paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2022

Le Groenland, nouvelle terre promise de l'humanité

L'invasion de l'Ukraine braque les projecteurs sur un certain nombre de situations géopolitiques très sensibles. L'une d'entre elles concerne la mer Arctique, et un pays qui pourrait jouer une carte importante dans son avenir : le Groenland.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1957, le romancier anglais Nevil Shute a publié son chef-d'œuvre, "Sur la plage". Une guerre atomique a eu lieu, l'humanité entière a été exterminée, il reste une dernière plage, celle de l'Australie orientale, qui est pourtant sur le point d'être atteinte par les nuages radioactifs qui ont déjà anéanti la vie sur le reste de la planète. C'est un roman déchirant, qui met en contraste la vie quotidienne habituelle du monde occidental avec la conscience de la mort qui emportera tout dans quelques semaines. L'attitude de la population est similaire à celle que nous affichons tous ces dernières années, après l'annonce de la catastrophe écologique et la volonté des politiciens d'utiliser encore plus de gaz et de construire de nouvelles centrales nucléaires : "Si ce qu'ils disent est vrai, aucun de nous n'aura le temps de faire tout ce qu'il avait prévu de faire. Mais nous pouvons continuer à le faire aussi longtemps que nous le pouvons.

Le monde continue dans une course folle, au milieu des pandémies, des guerres annoncées, de la férocité des régimes despotiques, de la faim et de la soif. Dans le merveilleux film tiré du livre en 1959, le scientifique Julian Osborne, interprété par Fred Astaire, commente laconiquement : "Peut-être sommes-nous trop stupides pour mériter une planète comme celle-ci". Depuis lors, l'industrie cinématographique nous a gavés de milliers de fins possibles pour la vie sur terre, de la catastrophe naturelle à l'épidémie de virus, de l'attaque extraterrestre à la guerre mondiale inutile, et dans chacun de ces récits, il y a un dernier avant-poste qui perdure. Dans le monde réel, cet avant-poste sera le Groenland. Une île immense, inhospitalière depuis des millénaires, et qui sera probablement le dernier bastion d'une humanité mourante, si nos gouvernements ne se réveillent pas de leur sommeil égoïste, aveugle et complaisant. Une île dont personne ne sait rien, et dont il est juste de parler.

Les Inuits et la défaite des Vikings

Quelque cinq mille ans se sont écoulés depuis que l'homme a posé le pied sur la plus grande île du monde : depuis le Canada, des civilisations pré-inuites sont arrivées près de ce qui allait devenir la ville de Qaanaaq, dans le nord-ouest du Groenland[2]. Depuis lors, il y a eu plusieurs vagues de migration, dont celle du peuple Thulé, dont les Groenlandais d'aujourd'hui sont les descendants directs[3]. Venue de l'Extrême-Orient russe, la civilisation thuléenne est arrivée au Groenland après s'être répandue en Alaska et dans le nord du Canada. Elle s'est étonnamment adaptée à l'environnement arctique, utilisant la glace comme une brique[4], chassant les grands mammifères marins et perfectionnant les bateaux en cuir et les grands traîneaux à chiens[5]. Après le petit âge glaciaire, les Thuléens ont dû s'adapter à nouveau, et sont devenus des chasseurs de caribous, de phoques et de poissons[6].

Au fil du temps, le développement de la chasse a connu des résultats étonnants, des igloos aux transports en passant par l'utilisation des dents et de la peau des animaux tués. Il suffit de regarder l'umiak - le grand bateau de chasse à la baleine et de voyage fabriqué à partir de côtes et de peau de morse - et le kayak (un bateau en cuir pour une personne, également utilisé pour la chasse à la baleine), les formidables harpons fabriqués à partir d'os d'animaux, les arcs renforcés de corne de bœuf musqué, les habitations souterraines d'hiver (soutenues par des côtes ou des mâchoires de baleine et recouvertes de peau de morse) dans lesquelles les Thuléens se réchauffent avec des fourrures et des lampes brûlant de l'huile de phoque ou de baleine, avant de s'installer dans des tentes en cuir à l'arrivée du printemps[7].

La légende veut qu'Erik le Rouge, un Norvégien qui avait été exilé d'Islande pour meurtre, ait débarqué sur la côte du Groenland en 982 avec le besoin de trouver un nouvel endroit où vivre, découvrant une terre vierge illimitée[8] qui était alors moins froide qu'elle ne le deviendrait plus tard[9]. De retour en Islande trois ans plus tard, Erik réussit à mettre sur pied une expédition qui, en 985, amène cinq cents colons dans vingt-quatre bateaux vers la Terre verte, dont quatorze seulement atteignent leur destination[10]. Ces premiers habitants ont établi deux colonies dans les zones les plus propices à l'agriculture : Eystribyggð à l'est et Vestribyggð à l'ouest, dans chacune desquelles vivaient entre 2 500 et 5 000 personnes[11].

On ne sait pas ce qu'il est advenu de cette civilisation qui a disparu au XVIe siècle. Les archéologues savent qu'ils appliquaient les mêmes méthodes qu'en Norvège, qu'ils excellaient en tant qu'agriculteurs et bergers et qu'ils faisaient un usage intensif du bois[12]. Dans les analyses des sols et des sédiments lacustres, les chercheurs trouvent des indices qui montrent que les agriculteurs nordiques entretenaient les pâturages avec du fumier et des canaux d'irrigation[13]. La vie s'organise autour de manoirs et de centaines de fermes (où il y a toujours au moins deux vaches), où l'on élève des moutons et des chèvres. Lorsque les conditions climatiques se dégradent, cet élevage prend fin et les poissons et les phoques constituent 80 % de leur alimentation[14].

La chasse au phoque implique toute la communauté : certains fournissent la main-d'œuvre, d'autres les bateaux, il y a des centres qui organisent les expéditions, après quoi la prise est divisée entre les fermes, probablement en fonction de la contribution de chaque ferme à la chasse[15]. Le commerce de l'ivoire est né, un produit de luxe et très recherché au Moyen Âge, grâce au massacre des morses[16]. À partir du XIIe siècle, un diocèse fut établi à Gardar, qui devint le centre du catholicisme groenlandais jusqu'au XIVe siècle[17], ainsi que le premier diocèse établi sur le plateau continental américain[18]. Une cathédrale dédiée à Saint-Nicolas, le saint patron des marins[19], y fut construite, et ses ruines, ainsi que celles de nombreux autres bâtiments, probablement construits par des tailleurs de pierre venus de Norvège, montrent que Gardar était l'un des principaux centres du Groenland nordique[20].

La reconquête danoise

En raison de la détérioration du climat, de profondes différences sociales, la vassalité, l'émigration par la faim et la peur sont apparues dans ce sombre et terrible Moyen Âge[22]. Au début, le commerce de l'ivoire a survécu, mais avec la découverte d'éléphants en Afrique, il n'était plus demandé non plus[23]. En 1368, le navire commercial envoyé annuellement par le roi de Norvège sur l'île a coulé, suivi de seulement quatre autres navires entre 1381 et 1406, puis plus rien[24]. La peste noire, qui a balayé l'Europe en 1347[25], s'est répandue en Norvège en 1349, décimant la population à un peu plus de cent mille personnes[26], ce qui a annulé les voyages commerciaux : les quelques Nordiques restés dans la colonie orientale (moins de mille[27]) ont quitté le Groenland pour se rendre en Islande ou en Europe du Nord[28]. Plus tôt encore, l'expérience de la colonie occidentale isolée, que l'envoyé de l'église Ivar Baardsson, arrivé de Norvège en 1340, a trouvée déserte, a pris fin[29].

