De Charybde en Scylla : la Zambie à l’époque de Edgar Lungu

La Zambie est au bord de la faillite. Il ne paie plus les intérêts des dettes folles contractées par un président, ami de dangereux gangsters, qui utilisait son propre peuple comme esclave pour le vendre à des multinationales.

01

COAUTEUR: SIMONE COCCIA

Croyez-le : la Zambie est l'un des plus beaux pays du monde. L'explorateur David Livingstone, qui a décrit cette terre, a déclaré : « De si beaux endroits ont été créés pour adoucir la vue des anges en vol[1]». Une nature luxuriante, un climat doux, une terre fertile et généreuse, des ressources naturelles presque inépuisables, une population au bonheur inné, dans laquelle cohabitent 73 ethnies différentes et jusqu'à récemment, car une province a été ravagée par la famine et s'est battue pour la sécession, faites-le en paix[2].

Ce n’est qu’un côté de la médaille. La Zambie est le pays où 58% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et a un revenu par habitant de moins de deux dollars par jour[3]. Seuls 13,41% des Zambiens en âge de travailler ont un emploi[4], de nombreuses régions (surtout éloignées des villes) font du troc, de l'esclavage, manquent de soins de santé, n'ont pas accès à l'éducation ou aux biens et services de base[5]. La sécheresse menace[6], et cela a conduit à une famine persistante (également due à l'empoisonnement des sources d'eau[7]) dans les zones dévastées par les activités minières[8][9]. Et puis il y a la violence politique : après l'indépendance, obtenue en 1964, la Zambie a été entraînée dans les guerres qui ont fait rage chez tous ses voisins et a vécu sous la direction lugubre et inefficace du président Kenneth Kaunda jusqu'en 1990 – un régime qui n'a été contraint de démissionner qu'après des mois de troubles violents et face à la pression internationale[10].

Lors des premières élections démocratiques, le peuple vote pour Frederick Chiluba : un dirigeant syndical, un pasteur évangélique, un gestionnaire de compte fiduciaire, un chauffeur de bus qui est connu pour être plein de complexes d'infériorité (il ne mesurait que 151 cm) et qu'il était paranoïaque, colérique et à la tête d'un régime où la corruption est reine[11]. Lorsque Chiluba a quitté le pays en 2002 après plus de dix ans de gouvernement, après un bref interrègne de Levy Mwanawasa, le nouveau président de la Zambie était Michael Sata – un dirigeant faible et corrompu qui a conduit la Zambie dans la misère et en 2014, alors qu'il était encore au pouvoir, décède d'une maladie qui n'a jamais été révélée[12]. Le nouveau chef, Edgar Chagwa Lungu, promet la fin de la corruption et le début de la prospérité. Cela devient un symbole du grand espoir du peuple zambien[13].

Selon l'hagiographie officielle, Edgar Lungu est né le 11 septembre 1956 à l'hôpital central de Ndola, une ville du district de Copperbelt, et qu'il a grandi dans la ville de Chimwemwe, une partie de Kitwe[14]. Sa sœur Chama dénonce cette information comme un mensonge : La femme affirme qu'il n'y avait pas d'hôpitaux à Ndola à l'époque et que « beaucoup de contre-vérités sont racontées sur ses origines»[15]. Et tout comme beaucoup de choses restent silencieuses : après le lycée, Lungu s'inscrit à l'école des officiers de Miltez mais ne dure que peu de temps – il prétend qu'il a finalement choisi l'université, mais en réalité il s'est enlisé à cause de « l'ivresse, de la paresse et du général mauvaise conduite » et a été exclue de l'armée[16].

En Zambie, tout le monde connaît ces problèmes : les gens l'appellent "Kaminamisa" (ivrogne)[17]. Lungu se défend en niant tout, affirmant dans une interview en 2019 : « J'ai arrêté bien avant même de prendre une première bière »[18]. Ce qui est vrai, c'est qu'il est diplômé de la faculté de droit en octobre 1981 et a été admis au barreau un an plus tard[19] en rejoignant le cabinet d'avocats Andre Masiye & Co. à Lusaka[20]. Il ne s'est impliqué dans la politique que bien plus tard, en 1999, lorsqu'il est devenu membre de l'UPND (United Party for National Development[21]) et seulement deux ans plus tard, il est passé au nouveau-né PF (Patriotic Front[22]), où les opportunités de carrière sont meilleures, et il devient conseiller et associé du président Michael Sata[23].

La difficile montée vers le sommet

02

Une manifestation de partisans du président Lungu quelques mois après l'élection présidentielle de 2016

Lungu se présente comme un partisan de l'honnêteté, mais se comporte dans l'autre sens. En juillet 2009, il a perdu son permis d'exercer en tant qu'avocat : l'une de ses clientes, Wendy Kanyanta, avait droit à un remboursement de 40000 kwacha (1900 dollars) après une action civile – argent, que Lungu a reçue de la partie adverse et, au lieu de la remettre, l'a gardée pour lui. Pour ça, en août 2010, Lungu a été condamné à une indemnisation[24] et a révoqué son permis d'exercice du droit[25].

Ses amis ne l'oublient pas. Aux élections de 2011, immédiatement après la victoire du Front patriotique, le président nouvellement élu Michael Sata l'a nommé vice-ministre, puis ministre de l'Intérieur (bien qu'il soit intervenu dans une session parlementaire complètement ivre[26]) puis ministre de la Défense[27] en tant que prédécesseur Winter Kabimba est déchargé[28]. Le même jour, Lungu a succédé à Kabimba en tant que secrétaire général du Front patriotique[29].

Vers la fin de 2014, le président Sata gravement malade a dû se rendre à l'étranger pour des soins médicaux[30]. À ce stade, Lungu a reçu le contrôle provisoire du pays. En octobre, Sata décède[31] et le vice-président Guy Scott prend la relève du président par intérim[32]. Quelques jours plus tard, le 3 novembre 2014, Guy Scott a démis Lungu du poste de secrétaire national de la PF[33] – mais ne le lui a restitué que le lendemain : Lungu a longtemps travaillé dans l'ombre et a accédé à une position de grande puissance[34]. Lorsque la nouvelle élection présidentielle arrive, Lungu se présente comme un homme de foi et de paix – mais ses collègues du parti le décrivent comme « un politicien impitoyable et sans cœur qui prêche la paix le jour et organise la violence politique la nuit [35]».

Il s'avère être un fondamentaliste et un chauvin et promet de nier le droit à l'homosexualité[36]. Pendant la campagne, le Front patriotique a eu recours à la violence et aux arrestations aveugles pour intimider les opposants politiques[37]. Le 20 janvier 2015, malgré les combats acharnés au sein de la FP[38], Lungu remporte les élections présidentielles à une très faible majorité contre Hakainde Hichilema de l'UPND : seulement 32,4% des électeurs votent, Lungu recueille 48,3% du consensus contre les 46,7% d'Hichilema[39]. Le pays est divisé en deux parties : « Tribu contre tribu, frère contre frère et ami contre ami [40]». Hichilema est accusé de fraude électorale[41], mais cela n'aide pas : Lungu est nommé président lors d'une somptueuse cérémonie au National Heroes Stadium de Lusaka[42].

Dette, pression internationale, sang et corruption

03

L'augmentation régulière de la dette nationale sous la présidence d'Edgar Lungu[43]

La Zambie est dans une crise profonde. La croissance économique entre 2014 et 2015 ralentit de 5% à 3,2% et les prix des matières premières baissent[44]. Les ventes de cuivre (qui sont entre les mains de Vedanta, Barrick Gold, Glencore et First Quantum Minerals) représentent 70% des exportations zambiennes, passant de 7,2 milliards de dollars à environ la moitié[45]. Lungu réduit les subventions énergétiques et agricoles, ce qui a augmenté le déficit budgétaire à près de 10% du PIB et génère une inflation annuelle d'environ 20%, car les intérêts sont payés sur un prêt de 2012 signé par Sata avec l'Union européenne[46].

Lungu arrive à la prochaine présidentielle avec un pays qui se meurt : avec la dévaluation du kwacha de 41%[47], avec un tiers de la population active au chômage, avec la fermeture de certaines mines, avec une grave crise énergétique et la hausse des prix alimentaires[48]. Le Fonds monétaire international oblige Lungu à avancer les élections présidentielles jusqu'en 2016[49]. La campagne électorale est marquée par de graves affrontements entre les groupes parlementaires, la déclaration de l'état d'urgence et la violence cruelle de la police, qui, par exemple, attaque le journal d’opposition critique Post avec des gaz lacrymogènes et des matraques, les ferme après leur évacuation et oblige le personnel à tirer[50]. Après les élections il a liquidé l'entreprise[51].

La Commission électorale nationale menace de suspendre le vote, mais le gouvernement insiste[52]: Lungu est réélu avec 53% des voix[53]. Hichilema UNPD fait appel à la Cour constitutionnelle, accusant les responsables électoraux de fraude sans rien recevoir[54]. Compte tenu de la situation, le FMI a décidé en septembre 2018 de suspendre l'aide à la Zambie et Lungu a expulsé le représentant du Fonds à Lusaka, Alberto Baldini, du pays pour avoir répandu des « rumeurs négatives » sur la Zambie[55].

Le Fonds monétaire a de bons arguments contre le gouvernement de Lusaka: la hausse inexorable de la dette, principalement due à la corruption, avec le non-paiement des salaires des fonctionnaires ; Les contrats signés avec la Chine pour plus de 8 milliards de dollars de prêts, pour lesquels le terrain sera vendu pièce par pièce[56]: Pékin devrait reprendre la ZNBC Zambia National Broadcasting Corporation à titre de paiement, puis la compagnie nationale d'électricité Zesco[57] et enfin, selon les accords passés par Lungu l'aéroport international de Lusaka[58].

Un rapport publié par Africa Confidential[59] fait état de 4,7 millions de dollars de pots-de-vin pour fraude contre trois départements gouvernementaux : la santé, l'éducation et le développement économique. Africa Confidential accuse personnellement certains ministres responsables du pillage de fonds d'acheter des médicaments contrefaits, de voler des fonds de pension et de voler des budgets de dépenses sociales et éducatives[60].

L'un des protagonistes du scandale est Emerine Kabansky, sous-ministre du développement communautaire et de la sécurité sociale[61], qui a pillé ZAMPOST (Zambia Postal Services Corporation[62]). Elle doit démissionner[63] et est ensuite arrêtée[64]. La recherche montre qu'elle a détourné 4 millions de dollars[65]. Une partie de l'enquête concerne une autre fraude, toujours contre ZAMPOST[66], que Kabansky a commise avec un maître de poste licencié, McPherson Chanda[67].

Un rapport du Financial Intelligence Center (FIC)[68] montre que rien qu'en 2018, l'État a perdu 6,1 milliards de kwacha (environ 336 millions de dollars)[69] à cause de transactions illégales (corruption, vol, fraude et évasion fiscale). En juillet 2019, la secrétaire au Trésor Margaret Mwanakatwe doit démissionner sans déclaration officielle[70]. Le sous-gouverneur de la Banque centrale, Bwalya Ngandu, sera nommé à leur place.

En décembre 2019 éclate le scandale Mukula (nom d'un arbre à bois précieux, une espèce protégée par le WWF)[71]. Selon un rapport de l'Environmental Investigation Agency (EIA)[72], un cartel composé du président Edgar Lungu, de sa fille Tasila Lungu, du ministre de la Justice Given Lubinda et du ministre des Terres et des Ressources naturelles Jean Kapata déforeste et passe en contrebande des tonnes de plantes et de bois: entre Juin 2017 et mai 2019, il y a 40 conteneurs mensuels, soit environ 2000 mètres cubes par mois, qui génèrent 7,5 millions de dollars par an sur le marché noir et sont mis en sac par les membres de la conspiration[73].

Une faillite prévisible

04

Edgar Lungu est filmé devant les containers de son organisation de contrebande de bois maculaire[74]

À partir du scandale maculaire, la situation s'est aggravée. En mai 2019, l'agence de notation Moody's a dégradé la dette nationale de la Zambie de CAA1 à CAA2 : « Les pressions extérieures et les problèmes de liquidité affectent la capacité du gouvernement à gérer la dette à moyen terme et augmentent également la probabilité de défaut de paiement sur la dette à court terme »[75]. Le Royaume-Uni, la Finlande, la Suède et l'Irlande suspendent les paiements d'aide économique à la Zambie. Le gouvernement de Londres bloque un plan de secours de 47 millions de livres sterling[76] et met Lungu à genoux. Les tensions sociales croissantes sont réprimées par la violence, les politiciens et les bureaucrates sont arrêtés, les violations des droits humains se multiplient, mais le président résiste et annonce qu'il se dérobera à toute responsabilité[77].

Il souligne son innocence alors même qu'il dépense de l'argent de l'État (qui est inexistant) pour l'extravagance et le luxe personnel[78], comme l'achat, pour 45 à 49 millions de dollars[79], d'un Jet Sukhoi Business VIP de fabrication russe pour les voyages du président – plus quatre autres avions Sukhoi pour l'aviation civile[80]. Selon Africa Confidential, le contrat de fourniture signé avec Israël comprendrait plus de 400 millions de dollars d'équipements de haute technologie (tels que 18 mini-drones Skylark, un nombre inconnu de chasseurs supersoniques F-5, des véhicules terrestres et des hélicoptères de transport Mi-17E) pour le secteur militaire, qui a été partiellement financé par un prêt de la Banque israélienne Hapoalim[81]. Une folie confirmée par le vérificateur général de la gestion des finances publiques[82].

En décembre 2019, Africa Confidential a constaté que le gouvernement n'avait pas honoré le prêt de 97 millions d'euros accordé par l'Institut San Paolo de Turin, que Lungu avait utilisé pour payer deux avions de transport militaire C27J pour l’entreprise militaire italienne Leonardo[83]. Le C-27J Spartan est un avion à turbopropulseur qui peut fonctionner avec des pistes rudimentaires et dans des conditions extrêmes[84]. Pour obtenir l'argent, la ministre des Finances de l'époque, Margaret Mwanakatwe, s'est engagée à éviter d'accepter d'autres prêts[85].

Bien que la banque dépose cinq demandes de paiement d'intérêts avec un terme jusqu'au 30 octobre 2019 pour 6,2 millions d'euros, l'acompte reste en suspens[86]. La banque impose donc une amende contractuelle de 20 000 euros par semaine, également parce qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé : « Le biréacteur d'affaires Gulfstream G650 utilisé par le président Lungu et le président Lungu et une commande de cinq avions Sukhoi font également partie de la folie de l'achat d'un avion zambien. La Russie a annulé la commande le 28 octobre après que la Zambie n'a pas effectué le deuxième paiement »[87].

En avril 2019, le terroriste Nsabimana Callixte, chef du groupe révolutionnaire rwandais National Liberation Force (NLF), dont le casier judiciaire fait état de meurtres, attentats à la bombe, enlèvements et pillages, a été arrêté par le RIB (Rwanda Investigation Bureau)[88]. Callixte, interrogé par le Tribunal international de La Haye le 13 juillet 2020, plaide coupable et dit avoir été engagé par Edgar Lungu pour 150000 dollars fin 2017 pour aider le chef du parti d'opposition rwandais, le MRCD, Paul Rusesabagina, renverser le gouvernement de Paul Kagame par un coup d'État[89]. Lungu, bien sûr, nie tout[90].

La pandémie porte le coup final. Officiellement, il y a eu 17 000 infections et 350 décès en Zambie[91], mais ce sont des chiffres sans crédibilité. Les organisations internationales estiment qu'il y a 1,8 million de personnes infectées, mais heureusement, la mortalité est très faible en raison du très jeune âge de la population[92]. L'effet est cependant la fermeture partielle des mines, ainsi que celle d'autres activités économiques[93] : la fermeture de Victoria Falls, qui (en 2019) ont attiré plus d'un million de touristes et créé une augmentation vertigineuse des revenus (dans ces réseau travaille 7,2% de la main d’œuvre et est gagné 7% du PIB national[94]) c’est un coup de couperet sur les comptes déjà mauvais du gouvernement[95]. On ferme les écoles et les universités, les bars et restaurants, les cinémas et les casinos ; Le rassemblement de plus de 50 personnes est interdit, les activités sportives sont bloquées, l'entrée et la sortie des villes de Kafue et Nakonde sont interdites, la frontière avec la Tanzanie (qui est la plus importante pour le commerce et la contrebande) sera fermée[96].

Lungu admet : Le pays n'est qu'à quelques centimètres de la faillite[97]. Il demande au Fonds monétaire international de rembourser la dette extérieure et de renégocier les conditions des obligations : le 22 septembre, l'État aurait dû payer les obligations émises en 2012, 2014 et 2015 – c'est 3 milliards de dollars qui ne sont jamais versés aux créanciers causent donc des dommages irréparables[98]. Le dernier espoir est que l'exploitation minière sauvera la Zambie. C'est toujours le seul secteur économique et industriel qui peut encore ajouter de la valeur, mais il est presque entièrement entre les mains de capitaux étrangers.

Les premiers scandales miniers graves

05

Les bulldozers géants creusant dans la plus grande mine de cuivre de Zambie, la mine de cuivre de Lumwana. Les mines couvrent une superficie de 1355 km2 et ont presque la taille de la ville de Londres ; son exploitation est entre les mains de la tristement célèbre multinationale canadienne Barrick Gold[99]

La production industrielle de cuivre en Zambie a commencé il y a exactement un siècle lorsque le milliardaire irlandais-américain Alfred Chester Beatty a fondé le Rhodesian Selection Trust (RST) et a inauguré les mines de Luanshya (1928) et Mufulira (1933)[100]. Jusqu'en 1960, l'extraction du cuivre s'est développée régulièrement et a apporté une nouvelle prospérité – au moment de l'indépendance de la Zambie, les mines produisaient 769 000 tonnes par an et employaient 62 000 personnes[101].

L'État nouveau-né décide de nationaliser l'ensemble du secteur[102] et crée la ZCCM Zambia Consolidated Copper Mines[103]. Les revenus sont réinvestis dans les chemins de fer, les routes, les centrales hydroélectriques, les écoles, les hôpitaux et les logements sociaux, et les machines ne sont pas rénovées – la production baisse des deux tiers, tout le système est en crise[104]. En 1996, le président Chiluba a décidé de vendre les mines et de compter sur les recettes fiscales[105]. Les multinationales étrangères ont investi 12,5 milliards de dollars en 14 ans pour ramener la production à il y a 60 ans et amener l'emploi à près de 100 000 emplois[106]. Le prix est élevé. Les entreprises multinationales font ce qu'elles veulent : pollution, abus humains, évasion fiscale.

Les plus sans scrupules semblent être les Chinois. Selon Human Rights Watch, ils pratiquent systématiquement des mauvais traitements, des abus et des menaces, en particulier dans le cas de la CNMC (Non-Ferrus Metals Mining Corporation)[107], qui impose des quarts de travail inhumains depuis 1998, décidant d'avoir des jours de repos et l'utilisation de salles de sont contaminés par une concentration élevée de poussière – sans aucune mesure de sécurité, aucune menace ni aucune grève[108].

Le gouvernement n'a réagi qu'en 2013 : le permis CNMC de la mine de charbon Collum, désormais gérée par la ZCCM, est révoqué[109]. Mais cela ne suffit pas, les autres entreprises chinoises continuent[110]. En 2016, un gang criminel chinois a été découvert, forçant des enfants âgés de 10 à 16 ans à voler du cuivre et d'autres minéraux dans des zones minières abandonnées[111]. Un autre gang qui a été autorisé à exploiter la mine de cuivre de Chingola emploie presque exclusivement des enfants âgés de 10 à 12 ans[112].

Pour optimiser les profits, de nombreuses autres entreprises se concentrent plutôt sur l'évasion fiscale : selon l'ONG War On Want (2015), la Zambie perdrait 3 milliards de dollars d'impôts par an, ce qui est contourné par les grandes entreprises minières du pays : Glencore, Vedanta et Associated British Foods[113]. Selon Owen Espley, auteur de l'étude War on Want, le gouvernement ne peut pas riposter car il a été victime d'un chantage avec la menace de supprimer des milliers d'emplois – une menace qui laisse les gouvernements des membres de l'OCDE indifférents[114].

En 2018, l'ONU a dénoncé une énorme fraude fiscale (50 milliards de dollars à travers l'Afrique)[115] et contraint Lungu à adopter des lois plus strictes[116]. Des lois que l'État ne peut pas faire appliquer[117], même s'il s'agit d'une entreprise publique : en mai 2020, la Cour suprême de Lusaka condamne les mines de cuivre MCM Mopani (73,1% Glencore, 16,9% First Quantum Minerals , 10% ZCCM[118]), avec une sentence arbitrale, de payer 240 millions de kwacha (environ 13 millions de dollars) pour fraude fiscale causée par la vente du coût du cuivre de MCM aux raffineries de Glencore en dessous du coût[119].

06
Un garçon de 12 ans qui travaille dans la mine de Chingola en Chine[120]

À cela s'ajoutent les dommages désormais irréparables à l'environnement, en particulier dans la province de Copperbelt, la partie la plus densément peuplée du pays[121]: l'extraction industrielle du cuivre a radicalement changé le paysage. Les mines déplacent des millions de tonnes de terre et de boue, détournent les ruisseaux et les rivières et empoisonnent la composition de l'air[122]. Il y a au moins 21 dépotoirs d'une superficie de plus de 388 hectares, 9 terrils de scories d'une superficie de 279 hectares et enfin plus de 45 barrages d'une superficie d'environ 9125 hectares. Au total, plus de 10 000 hectares de la ceinture de cuivre sont couverts de déchets et ne peuvent être ni habités ni cultivés[123].

Le cas le plus emblématique est celui de Mulifura et des trois communes touchées par les fouilles (Kankoyo, Butondo et Zimba), détruites par les fumées de dioxyde de soufre[124] et gravement menacées par les fissures et les glissements de terrain[125]. La mine a empoisonné les ruisseaux environnants, rendu l'eau non potable et détruit le bétail, l'agriculture et la pêche[126]. Une catastrophe s'est produite à l'ouest de Kitwe, où se trouve la mine de Chibuluma, dont le voisinage a été abandonné par les humains et les animaux car l'eau est empoisonnée par des acides et des résidus toxiques de cuivre et de cobalt[127].

À Kabwe, dans la même zone, malgré la fermeture de la mine il y a plus de 25 ans, il y a toujours une colline de dix mètres de haut appelée The Black Mountain, qui est composée de ferraille de fonderie, de gravats et de divers types de déchets[128]. De nombreux enfants du quartier ont développé un cancer ou sont morts du saturnisme[129]. De 2003 à 2011, la Banque mondiale a financé le programme de réhabilitation du Copperbelt Environment Project : l'État a collecté l'argent et n'a jamais achevé les travaux[130].

L'une des entreprises dont les activités ont causé le plus de dommages environnementaux est Vedanta Resources, une multinationale indienne basée à Londres[131]. Les premières allégations concernant l'impact environnemental des mines de Konkola remontent à 2009[132], mais les problèmes ont commencé cinq ans plus tard lorsque l'ONG Foil Vedanta a publié un rapport sur les liens entre la multinationale et l'annonce du président Sata, que le La pollution généralisée documentée des zones minières gérées par Vedanta, ainsi que les abus que l'entreprise inflige aux travailleurs[133].

Un an plus tard, 1826 agriculteurs zambiens ont déposé une plainte contre Vedanta Resources auprès du tribunal de Londres et ont remporté la première procédure judiciaire – l'affaire incombe désormais à la Cour suprême[134]. Comme dans d'autres cas, le ministre des Mines, Richard Musukwa, défend le Vedanta de toutes ses forces en témoignant devant le tribunal et en annulant les décisions des tribunaux en Zambie[135]. En mai 2018, les travailleurs ont protesté, la police a tiré et tué 12 manifestants – et à ce moment-là, le président Lungu a changé de position et fermé les mines de Konkola[136].

En août 2019, le gouvernement de Lusaka a déposé une demande d'expulsion de Vedanta de Zambie, proposant une sanction pour ce groupe de sociétés à la Bourse de Londres[137]. L'État a imposé un liquidateur à la KCM – la société qui gère la mine de Konkola, et Vedanta n'a d'autre choix que de rechercher la voie de l'arbitrage international car la multinationale a plus de 3 milliards de dollars dans la mine de 2004 à 2018 a investi[138]. En outre, en novembre 2019, Vedanta a accepté d'infliger une amende de 203 millions de dollars à l'État de Zambie[139]. La mine est maintenant nationalisée (elle est contrôlée par le ZCCM) et aujourd'hui même Richard Musukwa a changé d'avis et appelle à une procédure pénale contre les dirigeants du Vedanta[140].

Le scandale des mines de Kalengwa

07

Edgar Lungu en position intime avec le gangster Shawi Fawaz[141]

En 1969, après la nationalisation de l'exploitation minière, les principales mines de cuivre étaient concentrées dans une seule société, RCM (Roan Consolidated Mines Limited)[142], détenue à 51% par ZIMCO (Zambia Industrial and Mining Corporation, qui a fusionné avec ZCCM en 1981[143]) et 49 % à un consortium dirigé par une société minière de New York, AMAX Inc., qui était l'une des sociétés multinationales les plus importantes en Afrique[144]. Entre 1981 et 1982, le MRC a été démantelé et la mine fermée[145] en raison de la crise en Zambie[146].

Dans les années qui ont suivi, Kalengwa a été exploitée par des mineurs sans emploi à la recherche d'un revenu minimum, dont la plupart chassaient le cuivre dans l'immense mine à ciel ouvert qui restait, en 1982, après que la mine n'ait pas été nettoyée[147]. En 2008, la mine a été occupée par Euro African Kalengwa Mining Limited (EAKM), qui a reçu un permis gouvernemental en 2010. EAKM est un consortium de tribus locales[148] dirigé par le chef Mukumbi Kizela[149] et le roi Mulumba Datuuma II (Mathew Sweta Kanong’esha), un disciple d’Edgar Lungu[150].

En 2011, la licence d'EAKM est suspendue et le gouvernement transfère étonnamment la licence à ACR African Consolidated Resources Plc London (maintenant il s’appelle Vast Resources Plc)[151]. Il s'agit d'une société de capitaux anglaise et roumaine fondée en 2004 qui opère en Roumanie et au Zimbabwe où elle possède une mine de diamants[152]. Le transfert de la licence déclenche une véritable guerre qui se poursuit encore aujourd'hui devant les tribunaux et dans les rues, où les partisans de l'EAKM manifestent armés de bâtons et de sabres et écrasent tout sur leur passage[153].

Derrière cette guerre se cache une confrontation plus complexe et plus dangereuse : dans les années 1990, un gangster est apparu, Shawi Fawaz, un immigrant libanais, qui organisait de petits collecteurs illégaux de cuivre, et en échange de nourriture et de médicaments, protection et approvisionnements, il prétende jusqu'à 60% des produit collecté que chaque collectionneur illégal obtient chaque jour ouvrable[154]. Chacun de ses esclaves choisit le Front patriotique et soutient Edgar Lungu et Michael Sata par des actions violentes et intimidantes[155].

Shawi Fawaz devient rapidement le Jerabos (parrain de la mafia) le plus puissant d'Afrique australe, et lorsque les tribunaux de Lusaka l'ont condamné à un total de 25 ans de prison (1989 pour trafic de drogue et vol de cuivre ; 1994 pour le meurtre d’un syndicaliste, Grant Kolala ; 1998 pour commerce avec des esclaves, des drogues, des prostituées et divers actes de violence[156]), Edgar Lungu intervient personnellement et lui accorde la grâce – et lui conseille de changer de méthode en ce qui concerne les mines de Kalengwa : Assez avec la protection mafieuse des collecteurs irréguliers, plutôt l'établissement de deux sociétés minières transformant 2000 travailleurs irréguliers en employés d'une entreprise régulière[157] – Hetro Mining & Ore Ltd. Kitwe et Lunga Minerals & Exploration Ltd. Kitwe[158].

African Consolidated Resources (ACR) remporte le combat juridique (et militaire) contre la petite entreprise des chefs de tribus locaux (EAKM), grâce à une décision stratégique de son plus grand actionnaire et président Colin Bird : il ne combat pas Fawaz, mais conclut un contrat lui, lui a vendu un pourcentage de son entreprise et, quelques années plus tard, a changé son nom pour Xtract Resources[159]. De cette manière, Fawaz et Lungu partagent les bénéfices[160] d'autres sociétés ACR : la mine d'or de Gadzema, la mine d'or Pickstone-Peerless et la mine de diamants de Nkombwa Hill[161].

08
Les milices de Shawi Fawaz, entassées dans les camions des partisans du président Edgar Lungu, atteignent les clôtures de la mine de Kalengwa en août 2019, où, quelques secondes après cette photo, elles déchaîneront l'enfer[162]

Les tribus de Zambie n'abandonnent pas et trouvent un allié puissant : le groupe minier anglais Moxico Resources Plc London, qui opère déjà dans la zone appelée Chingola Cluster grâce à la concession du permis d'exploration de la mine Mimbula[163] et du permis d'exploration d'une nouvelle mine en Zambie[164]. Moxico s'ouvre également aux achats d'actions pour les citoyens zambien[165]s et fait une offre pour la licence d'utilisation de Kalengwa – une offre acceptée par l'administration de l'État – mais ignorée par Colin Bird et Shawi Fawaz et réfutée par la suite par un décret d'Edgar Lungu[166].

Avec la poursuite et la détérioration de la lutte contre Xtract Resources, Moxico regroupe les partenaires zambiens dans une holding offshore, Moxico Resources Ltd. Port-Louis[167], qui a été dissous suite à la victoire du groupe Moxico dans l'affaire de la Cour suprême de Lusaka le 28 mars 2017[168]. Ce jugement a ensuite été confirmé à nouveau après que Lungu a suspendu l'application du jugement par une décision du 22 juillet 2019[169].

La réponse de Bird et Fawaz : Quelques jours après le verdict, début août, les miliciens de Jerabo ont attaqué les forces de sécurité et les travailleurs de Kalengwa – les ont impitoyablement battus, puis kidnappés, torturés et tués certains d'entre eux[170]. Le gouvernement Lungu réagit en annulant la décision de la Cour suprême par une décision illégale du département des mines de Richard Musukwa[171]. Le lendemain, les miliciens Fawaz occupent la mine et commencent à travailler avec leur personnel après que les Moxico se sont enfuis dans la peur[172].

À ce stade, Xtract Resources tente un coup dur : la société vend sa licence illégale à une nouvelle société, KPZ Kalengwa Processing Zone Ltd. Lusaka[173] qui appartient à une holding offshore nouvellement créée, KPZ International SA Tortola (BVI)[174]. KPZ International vend 30% de ses droits d'exploitation présumés[175] à la nouvelle multinationale de Colin Bird et à son partenaire britannique : Bezant Resources Plc London[176].

Entre-temps, cependant, la pression du Fonds monétaire international a énormément augmenté et, compte tenu du risque de défaut souverain, le président Lungu cessera au moins apparemment de protéger Shawi Fawaz à l'automne 2020. Celui-ci, cette fois, risque vraiment la prison[177] – mais ce différend, même s'il a été réglé au tribunal en faveur de Moxico Resources, n'est pas encore terminé : actuellement les hommes de KPZ International travaillent toujours à Kalengwa, et il n'y a pas de fin en vue[178].

09
Des agents du ministère zambien de la Santé fouillent les tas d'ordures à la recherche de déchets toxiques qui ont fait de Kabwe la ville la plus empoisonnée au monde[179]

Cette histoire désagréable commence à devenir une pratique normale : Colin Bird est également président du conseil d'administration d'une autre société minière, Jubilee Metals Group Plc London[180]. Le 19 juin 2020, Jubilee Metals a officiellement annoncé avoir acquis les droits de traitement de 150 millions de tonnes de sable à haute teneur en cuivre[181] auprès de Star Tanganika Ltd. Lusaka[182] sera traité à la raffinerie Jubilee à Sable, en Zambie.

Star Tanganika appartient à deux hommes d'affaires grecs qui vivent à Lusaka depuis plus de vingt ans, Dimitrios Monokandilos et Kosmas Mastrokolias – tous deux connus comme fraudeurs devant les tribunaux depuis vingt ans[183]. Jubilee Metals verse 5 millions de dollars, seulement pour découvrir que ces 150 millions de tonnes n'appartenaient pas à Star Tanganika – cependant, la presse de Lusaka soupçonne que Jubilee Metals savait depuis le début que le cuivre ne l'obtiendrait jamais et que ce 5 millions ont été payés pour une raison secrète et probablement illégale[184].

Les faits que nous racontons montrent clairement que la Zambie n’a actuellement aucun espoir de sortir de la crise par ses propres moyens. Dambisa Moyo elle-même, une économiste née à Lusaka et aujourd'hui l'une des auteurs les plus réputées sur les sujets africains, a fait sensation en 2009 avec un livre dans lequel elle expliquait le fait que des centaines de milliards de dollars ont été dépensés après la Seconde Guerre mondiale pour soutenir le développement et l'émancipation du continent africain étaient non seulement inutiles mais aussi nuisibles, car ces fonds ont financé des dictatures et des guerres tribales, ainsi que des travaux d’infrastructure qui n’enrichissaient que les entreprises occidentales qui les avaient construites[185].

Aujourd'hui, plus de dix ans plus tard, la même auteure estime que le renversement de régimes (comme celui d'Edgar Lungu) ne ferait qu'entraîner une pire déstabilisation, plus de violence et plus de misère – et elle prône un plan Marshall pour l'Afrique, pour forcer les gouvernements (démocratiques ou non) à emprunter les voies qui ne sont plus spécifiées par le Fonds monétaire international (qui sert souvent les intérêts des grandes industries et des grandes banques), mais par les organisations onusiennes qui sont déjà les plus sérieuses situations d'accès : famines, épidémies, empoisonnements environnementaux, catastrophes géologiques, réfugiés des guerres et autres persécutions[186].

Ceux qui, comme nous, traitent ces choses tous les jours restent sans voix. L'alliance politico-commerciale-criminelle entre le président Lungu et un chef mafieux comme Shauwi Fawaz est un fait intolérable, mais en même temps incompréhensible, car montré en public avec une telle arrogance ... La seule certitude est qu'après la dictature de Frédéric Chiluba et les années de corruption institutionnalisée par Michael Sata, sous la présidence d'Edgar Lungu, la Zambie est tombée de la casserole dans le feu. Et ça brûle.

 

 

[1] http://www.eyewitnesstohistory.com/livingstone.htm

[2] http://www.fides.org/it/news/35497-AFRICA_ZAMBIA_L_ineguale_distribuzione_della_ricchezza_nazionale_contribuisce_a_provocare_tensioni_etniche

[3] https://worldpoverty.io/map

[4] https://www.statista.com/statistics/809085/unemployment-rate-in-zambia/

[5] https://media.africaportal.org/documents/Recounting_the_Miseries_of_the_Poor_.pdf

[6] https://www.lifegate.it/siccita-zambia-cascate-vittoria-carestia

[7] https://www.lifegate.it/miniera-piombo-kabwe-zambia

[8] https://www.facing-finance.org/en/2016/02/collum-coal-mining-collapsed-tunnels-destroy-zambian-village/

[9] https://www.bloombergquint.com/business/zambia-copper-mine-waste-dam-bursts-destroying-crops-mail-says

[10] Andy DeRoche, “Kenneth Kaunda, the United States and Southern Africa”, Bloomsbury, London 2016

[11] http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/1715419.stm

[12] http://ibiworld.eu/2020/10/09/le-mele-marce-del-paradiso-terrestre/ ; http://ibiworld.eu/en/rotten-apples-in-the-garden-of-eden/

[13] Anthony Mukwita, “Against all odds: Zambia’s President Edgar Chagwa Lungu’s rough Journey to State House”, Partridge Africa, Johannesburg 2016

[14] https://www.sh.gov.zm/?page_id=5164

[15] https://www.zambiawatchdog.com/there-was-no-hospital-when-lungu-was-born-sister/

[16] https://www.zambianobserver.com/flashback-edgar-lungu-was-discharged-from-army-for-drunkness/

[17] https://web.archive.org/web/20131226111143/http://www.zambianwatchdog.com/edgar-lungu-is-new-defense-minister/

[18] https://mwebantu.news/hh-is-telling-people-that-i-drink-beer-i-stopped-drinking-president-lungu/

[19] https://www.pindula.co.zw/Edgar_Lungu#cite_note-profile-1

[20] https://youthvillagezm.com/2019/06/10-things-you-didnt-know-about-edgar-lungu/

[21] https://upndzambia.org/ ; www.edgar-lungu.com/wp-content/uploads/2014/12/EL-Profile_web.pdf

[22] https://www.pindula.co.zw/Edgar_Lungu

[23] https://www.theafricareport.com/3261/spotlight-on-zambias-president-edgar-lungu/

[24] https://www.zambiawatchdog.com/how-edgar-lungu-stole-clients-money/

[25] https://zambia.co.zm/news/headlines/2010/07/29/laz-suspends-misa-lawyer-edgar-lungu/

[26] https://www.zambiawatchdog.com/drunkard-pf-minister-edgar-lungu-prompts-point-of-order-in-parliament/ ; https://www.zambiawatchdog.com/flashback-zambia-reports-says-lungu-is-an-alcoholic-decisions-impaired-by-beer/

[27] https://web.archive.org/web/20131226111143/http://www.zambianwatchdog.com/edgar-lungu-is-new-defense-minister/

[28] http://ibiworld.eu/2020/10/09/le-mele-marce-del-paradiso-terrestre/ ; http://ibiworld.eu/en/rotten-apples-in-the-garden-of-eden/  

[29] https://www.theafricareport.com/3261/spotlight-on-zambias-president-edgar-lungu/

[30] https://www.zambiawatchdog.com/sata-will-soon-go-to-london-for-medication/

[31] https://www.bbc.com/news/world-africa-29813612

[32] https://www.repubblica.it/esteri/2014/10/29/news/michael_sata_morto_zambia-99242316/

[33] https://www.lusakatimes.com/2014/11/03/guy-scott-drops-edgar-lungu-pf-secretary-general/

[34] https://www.lusakatimes.com/2014/11/04/guy-scott-reinstates-edgar-lungu-secretary-general-burial/

[35] https://africanarguments.org/2016/08/16/humble-mother-loving-and-god-fearing-how-edgar-lungu-won-zambias-presidential-election/

[36] https://www.lusakatimes.com/2014/12/13/edgar-lungu-says-cant-abandon-satas-vision-will-support-gay-rights/

[37] https://news.yahoo.com/zambian-police-tear-gas-opposition-supporters-poll-132706659.html

[38] https://blogs.lse.ac.uk/africaatlse/2015/01/19/zambia-presidential-elections-why-is-it-so-hard-to-predict-a-potential-winner/

[39] http://country.eiu.com/article.aspx?articleid=582750442

[40] https://www.pambazuka.org/governance/zambia%E2%80%99s-election-now-president-lungu-must-address-serious-issues

[41] https://www.voanews.com/africa/zambias-new-president-sworn-office

[42] https://www.lusakatimes.com/2015/01/25/edgar-lungus-inaugurated-colourful-ceremony/

[43] https://www.lusakatimes.com/2020/02/12/263055/

[44] https://www.bloombergquint.com/onweb/zambian-president-lungu-faces-challenge-to-repair-economy

[45] https://old.danwatch.dk/undersogelseskapitel/long-way-round-how-zambian-copper-is-entering-the-eu/

[46] https://www.bloombergquint.com/onweb/zambian-president-lungu-faces-challenge-to-repair-economy

[47] https://www.bloomberg.com/news/articles/2015-09-25/barclays-sees-zambia-acting-to-stem-world-s-worst-currency-fall

[48] https://www.reuters.com/article/us-zambia-election-idUSKCN10Q13R

[49] https://www.reuters.com/article/zambia-imf-idUSL5N16Q3FN

[50] https://www.irishtimes.com/news/world/africa/zambia-s-president-edgar-lungu-plotting-dictatorship-1.3156944

[51] http://www.daily-mail.co.zm/laz-applies-to-join-post-case/ ; http://www.daily-mail.co.zm/court-declares-the-post-insolvent/

[52] https://zambialaws.com/Bulletin-2016/(35)%20Electoral%20Process%20Act%2035%20of%202016.pdf ; https://www.nigrizia.it/notizia/zambia-clima-politico-sempre-piu-violento-interviene-commissione-elettorale

[53] https://qz.com/africa/758213/zambias-incumbent-president-has-won-reelection-but-only-just/

[54] https://www.aljazeera.com/news/2016/8/16/zambia-arrests-133-protesters-after-contested-election

[55] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/12424/Bonds%2c_bills_and_ever_bigger_debts

[56] https://southerntimesafrica.com/site/news/zambia-denies-its-debt-burdened ; https://www.zambianobserver.com/zambia-risks-losing-sovereignty-to-china-africa-confidential/

[57] http://www.chinagoabroad.com/en/article/china-to-take-over-zesco-africa-confidential

[58] https://www.africa-express.info/2018/09/21/lo-zambia-non-riesce-a-pagare-i-debiti-e-la-cina-e-pronta-a-prendersi-il-suo-aeroporto/ ; https://www.kaieteurnewsonline.com/2018/09/14/china-to-take-over-zambian-intl-airport-for-default-on-debt-repayment-chinese-already-own-60-shares-in-the-countrys-national-media/

[59] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/12429/Graft_worsens_cash_squeeze

[60] https://www.theguardian.com/global-development/2018/sep/19/zambia-aid-payments-suspended-over-corruption-allegations

[61] https://www.wikidata.org/wiki/Q29539929

[62] https://www.zampost.com.zm/Home.html

[63] https://www.zambianobserver.com/president-edgar-lungu-fires-emerine-kabanshi-zampost-chief-mcpherson-chanda/

[64] https://lusakastar.com/news/kabanshi-arrested-over-social-cash-transfer-corruption-scandal

[65] https://www.zambianobserver.com/president-edgar-lungu-fires-emerine-kabanshi-zampost-chief-mcpherson-chanda/

[66] https://zambiareports.com/2019/05/15/former-minister-kabanshi-arrested-abuse-authority/

[67] https://mwebantu.news/zampost-chief-fired-in-social-cash-transfer-scandal/

[68] https://www.fic.gov.zm/79-fic-news/106-mutual-evaluation

[69] https://www.phoenixfm.co.zm/news/zambia-lost-k6-1-billion-to-financial-crimes-in-2018/

[70] https://www.reuters.com/article/us-zambia-economy-financeminister-idUSKCN1UA0BF

[71]https://www.cites.org/eng/CITES_conference_responds_to_extinction_crisis_by_strengthening_international_trade_regime_for_wildlife_28082019

[72] https://content.eia-global.org/assets/2019/11/Mukula_Cartel-HiRes.pdf ; https://eia-international.org/

[73] https://eia-global.org/reports/20191205-mukula-cartel-zambia-report

[74] https://www.zambianobserver.com/lungu-must-clear-his-own-name-not-sunday-chanda-or-emmanuel-mwamba-upnd/

[75] https://www.news24.com/fin24/economy/africa/zambia-president-fires-finance-minister-replaces-her-with-deputy-governor-20190715

[76]https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/630904/Zambia.pdf

[77] https://www.africanews.com/2018/09/29/zambians-denounce-government-corruption-in-rare-demonstration/

[78] https://www.themastonline.com/2018/10/14/frightening-levels-of-extravagance/

[79] https://www.theeastafrican.co.ke/tea/news/rest-of-africa/zambia-furious-at-presidential-jet-purchase-claims-1404454

[80] https://www.themastonline.com/2017/07/22/zambia-buys-5-planes-from-russia-for-national-carrier-lungu/

[81] https://www.zambianobserver.com/debt-ridden-zambia-on-shopping-spree-for-us400-million-aviation-equipment-from-israel-africa-confidential-claims/

[82] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/12475/Debts_and_denials

[83] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/12819/The_default_is_mine

[84] https://en.wikipedia.org/wiki/Alenia_C-27J_Spartan

[85] https://www.lusakatimes.com/2018/06/15/no-more-loans-orders-president-lungu-as-he-bans-travel-and-suspends-financing-of-unfinished-projects/

[86] https://www.africa-confidential.com/article-preview/id/12819/The_default_is_mine

[87] https://www.themastonline.com/2019/12/07/govt-defaults-on-zaf-planes/

[88] https://fr.reuters.com/article/rwanda-security-idAFL5N22C3IO

[89] https://panafricanvisions.com/2020/07/zambian-president-lungu-cited-in-rwanda-rebel-leader-case/

[90] https://clubofmozambique.com/news/zambian-president-denies-funding-rwanda-rebels-165717/

[91] https://covid19.who.int/region/afro/country/zm

[92] https://rstmh.org/news-blog/news/covid-19-in-zambia

[93] http://www.cadtm.org/Zambia-Debt-and-Covid-19

[94] https://africa.cgtn.com/2020/09/27/tourist-visits-at-victoria-falls-nosedive-amid-covid-19-pandemic/

[95] https://africanminingmarket.com/zambias-economy-to-shrink-4-2-in-2020/7396/

[96] https://www.imf.org/en/Topics/imf-and-covid19/Policy-Responses-to-COVID-19#Z

[97] https://rusbankrot.ru/en/bankruptcy-and-liquidation/zambia-might-declare-a-default-/

[98] https://www.theafricareport.com/43272/zambias-call-for-debt-relief-triggers-fear-of-domino-effect-across-africa/ ; https://www.bbc.com/news/world-africa-54928836

 

[99] https://www.mining-technology.com/projects/lumwana/

[100] http://www.scielo.org.za/pdf/jsaimm/v116n6/03.pdf

[101] https://miningforzambia.com/zambias-history-of-copper-production-part-1/

[102] https://www.saimm.co.za/Journal/v111n10p737.pdf

[103] https://www.zccm-ih.com.zm/

[104] https://miningforzambia.com/zambias-history-of-copper-production-part-1/

[105] https://www.nytimes.com/1998/12/21/world/zambia-announces-deal-to-sell-copper-mines.html

[106] http://www.scielo.org.za/pdf/jsaimm/v116n6/03.pdf

[107] https://www.hrw.org/news/2011/11/21/china-zambia-trouble-down-mines

[108] https://www.refworld.org/docid/512743d22.html

[109] https://www.reuters.com/article/idUSL6N0BK3XN20130220

[110] https://www.hrw.org/news/2011/11/03/zambia-workers-detail-abuse-chinese-owned-mines

[111] https://www.aa.com.tr/en/africa/zambia-arrests-30-chinese-for-illegal-mining-activities/834402

[112] http://www.xinhuanet.com/english/2019-07/19/c_138241131.htm

[113] https://waronwant.org/media/ZambiaReport

[114]https://www.waronwant.org/sites/default/files/WarOnWant_ZambiaTaxReport_web.pdf?_ga=2.126327113.595232932.1605463035-1068647715.1605463035

[115] https://medium.com/african-tax-administration-forum/zambia-strengthens-its-transfer-pricing-rules-50927dc0901e

[116] https://grapheneeconomics.com/zambia-issues-transfer-pricing-regulations-what-taxpayers-need-to-know/

[117] https://www.theigc.org/blog/mining-taxation-policy-in-zambia-the-tyranny-of-indecision/

[118] https://web.archive.org/web/20110604191925/http://www.glencore.com/mopani.html

[119] https://web.archive.org/web/20110604191925/http://www.glencore.com/mopani.html

[120] https://www.worldvision.org/child-protection-news-stories/child-labor-children-reveal-horror-working-mines

[121] https://link.springer.com/article/10.1007/BF00196328

[122] Elisha Ncube, Clement Banda, Jhonnah Mundike, “Air Pollution on the Copperbelt Province of Zambia”, in “Journal of Natural and Environmental Sciences”, International Academy of Ecology and Environmental Sciences, Hong-Kong 2011; Phenny Mwanga, Mathews Silondwa, Paul Banda, “Preliminary review of mine air pollution in Zambia”, Heliyon, Amsterdam 2019; https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2214790X20302446 ; https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15172568/

[123] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2214790X20302446

[124] https://www.lusakatimes.com/2019/06/02/mufuliras-kankoyo-residents-cry-over-persistent-pollution/

[125] https://copperbelt.history.ox.ac.uk/2019/12/18/from-senta-to-acid-fumes-mufulira-mopani-copper-mines-and-environmental-pollution-chibamba-jennifer-chansa/

[126]https://open.uct.ac.za/bitstream/handle/11427/27984/thesis_ebe_2018_mudenda_lee.pdf?isAllowed=y&sequence=1

[127] http://resource.sgu.se/produkter/sgurapp/s1422-rapport.pdf

[128] https://pulitzercenter.org/reporting/subsistence-mining-kabwes-black-mountain

[129] https://www.hrw.org/report/2019/08/23/we-have-be-worried/impact-lead-contamination-childrens-rights-kabwe-zambia

[130] https://projects.worldbank.org/en/projects-operations/project-detail/P070962

[131] https://www.vedantaresources.com/Pages/Copper.aspx

[132] https://www.theguardian.com/business/2009/nov/05/vedanta-resources-mining-india-zambia

[133] http://www.foilvedanta.org/articles/copper-colonialism-report-shakes-zambia/ ; http://www.foilvedanta.org/wp-content/uploads/FV-Zambia-report1.pdf

[134] https://www.business-humanrights.org/en/latest-news/vedanta-resources-lawsuit-re-water-contamination-zambia/

[135] https://www.miningmx.com/news/base-metals/37139-zambia-mines-minister-lifts-veil-on-alleged-abuses-committed-by-vedantas-kcm/

[136] https://www.businesslive.co.za/bd/companies/mining/2019-06-02-vedanta-seeks-international-arbitration-to-settle-zambia-dispute/

[137] https://www.theguardian.com/world/2019/aug/05/zambia-seeks-to-expel-london-listed-copper-miner-vedanta

[138] http://arbitrationblog.kluwerarbitration.com/2019/10/08/vedanta-resources-v-zambian-state-mining-company-zccm-ih-does-anyone-win/

[139] https://diggers.news/local/2019/11/19/vedanta-says-it-has-settled-203-million-kcm-debt-since-liquidation/

[140] https://www.mining.com/zambia-vedanta-row-escalates-with-mining-minister-calling-company-criminal/

[141] https://www.zambiawatchdog.com/shawi-fawaz-continues-his-criminality/

[142] Philip Daniel, “Africanisation, Nationalisation and Inequality: Mining Labour and the Copperbelt in Zambian Development”, Cambridge University Press, Cambridge 1979, pages 24-26; http://www.scielo.org.za/pdf/jsaimm/v116n6/03.pdf

[143] https://www.encyclopedia.com/books/politics-and-business-magazines/zambia-industrial-and-mining-corporation-ltd

[144] https://www.encyclopedia.com/books/politics-and-business-magazines/amax-inc

[145] Patience Ntelamo Mususa, “There used to be order: Life on the Copperbelt after the privatization of the Zambia Consolidated Copper Mines”, University of Cape Town, Department of African and Gender Studies, Cape Town 2014 – see on https://open.uct.ac.za/bitstream/item/9474/thesis_hum_2014_mususa_pn.pdf?sequence=1, pages 127-128 (138-139)

[146] https://miningforzambia.com/zambias-history-of-copper-production-part-1/

 

[147] Patience Ntelamo Mususa, “There used to be order: Life on the Copperbelt after the privatization of the Zambia Consolidated Copper Mines”, University of Cape Town, Department of African and Gender Studies, Cape Town 2014 – see on https://open.uct.ac.za/bitstream/item/9474/thesis_hum_2014_mususa_pn.pdf?sequence=1, pages 141-149 (138-139)

[148] https://www.investegate.co.uk/ArticlePrint.aspx?id=20110919070000H7457

[149] https://www.lusakatimes.com/2020/10/16/attorney-general-dragged-to-court-for-alleged-fraudulent-activities-at-kalengwa-mine/

[150] https://www.znbc.co.zm/news/kanongesha-backs-lungu/ ; https://www.blurb.co.uk/b/3277865-customs-of-the-lunda-ndembu-kanong-esha-chieftains ; https://www.lusakatimes.com/2020/10/07/northwestern-council-of-chiefs-demands-re-opening-of-kalengwa-mine/

[151] https://www.asx.com.au/asxpdf/20160530/pdf/437kljqn09bzds.pdf, page 209 ; https://www.proactiveinvestors.com/companies/news/43521/african-consolidated-resources-reaches-kalengwa-settlement-51925.html

[152] 2020.04.30 Vast Resources Plc London, pages 7-9 ; https://www.vastplc.com/about-us/our-team/

[153]  https://zambiareports.com/2019/07/26/moxico-caught-offside-directors-face-jail-contempt/ ; https://zambiareports.com/2020/09/18/shocking-destruction-kalengwa-mine-owners-lodge-complaint-police/

[154] https://zambianeye.com/shawi-fawazi-his-mercenaries-and-the-kalengwa-mine-saga/

[155] https://zambiareports.com/2013/04/15/court-acquits-mmd-youths-in-mufumbwe-election-violence/#comments

[156] https://www.zambiawatchdog.com/president-lungu-and-his-murderous-copper-thief-friends/

[157] https://www.thenewhumanitarian.org/news/2004/11/18/boost-copper-production-brightens-employment-prospects

[158] https://zambianeye.com/shawi-fawazi-his-mercenaries-and-the-kalengwa-mine-saga/

[159] https://www.lusakatimes.com/2019/08/02/you-are-the-company-you-keep-a-tale-of-two-mining-companies/

[160] https://www.zambianobserver.com/police-in-kitwe-pounce-on-notorious-jerabo-shawi-fawaz/

[161] https://www.vastplc.com/wp-content/uploads/2019/03/annual_report_2012.pdf, pages 5-8

[162] https://www.zambianobserver.com/jerabos-abduct-security-guard-at-kalengwa-mine/

[163] https://www.moxicoresources.com/projects-3-1/2020/6/30/mimbula

[164] https://www.moxicoresources.com/projects-1

[165] Moxico Resources Plc London, pages 5-8

[166] https://africapresslist.com/ar/pressreleases/the-kalengwa-copper-mine-scandal-07-29-2019-15-48-50 ; 2019.12.31 Moxico Resources Plc London, page 2-8

[167] https://opencorporates.com/companies/mu/C110439

[168] https://www.zambiawatchdog.com/shawi-fawzis-disrespect-of-supreme-court-on-kalengwa-mine/

[169] https://www.facebook.com/OnlyKoswe/posts/1088007764737878 ; https://www.facebook.com/permalink.php?id=1651338851809280&story_fbid=2436365149973309

[170] https://www.zambianobserver.com/jerabos-abduct-security-guard-at-kalengwa-mine/

[171] https://divergentnewszambia.com/ministry-officials-of-mines-accused-of-undermining-supreme-court-judgement/

[172] https://www.zambiawatchdog.com/shawi-fawzis-disrespect-of-supreme-court-on-kalengwa-mine/

[173] https://markets.ft.com/data/announce/full?dockey=1323-14149660-4GVDPTCBVQ7QJIIBSFPS0PGL8C

[174] https://www.bezantresources.com/operations/zambia

[175] https://www.investegate.co.uk/bezant-resources-plc/rns/kalengwa-exploration-project---30--acquisition/202004270700088783K/

[176] 2019.12.31 Bezant Resources Plc London, page 4, page 64

[177] http://batokabulls.com/2020/10/16/shawi-fawaz-ag-dragged-to-court-for-fraudulent-activities-at-kalengwa-mine/ ; https://www.zambiawatchdog.com/british-businessman-accused-of-stealing-mine-in-zambia/

[178] https://africapresslist.com/ar/pressreleases/the-kalengwa-copper-mine-scandal-07-29-2019-15-48-50

[179] https://www.theguardian.com/environment/2017/may/28/the-worlds-most-toxic-town-the-terrible-legacy-of-zambias-lead-mines

[180] https://jubileemetalsgroup.com/board-of-directors-key-management/

[181] https://jubileemetalsgroup.com/investors/presentations/jubilee-metals-gets-rights-to-surface-tailings-from-star-tanganika/ ; https://jubileemetalsgroup.com/investors/presentations/jubilee-metals-secures-rights-to-copper-tailings-resource-in-zambia/

[182] 2020.10.10 Star Tanganika Ltd. Lusaka

[183] https://www.zambiawatchdog.com/so-who-is-this-dimitrios-monokandilos-who-tried-to-steal-atlas-mara-assets/ ; https://zambian63.rssing.com/browser.php?indx=49648938&item=67 ; https://zambialii.org/zm/judgment/court-appeal-zambia/2020/90

[184] https://www.zambiawatchdog.com/star-tanganyika-scams-jubilee-metals-our-of-5m-in-zambian-fraud/

[185] Dambisa Moyo, “Dead end: Why Aid Is Not Working and How There Is a Better Way for Africa”, Penguin Books, London 2010

[186] https://www.youtube.com/watch?v=L_RqD2mbQv0&feature=youtu.be&autoplay=1&mute=0 ; https://www.atlanticcouncil.org/commentary/event-recap/dr-dambisa-moyo-panel-reinvigorate-debate-on-a-marshall-plan-for-africa/ ; https://www.economist.com/by-invitation/2020/05/05/dambisa-moyo-on-a-marshall-plan-for-africa

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.