paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2022

L'effondrement de la pêche en Italie

Au cours des dix dernières années, six gouvernements ont dirigé l'Italie. Ces six gouvernements sont à l'origine d'une crise probablement insoluble pour le secteur de la pêche en Italie : ils l'ont fait par incompétence et paresse.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que les rêves de Matteo Renzi de nouveaux forages sont morts avec le référendum contre l'exploitation pétrolière dans nos eaux, Luigi Di Maio et Giuseppe Conte sont responsables de n'avoir rien fait pour éviter une catastrophe. Si, du côté italien, la confusion règne actuellement et que l'Union européenne refuse de prendre position, les Français et les Nations unies mettent en pratique leurs droits acquis - et cela donne aux gouvernements de Croatie, d'Algérie, de Tunisie, de Turquie et de Libye la possibilité de s'abattre impunément presque devant les ports de Sicile. Une situation intolérable, et pas seulement en raison des grandes traditions maritimes de notre peuple : nous avons aussi une population à nourrir...

Lorsque, le 2 octobre 1935, Benito Mussolini répond à une lettre officielle de la Société des Nations condamnant l'Italie pour son agression contre l'Abyssinie, il décrit les Italiens comme "un peuple de poètes, d'artistes, de héros, de saints, de penseurs, de scientifiques, de navigateurs", de transmigrateurs" - une phrase pour défendre l'orgueil du jeune pays (l'Italie unie venait d'avoir 65 ans), qui fut gravée sur le Palazzo della Civiltà, dans le quartier de l'EUR, construit par le fascisme pour l'Exposition universelle de 1942, annulée par la guerre, et qui sera achevé en 1960 pour l'édition romaine des Jeux olympiques[1].

Le Duce a oublié d'ajouter : des pêcheurs. Après des milliers d'années où la pêche était une activité de subsistance liée à la vie sur la côte, en 1866, après la conquête de plusieurs ports de l'Adriatique et la défaite de la flotte austro-hongroise, qui faisait également le commerce du poisson salé avec les provinces intérieures de l'Empire, la jeune nation italienne, déchirée par la guerre, la misère et des infrastructures arriérées, découvre la pêche comme une activité industrielle. Dix ans plus tard, les entreprises de pêche installées dans les ports du nord de l'Adriatique (Istrie, Frioul et Vénétie) capturent, salent, fument et vendent 90 tonnes de poisson par an - dans une nation dont le total est de 240 tonnes, uniquement parce que les populations de Sicile et de Sardaigne en vivent presque exclusivement[2].

Les chiffres du déclin

Mais ce n'est pas la seule raison : la mer Adriatique est plus riche en poissons que la mer Tyrrhénienne. Après la Seconde Guerre mondiale, l'industrie italienne de la pêche est partie de cette mer et s'est développée grâce aux améliorations techniques de la pêche elle-même et des systèmes de conservation et de traitement du poisson[4]. Après l'âge d'or, vers 1970, la pêche intensive a fortement réduit la faune méditerranéenne, si bien que tous les pays, y compris l'Italie - bien que 69 % des travailleurs de la pêche travaillent encore dans le secteur de la capture[5] - ont commencé à investir dans la pêche en captivité, à tel point qu'au cours des dix dernières années, l'Italie, l'Espagne et la Pologne ont reçu une aide communautaire de plus de 320 millions, soit près de 40 % des dépenses européennes en matière de pêche[6].

En conséquence, la flotte de pêche italienne a diminué d'environ un tiers depuis 1995[7], quittant l'Adriatique pour la Sicile, qui représente à elle seule environ un tiers du tonnage total[8]. Cette réduction a été compensée par une augmentation du nombre de poissons capturés par bateau et une hausse des prix du marché, qui sont passés de 0,5 € par kilo en 1976 à 3,5 € par kilo en 2009 et à 5,9 € par kilo en 2019[9]. La quantité de poisson italien continue de diminuer (230 000 tonnes en 2010, 177 000 tonnes en 2019), alors que la consommation augmente et, par conséquent, un pourcentage croissant des produits de la pêche consommés sur les tables italiennes provient de l'étranger, notamment des flottes norvégienne et islandaise[10].

Pour inverser la tendance, il faudrait un changement structurel, ce qui est impensable à l'heure actuelle. Le fait que l'homme ait pillé et empoisonné les mers n'est pas seulement une question liée à la Méditerranée, mais c'est un problème à l'échelle mondiale qui a provoqué, au cours des 80 dernières années, une transformation profonde de tout le secteur : des chiffres importants sont capturés par des flottes capables de pêcher dans les eaux internationales et à de grandes profondeurs : Une telle flotte ne s'improvise pas, elle coûte des sommes énormes et elle est aujourd'hui confrontée à des pays comme la Chine, dont l'industrie de la pêche met sur le marché 81 millions de tonnes de poissons par an, dont les trois quarts proviennent de l'aquaculture[11].

Mais il y a 84 millions de tonnes de poissons capturés dans les eaux internationales de l'océan Pacifique[12] par les flottes indonésiennes, indiennes, vietnamiennes, russes et américaines - alors que l'ensemble de l'industrie de la pêche italienne peine à atteindre 0,2 million de tonnes par an, ce qui nous place au-dessus de 50 % des principaux pays pêcheurs du monde[13]. À cela s'ajoutent les calculs de l'agence des Nations unies pour les problèmes alimentaires (FAO), qui considère que les données officielles ne sont pas crédibles, et craint que la pêche soit 30 % plus importante dans les eaux internationales, en violation flagrante de tous les traités internationaux[14]. La FAO tente de suivre la situation du mieux qu'elle peut, mais le seul résultat tangible est une série interminable de rapports sur la disparition de la pêche dans un nombre toujours plus grand de zones marines[15].

C'est pourquoi la lutte politique, diplomatique et militaire pour les eaux territoriales, surtout dans une zone restreinte comme la Méditerranée, est devenue une lutte impitoyable pour la survie, car les zones les plus rentables pour les coquillages, le poisson bleu et les quelques thons restants font toute la différence : si elles ne sont pas défendues, nos pêcheurs disparaîtront en l'espace d'une génération et l'Italie deviendra la seule nation au monde entourée par la mer et sans industrie de la pêche.

Selon les accords conclus après la Seconde Guerre mondiale, chaque nation se voit garantir l'inviolabilité de ses eaux territoriales : celles-ci s'étendent sur 12 milles marins (environ 22 km) à partir de chaque côte, comme l'a finalement établi la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (traité de Montego Bay) le 10 novembre 1982, après des années de négociations épuisantes dirigées par le Maltais Arvid Pardo, qui est le père de la paix mondiale sur la mer[17]. Au-delà de ce petit bout de mer, le traité de Montego Bay prévoit la création de zones économiques exclusives (ZEE), larges de 370 km (200 milles nautiques)[18] et se heurtant évidemment les unes aux autres : comme il s'agit d'un accord des Nations unies, la gestion de la ZEE est confiée à l'une de ses agences - l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), basée à Rome[19].

L'Italie se voit attribuer une ZEE, qui comprend les mers Adriatique, Ionienne, Tyrrhénienne, Sarde, Sicilienne et Ligurienne[20]. Si cet accord a été accepté par la Yougoslavie et les pays africains en 1982 en raison de leur faiblesse politique et de l'absence d'une flotte capable de contrer les pêcheurs italiens, les choses ont considérablement évolué au fil du temps et, ces dernières années, tant la Croatie que l'Algérie ont présenté des demandes d'extension de leur propre ZEE[21].

Afin de résoudre le problème, ces deux pays ont présenté une demande formelle aux Nations unies, et l'Italie a été invitée à fournir une réponse formelle, qui a également été soumise aux Nations unies, qui ont ensuite recherché une médiation et pris une décision. Si l'Italie n'avait pas répondu, la demande du pays demandeur aurait été considérée comme acceptée et incluse dans les cartes de la FAO : une procédure fortement critiquée par toutes les associations de pêcheurs, mais toujours en vigueur[22].

Les accords de Caen

L'alternative est de résoudre les différends par des négociations bilatérales, comme l'ont fait la France et l'Italie, avec une négociation qui a débuté en 2009 et s'est terminée par un traité, l'Accord de Caen, le 21 mars 2015 : " un accord concernant la définition des frontières maritimes, redéfinissant les lignes de démarcation entre les eaux territoriales italiennes et françaises et les zones sous juridiction nationale au-delà des frontières territoriales "[24]. Un traité signé par les ministres des affaires étrangères Paolo Gentiloni et Laurent Fabius, le Premier ministre Matteo Renzi et le président français François Hollande - un accord convoité par Paris, qui obtient pour ses pêcheurs des zones extrêmement poissonneuses de la mer de Ligurie[25], de la mer de Sardaigne et même de la mer Tyrrhénienne, en échange d'eaux plus profondes dans lesquelles le gouvernement Renzi espère trouver du gaz, du pétrole et des minéraux stratégiques[26].

Les espoirs ne se sont jamais transformés en réalité.Les réactions violentes des pêcheurs italiens, après la chute du gouvernement Renzi, conduisent au traité dit du Quirinal du 26 novembre 2021[27], qui traite de la politique européenne, de la défense militaire, de la sécurité, de l'économie, de l'industrie, de la transition écologique et numérique, de la culture, de la jeunesse et même de l'industrie spatiale[28], mais ne concerne en rien les questions frontalières définies par l'accord de Caen. Si l'Italie n'a jamais ratifié l'Accord de Caen[29], la France l'a fait et, depuis fin 2015, l'applique régulièrement[30].

Cela a suscité l'ire de certains sénateurs, qui ont adressé une interpellation au ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, afin de comprendre comment il est possible d'attribuer "une exclusivité économique à la France sur la 'tranchée du cimetière', entre Vintimille et Menton, et sur plusieurs zones du nord-ouest de la Sardaigne", Ces zones sont particulièrement riches en ressources halieutiques, y compris de grande valeur (crevettes rouges), et surtout vitales pour l'économie des régions concernées, pour de nombreuses flottes de pêche et pour des milliers de familles". La question décrit les pêcheurs comme les victimes d'un "accord particulièrement généreux pour la France et résolument désavantageux pour l'Italie"[31].

La question précise que les zones couvertes par l'accord, outre les activités de pêche, sont importantes pour les ressources naturelles : réserves de gaz (1,4 trillion de mètres cubes) et de pétrole (0,42 milliard de barils)[32].Le 19 mars 2018, Di Maio a répondu sur le site institutionnel du ministère des Affaires étrangères : "L'accord bilatéral de mars 2015 n'a pas été ratifié par l'Italie et ne peut donc pas produire d'effets juridiques. Les frontières maritimes avec la France sont donc inchangées et personne à Paris ou à Rome n'a l'intention de les modifier. Quant à la date du 25 mars, comme nous l'informe l'ambassade de France à Rome, elle concerne simplement "une consultation publique dans le cadre de la concertation préparatoire d'un document stratégique" sur la Méditerranée qui se réfère au droit et aux directives européennes existantes et ne vise en aucun cas à modifier les délimitations maritimes en Méditerranée"[33].

Alarme terminée ? Non, puisque le traité de Montego Bay explique clairement que si un pays ne ratifie pas un accord et n'envoie pas de déclaration d'opposition, l'accord est considéré comme accepté : c'est exactement ce que la France a fait légalement et à juste titre, étant donné que ni le gouvernement Renzi ni le gouvernement Conte n'ont jamais rempli les formalités requises. En janvier 2016, le bateau de pêche ligure "Mina" a été arrêté par la gendarmerie maritime française pour avoir pêché des crevettes rouges dans les eaux de la ZEE française, et le gouvernement italien, a reconnu son erreur, a payé une amende de 8300 € pour libérer le navire génois - un embarras inacceptable[34], même si le gouvernement français a ensuite présenté des excuses diplomatiques depuis Paris, ce qui aurait dû l'empêcher d'escorter le "Mina" jusqu'à Nice et de l'y maintenir emprisonné avec tout son équipage[35].

Le 11 février 2016, un mois après l'incident de "Mina", un bateau de pêche sarde, qui venait de quitter le port d'Alghero pour rejoindre ses zones de pêche habituelles dans le nord de la Sardaigne, a été arrêté - toujours sur la base de l'accord de Caen - par les autorités françaises[37]. La Commission européenne refuse de prendre position, se référant aux lois internationales et aux accords de pêche entre les pays de l'UE[38]. Il s'agit d'une affirmation vide, faite pour ne plaire à personne, mais cela ne change rien au problème.

Pour l'amiral Giuseppe De Giorgi, ancien chef d'état-major de la marine italienne, les "frontières entre les eaux italiennes et françaises restent incertaines". Un récent jugement du tribunal d'Imperia a acquitté un pêcheur de l'accusation d'intrusion dans les eaux françaises. La Cour a également déclaré invalide le traité de Menton de 1892, qui réglementait les frontières entre la Riviera ligure et la Côte d'Azur, toujours parce qu'il n'avait pas été ratifié par le Parlement. Il s'agit d'un précédent qui aura force de loi, compte tenu des nombreuses objections formulées par la gendarmerie maritime française à l'encontre des bateaux de pêche de San Remo"[39].   

En janvier 2018, le ministère français de l'Écologie a publié un document[40] présentant les nouvelles frontières maritimes entre la France et l'Italie établies par l'accord de Caen. La carte agrandit les possessions françaises au détriment de l'Italie, le gouvernement français reconnaît l'erreur, présente ses excuses[41] . Dans le "mauvais" document, la ZEE française va jusqu'à l'île d'Elbe et presque jusqu'à l'île de Ponza, mais le document correctif, publié quelques mois plus tard, inclut les modifications de l'accord de Caen et aucune autorité italienne n'a exprimé de plainte concernant la cession d'une grande partie de la mer Ligure et d'une partie des mers Tyrrhénienne et Sarde[42].

Les pêcheurs italiens sont trop peu nombreux, ils n'ont aucune couverture médiatique et aucun lobby politique. Personne ne les défend, pas même ceux qui se disent pêcheurs amateurs et occasionnels[43] et qui, depuis 20 ans, ont contribué de manière décisive à l'appauvrissement de notre faune marine[44]. L'administration de l'État est incapable de réagir. Après tout, les responsabilités concernant la mer sont réparties entre cinq ministères. Contrairement à Paris, où il existe un seul département de la mer[45]. La position des trois derniers gouvernements, en ce qui concerne Caen, reste celle de Di Maio : l'Italie a signé " sous réserve d'études approfondies supplémentaires, à l'issue desquelles une évaluation globale sera faite en vue d'un éventuel début de ratification "[46]. Ce n'est pas une façon élégante de faire comprendre que personne à Rome ne se soucie des pêcheurs.

[1] https://www.istantidibellezza.it/il-palazzo-della-civilta-italiana.html

[2] https://circoloistria.com/la-pesca-austro-ungarica-allepoca-della-prima-esposizione-provinciale-istriana/

[3] https://www.unimc.it/maremap/it/temi/risorse-biologiche/studi-del-parlamento-europeo/la-pesca-in-italia-2008

[4] Cesare F. Sacchi, “La pesca italiana nell’Adriatico del dopoguerra”, in “Il Politico”, No. 16, volume 1, Rubbettino, Soveria Mannelli 1951, pp. 60-66; https://www.jstor.org/stable/43208739

[5] https://www.unimc.it/maremap/it/temi/risorse-biologiche/studi-del-parlamento-europeo/la-pesca-in-italia-2008, p. 3

[6] https://www.europarl.europa.eu/ftu/pdf/it/FTU_3.3.9.pdf, p. 5

[7] https://www.unimc.it/maremap/it/temi/risorse-biologiche/studi-del-parlamento-europeo/la-pesca-in-italia-2008, p. 11

[8] https://www.unimc.it/maremap/it/temi/risorse-biologiche/studi-del-parlamento-europeo/la-pesca-in-italia-2008, p. 13

[9] https://www.unimc.it/maremap/it/temi/risorse-biologiche/studi-del-parlamento-europeo/la-pesca-in-italia-2008, p. 31

[10] https://www.istat.it/it/files/2020/05/IWP-4-2020.pdf, p.9

[11] https://data.worldbank.org/indicator/ER.FSH.PROD.MT?end=2016&start=1960&view=chart&year_high_desc=true ; https://data.worldbank.org/indicator/ER.FSH.CAPT.MT?end=2016&start=1960&view=chart&year_high_desc=true ; https://data.worldbank.org/indicator/ER.FSH.AQUA.MT?end=2016&start=1960&view=chart&year_high_desc=true

[12] https://it.wikitrev.com/wiki/Ocean_fisheries

[13] https://data.worldbank.org/indicator/ER.FSH.PROD.MT?end=2016&start=1960&view=chart&year_high_desc=true ; https://data.worldbank.org/indicator/ER.FSH.CAPT.MT?end=2016&start=1960&view=chart&year_high_desc=true ; https://data.worldbank.org/indicator/ER.FSH.AQUA.MT?end=2016&start=1960&view=chart&year_high_desc=true ; https://it.wikitrev.com/wiki/Fishing_industry_by_country#cite_note-1

[14] https://greenreport.it/news/aree-protette-e-biodiversita/il-30-del-pesce-pescato-nel-mondo-non-figura-nelle-statistiche/

[15] https://www.fao.org/fishery/en/vme/search

[16] file:///C:/Users/Asus/AppData/Local/Temp/sustainability-06-07482.pdf, p.7489

[17] https://treaties.un.org/pages/ViewDetailsIII.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=XXI-6&chapter=21&Temp=mtdsg3&clang=_en

[18] https://www.un.org/Depts/los/convention_agreements/texts/unclos/closindx.htm

[19] https://www.pescasicura.com/periodi-zone-di-pesca-e-tutela-della-specie/ ; https://fish-commercial-names.ec.europa.eu/fish-names/area_it?code=37

[20] https://en.wikipedia.org/wiki/Exclusive_economic_zone_of_Italy

[21] https://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/mzn_s/mzn135ef.pdf ; https://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/2018_NV_Italy.pdf ; https://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/AlgItaly.pdf

[22] https://www.cambridge.org/core/journals/american-journal-of-international-law/article/abs/judicialization-of-the-sea-bargaining-in-the-shadow-of-unclos/1E7BDAEB4A62B1A43E5AB3456344B4F7 ; https://agriregionieuropa.univpm.it/it/content/article/31/10/mediterraneo-un-mare-di-pesca

[23] http://www.opinione-pubblica.com/argomenti/accordo-di-caen/

[24] https://www.senato.it/japp/bgt/showdoc/showText?tipodoc=Sindisp&leg=18&id=1123193

[25] https://www.limesonline.com/litalia-e-i-mari-contesi/89987 ; https://www.repubblica.it/economia/economia-del-mare/2018/04/12/news/confini_di_mare_italia-francia-191869081/

[26] https://www.ammiragliogiuseppedegiorgi.it/mc/490/laccordo-di-caen ; https://www.repubblica.it/economia/economia-del-mare/2018/04/12/news/confini_di_mare_italia-francia-191869081/

[27] https://www.governo.it/sites/governo.it/files/Trattato_del_Quirinale.pdf

[28] https://www.ilsole24ore.com/art/draghi-e-macron-firmano-trattato-quirinale-AEYvGRz

[29] https://www.askanews.it/esteri/2021/12/09/trattato-quirinale-di-maio-con-parigi-siamo-partner-irreversibili-pn_20211209_00134/

[30] https://www.lecronachelucane.it/2018/03/18/laccordo-siglato-a-caen-il-21-marzo-del-2015-e-stato-fatto-scattare-nei-giorni-scorsi-in-modo-unilaterale-dalla-francia-considerato-che-lo-ha-gia-fatto-ratificare-al-proprio-parlamento/

[31] https://www.senato.it/japp/bgt/showdoc/showText?tipodoc=Sindisp&leg=18&id=1123193

[32] https://www.senato.it/japp/bgt/showdoc/showText?tipodoc=Sindisp&leg=18&id=1123193

[33] https://www.esteri.it/it/sala_stampa/archivionotizie/comunicati/2018/03/senza-fondamento-ipotesi-cessione-mare-a-francia/

[34] https://www.repubblica.it/economia/economia-del-mare/2018/04/12/news/confini_di_mare_italia-francia-191869081/

[35] https://www.repubblica.it/economia/economia-del-mare/2018/04/12/news/confini_di_mare_italia-francia-191869081/

[36] https://www.riviera24.it/2016/01/peschereccio-sequestrato-ora-anche-per-i-francesi-era-in-acque-italiane-il-suo-capitano-oramani-la-stagione-214599/

[37] https://www.corsenetinfos.corsica/Le-mystere-des-frontieres-maritimes-franco-italiennes-fait-polemique-en-Italie_a20129.html

[38] https://www.lastampa.it/imperia-sanremo/2016/06/18/news/guerra-dei-gamberi-l-italia-difende-i-confini-1.34989912/

[39] https://www.ammiragliogiuseppedegiorgi.it/mc/490/laccordo-di-caen

[40] Document stratégique de façade Méditerranée situation de l'existant, enjeux et vision à 2030- Concertation préalable du public - Dossier du maître d'ouvrage - Janvier 2018 ; http://www.geolittoral.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/dmo_med_vfcartesmaj-2.pdf

[41] https://www.repubblica.it/economia/economia-del-mare/2018/04/12/news/confini_di_mare_italia-francia-191869081/

[42] https://www.repubblica.it/economia/economia-del-mare/2018/04/12/news/confini_di_mare_italia-francia-191869081/

[43] https://www.glistatigenerali.com/agricoltura_biologia/la-guerra-del-pesce-nel-mediterraneo/

[44] https://www.glistatigenerali.com/agricoltura_biologia/la-guerra-del-pesce-nel-mediterraneo/

[45] https://www.raiplaysound.it/audio/2018/03/TUTTA-LA-CITTAapos-NE-PARLA-8e9aa90b-3d9a-406e-bcdc-5629b3bc4bc8.html

[46] https://www.ilfattoquotidiano.it/2016/02/20/confini-marittimi-italia-francia-il-nuovo-accordo-lascia-a-parigi-le-zone-piu-pescose/2481346/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica