paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2022

Les déshonorants Chevaliers de (Ene)Malte

Ces dernières années, l'opinion publique européenne sait que Malte est l'un des pays les plus corrompus et les plus dangereux de l'Union. Un reportage.

paolo-fusi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La journaliste Daphne Caruana Galizia possède une petite Renault dans laquelle elle se rend en ville pour le travail ou les courses familiales. Elle est une journaliste peu commode, qui couvre les histoires des chasseurs de crime internationaux qui, pour une raison ou une autre, font escale dans ses îles natales - l'archipel maltais. Un matin, elle est montée dans sa voiture, a tourné la clé de contact et une très violente explosion a mis fin à sa vie. Ce fut le début de la première analyse sérieuse de ce que Malte est devenue au cours du dernier quart de siècle : non plus seulement un port franc et un paradis fiscal, mais une terre de criminalité internationale.

Malte est le plus petit pays de l'Union européenne, qu'elle a rejoint en 2004[1] : une terre ancienne[2], une de ces terres de passage qui a été un port militaire et commercial pour les Arabes, les Grecs, les Phéniciens, les Romains et l'organisation des Chevaliers de Malte[3]. Aussi petit soit-il, Malte est le pays le plus densément peuplé du continent, mais c'est aussi celui qui est traditionnellement le plus riche en croisements autrement impossibles - entre peuples, religions, entreprises commerciales, mais aussi bandes criminelles et services secrets. Paul Caruana, fils de la courageuse journaliste Daphne Caruana Galizia (1964-2017), déclare à ce sujet : "Le crime à Malte n'est pas tant organisé par des familles ou des gangs que par des politiciens et, grâce au patronage de ces derniers, par tous les Maltais"[4] .

Mais Daphne Caruana, avec sa mort, est devenue le symbole d'une autre Malte. Celui qui résiste et veut être différent. C'est pourquoi sa voiture - remplie de TNT - a explosé le 17 octobre 2017. Ils l'ont tuée parce que, dans son blog "The Running Commentary", elle dénonçait en détail, souvent dans le silence embarrassant de la communauté internationale, la corruption régnant dans la République de Malte. Avec professionnalisme et ténacité, pendant des années, au quotidien, comme une goutte d'eau qui gratte un rocher, elle a dénoncé les agissements louches de ses concitoyens et, surtout, de ses hommes politiques[5]. Au lendemain de son assassinat, des milliers de Maltais ont pour la première fois trouvé le courage de manifester dans les rues et leur chagrin a, pour la première fois, fait le tour du monde[6].

Trois hommes, soupçonnés d'avoir fait exploser la bombe, ont été arrêtés en décembre 2017. L'un d'entre eux a plaidé coupable et purge une peine définitive de 15 ans. Les deux autres sont en attente de jugement[7]. Un intermédiaire, c'est-à-dire celui qui, sur ordre des donneurs d'ordre, avait confié la mission au trio de tueurs, raconte maintenant beaucoup plus de faits, a été gracié et est entré dans un programme international de protection des témoins[8] . Grâce à ses récits, le système judiciaire a progressé, au milieu de nombreuses difficultés.

Transparency International, l'ONG qui publie chaque année l'indice de perception de la corruption (IPC)[9], classe Malte au 49e rang sur 180 pays analysés[10] et a appelé à la création d'une structure d'enquête européenne unique, plus puissante que les cliques de pouvoir locales, pour lutter contre le crime organisé et le blanchiment d'argent[11]. En 2021, la Commission européenne a ouvert une procédure contre Malte en raison des "passeports dorés", c'est-à-dire l'octroi facile de la citoyenneté à des personnes fortunées, indépendamment de leur casier judiciaire[12]. C'est précisément ce sur quoi Caruana Galizia enquêtait peu avant sa fin tragique : un réseau international de corruption, dont le centre aurait été la société offshore 17 Black Ltd, enregistrée aux Émirats et opérant à Malte[13].

C'est pourquoi, lorsqu'en 2019 la police a identifié et arrêté le probable instigateur du meurtre de Caruana Galizia, personne n'a été surpris que le nom soit celui de l'un des hommes d'affaires les plus riches de Malte, Yorgen Fenech, qui possède apparemment 17 Black[14] . Et maintenant, on attend non seulement un procès qui fasse la lumière sur cette tragédie, mais aussi une analyse crédible des mille ruisseaux de corruption et de criminalité qui y sont liés, à commencer par l'affaire Enemalta.

La fable de la centrale électrique au Monténégro

En décembre 2021, le Parlement du Monténégro a créé une commission d'enquête sur le projet de parc éolien de Možura, à la frontière avec l'Albanie. Le parc éolien a été confié à Enemalta, qui est l'entreprise publique fournissant l'électricité et le chauffage dans l'archipel maltais depuis 1977[16] . Branka Bošnjak, vice-présidente du Parlement du Monténégro, expliquant la décision au public, a déclaré qu'"il existe des preuves importantes de corruption de plusieurs millions de dollars liées au projet, qui coûtera plus de 115 millions d'euros pour un contrat de fourniture d'électricité de 12 ans bénéficiant d'avantages fiscaux"[17].

Bošnjak parle d'une affaire qui a commencé en 2015, lorsque le Premier ministre maltais de l'époque, Joseph Muscat, et son ministre de l'Énergie, Konrad Mizzi, ont signé négocié un contrat pour l'exploitation et la maintenance du parc éolien [18]. Les problèmes ont commencé immédiatement : le 10 décembre 2015, le parc éolien a été vendu par une société espagnole à un courtier, Cifidex Ltd, basé aux Seychelles, pour 2,9 millions d'euros, et Cifidex, deux semaines plus tard, l'a vendu à Enemalta pour 10,3 millions d'euros - avec une prime de courtage, versée à 17 Black, de 4,6 millions d'euros[19] . L'augmentation de 300 % de la valeur de Možura s'explique par le fait que, dans le cadre du gigantesque projet d'expansion industrielle chinois appelé Belt and Road (connu sous le nom de Nouvelle route de la soie)[20], le parc éolien bénéficiera d'un contrat de partenariat princier avec Shanghai Electric Power - un contrat (appelé IRED) négocié par Konrad Mizzi [21].

Selon l'agence de presse Reuters, Cidifex appartiendrait à Turab Musayev, directeur exécutif de la filiale suisse de Socar, la compagnie pétrolière publique azerbaïdjanaise : Musayev et Fenech sont déjà des partenaires commerciaux du consortium qui, en 2017, a construit une nouvelle centrale électrique au gaz de 450 millions d'euros à Malte, avec un accord de courtage monopolistique du prix du gaz qui fait perdre des millions d'euros par an à la République de Malte[22] . Appelée à s'expliquer, Socar a nié toute implication dans l'affaire Možura[23]. Malgré la controverse, en novembre 2019, le parc éolien a été inauguré : 112 GWh par an, que le gouvernement de Podgorica s'est engagé à acheter à un prix fixe de 95,99 €/MWh, en plus de fournir 115 millions d'incitations fiscales pour une durée de 12 ans[24] . Le terrain sur lequel se trouve le parc éolien, loué jusqu'en 2035 au cartel sino-maltais IRED International Renewable Energy Development Ltd, devrait finalement redevenir la propriété du gouvernement monténégrin[25].

Il s'agit d'un partenariat surprenant à bien des égards. Enemalta n'est pas un géant, loin de là. Elle gère les systèmes de secours de la centrale de Delimara (444 MW, mise en service en 1992) et le raccordement de plusieurs centrales au réseau. Son histoire a commencé le 5 décembre 1953 avec l'inauguration de la centrale électrique installée dans les tunnels creusés au pied de la colline des Jésuites à Marsa - une centrale qui a été fermée en septembre 1994[26]. Les centrales de Floriana (1896-1960) et de Corradino (1939-1992) ont également été exploitées par Enemalta[27]. L'entreprise publique a construit trois nouvelles centrales (une au diesel et deux au charbon - Electrogas et BWSC Delimara) qui, en 2018, ont couvert les trois quarts de l'électricité de Malte[28] , tandis qu'un quart des besoins en électricité provenait de la ligne électrique de Marina di Ragusa, en Sicile[29] . Puis les panneaux solaires sont arrivés, la production d'électricité a augmenté, et depuis septembre 2017, Malte peut exporter de l'électricité vers l'Europe[30] .

Mais cette histoire de réussite apparente est émaillée de scandales, comme celui de la centrale de Delimara : Mossack y Fonseca, le cabinet d'avocats panaméen au centre du scandale connu sous le nom de "Panama Papers", gérait à la fois la société mère du partenaire du consortium Electrogas Gasol plc (via un bureau aux Seychelles) et le compte de sociétés offshore fondées par le ministre Konrad Mizzi et le chef du secrétariat du Premier ministre, Keith Schembri, dans un réseau de sociétés fictives dont l'épicentre se trouvait à Malte[31] . Lorsque le scandale a été rendu public, les actions de les sociétés offshore ont été transférées (quelle coïncidence) à un consortium privé composé de GEM Holdings Malta, Siemens et Socar d'Azerbaïdjan[32]. Le projet est réalisé grâce à un financement bancaire (450 millions d'euros), dont 80 % sont garantis par les autorités fiscales maltaises[33].

La fable des amis azéris

Cela ressemble à un conte de fées : c'est l'histoire d'un contrat de plus d'un milliard de dollars signé par Malte avec Socar, la compagnie pétrolière et gazière nationale d'Azerbaïdjan, pour la fourniture pendant dix ans de liquides de gaz naturel destinés à alimenter la centrale électrique de l'île[35]. Un contrat que le gouvernement maltais a présenté au public et avec peu de transparence, étant donné que ce contrat contient une longue série de clauses qui, depuis 2015, obligent la population maltaise à payer des factures d'électricité deux fois supérieures au taux du marché - un contrat négocié par Konrad Mizzi et Keith Schembri[36] .

Le contrat a été contrôlé par une société maltaise, Nexia BT, dont la propriété est indirectement liée à Mossack y Fonseca, qui a approuvé les commissions régulières (officiellement des primes de courtage) versées par Delimara au Rotorua Trust, détenu par la société offshore panaméenne Hearnville Inc qui, à son tour, appartient à Konrad Mizzi[37] . L'un des trois partenaires initiaux d'Electrogas Gasol était l'African Gas Development Corporation Ltd (Seychelles), également administrée sur une base fiduciaire par Mossack y Fonseca[38], ce qui, bien entendu, constitue un conflit d'intérêts ouvert[39]. Mais ce n'est pas tout : Mossack y Fonseca a dissimulé (par le biais d'un réseau de sociétés offshore au Panama) le fait que la famille du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev possède une participation importante dans Socar Trading, qui commercialise désormais l'électricité produite par Delimara[40].

Entre septembre 2013 et mars 2016, Konrad Mizzi se rend 17 fois en Chine pour de nouvelles négociations[41], apparemment à la recherche d'éventuels partenaires chinois pour Enemalta[42]. Les investigations de la police mettent à jour une trace : fin 2015, il y a un paiement d'un million de dollars, transféré sur un compte de la Pilatus Bank à La Valette, au nom de Torbridge Services Inc (Iles Vierges), fondé par Nexia BT, et dont le propriétaire est l'entrepreneur chinois Cheng Chen qui, selon les investigations, est sur le point d'acheter une participation dans Enemalta d'une valeur de 320 millions d'euros[43] . Selon l'enquête, Nexia BT a été l'intermédiaire de nombreux autres contrats et aussi des négociations avec l'Union européenne pour obtenir des licences écologiques pour les centrales électriques d'Enemalta[44]. Depuis 2013, Nexia BT aurait empoché plus d'un million d'euros du gouvernement maltais pour ces travaux de conseil, tous autorisés par le Premier ministre Joseph Muscat[45] .

L'histoire mystérieuse du professeur Mifsud

Dans ce tourbillon de corruption, d'affaires, de personnes et de sociétés dans les paradis fiscaux, une histoire entourée de mystère ne pouvait manquer : celle de Joseph Mifsud, citoyen maltais et collaborateur de l'Université Link de Rome. Le professeur a des amis dans le monde entier, de la Fondation Clinton au ministère des affaires étrangères en passant par les hauts responsables des services secrets russes[47]. Le professeur disparaît dans la nature en octobre 2017, au moment où des enquêteurs américains le recherchent pour lui demander des explications sur son implication dans le Russiagate - le scandale qui suppose que Vladimir Poutine a aidé illégalement Donald Trump à remporter l'élection présidentielle[48] .

Mifsud n'est pas apparu depuis des semaines, ni dans son appartement à Rome, ni dans sa chambre sur le campus de l'université Link à Rome et à Londres : les avocats d'Hillary Clinton et le comité électoral démocrate l'ont poursuivi en justice, son témoignage en tant que "facteur" entre Trump et Poutine est censé être d'une importance fondamentale, on soupçonne donc qu'il est mort et que son corps a été caché[49]. Certains disent qu'il est en Russie, d'autres qu'il est caché en Italie - l'ancien ministre américain de la justice William Barr et l'ancien procureur américain John Durham, qui représentent les intérêts de Trump dans le Russiagate, se sont rendus sans succès auprès des services de renseignement italiens pour leur demander des informations vérifiables[50] .

La seule chose qui est sûre, c'est que Joseph Mifsud, avant de disparaître (31 octobre 2017[51]), a rencontré à plusieurs reprises George Papadopoulos, l'un des directeurs de campagne de Donald Trump, et lui aurait parlé de "nombreux courriels compromettant le candidat démocrate à la présidence des États-Unis en possession des Russes"[52]. Ces courriels ont ensuite été divulgués par Wikileaks et Trump a affirmé que Mifsud était un "agent provocateur" au service des services de renseignement européens qui l'auraient calomnié au sujet de ses relations avec Moscou[53].

Les liens de Mifsud ne sont pas surprenants. L'université Link a été fondée par Vincenzo Scotti, ancien ministre démocrate-chrétien et sous-secrétaire aux affaires étrangères dans un gouvernement Berlusconi[54], et est proche de la droite américaine et de ses amis du Mouvement 5 étoiles[55] (un professeur de Link, expert en renseignement militaire, Elisabetta Trenta, a été ministre de la défense dans le gouvernement Conte[56]). Vincenzo Scotti se justifie : "Mifsud a également été chef du bureau international de l'Université de Malte jusqu'en 2006, puis chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères de Malte, puis recteur pendant quelques années de l'Université européenne Emuni, et aussi recteur du Consortium universitaire d'Agrigente, pour ensuite devenir professeur et directeur de l'académie diplomatique de Londres" - un cursus de tout respect qui en a fait un insoupçonnable[57].

Le professeur n'est jamais réapparu, bien que plusieurs rumeurs aient circulé sur ses prétendues apparitions dans différents coins du monde[58]. Le Russiagate fait désormais partie du passé. Mais ses traces demeurent, car le nombre d'oligarques russes qui, poursuivis par le fisc et ne se sentant plus protégés par leurs trustees panaméens et chypriotes, débarquent à Malte à la recherche d'un havre de paix ne cesse de croître.

Parmi les noms les plus connus figurent Arkady Volozh, propriétaire de Yandex, l'équivalent russe de Google, et Alexey De Monderik, cofondateur de la société internationale de sécurité informatique Kaspersky Lab[59] ; le gynécologue Mark Kurtser (l'un des amis personnels les plus influents de Poutine), partenaire de Robert Vardanyan dans S'Agaro, le groupe immobilier très proche du Kremlin qui se développe dans toute l'Union européenne ; l'homme d'affaires azéri Mushvig Ali Ogly Abdullaev, propriétaire de la chaîne de supermarchés SPAR dans la Fédération de Russie ; la famille du négociant en pétrole Andrey Mikhaylovich Turba, fondateur de Transneft et actuellement poursuivi par la justice moscovite ; le milliardaire Konstantin Vitalievich Khodosovosky, ennemi juré de Poutine ; l'ancien officier de renseignement Murad Azerovich Efendiev, propriétaire de Netris, une société de sécurité opérant dans le monde entier[60] ; et l'oligarque Dmitryi Mazepin, qui est au bord de la faillite en Russie et cherche refuge à l'étranger[61].

Malte après le décès de Daphne Caruana Galizia

Le 18 janvier, Roberta Metsola, une eurodéputée maltaise, a été élue présidente du Parlement européen : la plus jeune présidente, la troisième femme dans l'histoire de l'Union européenne[63]. Il ne s'agit pas de n'importe quelle nomination, car Metsola, le 3 décembre 2019, lors de sa rencontre avec le Premier ministre maltais de l'époque, Joseph Muscat, a refusé de lui serrer la main[64] . Elle est aujourd'hui le point de référence d'une nouvelle génération de Maltais qui, profondément ébranlée par le meurtre de Daphne Caruana Galizia, souhaite un changement radical. Un changement qui est actuellement impossible, car l'argent des activités illégales internationales domine la faible économie locale et, comme l'a rappelé le fils du journaliste assassiné, chaque Maltais profite d'une manière ou d'une autre de la situation actuelle.

Joseph Muscat a été contraint de démissionner en 2019 lorsque la justice a révélé l'ampleur du scandale que les assassins de Daphne Caruana Galizia voulaient cacher. Après l'arrestation de Muzzi, Schembri et Fenech, il était clair pour tout le monde que, si ces ministres avaient gagné des dizaines de millions grâce à la corruption, leur patron ne pouvait pas l'ignorer - et en effet, peu après sa démission, Muscat a également fait l'objet d'une enquête, notamment après avoir ordonné, en sa qualité de politicien, la grâce de l'homme d'affaires Melvin Theuma, qui s'est avéré par la suite être un personnage clé du complot qui a conduit à l'attaque contre le journaliste maltais[65] . En 2019, une ONG internationale l'a désigné comme l'homme mondial de l'année pour le crime organisé[66] .

Mais la réalité est que rien ne change. Malgré le fait que le succès de décennies de politique fiscale axée sur le soutien aux investissements étrangers ait amené dans l'archipel plusieurs multinationales pharmaceutiques et électroniques, qui produisent aujourd'hui près de la moitié du produit intérieur brut et, ajoutées à celles du commerce, emploient deux Maltais sur trois, les gens restent convaincus que le secteur fiduciaire est indispensable, même si une grande partie des 14,5 % du PIB produits par le centre financier disparaît pour l'essentiel dans les mâchoires des fiduciaires, des politiciens et du crime organisé[67] . Pour cette raison également, il est inutile de s'attendre à ce qu'une vague d'exécration internationale aboutisse à quelque chose - comme le montre l'attitude de Malte à l'égard des immigrants illégaux, une attitude de fermeture totale.

Les héros de Malte, à l'exception d'un journaliste qui est devenu une icône mondiale, ne sont pas des chevaliers. Ils ne sont pas non plus honorables.

[1] https://european-union.europa.eu/principles-countries-history/country-profiles/malta_it

[2] https://www.ilpost.it/2014/09/21/storia-malta/

[3] https://www.lastampa.it/cronaca/2017/02/03/news/i-cavalieri-di-malta-un-ordine-millenario-aristocratico-potente-e-misterioso-1.34675312/

[4] https://www.michelesantoro.it/2019/12/malta-il-fondo-di-uneuropa-opaca-e-criminale/

[5] https://www.fnsi.it/daphne-caruana-galizia-un-omicidio-di-stato

[6] https://www.fnsi.it/daphne-caruana-galizia-un-omicidio-di-stato

[7] https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiEuZaYx9T1AhUa_bsIHRvLCAkQFnoECAQQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.theguardian.com%2Fworld%2F2021%2Fjul%2F29%2Fmalta-government-journalist-inquiry-daphne-caruana-galizia&usg=AOvVaw04x358zHuzbVaxTDaf_-Oe

[8] https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiEuZaYx9T1AhUa_bsIHRvLCAkQFnoECAQQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.theguardian.com%2Fworld%2F2021%2Fjul%2F29%2Fmalta-government-journalist-inquiry-daphne-caruana-galizia&usg=AOvVaw04x358zHuzbVaxTDaf_-Oe

[9] https://www.corrieredimalta.com/economia/statistiche/indice-di-corruzione-internazionale-2021-malta-rimane-ferma-sotto-la-media-europea/

[10] https://www.corrieredimalta.com/economia/statistiche/indice-di-corruzione-internazionale-2021-malta-rimane-ferma-sotto-la-media-europea/

[11] https://www.corrieredimalta.com/economia/statistiche/indice-di-corruzione-internazionale-2021-malta-rimane-ferma-sotto-la-media-europea/

[12] http://www.deagostinigeografia.it/wing/schedapaese.jsp?idpaese=111#

[13] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[14] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[15] https://timesofmalta.com/articles/view/enemalta-made-loss-of-about-30-million-in-2020.874327

[16] https://www.enemalta.com

[17] https://www.corrieredimalta.com/cronaca/daphne-caruana-galizia/il-parlamento-del-montenegro-vota-per-aprire-uninchiesta-sul-parco-eolico-di-enemalta-a-mozura/

[18] https://www.corrieredimalta.com/cronaca/daphne-caruana-galizia/il-parlamento-del-montenegro-vota-per-aprire-uninchiesta-sul-parco-eolico-di-enemalta-a-mozura/

[19] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[20] https://www.corrieredimalta.com/cronaca/daphne-caruana-galizia/il-parlamento-del-montenegro-vota-per-aprire-uninchiesta-sul-parco-eolico-di-enemalta-a-mozura/

[21] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[22] “Diciotto media internazionali hanno unito le forze per impedire alla morte di Daphne Caruana di spegnere le sue indagini”, https://www-lemonde-fr.translate.goog/idees/article/2018/04/18/projet-daphne-s-unir-pour-traquer-la-verite_5287035_3232.html?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc

[23] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[24] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[25] https://www.eastjournal.net/archives/107354

[26] https://vassallohistory-wordpress-com.translate.goog/electricity-in-malta/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc

[27] https://en-m-wikipedia-org.translate.goog/wiki/Enemalta?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=it&_x_tr_hl=it&_x_tr_pto=sc

[28] https://www.corrieredimalta.com/attualita/per-la-prima-volta-malta-esporta-energia-elettrica/

[29] https://www.corrieredimalta.com/attualita/per-la-prima-volta-malta-esporta-energia-elettrica/

[30] https://www.corrieredimalta.com/attualita/per-la-prima-volta-malta-esporta-energia-elettrica/

[31] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

[32] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

[32] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

[33] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[34] https://aze.media/azerbaijans-socar-targets-net-zero-emissions-in-extraction-from-own-sites/

[35] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[36] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[37] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

[38] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

[39] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

[40] https://www.independent.com.mt/articles/2016-04-17/local-news/Delimara-power-station-deal-riddled-with-conflicts-of-interest-6736156448

https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[41] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[42] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[43] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[44] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[45] https://www.repubblica.it/cronaca/2018/04/25/news/gas_azerbaijan_malta_daphne_caruana_galizia_inchiesta-300959563/

[46] https://www.theguardian.com/politics/2017/nov/11/boris-johnson-met-london-professor-linked-to-fbis-russia-investigation

[47] https://www.ilpost.it/2019/04/20/russiagate-italia/

[48] https://www.affaritaliani.it/esteri/russiagate-chiesto-il-processo-per-mifsud-ma-la-spia-dei-misteri-sparita-773978.html

[49] https://www.affaritaliani.it/esteri/russiagate-chiesto-il-processo-per-mifsud-ma-la-spia-dei-misteri-sparita-773978.html

[50] https://www.affaritaliani.it/esteri/russiagate-chiesto-il-processo-per-mifsud-ma-la-spia-dei-misteri-sparita-773978.html

[51] https://www.corriere.it/video-articoli/2019/11/13/mifsud-l-uomo-chiave-russiagate-scomparso-due-anni-riappare-audio/0e920ede-0621-11ea-a1df-d75c93ec44da.shtml

[52] https://www.corriere.it/video-articoli/2019/11/13/mifsud-l-uomo-chiave-russiagate-scomparso-due-anni-riappare-audio/0e920ede-0621-11ea-a1df-d75c93ec44da.shtml

[53] https://www.corriere.it/video-articoli/2019/11/13/mifsud-l-uomo-chiave-russiagate-scomparso-due-anni-riappare-audio/0e920ede-0621-11ea-a1df-d75c93ec44da.shtml

[54] https://www.startmag.it/mondo/vi-dico-che-cosa-fa-davvero-la-link-university-parla-scotti/

[55] https://ibiworld.eu/2021/01/07/movimento-5-stelle-e-lega-nord-prove-generali-per-uninternazionale-post-fascista/ ; https://ibiworld.eu/2021/01/07/la-philip-morris-va-alla-guerra-alleata-a-suprematisti-populisti-e-sceicchi-arabi/ ; https://ibiworld.eu/2021/05/19/dopo-larticolo-di-aldo-torchiaro-gennaro-vecchione-e-solo-la-punta-delliceberg/

[56] https://www.repubblica.it/politica/2018/05/31/news/elisabetta_trenta_difesa_governo_conte-197374627/

[57] https://www.startmag.it/mondo/vi-dico-che-cosa-fa-davvero-la-link-university-parla-scotti/

[58] https://abcnews.go.com/Politics/russia-linked-figures-muellers-probe-cold-reports-release/story?id=62518830 ; https://www.buzzfeednews.com/article/albertonardelli/joseph-mifsud-audio-recording

[59] https://www.cbc.ca/news/world/russians-malta-oligarchs-rich-citizenship-1.4483144 ; https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2018-01-11/why-russians-are-choosing-malta-over-putin

[60] https://theshiftnews.com/2022/01/06/maltas-newest-batch-of-citizens-putin-insiders-game-hunter-and-oilman-facing-sanctions/

[61] https://ibiworld.eu/2021/11/14/dmitrij-mazepin-il-primo-oligarca-di-londongrad/

[62] https://www.maltatoday.com.mt/news/skinny/99149/iconic_image_roberta_metsola_shake_hands_joseph_muscat#.YfjtPfgxm3A

[63] https://www.wallstreetitalia.com/roberta-metsola-chi-e-il-successore-di-david-sassoli-al-parlamento-europeo/

[64] https://video.corriere.it/esteri/quando-metsola-non-strinse-mano-muscat/06e21902-7868-11ec-a8ac-96a31330ed9e

[65] https://www.reuters.com/article/us-malta-daphne-idUSKBN1XZ1TV ; https://www.theguardian.com/politics/2018/apr/23/joseph-muscat-malta-political-career-lost-lustre

[66] https://www.independent.com.mt/articles/2019-12-27/local-news/Joseph-Muscat-named-2019-man-of-the-year-in-organised-crime-and-corruption-6736217841

[67] https://nso.gov.mt/en/News_Releases/Documents/2021/03/News2021_040.pdf ; https://www.imf.org/en/Countries/MLT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre