéantir les monarchies féodales du Moyen-Orient au nom de l'islam. Il devient consultant auprès d'auteurs non romanesques qui se rapprochent le plus de sa vision. Mohamed Louizi est l'une des principales sources du livre d'Ian Hamel, membre de l'équipe de journalistes payés par un extrémiste pro-saoudien égyptien, Abdelraheem Ali[38]. Sur la base du contenu de ce livre, intitulé « Tariq Ramadan »[39], Ian Hamel fait l'objet d'une enquête pénale devant un tribunal suisse pour suspicion de falsification de documents[40].

L'essai d'Ian Hamel se vend peu et n'est pas bien accueilli. Abdelraheem Ali a convaincu deux journalistes français, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, d'écrire un livre plus exclusif : « Qatar Papers », qui contient une évaluation de plusieurs documents comptables volés aux ministères d'État et aux ONG du Qatar[41]. Louizi est l'une des principales sources du livre[42], notamment avec ses potins sur le centre islamique de Villeneuve d'Ascq et le lycée Averroès à Lille[43]. Il est également[44] l'un des principaux assistants du documentaire de Jérôme Sesquin, qui a accompagné la production de « Qatar Papers »[45].

Le fait est que Mohamed Louizi, qui a également affirmé que le Qatar avait lancé et soutenu le mouvement « Gilets Jaunes »[46], a déjà été condamné pour diffamation par le tribunal de Lille pour avoir menti publiquement sur un homme d'affaires local, Soufiane Iquioussen[47]: un jeune homme honoré qui, merci au succès de son atelier de réparation automobile et de ses activités solidaires[48], a été sélectionné avec le Prix régional du meilleur jeune manager de 2016[49]. Lors du procès, seuls deux journaux ont défendu publiquement Louizi : Le Figaro (Georges Malbrunot)[50] et Le Point ( Ian Hamel).[51]

Mohamed Louizi a également accusé Emmanuel Macron de trahison et a affirmé que son parti politique avait été infiltré par les Frères musulmans[52]. Louizi est également l'homme qui prétend que Macron et le gouvernement du Qatar financent le terrorisme en Syrie[53]. En raison de ces allégations, Rachid El-Kheng, un assistant personnel du président Macron, a poursuivi Louizi pour diffamation[54]. Dans le « Rapport européen sur l'islamophobie 2018 », un manuel financé avec le soutien financier de l'Union européenne, Mohamed Louizi est cité à plusieurs reprises comme un instigateur de la haine de l'islam.

Une haine qui, heureusement, ne gâche pas la santé du militant marocain, mais au contraire lui permet de gagner beaucoup d'argent et d'avoir la satisfaction d'assister à des conférences, des talk-shows et des séminaires politiques.

 

[1] https://www.amazon.com/Pourquoi-jai-quitt%C3%A9-fr%C3%A8res-musulmans/dp/2841868184

[2] https://www.marianne.net/societe/un-collectif-publie-une-cartographie-de-la-galaxie-des-freres-musulmans-en-france

[3] Founded in Dresden (Germany) in October 2014, PEGIDA Patriotic Europeans Against the Islamisation of the Occident (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes), is a Pan-European, Islam-Phobic, extreme right political movement. Pegida believes that Germany is being increasingly Islamicized and defines itself in opposition to the danger of destruction of the Arian genetics, tradition, religion and culture because of the Muslims.  Pegida wants to curb immigration; it accuses authorities of failure to enforce immigration laws. In 2015, Lutz Bachmann, the founder of Pegida, resigned from the movement after reportedly posing as Adolf Hitler and making racist statements on Facebook. He was later reinstated – see Fabian Virchow, “PEGIDA: Understanding the Emergence and Essence of Nativist Protest in Dresden", Journal of Intercultural Studies, volume 37 / 2016, Taylor and Francis Ltd., London 2020; https://www.spiegel.de/international/germany/origins-of-german-anti-muslim-group-pegida-a-1012522 ; https://www.ssoar.info/ssoar/bitstream/handle/document/55598/ssoar-politicquarterly-2015-4-dostal-The_Pegida_Movement_and_German.pdf?sequence=1http://blogs.colgate.edu/keck/2015/03/pegida-in-germany.html

[4] https://huffpost50.rssing.com/chan-24823712/all_p422.html

[5] This fact, in our opinion, has been the reason why Christian Chesnot and Georges Malbrunot, after the abduction of 2004, gave the blame of the kidnapping to a Salafist group and not to the Sadrism Army, which has been the probable mind behind that abduction

[6] https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/05/31003-20160205ARTFIG00415-uoif-freres-musulmans-salafisme-le-dessous-des-cartes.php

[7] https://www.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170504.OBS8965/freres-musulmans-conferences-polemiques-10-choses-a-savoir-sur-l-uoif.html

[8] https://www.michalon.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=500568&razSqlClone=1

[9] https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=JQwduGLmeU8&feature=emb_title

[10] His last post on his blog repeats his paranoid assertions: if there are local lists, where Muslims are candidates for some Municipal election, this is a real and immediate danger for the ethnic survival of the French population, even if there are only 10 in a row of 20765 allowed local lists – see  http://mlouizi.unblog.fr/2020/03/10/les-municipales-a-lheure-de-lislam-politique-a-roubaistan/#more-2016

[11] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[12] https://www.avvenire.it/agora/pagine/sturzo-politica-atto-damore ; https://www.vaticannews.va/it/mondo/news/2019-04/100-anni-appello-don-sturzo-intervista-salvatore-martinez.html ; https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/fede-e-impegno-in-politica-i-cristiani-che-fanno-litalia ; https://www.agensir.it/quotidiano/2019/2/8/cattolici-e-politica-mons-ardura-non-abbiamo-bisogno-di-politici-cristiani-ma-di-cristiani-impegnati-in-politica/ ;  http://www.fter.org/go/images/documenti/pdf/MarioChiaro_Confronti_2010.doc.pdf

[13] https://www.lintellettualedissidente.it/controcultura/storia/le-fondamenta-sociali-della-democrazia-cristiana/

[14] https://www.hudson.org/research/9857-the-crisis-of-the-arab-brotherhood

[15] Mohamed Louizi, “Plaidoyer pour un Islam apolitique”, Michelon, Paris 2017

[16] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[17] https://www.amazon.it/Pourquoi-jai-quitt%C3%A9-fr%C3%A8res-musulmans/dp/2841868184

[18] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[19] Born in 1954, Abdelilah Benkirane was a member of Muslim Youths (Chabiba al Islamiya), a radical clandestine movement established in 1969. The movement’s leader, Abdelkrim Mouti, an inspector of primary education, was influenced by the writings of radical Egyptian Islamist Sayyid Qutb. The group’s original target was universities, which were then under the sway of secular leftists. The PJD’s main objective was to liberate society from jahiliya, which refers to ignorance of divine guidance in pre-Islamic Arabia. The monarchy’s tolerance of Muslim Youths began to wane after the group’s assassination of a leftist labour leader in 1975 and Iran’s Islamic revolution in 1979. In the late 1970s and early 1980s, the government launched a dual strategy of repression and co-optation of Islamist militants. Benkirane broke with the banned Muslim Youths in 1980; he then took small steps to reassure the security apparatus in exchange for help integrating loose Islamist groups into the legal associations. In the 1990s, two developments aided Benkirane’s project. First, a civil war consumed neighbouring Algeria after the military cancelled elections that Islamists were poised to sweep in 1992. Second, a radical new clerical movement was highly critical of Morocco’s participation with U.S. forces in the 1990–91 Gulf War to liberate Kuwait after Iraq’s invasion. In 1992, Benkirane was allowed to establish Reform and Renewal (al Islah wa Tajdid), a group that conspicuously dropped the name of Islam even though it was an Islamic association. It changed its name to the Movement of Unity and Reform (Harakat al Tawhid wal Islah, or MUR) in 1996, after three regional groups joined in. The new movement provided the social and religious backbone of the future political party”, the PJD – see https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[20] https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[21] https://www.britannica.com/biography/Sayyid-Qutb

[22] https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[23] Abdolmohammad Kazemipur, “Religious Life Under Theocracy: The Case of Iran”, Journal for the Scientific Study of Religion, Volume 42, pages 347-361

[24] https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[25] https://www.hudson.org/research/12286-islamism-and-the-state-in-morocco

[26] https://www.hudson.org/research/12286-islamism-and-the-state-in-morocco

[27] https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[28] Holger Albrecht, Eva Wegner, “Dictators and Islamists: A comparative perspective on Egypt and Morocco”, ECPR European Consortium for Political Research, Colchester 2005, pages 5-13 – see https://ecpr.eu/Filestore/PaperProposal/70ceab3e-76b9-4d5a-8f31-41b989333a68.pdf

[29] http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/402712.stm

[30] https://www.theguardian.com/world/2010/dec/06/wikileaks-cables-morocco-royals-corruption

[31] https://web.archive.org/web/20110525003606/http://moroccansforchange.com/2011/03/09/king-mohamed-vi-speech-3911-full-text-feb20-khitab/ ; https://www.bbc.com/news/world-africa-13964550

[32] http://www.vitainternational.media/en/article/2015/11/27/why-i-quit-the-muslim-brotherhood/82/ ; https://www.atlantico.fr/decryptage/2552387/mohamed-louizi-raconte-pourquoi-il-a-quitte-les-freres-musulmans-et-explique-le-role-de-la-republique-et-la-laicite-dans-son-cheminement-editions-michalon

[33] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[34] Abdelilah Benkirane: “I say to young talents, get involved in politics. If you are graduates of HEC Paris, you are successful this is very good for you. You are comfortable in your cabin and it is very comfortable. But if the Morocco boat sinks, you will sink with it. The brains of Morocco must get involved in politics. The brains must integrate the Moroccan administration and the political life otherwise we will always be led by ignorant people and rots”, see https://www.youtube.com/watch?v=VtEC3iu7aSc

[35] https://www.la-croix.com/France/Changement-pour-UOIF-desormais-appelee-Musulmans-France-2017-04-15-1300839890

[36] https://euobserver.com/news/25444

[37] Fabrice Maulion, “L'organisation des Frères Musulmans : évolution historique, cartographie et éléments d'une typologie”, Université Panthéon-Assas-Paris II, DRMC Département de Recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines, Paris 2004, pages 43-44 and pages 47

[38] See Chapter 6.2.6, 6.2.9, 6.2.10, 6.2.11 and 6.2.12 of this Main Report;

[39] https://books.google.it/books?id=EmPIDwAAQBAJ&pg=PR4-IA3&lpg=PR4-IA3&dq=sesquin+louizi&source=bl&ots=0NV_ZdrQr7&sig=ACfU3U3Gho8Du7LXYu1eieUY-9eTaIXERw&hl=it&sa=X&ved=2ahUKEwiKyb-RhZ_qAhWowqYKHfU7CBMQ6AEwAXoECAoQAQ#v=onepage&q=sesquin%20louizi&f=false

[40] https://www.reveilcitoyenmedia.com/post/ian-hamel-fait-face-%C3%A0-la-justice-helv%C3%A9tique-pour-avoir-diffam%C3%A9-et-calomni%C3%A9-tariq-ramadan

[41] http://www.michel-lafon.fr/livre/2233-QATAR_PAPERS.html

[42] Christian Chesnot, Georges Malbrunot, “Qatar Papers, il libro nero dell’Islam”, versione italiana, Rizzoli, Milano 2019, page 36, pages 100-101, pages 112-113, passim

[43] https://www.lavoixdunord.fr/640358/article/2019-09-20/le-financement-de-la-mosquee-de-villeneuve-d-ascq-pointe-par-un-documentaire

[44] Ian Hamel, “Tariq Ramadan: Histoire d’une imposture”, Arthaud, Paris 2000, Chapter “Burgat débine Kepel et Roy”; Christian Chesnot, Georges Malbrunot, “Qatar Papers, il libro nero dell’Islam”, versione italiana, Rizzoli, Milano 2019, pages 89-110

[45] https://www.lavoixdunord.fr/640358/article/2019-09-20/le-financement-de-la-mosquee-de-villeneuve-d-ascq-pointe-par-un-documentaire

[46] https://blogs.mediapart.fr/nabil-ennasri/blog/190419/qatar-papers-la-montagne-des-accusations-et-la-souris-de-la-realite

[47] https://www.lavoixdunord.fr/698817/article/2020-01-22/condamne-pour-diffamation-contre-soufiane-iquioussen-m-louizi-se-pourvoit-en ; https://www.lavoixdunord.fr/489789/article/2018-11-16/le-blogueur-roubaisien-mohamed-louizi-condamne-pour-diffamation

[48] https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/31/soufiane-iquioussen-le-garagiste-solidaire-qui-veut-reparer-denain_4341546_3224.html

[49] https://www.youtube.com/watch?v=s6uPIzTijDk

[50] https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/02/19/01016-20180219ARTFIG00277-un-essayiste-anti-islamiste-jeune-contre-le-harcelement-judiciaire.php

[51] https://www.lepoint.fr/societe/le-luxueux-train-de-vie-de-certains-representants-de-l-islam-en-france-06-07-2016-2052292_23.php

[52] http://www.opinione.it/esteri/2017/05/13/yves-mamou/

[53] https://www.liberation.fr/checknews/2018/04/23/est-ce-que-la-france-subventionne-syria-charity-est-ce-que-cette-ong-est-liee-aux-freres-musulmans-o_1653561

[54] https://www.causeur.fr/mohamed-louizi-rachid-el-kheng-islamisme-proces-macron-167665

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.