Les Thuléens, cependant, résistent. Ce n'est qu'en 1721 qu'un Européen apparaît sur les côtes de la Terre verte : Hans Poulsson Egede, un prêtre protestant dano-norvégien (le Danemark et la Norvège ont formé un seul État de 1536 à 1814[30]), qui débarque avec l'intention de convertir les colons et de poursuivre ses études alchimiques[31]. Il arrive avec quatre navires financés par le roi du Danemark et de Norvège, Frédéric IV, sur une île au large de la côte ouest, appelée plus tard île de l'Espoir, où il vit jusqu'en 1728 avec sa femme Gertrud, leurs cinq enfants et les quarante colons qui le suivent[32]. Il a fondé une colonie urbaine et exploré le littoral environnant, ne trouvant que des ruines[33]. Il entreprend avec zèle un travail missionnaire parmi les Inuits, allant jusqu'à baptiser certains de leurs enfants en 1724[34], adaptant un vers du Notre Père : "... donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien..." en "... donne-nous aujourd'hui notre phoque quotidien..." : les locaux n'avaient pas de céréales et connaissaient le pain[35]. En 1728, la colonie a quitté l'île de l'Espoir pour s'installer sur une terre voisine, Godt-Haab (Bonne Espérance)[36], nom danois de la ville aujourd'hui connue sous le nom de Nuuk, la capitale du Groenland[37].

Au cours des cinquante années suivantes, des sociétés privées ont établi un commerce de phoques, de baleines, de caribous, de poissons et d'oiseaux à Nuuk, mais en 1776, le gouvernement danois a accordé au Royal Greenland Trading Department (Den Kongelige Grønlandske Handel - KGH) un monopole sur le commerce dans l'ouest du Groenland[38], qui a duré jusqu'en 1950[39]. L'ordonnance royale connue sous le nom de "Instruxen af 1782" (qui est resté en vigueur jusqu'en 1908) fournit le cadre juridique du fonctionnement de la KGH dans le but de protéger le monopole du commerce et de limiter les contacts entre les locaux et les étrangers[40]. En pratique, l'ordonnance laisse les Groenlandais se gouverner eux-mêmes, notamment parce qu'aucune loi formelle ne régit les relations entre eux[41]. Officiellement, à partir de 1814, le Groenland est devenu un territoire danois au même titre que l'Islande et les îles Féroé, après que le traité de Kiel ait sanctionné la cession de la Norvège au Royaume de Suède[42].

La politique est arrivée en 1860, lorsque l'État a introduit des conseils avec une participation groenlandaise dans chaque district industriel[43]. Le Forstanderskaber (conseil d'administration) traite les affaires concernant les décisions civiles et pénales impliquant des Groenlandais, et distribue une subvention qui récompense les chasseurs les plus productifs ayant une famille nombreuse[44]. Le Kommuneråd (conseil municipal) remplace le Forstanderkaber en 1911, dans le cadre de l'introduction de deux Landsråd (conseils de comté), un pour le Groenland du Nord et un pour le Groenland du Sud[45]. En 1925, les Sysselråd (conseils de district), conseils municipaux élargis, ont été créés. Ils s'occupent des soins aux personnes âgées et du règlement des litiges[46].

En 1950, Copenhague lance une nouvelle politique (Nyordningen) qui, dans un Groenland où 55% de la population vit dans des camps, favorise la concentration de la population en encourageant le développement d'une industrie de la pêche à grande échelle[47]: une mesure très attendue par les Inuits[48], même si le choix des villes à créer se fait sans consultation des habitants[49]. Six mille nouvelles maisons sont construites, les enfants vont à l'école et apprennent la langue danoise, des hôpitaux (et un sanatorium pour la tuberculose) sont construits[50]. À Nuuk, qui s'appelait encore Godthåb, un gouverneur réside[51], les institutions municipales sont réorganisées, les femmes et les hommes de plus de 23 ans obtiennent le droit de vote[52], et le Groenland gagne deux sièges au Folketing (le parlement danois)[53].

Entre 1950 et 1955, 19 millions de couronnes danoises (environ 22 millions d'USD aujourd'hui) ont été dépensées chaque année pour le logement social et les infrastructures : routes, centrales électriques, systèmes d'approvisionnement en eau, systèmes d'égouts, installations portuaires, chantier naval de Holsteinsborg[54]; KGH investit, de 1950 à 1962, 40 millions de couronnes dans la logistique, 40 millions dans le développement des infrastructures, 80 millions dans la construction d'écoles et d'hôpitaux, 80 millions dans la construction de nouvelles maisons pour les Danois s'installant sur l'île, et 80 millions supplémentaires pour améliorer les conditions de logement des Groenlandais[55]. Par rapport à aujourd'hui, le plan vaut près de 7 milliards de dollars. L'espérance de vie passe de 32,2 à 50,5 ans pour les hommes et de 37,5 à 55,2 ans pour les femmes[56], mais le plan manque son principal objectif car peu d'investisseurs sont prêts à s'installer au Groenland[57].

En 1960, la commission G60 a été nommée avec pour mission de promouvoir l'entrepreneuriat privé[59]. Le G60 confirme la nécessité d'élever le niveau social et culturel de la population, ainsi que son niveau de vie[60]: environ 4,2 milliards de couronnes sont consacrées aux objectifs suivants : 1. Développer l'emploi ; 2. Continuer à déplacer la population vers les zones urbaines ; 3. améliorer l'efficacité des entreprises ; 4. donner une priorité élevée à l'éducation ; 5. accélérer la construction de logements[61]. La flotte de pêche est agrandie, ce qui, avec les investissements dans les usines de transformation (à Narsaq, Paamiut, Nuuk, Maniitsoq et Sisimiut), devrait faire passer la production de poisson de 3 000 tonnes en 1963 à 40 000 tonnes en 1975[62] - un calcul effectué sans savoir que, en raison de l'industrialisation de la pêche dans le reste du monde, la morue disparaît de la mer au large du Groenland[63].

L'immigration vers les centres urbains devient agressive, ce qui empêche les petits pêcheurs de subvenir à leurs besoins sans subventions[64]. Une fois dans la ville, les immigrants sont logés dans des bâtiments comportant des centaines de petites cellules, dont l'énorme et tristement célèbre bloc P de Nuuk est un exemple parfait[65]. Construit en 1966, il a transformé une société de chasseurs et de pêcheurs en une société de mendiants[66], et est devenu le symbole de l'échec de la politique coloniale au Groenland[67]: l'alcoolisme[68], la violence domestique, la mortalité infantile, la propagation du sida et la malnutrition ont explosé - à la fin des années 1980, le Groenland avait le taux de suicide le plus élevé au monde[69]. Le peuple danois condamne ouvertement cet échec et demande l'égalité pour les Inuits[70].

Le 9 avril 1940, l'Allemagne occupe le Danemark et la Norvège[71] et le Groenland se retrouve isolé, sans approvisionnement. La gravité de la situation incite Axel Svane et Eske Brun, Landsfogeder du Sud et du Nord du Groenland, à prendre officiellement en charge le gouvernement de l'île[72]. Des accords d'aide ont été conclus avec les États-Unis[73] en échange de la construction de bases militaires américaines sur l'île[74], et malgré les protestations ultérieures des Danois, cet accord est toujours valable aujourd'hui[75]. En 1941, des stations météorologiques et radio ont été installées à l'aéroport de Narsarsuaq, suivies des bases aériennes de Sondrestrom, Ikateq et Gronnedal, et enfin, en 1943, des bases de l'armée de l'air américaine de Scoresbysund et Thule[76]. La crainte était que les nazis s'attaquent à la mine de cryolithe d'Ivigtut (unique au monde[77]), indispensable au processus d'extraction de l'aluminium de la bauxite, présent dans presque tous les artefacts militaires[78]. En activité depuis 1856, elle a produit 56 455 tonnes en 1939[79], mais au cours des années suivantes, la moyenne annuelle était de 90 000 tonnes[80].

Les bases militaires américaines

En 1946, Washington a offert à Copenhague 100 millions de dollars en lingots d'or pour acheter le Groenland. Le Danemark a refusé[82], mais ensuite, comme les deux pays étaient membres de l'OTAN nouvellement formée, il a accepté les bases militaires[83]. Autour de la base de Thulé, où travaillent plus de 10 000 soldats et techniciens, est créé le Camp Century, qui doit secrètement servir de précurseur au projet Iceworm : un vaste réseau souterrain de sites de lancement de missiles nucléaires qui, en se déplaçant à travers la longue série de tunnels, seraient impossibles à attaquer : s'il avait été achevé, Iceworm aurait eu une superficie d'environ 137 000 kilomètres carrés - mais toute l'opération est interrompue lorsqu'on se rend compte que l'extrême mobilité de la surface de la glace tend à déformer les tunnels et à les faire s'effondrer[84]. En partant, l'armée américaine a laissé derrière elle 9200 tonnes de matériaux, 200 000 litres de fuel, des déchets radioactifs et des résidus de peinture extrêmement toxiques, en pensant qu'ils seraient enfouis à jamais sous la neige[85]. Une hypothèse qui s'avère fausse en raison du changement climatique, et qui risque de produire une catastrophe environnementale d'une ampleur sans précédent avec l'émergence de ces substances[86].

Cependant, la base aérienne de Thulé a été le théâtre (le 21 janvier 1968) de l'un des pires accidents nucléaires de l'histoire des États-Unis, lorsqu'un incendie s'est déclaré, en raison d'une erreur humaine[87], dans la cabine du B-52G "HOBO 28", un bombardier transportant quatre engins thermonucléaires, provoquant son écrasement sur la glace du North Bay Star, juste à l'ouest de Thulé[88]. Les bombes n'ont heureusement pas explosé, mais l'impact avec le sol et l'incendie qui a suivi les ont endommagées, entraînant le rejet dans l'environnement des matières radioactives qu'elles contenaient[89]. Il s'agit d'une quantité de matière radioactive qui n'a jamais été libérée dans la mer et qui fait des ravages sur la faune sur des centaines de kilomètres jusqu'à la colonie de Narssarssuk[90]. La chasse et la pêche ont été immédiatement interdites dans la région, et l'armée a dépensé des milliards pour une opération de nettoyage qui a duré des années[91] et qui a permis d'éliminer 93 % des matériaux contaminés de la zone[92] et de rendre malades la plupart des travailleurs employés dans l'opération[93].

Mais les États-Unis ne pouvaient pas renoncer au Groenland. Les temps changent, la guerre froide arrive, puis le présent, dans lequel les eaux arctiques deviennent des routes commerciales potentielles de haute intensité, prêtes à être exploitées surtout par la marine russe et la marine marchande : dans la vision soviétique, la route maritime du Nord reliera les futurs gisements de pétrole et de gaz de l'Arctique aux pays importateurs européens en deux fois moins de temps que quelques années auparavant[94]. Moscou considère la mer polaire comme son propre territoire national et s'active à construire de nouvelles bases militaires sur la côte arctique russe[95]. La Chine veut aussi sa propre route de la soie polaire[96] et investit dans l'exploitation minière en Islande et au Groenland[97].

Les trésors du sous-sol

Si l'objectif russe est avant tout la suprématie militaire, l'objectif chinois est le contrôle de l'énorme richesse en ressources naturelles, dont l'exploitation, grâce à la fonte des glaciers, est moins problématique[99]: mais ces gisements sont d'une importance vitale tant pour la Russie[100] que pour la Chine[101]. L'U.S. Geological Survey estime que l'Arctique contient des réserves de pétrole et de gaz équivalentes à 412 milliards de barils de pétrole, soit environ 22 % du pétrole et du gaz non exploités dans le monde[102]. Dans la région arctique, on trouve des gisements de phosphate, de bauxite, de diamants, de minerai de fer et d'or[103]. Au Groenland, la fonte des glaces révèle des gisements de terres rares[104], éléments essentiels à la production de batteries de voitures électriques, de lecteurs de DVD, d'éoliennes, d'ordinateurs, de catalyseurs automobiles, de raffineries de pétrole, d'écrans et de téléviseurs, de technologie laser, de fibres optiques, de supraconducteurs, mais aussi d'équipements militaires tels que des moteurs à réaction, des systèmes de guidage de missiles, des systèmes de défense antimissile, des satellites et des dispositifs de vision nocturne[105].

Kvanefjeld (également connu sous le nom de Kuannersuit) est un site minier situé à l'extrémité sud du Groenland, découvert dans les années 1950 près de la petite ville de Narsaq et développé en vue de l'extraction d'uranium[106], présent en si grande quantité qu'il s'agit du sixième plus grand gisement au monde[107]. Des années 1960 au début des années 1980, le gouvernement danois a financé des études sur le site pour connaître la composition des ressources minérales, et ces travaux ont permis d'identifier de l'uranium et du thorium[108]; la renonciation du Danemark à l'énergie nucléaire en 1983 a mis fin au projet d'exploitation de Kvanefjeld[109]. En 2007, la société australienne Greenland Minerals[110] a acquis la zone, où un important gisement de terres rares avait été découvert entre-temps[111]. Le principal actionnaire est le géant chinois Shenghe Resources Holding, la deuxième plus grande société minière de terres rares au monde[112], qui a acquis 11% de Greenland Minerals en 2016[113].

Le groupe Shenghe, contrôlé à 14 % par le gouvernement de Pékin[114], possède 8 % de la société MP Material Corporation de Las Vegas, qui est impliquée dans l'extraction de terres rares au Mountain Pass Rare Earth Mining and Processing Facility[115], un site d'extraction de terres rares situé à 85 km au sud-ouest de Las Vegas[116]. L'agressivité de la politique d'investissement de la Chine dans le domaine des terres rares fait, selon toute vraisemblance, partie des raisons qui, en 2019, ont incité le président américain de l'époque, Donald Trump, à étudier à nouveau la possibilité d'acheter le Groenland[117]. Au-delà du rejet clair par le Premier ministre danois Mette Frederiksen[118], la nouvelle montre la valeur stratégique de la région[119]. Le résultat des élections législatives groenlandaises du 6 avril 2021 a vu la victoire du parti de gauche Inuit Ataqatigiit (IA), dirigé par Múte Bourup Egede, qui fait campagne contre l'exploitation de Kvanefjeld, en raison des conséquences environnementales néfastes que la présence d'uranium sur le site menace de déclencher[120]: Le 10 novembre, le parlement de Nuuk a adopté une loi interdisant l'exploitation minière sur les sites présentant une concentration d'uranium supérieure à 100 parties par million[121], mettant ainsi un terme aux travaux de Greenland Minerals[122].

Autre coup dur pour les ambitions de la Chine : la révocation, en novembre 2021, de la licence d'exploitation de la mine de fer et de minerai d'Isua, à 150 km au nord-est de Nuuk, qui avait été attribuée à la société chinoise General Nice Development[123]. C'est une nouvelle surprenante, étant donné que les Chinois ont acheté la licence à London Mining Plc, qui avait obtenu en 2013 une licence de 30 ans pour la mine et la construction du port de Kangerlussuaq: un projet annoncé comme le plus important de l'histoire de l'île[124]. En 2014, London Mining a fait faillite en raison de l'effondrement des prix du minerai de fer et de lourdes pertes dans sa mine en Sierra Leone en raison de l'épidémie d'Ebola[125]. En janvier 2015, sa filiale groenlandaise London Mining Greenland A/S est vendue aux Chinois[126].

General Nice prévoyait de produire 15 millions de tonnes de minerai de fer par an et d'employer 2 000 travailleurs chinois, mais le manque de financement et l'incapacité des Chinois à payer au gouvernement groenlandais ce qui avait été convenu[127] ont conduit au retrait de la licence[128]. Malgré les visées russes et chinoises, les trois pays les plus actifs dans le secteur minier du Groenland sont le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie[129]. Ces pays extraient du nickel, du cuivre, du platine, des diamants, du cobalt, du zinc, du plomb, de l'argent, de l'or, de l'ilménite, du titane, du molybdène, du tungstène, de l'anorthosite, des terres rares, du niobium, du tantale, du palladium, du vanadium, du niobium, du zirconium, de l'hafnium, de l'arfvedsonite, du feldspath, du graphite, du fer, de l'hématite et de la magnétite - un véritable pays de cocagne[130], où le gouvernement voit d'un bon œil les investissements étrangers[131].

Un désir d'indépendance

Lorsque Nuuk a pris conscience de la nécessité de ne plus dépendre de l'aide danoise, le désir d'autonomie s'est accru, culminant avec le référendum du 17 janvier 1979, par lequel 70 % de la population a voté pour l'introduction du Home Rule Act, un projet d'autonomie qui a donné naissance au Parlement groenlandais, lequel a acquis la souveraineté dans les domaines de l'éducation, de la santé, de la pêche et de l'environnement[133]. Le 25 novembre 2008, un autre référendum, portant sur une extension de l'autonomie, a vu la victoire des partisans avec 75% des voix[134], et a sanctionné la souveraineté du gouvernement de l'île dans divers domaines, tels que les ressources naturelles[135] et, en partie, la politique étrangère[136]; le contrôle de la police, des tribunaux et des garde-côtes est également devenu une compétence interne, et il ne manque plus qu'un seul référendum pour couper définitivement le cordon ombilical avec Copenhague[137].

Seules les politiques de sécurité restent toutefois la chasse gardée du gouvernement danois, qui voudrait empêcher à tout prix le Groenland de quitter le Pacte atlantique[138]. Les spéculations persistantes sur la possibilité que la Chine construise un aéroport ou (à l'avenir) une présence militaire au Groenland sont le cauchemar de l'OTAN[139]; en juin 2018, le Premier ministre danois de l'époque, Lars Løkke Rasmussen, a réglé la question en déclarant que les aéroports de l'île restent sous la juridiction danoise (par l'acquisition par le gouvernement de Copenhague d'une participation majoritaire dans la société chargée de la gestion des aéroports du Groenland), car le Groenland ne possède pas sa propre armée[140]. Les Américains restent, bien que leurs nouveaux plans soient en partie enveloppés de mystère. La base aérienne de Thulé demeure, et avec elle les revenus des milliers de Groenlandais qui travaillent pour l'aéroport militaire, et lorsque les États-Unis décident d'employer uniquement des travailleurs américains[141], face aux protestations du gouvernement de Nuuk, afin de maintenir la base, ils font marche arrière[142]. Et les États-Unis, en échange d'une aide, menacent d'accroître leur présence militaire[143], afin d'avoir une position défensive contre la base aérienne russe de Nagurskoye, située à seulement 900 kilomètres du pôle Nord, d'où les avions à réaction russes peuvent atteindre la base aérienne de Thulé beaucoup plus rapidement qu'auparavant[144].

Les Danois ont pris des mesures pour construire une nouvelle station radar, sous les auspices de l'OTAN, au sommet du mont Sornfelli, dans les îles Féroé, en ignorant les vives protestations des habitants, qui craignaient de devenir une cible militaire potentielle et de perdre des exportations vers la Russie[145]. Une équipe de techniciens militaires américains s'est rendue au Groenland pour évaluer si les deux nouveaux aéroports civils en construction à Nuuk et Ilulissat pourraient être utiles à l'armée de l'air, et la National Geospatial Intelligence Agency a achevé la cartographie tridimensionnelle de l'Arctique, utile pour les futures opérations militaires[146]; en 2020 et 2021, les forces aériennes américaines et canadiennes effectueront deux exercices, sous l'égide du NORAD (North American Aerospace Defense Command), impliquant la base de Thulé[147]. De cette façon, la lutte pour l'indépendance du Groenland se déroule sous le contrôle politique et militaire ferme de l'Occident.

Autre exemple : le site minier de Citronen Fjord, à l'extrême nord-est de l'île, fait l'objet d'un investissement de 657 millions de dollars dans la mine de zinc locale - payé par la société australienne Ironbark Zinc - depuis décembre 2021[148]. Le site suscite l'intérêt de la Chine depuis des années, mais ce n'est pas le cas[149]. En 2020, il n'y a qu'un seul projet impliquant une société chinoise[150]: l'exploration du site de Wegner Halvø, dans le but de créer une mine de cuivre, détenue par la société britannique Nordic Mining[151], qui a formé une alliance industrielle avec le géant Jiangxi Copper[152]. La relation entre le Groenland et les États-Unis est tout à fait différente, surtout après la conclusion du plan de coopération entre les États-Unis et le Groenland en octobre 2020, qui contient la suppression des barrières réglementaires et tarifaires à l'accès au marché pour les marchandises et les entreprises groenlandaises aux États-Unis, ainsi que des projets de partenariat commercial - notamment dans le tourisme et la pêche[153].

En outre, il existe des projets de coopération entre les universités américaines et groenlandaises visant à créer des programmes académiques et des études professionnelles dans le domaine de la gestion des terres et de la pêche, de l'hospitalité et du tourisme durable[154]; de même, les États-Unis, en partie par le biais de leur Service des parcs nationaux, visent à coopérer dans le secteur du tourisme, en particulier le tourisme durable, la gestion des parcs et des bateaux de croisière et la création d'un secteur d'écotourisme[155]. Car un éventuel avenir indépendant pour le Groenland dépend de la capacité de l'île à assurer son autosuffisance économique. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Le secteur de la pêche est le fleuron de son économie, avec un chiffre d'affaires annuel de 513 millions de dollars et représentant environ 97% des exportations (2019)[156], dont la moitié, il faut le dire, vers le Danemark (686 millions de dollars en 2019)[157].

Copenhague accorde au Groenland une subvention annuelle d'environ 600 millions de dollars, soit un quart du PIB de l'île et près des deux tiers de son budget public[159]. La comparaison des chiffres montre que l'indépendance économique est encore loin, même si la situation continue de s'améliorer. C'est pourquoi les partis groenlandais sont divisés sur ces subventions : les sociaux-démocrates de Siumut (parti de l'ancien Premier ministre Kim Kielsen)[160] et les démocrates[161] y sont favorables[162], tandis que les partis d'opposition (Naleraq, fondé par l'ancien Premier ministre Hans Enoksen[163] et Inuit Ataqatigiit[164], force de gauche de Múte Bourup Egede[165]) craignent que cela ait des répercussions négatives sur le processus d'indépendance[166].

Une figure emblématique de la politique inuite est Aaja Chemnitz Larsen, membre élu du Folketinget au Groenland[167], très populaire en raison de son engagement en faveur d'un dialogue constructif entre les Inuits et le Danemark[168], et qui s'est engagée à lutter contre les problèmes d'alcoolisme, d'obésité généralisée et de déséquilibre croissant entre un ouest urbanisé et le reste de l'île, encore pauvre et arriéré[169]. M. Larsen estime que l'indépendance est encore un objectif lointain, qui doit être caractérisé par le développement pacifique des liens du Groenland avec l'Arctique[170]. M. Larsen réclame une représentation groenlandaise au sein de l'OTAN et du Conseil de l'Arctique - une position partagée par Sara Olsvig, ancienne vice-première ministre et ministre des affaires sociales[171], qui affirme que, selon elle, la présence des peuples de l'Arctique à la table de l'OTAN est désormais indispensable[172].

Le Groenland, qui fait partie de l'Union européenne depuis 1973 à la suite de l'entrée du Danemark, n'a pu se prononcer qu'en 1982 sur son maintien ou non[173]. Il a voté en faveur de la sortie[174], qui s'est achevée le 1er février 1985 après deux ans de négociations, au terme desquelles l'Europe a conservé des droits de pêche dans les eaux territoriales de l'île et le Groenland a conservé le droit à des contributions financières[175]. Aujourd'hui, en tant que territoire d'outre-mer de l'UE, le Groenland bénéficie d'un programme de financement spécifique, qui s'élève pour la période 2021-2027 à un total de 225 millions d'euros, dont 90 % sont destinés au secteur de l'éducation ; le pays peut également accéder à 50 millions d'euros supplémentaires provenant des possibilités de financement de l'UE, également destinées aux territoires d'outre-mer[176].

Une fois de plus, des politiciens comme Larsen jouent un rôle clé dans le maintien d'une certaine forme d'attachement au train européen, sachant que la population locale n'a guère conscience de l'importance de cet attachement, également en termes d'indépendance future[177]. Une mise à jour de la déclaration conjointe de 2015 entre l'UE et les gouvernements danois et groenlandais est actuellement en cours d'élaboration, réaffirmant les liens historiques entre les territoires et rendant officiels, bien que vagues, les objectifs communs, notamment la question de l'Arctique, la pêche durable, l'éducation, le tourisme, la culture, la protection de l'environnement et, bien sûr, l'exploitation des ressources naturelles[178].

La fonte de la calotte polaire

L'effort de l'UE pour aider le Groenland doit être considéré à la lumière de la communication conjointe sur l'Arctique, publiée par la Commission européenne en octobre dernier[180]: La politique de l'UE vise à accorder une plus grande attention à l'exploitation des ressources pour tenter de décourager, par un moratoire, le développement de ressources dont l'exploitation va à l'encontre des objectifs climatiques (l'utilisation des hydrocarbures) tout en encourageant la transition écologique : une stratégie qui suscite des réactions mitigées au sein du Conseil de l'Arctique, qui comprend la Suède, la Finlande et le Danemark, trois États membres de l'UE[181]. Les pays scandinaves soutiennent la bataille pour une transition rapide dans l'exploitation des ressources[182]. Le Groenland pourrait être un allié précieux à cet égard, en contrecarrant les griefs des membres du Conseil tels que l'Alaska, la Russie et la Norvège, qui dépendent du pétrole et du gaz comme principales sources de revenus et d'énergie[183].

Il existe une autre raison d'adhérer au "Green Deal" européen[184]: la calotte glaciaire a perdu 166 milliards de tonnes supplémentaires[185] et même sa partie la plus épaisse et la plus ancienne commence à fondre[186]. Au lieu de la neige, il pleut, et si cela continue, d'ici 2030, des dizaines de millions de personnes seront gravement menacées d'inondation[187]. Certaines études suggèrent que le Groenland pourrait contribuer à une augmentation du niveau des mers de 5 à 33 cm d'ici 2100[188]. La conséquence directe de cette situation sera une augmentation des ouragans et des ondes de tempête, qui affecteront une zone où vivent 400 millions de personnes[189]. Ces changements sont en outre irréversibles[190].

Qu'est-ce que cela signifie ? Soyons pragmatiques et réalistes. Le Groenland a une superficie équivalente à un tiers de celle de l'Union européenne et le changement climatique est en train de transformer cette terre où, pendant des millions d'années, la survie de l'homme a été une lutte quotidienne contre la fureur des éléments, en un pays comparable à ceux du nord de l'Europe - froid, mais avec un été long et agréable, fertile et doté des gisements minéraux les plus riches du monde. C'est un pays avec beaucoup d'espace libre, dans lequel l'esprit individualiste des Inuits ne ressentira jamais le besoin de construire des mégapoles. Si nous étions des Moïse modernes, contraints par la désertification et la montée du niveau des océans à quitter la terre où nous vivons, le Groenland pourrait bientôt être la Terre promise. Avec la même fin que dans le roman de Nevil Shute, si nous sommes capables de détruire même ce dernier coin de paradis sur la planète bleue.

[1] http://www.museoalessandroroccavilla.it/2020/06/08/leif-erikson-i-vichinghi-nel-nord-america/

[2] https://www.bbc.com/news/science-environment-28965227 ; https://visitgreenland.com/about-greenland/history/

[3] https://www.uaf.edu/museum/collections/archaeo/online-exhibits/paleo-eskimo-cultures/thule/

[4] Les igloos sont les habitations dans lesquelles les habitants de Thulé vivent lors de leurs voyages ou de la chasse : à l'aide de couteaux à neige en os ou en corne, ils découpent et empilent les blocs pour former la structure, puis les imperméabilisent grâce à la chaleur générée par une lampe à l'intérieur. https://www.heritage.nf.ca/articles/aboriginal/thule.php ; https://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/thule-winter-house

[5] https://www.uaf.edu/museum/collections/archaeo/online-exhibits/paleo-eskimo-cultures/thule/

[6] https://www.uaf.edu/museum/collections/archaeo/online-exhibits/paleo-eskimo-cultures/thule/ ; https://www.historicalclimatology.com/features/what-made-the-thule-move-climate-and-culture-in-the-high-arctic

[7] https://www.heritage.nf.ca/articles/aboriginal/thule.php ; https://www.historicalclimatology.com/features/what-made-the-thule-move-climate-and-culture-in-the-high-arctic

[8] https://www.greenlandbytopas.com/erik-the-reds-land-the-norse-in-south-greenland/

[9] https://www.earthmagazine.org/article/did-medieval-warm-period-welcome-vikings-greenland/

[10] https://explore.quarkexpeditions.com/blog/erik-the-red-the-explorer-who-tamed-greenland-2

[11] https://explore.quarkexpeditions.com/blog/erik-the-red-the-explorer-who-tamed-greenland-2

[12] https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[13] https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[14] https://www.smithsonianmag.com/history/why-greenland-vikings-vanished-180962119/

[15] https://www.smithsonianmag.com/history/why-greenland-vikings-vanished-180962119/

[16] https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[17] https://www.jstor.org/stable/25011635?seq=13#metadata_info_tab_contents

[18] https://medium.com/short-history/ghost-church-at-the-edge-of-the-world-4b34c88f7db4

[19] https://www.stnicholascenter.org/gazetteer/1686?photo=4

[20] https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[21] https://en.wikipedia.org/wiki/Walrus_attack#/media/File:PSM_V46_D468_A_kayak_man_attacked_by_a_walrus.jpg

[22] https://www.archaeology.org/news/3186-150408-greenland-viking-climate ; https://sciencenordic.com/archaeology-climate-change-denmark/greenland-vikings-outlived-climate-change-for-centuries/1416231 ; https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[23] https://www.smithsonianmag.com/history/why-greenland-vikings-vanished-180962119/

[24] Gary Dean Peterson, “Vikings and Goths: A History of Ancient and Medieval Sweden”, McFarland & Company, 2016, pp. 233-34

[25] https://en.unesco.org/news/black-death-how-can-we-learn-spread-disease-along-silk-roads

[26] James A. Brothen, "Population Decline and Plague in late medieval Norway", in Annales de démographie historique, 1996, p. 144

[27] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3309771/

[28] https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[29] https://www.medievalists.net/2013/04/the-lost-western-settlement-of-greenland-1342/ ; Carol S. Francis, "The Lost Western Settlement of Greenland, 1342", California State University, Sacramento, 2011, p. 60

[30] https://www.lifeinnorway.net/denmark-norway-union/

[31] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/00026980.2020.1747305

[32] https://visitgreenland.com/articles/300-years-hans-egedes-mission-and-legacy-in-greenland/

[33] https://www.science.org/content/article/why-did-greenland-s-vikings-disappear

[34] https://visitgreenland.com/articles/300-years-hans-egedes-mission-and-legacy-in-greenland/

[35] http://vilnews.com/2012-03-12458

[36] Jeannette Mirsky, "To the Arctic!: The Story of Northern Exploration from Earliest Times", University of Chicago Press, 1970, p. 218

[37] https://www.historyextra.com/period/viking/explore-city-nuuk-greenland-norse-godthab/

[38] Søren Forchhammer, "Political Participation in Greenlandin the 19th Century, State Hegemony, and Emancipation", The Northern Review #23, Summer 2001, pp. 39-40

[39] https://www.britannica.com/place/Arctic/Greenland

[40] https://www.his2rie.dk/kildetekster/det-moderne-groenland-fra-koloni-til-selvstyre/tekst-3/

[41] https://www.his2rie.dk/kildetekster/det-moderne-groenland-fra-koloni-til-selvstyre/tekst-3/

[42] https://delphipages.live/it/geografia-e-viaggi/paesi-del-mondo/the-treaty-of-kiel

[43] Søren Forchhammer, "Political Participation in Greenlandin the 19th Century, State Hegemony, and Emancipation", The Northern Review #23, Summer 2001, p. 40

[44] https://da.nka.gl/digitale-samlinger/qangagooqgl/om-arkivalierne/forstanderskaber/

[45] https://da.nka.gl/digitale-samlinger/qangagooqgl/om-arkivalierne/kommuneraad/

[46] https://da.nka.gl/digitale-samlinger/qangagooqgl/om-arkivalierne/kommuneraad/

[47] Marianne Jensen, "Postkoloniale ofre eller selvforskyldte problemer? - beslutningsprocesser i anlægsvirksomheden 1950-60", Ilisimatusarfik / Inuit Institute, 2020, p. 51

[48] Grønlandskommissionens Betænkning 1, 1950, p. 18

[49] https://www.uni.gl/media/40792/steenrjeppsonspeciale.pdf

[50] Marianne Jensen, "Postkoloniale ofre eller selvforskyldte problemer? - beslutningsprocesser i anlægsvirksomheden 1950-60", Ilisimatusarfik / Inuit Institute, 2020, p. 52

[51] https://www.rigsombudsmanden.gl/rigsombuddet/historie/

[52] https://ina.gl/media/2526833/d-inatsisartut-website-inatsisartutgl-media-10680-201109-brochure-etablering-af-landsraadet-for-100-aar-siden-a4-dk.pdf

[53] https://www.legislationline.org/documents/id/6522

[54] Marianne Jensen, "Postkoloniale ofre eller selvforskyldte problemer? - beslutningsprocesser i anlægsvirksomheden 1950-60", Ilisimatusarfik / Inuit Institute, 2020, p. 54

[55] Mark Nuttall, "Encyclopedia of the Arctic", Routledge, 2005, p. 698

[56] Mark Nuttall, "Encyclopedia of the Arctic", Routledge, 2005, p. 698

[57] http://multikult.weebly.com/groslashnlandskommissionen-af-1950---g50.html

[58] https://de.m.wikipedia.org/wiki/Datei:Greenland_13,_Nuuk,_town_centre_with_Blok_P.JPG

[59] Mark Nuttall, "Encyclopedia of the Arctic", Routledge, 2005, p. 699

[60] Monika Margrét Stefánsdóttir, "Large Scale Projects in the Arctic: Socio-economic impacts of mining in Greenland", University of Akureyri, 2014, pp. 22-23

[61] G-60, p.26

[62] G-60, pp.91-105

[63] Richard A. Caulfield, "Greenlanders, Whales and Whaling", University Press of New England, 1997, Chapter 1

[64] Richard A. Caulfield, "Greenlanders, Whales and Whaling", University Press of New England, 1997, Chapter 1

[65] Ronald E. Doel, Kristine C. Harper, Matthias Heymann, "Exploring Greenland: Cold War Science and Technology on Ice", Springer, 2016, pp. 47-48

[66] https://www.nordatlantens.dk/en/exhibitions/blok-p-in-nuuk/

[67] Pia Boisen and Svend Erik Nielsen, "Grønland – kontrasternes land", Gyldendal undervisning, 1996, p. 77

[68] Klaus Dodds, Richard C. Powell (editors), "Polar Geopolitics? Knowledges, Resources and Legal Regimes", Edward Elgar Publishing Limited, 2014, p. 265

[69] Robert Aldrich, John Connell, "The Last Colonies", Cambridge University Press, 1998, p. 98

[70] Axel Kjær Sørensen, "Denmark-Greenland in the twentieth Century", Meddelelser om Grønland, 2007, p. 130

[71] https://apps.dtic.mil/sti/pdfs/ADA528871.pdf

[72] Maxwell J. Dunbar, "Greenland During and Since the Second World War", in "Encyclopedia Arctica 14: Greenland, Svalbard, Etc. Geography and General", Vilhjalmur Stefansson Collection, 1951, pp. 5-6

[73] https://cphpost.dk/?p=96870 ; U.S., Department of State, Publication 1983, Peace and War: United States Foreign Policy, 1931-1941 (Washington, D.C.: U.S., Government Printing Office, 1943), pp. 641-47

[74] https://cphpost.dk/?p=96870

[75] https://visitgreenland.com/articles/greenland-was-henrik-kauffmanns-triumph/

[76] https://www.airforce-technology.com/features/thule-military-base-in-greenland/ ; http://www.militarybases.us/air-force/thule-air-base/

[77] https://www.mindat.org/loc-1958.html

[78] https://www.smithsonianmag.com/travel/how-abandoned-mining-town-greenland-helped-win-world-war-ii-180973835/

[79] Maxwell J. Dunbar, "Greenland During and Since the Second World War", in "Encyclopedia Arctica 14: Greenland, Svalbard, Etc. Geography and General", Vilhjalmur Stefansson Collection, 1951, p. 3

[80] Maxwell J. Dunbar, "Greenland During and Since the Second World War", in "Encyclopedia Arctica 14: Greenland, Svalbard, Etc. Geography and General", Vilhjalmur Stefansson Collection, 1951, p. 3

[81] https://www.science.org/content/article/mysterious-ice-buried-cold-war-military-base-may-be-unearthed-climate-change

[82] https://time.com/5653894/trump-greenland-history/

[83] Maria Ackrén, "From bilateral to trilateral agreement: The case of Thule Air Base", in Arctic Yearbook 2019, p. 2

[84] https://www.sandboxx.us/blog/project-iceworm-americas-secret-nuke-tunnels-beneath-greenlands-ice/

[85] https://outrider.org/nuclear-weapons/articles/project-iceworm

[86] https://www.newsecuritybeat.org/2016/10/melting-ice-threatens-expose-u-s-nuclear-base-greenland/

[87] https://www.airforcetimes.com/news/your-air-force/2018/01/23/50-years-ago-a-b-52-crashed-in-greenland-with-4-nuclear-bombs-on-board/

[88] https://www.thedrive.com/the-war-zone/29541/the-u-s-cant-buy-greenland-but-thule-air-base-is-set-to-become-more-vital-than-ever-before

[89] https://www.airforcetimes.com/news/your-air-force/2018/01/23/50-years-ago-a-b-52-crashed-in-greenland-with-4-nuclear-bombs-on-board/

[90] http://www.nuclear-risks.org/en/hibakusha-worldwide/thule.html

[91] Jussi M. Hanhimäki, Odd Arne Westad, "The Cold War: A History in Documents and Eyewitness Accounts", Oxford University Press, 2004, pp. 300-301

[92] Joint Committee on Atomic Energy, Washington D.C., 28 March 1968, pp. 19, 29

[93] https://hibakusha-worldwide.org/en/locations/thule

[94] https://www.wsj.com/articles/russian-military-seeks-to-outmuscle-u-s-in-arctic-11621935002

[95] https://www.airuniversity.af.edu/JIPA/Display/Article/2820739/the-polar-trap-china-russia-and-american-power-in-the-arctic-and-antarctica/

[96] http://english.scio.gov.cn/2017-06/21/content_41069066.htm

[97] https://www.diis.dk/en/research/china-in-greenland

[98] https://www.mining-technology.com/projects/kvanefjeld-rare-earth-uranium-project/

[99] https://www.airuniversity.af.edu/JIPA/Display/Article/2820750/chinas-polar-silk-road-implications-for-the-arctic-region/

[100] https://www.airuniversity.af.edu/JIPA/Display/Article/2820739/the-polar-trap-china-russia-and-american-power-in-the-arctic-and-antarctica/

[101] https://www.airuniversity.af.edu/JIPA/Display/Article/2820750/chinas-polar-silk-road-implications-for-the-arctic-region/

[102] https://www.reuters.com/article/us-russia-arctic-insight-idUSKBN15E0W0

[103] https://www.nationalgeographic.com/magazine/article/new-arctic-thawing-rapidly-circle-work-oil

[104] https://www.nytimes.com/2012/09/19/science/earth/arctic-resources-exposed-by-warming-set-off-competition.html

[105] https://www.reuters.com/article/us-usa-china-rareearth-explainer-idUSKCN1T00EK

[106] https://www.theguardian.com/environment/2017/jan/28/greenland-narsaq-uranium-mine-dividing-town

[107] https://archive.ph/F01L7

[108] "Greenland Minerals A/S - Kvanefjeld Project: Social Impact Assessment", Shared Resources Pty Ltd, December 2020, p. 17

[109] "Greenland Minerals A/S - Kvanefjeld Project: Social Impact Assessment", Shared Resources Pty Ltd, December 2020, p. 17

[110] https://ggg.gl/contact/

[111] https://resourceglobalnetwork.com/portfolio_page/greenland-minerals-and-energy/

[112] https://ggg.gl/partner/

[113] Pitt Street Research, "Greenland Minerals Limited", 20 September 2018, p. 9

[114] https://www.marketscreener.com/quote/stock/SHENGHE-RESOURCES-HOLDING-9949770/company/

[115] https://www.marketscreener.com/quote/stock/SHENGHE-RESOURCES-HOLDING-9949770/company/

[116] https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-09-27/the-californian-rare-earths-mine-caught-between-trump-and-china

[117] https://eu.usatoday.com/story/news/politics/2019/08/22/tom-cotton-proposed-greenland-sale-trump-met-denmark-report/2081531001/

[118] https://eu.usatoday.com/story/news/politics/2019/08/20/trump-cancels-meeting-danish-pm-over-reaction-greenland-offer/2068035001/

[119] https://www.forbes.com/sites/timtreadgold/2019/08/19/trump-might-want-to-buy-greenland-but-his-nemesis-china-is-there-before-him/

[120] https://www.france24.com/en/europe/20210407-left-wing-party-opposed-to-rare-earth-mining-project-wins-greenland-election

[121] http://www.world-nuclear.org/information-library/nuclear-fuel-cycle/uranium-resources/supply-of-uranium.aspx

[122] https://www.reuters.com/world/americas/greenland-bans-uranium-mining-halting-rare-earths-project-2021-11-10/

[123] https://www.mining-technology.com/news/greenland-cancels-general-nice-isua-iron-ore-project-licence/

[124] https://miningglobal.com/company-reports/general-nice-development

[125] https://phys.org/news/2014-10-uk-bankruptcy-slump-ebola.html

[126] http://www.china.org.cn/world/Off_the_Wire/2015-01/10/content_34522663.htm

[127] https://www.mining-technology.com/news/greenland-cancels-general-nice-isua-iron-ore-project-licence/#:~:text=Greenland%20has%20reportedly%20withdrawn%20the,Reuters%20citing%20a%20government%20statement.

[128] https://www.reuters.com/article/greenland-mining-china-idCNL1N2SD1J2

[129] Dwayne Ryan Menezes, "The Case for a Five Eyes Critical Minerals Alliance - Focus on Greenland", Polar Research and Policy Initiative, March 2021, pp. 8-9

[130] Dwayne Ryan Menezes, "The Case for a Five Eyes Critical Minerals Alliance - Focus on Greenland", Polar Research and Policy Initiative, March 2021, p. 13

[131] https://naalakkersuisut.gl/en/Naalakkersuisut/News/2021/05/0705_mineaktiviteter

[132] https://polarjournal.ch/2020/06/22/groenlands-nationalfeiertag-im-zeichen-der-rassismusdebatte/

[133] https://web.archive.org/web/20090628203930/http://eu.nanoq.gl/Emner/About%20Greenland/Politics%20in%20Greenland.aspx

[134] http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7749427.stm

[135] https://popups.uliege.be/1374-3864/index.php?id=1892

[136] Göcke K., “The 2008 Referendum on Greenland's Autonomy and What It Means for Greenland's Future”, Heidelberg Journal of International Law, vol. 69, n°1, 2009, pp. 107-109; Ackrén M., “Diplomacy and Paradiplomacy in the North Atlantic and the Arctic - A Comparative Approach” in Finger M. and Heininen L. (eds.), The Global Arctic Handbook, Switzerland, Springer, 2018, p. 241

[137] Ackrén M., "Island Autonomies - Constitutional and Political Developments" in Karlhofer F. and Pallaver G. (eds.), Federal Power-Sharing in Europe, Baden-Baden, Nomos, 2017, p. 237

[138] https://www.clingendael.org/pub/2020/presence-before-power/4-greenland-what-is-china-doing-there-and-why/

[139] https://isdp.eu/danish-concerns-chinese-investment-greenland/

[140] https://www.reuters.com/article/us-china-silkroad-greenland-idUSKCN1LQ2BX

[141] https://www.arctictoday.com/us-greenland-reach-agreement-on-thule-air-base-contract-long-a-source-of-dispute/

[142] https://www.arctictoday.com/us-greenland-reach-agreement-on-thule-air-base-contract-long-a-source-of-dispute/ ; https://naalakkersuisut.gl/en/Naalakkersuisut/News/2020/10/2810_pituffik ; https://naalakkersuisut.gl/~/media/Nanoq/Files/Attached%20Files/Udenrigsdirektoratet/Pituffik/Common%20Plan%20for%20US%20Greenland%20Cooperation.pdf

[143] https://www.arctictoday.com/a-year-into-bidens-presidency-u-s-military-plans-for-greenland-remain-unclear/

[144] https://www.thedrive.com/the-war-zone/35899/russia-is-extending-the-runway-at-its-arctic-base-could-support-tactical-jets-bombers

[145] https://www.tellerreport.com/news/2021-12-07-new-radar-forces-faroe-islands-to-take-a-stand---nato-or-russia-.BJVyAELptt.html

[146] https://www.nga.mil/news/NGA_completes_Arctic_DEM_project_producing_elevati.html

[147] https://skiesmag.com/news/norad-completes-largest-amalgam-dart/

[148] https://www.highnorthnews.com/en/ironbark-secures-funding-zinc-mine-northeastern-greenland ; exim.gov/about ; https://ironbark.gl/corporate/corporate-directory/

[149] https://www.federalregister.gov/documents/2021/11/09/2021-24488/2021-draft-list-of-critical-minerals#:~:text=On%20behalf%20of%20the%20Secretary,barite%2C%20beryllium%2C%20bismuth%2C%20cerium ; https://www.reuters.com/article/chinanonferrous-ipo-idAFL4E7MT1FB20111129 ; https://www.abnnewswire.net/press/en/89519/Ironbark-Zinc-Limited-%28ASX-IBG%29-Citronen-Base-Metal-Project-Update-89519.html

[150] Joachim Weber, "Handbook on Geopolitics and Security in the Arctic: The High North Between Cooperation and Confrontation", Springer Nature, 2020, pp. 122-23

[151] https://find-and-update.company-information.service.gov.uk/company/05741943 ; http://data.companieshouse.gov.uk/doc/company/05741943

[152] Linda Jakobson and Seong-Hyon Lee, "The North East Asian States’ Interests in the Arctic and Possible Cooperation with the Kingdom of Denmark", Report prepared for the Ministry of Foreign Affairs of Denmark, Stockholm International Peace Research Institute, April 2013, p. 10 ; https://magazine.caixin.com/2011-11-18/100329053.html

[153] https://www.highnorthnews.com/en/greenland-and-us-agree-improved-cooperation-thule-air-base

[154] https://dk.usembassy.gov/wp-content/uploads/sites/95/Common-Plan-for-U.S.-Greenland-Cooperation-1.pdf

[155] https://dk.usembassy.gov/wp-content/uploads/sites/95/Common-Plan-for-U.S.-Greenland-Cooperation-1.pdf

[156] https://oec.world/en/profile/country/grl

[157] https://oec.world/en/profile/country/grl?tradeScaleSelector1=tradeScale0

[158] https://www.imago-images.de/fotos-bilder/aaja-chemnitz-larsen

[159] https://www.privacyshield.gov/article?id=Denmark-Doing-Business-in-Greenland

[160] https://www.altinget.dk/artikel/groenlands-landsstyreformand-vaeltet-som-partiformand

[161] https://demokraatit.gl/

[162] https://www.berlingske.dk/danmark/groenlandsk-parlament-godkender-historisk-lufthavnspakke

[163] https://glsamf.iatuagaq.iserasuaat.gl/?id=203

[164] https://ia.gl/da/

[165] https://www.dw.com/en/greenland-left-wing-inuit-ataqatigiit-party-wins-election/a-57118506

[166] https://sermitsiaq.ag/lufthavnspakkentaettere-selvstaendighed-laengere

[167] https://www.ft.dk/medlemmer/mf/a/aaja-chemnitz-larsen

[168] https://folkemoedet.dk/om-folkemodet/nyheder/aaja-chemnitz-larsen-modtager-folkemodets-dialogpris-2021/

[169] https://publichealthreviews.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40985-018-0085-8

[170] https://www.highnorthnews.com/en/greenland-wants-take-lead-we-have-pick-right-friends

[171] https://www.arcticcircle.org/assemblies/2021-arctic-circle-assembly

[172] https://www.arcticcircle.org/assemblies/2021-arctic-circle-assembly

[173] https://www.thenewfederalist.eu/23rd-february-1982-the-day-greenland-left-the-european-union?lang=fr

[174] https://www.thenewfederalist.eu/23rd-february-1982-the-day-greenland-left-the-european-union?lang=fr

[175] “Treaty amending, with regard to Greenland, the Treaties establishing the European Communities”, Official Journal of the European Communities, 1 February 1985, p. 7

[176] https://naalakkersuisut.gl/en/Naalakkersuisut/Greenland-Representation-to-the-EU/European-Union-and-Greenland/Partnership-Agreement

[177] https://www.kas.de/en/web/nordische/single-title/-/content/researcher-the-eu-isn-t-good-enough-at-drawing-attention-to-its-contribution-to-greenland

[178] "Joint Declaration by the European Union, on the one hand, and the Government of Greenland and the Government of Denmark, on the other, on relations between the European Union and Greenland", 19 March 2015, p. 3

[179] https://www.ligurianautica.com/eventi-e-fiere/scioglimento-dei-ghiacci-il-punto-di-non-ritorno-si-avvicina-video/14833/

[180] https://eeas.europa.eu/sites/default/files/2_en_act_part1_v7.pdf

[181] https://www.highnorthnews.com/en/arctic-still-one-big-happy-family-three-children-are-put-shame

[182] https://geopolitique.eu/en/2021/11/08/the-unions-new-arctic-policy-towards-an-increasingly-geopolitical-approach/

[183] https://www.highnorthnews.com/en/arctic-still-one-big-happy-family-three-children-are-put-shame

[184] https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_en

[185] https://news.un.org/en/story/2022/01/1109352

[186] https://www.theguardian.com/environment/2021/jul/30/greenland-ice-sheet-florida-water-climate-crisis

[187] https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/sep/13/greenland-ice-sheet-melting-fridtjof-nansen

[188] https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.aav9396#:~:text=REFERENCES%20AND%20NOTES-,Abstract,led%20to%20accelerated%20mass%20loss.&text=We%20find%20that%20Greenland%20could,45%25%20of%20total%20mass%20loss.

[189] https://sealevel.nasa.gov/news/178/greenlands-rapid-melt-will-mean-more-flooding#:~:text=%22On%20current%20trends%2C%20Greenland%20ice,rise%20exacerbates%20events%20like%20hurricanes.

[190] https://ec.europa.eu/research-and-innovation/en/horizon-magazine/why-we-may-be-able-save-greenland-ice-sheet ;  https://www.regimeshifts.org/what-is-a-regime-shift

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP